Author

Diagonale

Browsing

Spa et abri de spa chez Aquilus Piscines

Fini les couloirs de nage plus longs les uns que les autres, et la compétition entre voisins ! Cette saison, nos bassins se raccourcissent, on remonte les fonds, et on privilégie le jeu et la détente au sport. « Nous avons troqué les piscines de 12m de long contre des bassins de 7m. Globalement, nos clients recherchent des piscines qui demandent peu d’entretien », développe Jean-Paul Martet, gérant et fondateur de « Sodipa ». Ainsi, entre les monocoques qui se montent en quelques jours, les mini-piscines pour les citadins à l’espace réduit, et les piscines hors-sol… on peut dire que l’on n’a pas fini de patauger. « De la « XS » à la « Trenta », nous disposons d’une vingtaine de formes de bassin différentes. La « Rodi » demeure la bestseller, avec ses lignes courbes, et sa zone de jeu dissociée du couloir de nage », présente Bruno Fourel, gérant d’ « Aquilus Piscines Et Spas ». Du côté de la balnéo, la tendance ne faiblit pas. C’est à l’aune d’une recherche toujours plus grande de bien-être que l’on mesure les ventes exponentielles de spas de ces dernières années. Un moment de soin et de détente que de plus en plus de particuliers s’offrent à domicile. « Nous venons de sortir le « Gazebo » automatisé ; un abri de spa motorisé, qui confère confort et maniabilité lors de vos bains », développe Bruno Fourel d’« Aquilus Piscines Et Spas ». Les petits budgets ne sont pas en reste, avec des spas gonflables, disponibles chez « Sodipa » à partir de 400€.

Les univers piscines à découvrir chez Sodipa

 

 

Au coeur du « nesting », et autres nouvelles tendances en matière de bien-vivre, les pisciniers s’engagent de plus en plus dans le « Pool-Staging », ou l’art de redonner un coup de jeune à sa piscine. « On profite de devoir refaire l’étanchéité pour remettre son bassin au goût du jour », développe Bruno Fourel, gérant d’« Aquilus Piscines Et Spas ». Pour ce faire, le look rétro est banni. Exit les mosaïques à motifs, les fresques et les longs couloirs de nage de plus de 10m. Pour ce printemps, on revisite sa piscine de manière épurée. On remonte les fonds (1,50m aujourd’hui contre 2,40m auparavant), et on se tourne vers des formats plus petits. Les piscines 2.0 jouent avec les courbes, et sont plus adaptées aux usages. Les liners bleus ciel sont détrônés par des toiles gris ciment ou olive,qui confèrent une couleur plus minérale à l’eau du bassin. Enfin, les échelles extérieures cèdent leur place à des escaliers en dur. Comptez entre 3500€ et 10 000€ pour ce petit ravalement de façade tendance.

Des piscines qui s’intègrent au quotidien chez Aquilus
Share

Nouvelle tendance, les vérandas à terrasse plate, chez Czernik Colomiers

Cette saison plus que jamais la frontière entre le dedans et le dehors tend à s’effacer comme en témoigne l’engouement pour  les pergolas, vérandas, et autres baies vitrées XXL. « Les extérieurs sont aujourd’hui un prolongement de l’intérieur. Le jardin est une pièce à vivre à part entière, une extension de la maison », analyse Patrice Bajan, responsable des achats végétaux des « Espaces Verts Du Languedoc ». Cette continuité de son espace de vie se veut cocoon et intimiste, à l’abri des vis-à-vis. Pour se faire, beaucoup ont déjà opté pour la pergola bioclimatique : « Cette saison, nous sortons la pergola bioclimatique rétractable qui, décapotée, permet de laisser passer davantage de lumière, notamment en période d’hiver. Les gens se tournent vers la pergola car les maisons ont de plus en plus de baies vitrées, et elle permet d’isoler l’habitat de la chaleur. Agrémentées de stores, les pergolas sont de véritables petits lieux de vie “lounge” et intimistes. Du plus “cosy” au plus ouvert, elle est un bon compromis dedans/dehors », développe Jean-François Maerten, directeur commercial chez « Confort Solaire ». La nuit tombée, on joue avec les éclairages, on baisse les stores, et on allume le chauffage intégré pour profiter des longues soirées d’été entre amis. Les petites superficies ne seront pas en reste puisqu’il existe des minis pergolas de 3x3mètres, motorisées ou manuelles.

Pour ceux qui voient les choses en grand, les vérandas demeurent le must en matière de luminosité naturelle, et de passerelle avec l’extérieur. Une véritable extension de votre espace de vie, qui allie confort et sérénité. « Cette saison, « Czernik » sort sa véranda à toiture plate « Confort De Vie ». Un style architectural, design et tendance, doté d’un puits de lumière, qui apporte du cachet à votre demeure », explique Sandrine Ginet, directrice de « Czernik » Colomiers. Toit végétalisé pour un confort phonique, finitions bois, couleurs sur mesure, et panneaux d’isolation renforcée… la véranda invite à se connecter toujours plus à l’extérieur.

 

 

Pour profiter pleinement de son jardin, et pour un sol à son image, de la véranda aux contours de piscine, le carrelage est à l’honneur. Habillé de motifs graphiques, imitation parquet, rétro, aux couleurs douces et aux textures revisitées, il est LE matériau incontournable pour habiller vos extérieurs.

Conseil d’expert pour tout savoir sur ce revêtement de caractère, avec « Comptoir Toulousain Carrelage ». 

Carrelage imitation bois au Comptoir Toulousain du Carrelage

« Votre choix doit se faire, en plus de son esthétique, en fonction des normes de sécurité auquel il répond : norme R pour la terrasse pieds chaussés, et norme ABC pour les pieds nus, en particulier les bords de piscine. Faites surtout bien attention à ne pas négliger l’aspect adhérent du carreau. Si votre terrasse prend la pluie, le carrelage que vous installerez doit être au moins classé R11, afin de vous assurer des déplacements en toute sécurité et vous éviter de glisser. Les carrelages d’extérieur sont aujourd’hui devenus bien plus que de simples revêtements de sol. Ce sont de véritables éléments de décoration, qui permettent d’apporter du caractère à une terrasse ou à une piscine. De ce fait, il existe de nombreux modèles, avec des aspects style pierre, béton ou terre cuite, ou encore de parfaites imitations de matériaux nobles, comme le bois. Optez plutôt pour des carreaux en fortes épaisseurs aux formats 60×60, 45×90, 30×120, 40×120 ou 60×120. Des dimensions qui facilitent la pose, notamment sur une vielle chape ou un ancien carrelage. Vous pouvez également les poser directement sur l’herbe, comme pas japonais, ou sur du gravier. Les sols d’extérieur doivent garantir des performances techniques, alliées à un savoir-faire esthétique. Il ne vous reste plus qu’à assortir votre sol pour rendre l’espace tout à votre image ! ».

Share

Un grand choix de potagers verticaux aux Espaces Verts du Languedoc

Du côté du jardin, la tendance au farniente se confirme. On se tourne vers des plantes qui demandent peu d’entretien, peu d’arrosage, et qui résistent toute l’année. Les Yucca, graminées et cactées, demeurent les bests-sellers en la matière. Des plantes au look épuré, qui ont toujours autant de succès. Les bambous non traçants aussi ont la côte, puisque résistants à la sécheresse, et peu gourmands en eau.

« Nous proposons pratiquement toutes nos plantes tendances dans des tailles différentes, pour s’adapter à tous les types d’espace. Des Yuccas Rostrata aux Oliviers, en passant par des Cactées d’extérieur qui supportent le froid jusqu’à -12°C », commente Patrice Bajan, responsables des achats végétaux des « Espaces Verts Du Languedoc ». Une petite terrasse accueillera ainsi un Olivier bonzaï taillé en plateau, et 2 ou 3 cactées dans un coin.

Pergolas à stores verticaux de Confort Solaire

Un massif épuré composé de Yuccas et graminées trouvera quant à lui toute sa place au sein d’un beau jardin familial. Du côté des potagers, la tendance est aux plantations à hauteur d’hommes.  Les indétrônables tomates apéros, fraises, et aromatiques essentielles pour les grillades et salades, se plantent désormais dans des potagers verticaux. « Empilables, ils prennent peu de place, et sont faciles à gérer vu qu’ils n’ont pas de système de pompe », présente Patrice Bajan. Un succès croissant auprès des citadins qui sont de plus en plus nombreux à vouloir faire pousser leurs légumes eux-mêmes. Des variétés anciennes sont remises au goût du jour, ainsi que des plantes aromatiques originale, comme la « Mertensie Maritime », au surprenant goût d’huître, ou une multitude de menthes (de la menthe  ananas, à la menthe coca), pour s’amuser avec les saveurs.

Tandis que la frontière intérieur-extérieur tend à s’effacer, et que l’on veut profiter à fond de son salon de jardin, comme tous les ans, les moustiques jouent les troubles fêtes. « Nous avons de plus en plus de demandes de pergolas à stores verticaux, pour se protéger des moustiques la nuit tombée », raconte Jean-François Maerten, directeur commercial chez « Confort Solaire ». Pour ceux qui ne disposeraient que d’une simple terrasse, ou d’un unique balcon, les plantes interviennent à la rescousse. « Nous proposons des mix de végétaux répulsifs pour en venir à bout de cette nuisance. Sur les terrasses, et les tours de fenêtres, les odeurs citronnées de ces plantes font fuir les insectes », développe Patrice Bajan, responsable des achats végétaux des « Espaces Verts Du Languedoc » à Saint Martin du Touch. Une tendance qui se confirme depuis l’année dernière, et une demande régulière de la part de la clientèle qui a valu à l’enseigne d’élargir sa gamme « anti-moustique ». En prévention, les gestes simples restent les mêmes pour limiter la propagation du moustique : supprimer toutes les eaux qui pourraient stagner sur les balcons, terrasses, et dans les jardins.

Share

Pour cette saison, nos extérieurs s’habillent des plus douces teintes, et des plus beaux matériaux. Exit les bains de soleil et tables en PVC ! L’heure est au outdoor classieux. Petits coins cocooning, ou grands espaces élégants, quel que soit la surface, on allie les performances techniques au rendu esthétique. La mode extérieure est un prolongement de nos intérieurs, et aucune raison pour ne pas que le design s’invite alors sur nos pelouses. Le mobilier brave les intempéries, et c’est une véritable pièce à vivre qui prend forme sous les pergolas. Petit aperçu des tendances de ce printemps… qui nous promettent un joli bol d’évasion.

Si pendant longtemps le mobilier extérieur rimait avec lourdeur et contraintes, l’heure est venue de redécouvrir son salon de jardin. Désormais les marques se creusent la tête pour faire face aux intempéries avec classe et design. L’enjeu est dorénavant d’avoir des pièces pérennes dans le temps, et que l’on ne soit pas obligé de rentrer à chaque fin de saison.

Le Mobilier de jardin de chez Leroy Merlin

Chez Leroy Merlin, on abandonne sans regret les résines tressées, pour laisser place à du mobilier plus contemporain. « Nous observons une part grandissante des matériaux durables pour l’extérieur ; certes il s’agit d’un investissement, mais les gens se tournent de plus en plus vers ces achats pérennes », développe Frédéric Rumebe, chef de secteur jardin outillage de l’enseigne. Cette année, les lignes se veulent épurées, et les matériaux plus légers. « Nous proposons des produits à la fois maniables et résistants ; les structures alus et les toiles textilènes détrônent le bois. On veut du lounge, du moderne, mais aussi des aménagements imputrescibles, résistants à l’humidité, au gel, anti-UV, et qui demandent le moins d’entretien possible », analyse Jean Paul Martet, piscinier et fondateur de Sodipa.

Mobilier design de la marque Fermob, chez Espaces Verts du Languedoc

C’est aussi le cas de la marque Fermob – à retrouver aux « Espaces Verts Du Languedoc » -, qui propose un mobilier outdoor créatif, alliant sobriété, et ergonomie. La tendance est au mobile. On ne veut plus s’encombrer de meubles lourds. Les transats sont dotés de roulettes pour suivre les rayons du soleil à toute heure de la journée, les coussins imperméables migrent vers l’extérieur, et les lampes nomades sont les stars du début de soirée. Et puisque à chaque surface son mobilier… les petites terrasses citadines s’habilleront d’une petite table bistrot pliable accompagnée de petits chaises tendances. Le jardin familial accueillera lui un beau salon en rotin pour recevoir.

Share

Alors que le marché de la maison individuelle serait en faveur des primo-accédants, la construction du neuf a le vent en poupe.

Les acheteurs à revenus moyens jouissent de conditions favorables pour leur emprunt immobilier, et des avantages du prêt à taux zéro, reconduit jusqu’en décembre 2021, en zone A et zone B1. En ce qui concerne la zone C, le prêt à taux 0 s’arrêtera en fin d’année 2019 en revanche. Une année qui promet d’être belle et stable pour le marché de l’immobilier. Et une progression de 5 à 10% est attendue dans le domaine de la construction de maisons individuelles.

La première couronne toulousaine demeure la plus prisée, de par son cadre de vie attrayant, et sa proximité avec Toulouse. En effet, ce secteur proche des bassins d’emploi, et des grandes zones d’activités, n’a de cesse de séduire les primo-accédants actifs. La nouvelle génération d’acquéreur optera donc pour de petits terrains proches de Toulouse, ou s’installera sur la deuxième couronne, pour devenir propriétaire à moindre coût. On estime le prix moyen d’un projet de construction de maison individuelle proche de l’agglomération toulousaine aux alentours de 300 000€ pour une surface moyenne de 100m2, contre un prix moyen de 230 000€ sur la troisième et quatrième couronne. Des tarifs très influencés par le type de bien choisi, et le prix du terrain au mètre carré. Alors, pour que chaque bourse ait la maison de ses rêves, les experts de l’immobilier accompagnent au mieux les projets de chacun.

 

 

 

De la recherche du terrain, aux solutions de financement, en passant par la réalisation des plans, « Demeures D’Occitanie » accompagne de A à Z ses clients. Une proximité qui est la valeur ajoutée de l’enseigne.

« Nous avons affaire à une clientèle de plus en plus renseignée grâce à internet. Cependant, elle peut vite se sentir perdue face à la multitude d’offres plus ou moins sérieuses dont les sites regorgent. Notre savoir-faire intervient alors pour mettre en place un accompagnement global », développe Anthony Delpech, directeur général de « Demeures D’Occitanie ». Et pour satisfaire chaque portefeuille, l’enseigne de constructeur de maisons individuelles propose une large sélection de biens. On se laissera séduire par les lignes sobres des modèles de la gamme « Les Intemporelles ». Une maison classique, idéale pour un premier achat, ou en résidence secondaire. Les amateurs de contemporain pencheront pour « Les Essentielles » : un panel de biens au look moderne et sobre. « Les Conceptuelles » ont quant à elles été imaginées pour ceux qui veulent se différencier. « Nous partons là sur des plans plus travaillés, des toitures plates ou végétalisées, et des finitions plus soignées encore », développe Anthony Delpech. Enfin, « Les Sensationnelles » font la part belle au style architecte. Entre 150 et 300m2 habitables, coutures, et stylisés. Des biens à découvrir désormais grâce à la visite virtuelle « CEDREO », permettant une immersion 3D. Forte de 30 ans d’expérience, la marque conçoit chaque futur « chez-soi », tout en réduisant les dépenses d’énergie, grâce aux avancées technologiques du groupe HDI auquel elle appartient. « Ce groupe de construction garantit un bureau d’étude en interne et une sous-traitance pour la gestion du chantier 100% locale », explique Anthony Delpech. Détenteur du trophée de bronze du Challenge 2013 des maisons de l’année, et avec près de 800 constructions annuelles, le groupe HDI bâtit au quotidien, un savoir-faire qui allie sérieux et créativité. Pour 2019 chaque maison sera dotée de matériaux plus nobles et éco-responsables, afin d’améliorer la qualité de l’air dans les habitations. C’est notamment le cas de la laine de verre qui se verra remplacée par de l’Hybris d’Actis, un isolant thermique phonique, et assainissant.

DES VALEURS AU SERVICE DU CLIENT

Une enseigne bâtie depuis ses débuts sur des rapports humains, et un amour du travail bien fait. « Demeures D’Occitanie » collabore ainsi avec les mêmes artisans sur le terrain depuis 22 ans. « Notre sélection quant aux personnes avec qui l’on avance s’est faite de manière très naturelle. Nous allons tous dans un même sens, dans un esprit de convivialité et d’entraide », rappelle Anthony Delpech. Avec pas moins de 14 agences dans le secteur Midi-Pyrénées, réparties sur 5 départements, « Demeures D’Occitanie » fait sortir de terre des projets aux couleurs de son savoir-faire. L’écoute, la proximité, et la satisfaction client : des maîtres-mots qui perdurent au fil des constructions. Animé par une passion pour le rugby, Antony Delpech coache d’ailleurs ses collaborateurs tel un entraîneur : « Je joue au rugby depuis mes 19 ans, et je conçois l’entreprise comme une véritable équipe. Les commerciaux sont les avants qui nous font avancer, la charnière est incarnée par le bureau d’études et les administratives, et les finisseurs sont les conducteurs de travaux et tous les gens de l’ombre, sans qui nous ne pourrions marquer l’essai », image ce passionné. Un dynamisme et une capacité à s’adapter aux réalités du quotidien, qui donnera le jour à l’ouverture d’une quinzième agence en Midi-Pyrénées courant 2019.

 

Share

Ce mois-ci, nous allons revisité un air de famille avec Anne et Jean-Claude Salbayre, créateur et propriétaires du complexe Le Canard sur le Toit.

Diagonale : Comment a démarré cette, on peut le dire, institution ?
Jean-Claude : L’histoire commence il y a bien longtemps puisque je crée un parc pour enfants, le Paradise Park sur ce même site en 1985. Ce n’est qu’en 1991 que le restaurant Le Canard sur le Toit voit le jour. Cet établissement traditionnel a bâti sa
réputation sur une cuisine de saison à base de produits locaux…. avec, il est vrai, quelques années d’avance sur tout le monde.

Diagonale : Et quelles ont été les principales étapes de votre développement ?
Jean-Claude : L’étape suivante est la création en 2005 d’un hôtel de 30 chambres en catégorie 4 étoiles, le seul dans cette gamme sur cette partie de l’agglomération toulousaine. C’est à ce moment que le complexe hôtel-restaurant prend réellement forme.

Diagonale : Anne, à quel moment intégrez-vous la structure “paternelle” ?
Anne : Après avoir fait mes armes dans diverses entreprises et mes 11 ans de bons et loyaux services chez Ikea, à la direction de différents services comme le dépôt ou la caisse centrale, je rejoins papa en 2011 avec une grande envie de partager cette aventure familiale.

Diagonale : Dans quel domaine vous êtes-vous investie particulièrement?
Anne : A cette époque, la partie extérieure des établissements avaient besoin d’un coup de jeune et je me suis concentrée sur l aménagement des espaces piscine et le restaurant attenant. C’est passé également par la création d’évènements de la pool party à la soirée à thème en passant par la création d’un bar à cocktail. C’est maintenant devenu un des lieux toulousains très prisé dès les premiers beaux jours. Cela nous a permis de toucher une clientèle que nous n’avions pas auparavant.

Diagonale : Quelles sont les spécificités de vos établissements?
Anne et Jean-Claude : En plus de notre clientèle naturelle de particuliers, nous sommes parfaitement adaptés à tout ce qui
est séminaires (11 salles prévues à cet effet), mariages, réception de club sportifs, par exemple ce mois-ci, nous accueillons
l’équipe nationale de Roumanie de rugby. Nous mettons réellement l’accent sur la qualité et complémentarité des services
que nous proposons.

Diagonale : Quels sont les projets qui sont dans les tuyaux ?
Anne et Jean-Claude : Nous en avons un imminent… en effet, en fin d’année, nous ouvrons 22 chambres dont 4 communicantes ainsi que 2 nouvelles salles de séminaires. Nous atteindrons alors une taille qui nous permettra d’accueillir des groupes d’un format différent tout en maintenant cette qualité et proximité. Nous mettrons alors l’accent sur cette nouvelle offre en renforçant l’identité du complexe Le Canard sur le Toit.

Diagonale vous souhaite bonne chance pour cette très prochaine extension et longue vie au Canard !

Share
© Patrice Massacret / www.patricemassacret.com

L’un des fers de lance de la municipalité de Plaisance du Touch sera la lutte contre les gaz à effet de serre. Dans ce sens, l’équipe municipale a décidé de montrer l’exemple en s’équipant tout d’abord de véhicules propres. « L’idée est d’amorcer la lutte face à l’urgence écologique », explique le maire de la ville. Un gage d’exemplarité que l’on retrouvera aussi dans l’éducation des plus jeunes, et une féroce sensibilisation au respect de l’environnement. « La municipalité souhaite cette année planter des arbres aux abords des écoles, au lac Soula, et dans les lieux publics. Une végétalisation qui permettra de limiter les émissions de CO2, et de lutter contre le réchauffement climatique », appuie Michèle Lavayssières. C’est ainsi que, par le biais de l’éducation, les bons réflexes écologiques se sèment. « Cette opération “ 1 Classe 1 Arbre ” sera initiée en octobre 2019. Nous voulons montrer que chacun a un rôle à jouer, et encourager les parents à planter à leur tour », conclut Philippe Guyot. Un acte pédagogique qui promet des lendemains plus purs, ou du moins plus éclairés.

Share

Créée en 1997 à L’Isle Jourdain, « L’Occitane » se perpétue désormais à travers ses 3 agences, son savoir-faire et son approche toute personnelle du métier. « Le moteur de notre enseigne réside dans la fraternité qui soude nos équipes, le savoir-être, la générosité et le fait de bâtir une véritable relation de confiance avec nos clients », expose David Gotti, gérant de la marque. Animée par un sens de l’humain fort, l’agence met un point d’honneur à proposer un service personnalisé pour mener à bien chacun de vos projets. « Ici, le client est roi, et l’accompagnement se fait sur mesure. A mon sens, un bon agent immobilier doit aimer les gens, être bienveillant, empathique, et avoir le goût de l’effort. Cela passe bien évidemment par une écoute attentive, mais aussi une forte présence sur les vitrines, les magasines et sites spécialisés », développe David Gotti.
Membre de la FNAIM, et du SIA31, un réseau qui a pour vocation à partager les mandats exclusifs avec 47 agences en région toulousaine, « L’Occitane » permet à se clients de bénéficier d’une offre très large. Forte de plus de 20 ans d’expérience, et spécialisée dans les demeures de charme et de caractère, l’enseigne propose de la vente, location, et gestion,avec pour devise : « Du studio au château, nous avons ce qu’il vous faut ! ».

Gestion – Location, choisir la sérénité avec l’Occitane

Depuis 2014, l’agence L’Occitane a créé un service location – gestion. Ayant pour objectif d’apporter le même service de qualité et de proximité qu’en transaction, deux personnes s’en occupent exclusivement au sein de l’agence sur un secteur géographique s’étendant de Toulouse à Auch. Ainsi les clients qu’ils soient propriétaires bailleurs ou locataires ont toujours les mêmes interlocuteurs pendant toute la durée de la location. La principale préoccupation de l’agence est d’apporter le meilleur conseil possible et des solutions adaptées et personnalisées à ses clients en location. Les tarifs en location et gestion sont raisonnables, de 12% TTC du loyer annuel partagés entre le bailleur et le locataire pour la location simple et de 7% du loyer hors charge pour la gestion. Une assurance loyers impayés peut être aussi proposée!

Le Marché immobilier de l’ouest toulousain se porte bien!

Territoire prisé, l’ouest toulousain semble gage de qualité de vie et de dynamisme. En effet, le secteur dispose de plusieurs cordes à son arc. Des entreprises locales de renom, comme Ecocert, Air Cost Control, ou encore Lauak, font la force économique de la zone. Mais c’est aussi un cadre de vie favorable qui finit de séduire. « Les citadins resteront du côté de la première couronne, véritable vivier d’emplois, tandis que d’autres s’éloigneront volontiers à la recherche de calme, loin des nuisances sonores de la ville. Des zones qui offrent une véritable qualité de vie, mais qui n’en demeurent pas moins bien desservies par les routes et le ferroviaire », complète David Gotti.
Un marché qui demeure porteur, grâce à l’attractivité du territoire et aux taux de crédit stables. Globalement, la région Occitanie continue donc de séduire. Avec un marché de l’ancien dynamique, l’immobilier se porte bien dans l’ouest toulousain. « Nous observons une forte demande et recherchons quotidiennement des biens à vendre. Les plus prisés sont des maisons assez proches de Toulouse, entre 250 et 300 000 euros. Mais la force du secteur réside dans son caractère rural, qui a su conserver son charme et son authenticité ». Une qualité de bâti remarquable, et des services de proximité qui allient praticité et confort sur un territoire toujours plus convoité.

L’Occitane Immobilier
L’ISLE-JOURDAIN 4 Place Gambetta, 32600 L’Isle-Jourdain
MAUVEZIN 7 Place de la Libération, 32120 Mauvezin
LÉGUEVIN 7 rue de Guyenne, 31490 Léguevin
www.occitane.fr
Tél. : 05 62 07 34 34

Share

21 mars au 20 avril
Travail : 
Sachez vous mettre en valeur, quitte à dénigrer les autres.  Amour : Prenez votre mâle en patience.  Santé : Faites un bilan de santé. Pensez à faire aussi un testament.

 

21 avril au 20 mai
Travail :
Evitez les hurlements devant vos supérieurs. Amour : Votre conjoint est magnifique et vous avez de bonnes raisons de vous inquiéter. Santé : Votre puissante énergie est…stupéfiante.

21 mai au 21 juin
Vie : 
RMI ou IRM…En tout cas, ça ne sent pas bon. Amour : Remplacez votre déodorant et les choses changeront. Santé : Soignez vous car vous risquez une crise deux fois.

22 juin au 22 juillet
Travail : En 2019, on ne tiendra pas compte de vos idées. Amour : Menacez votre conjoint mais toujours dans le respect de la personne humaine. Santé : Les antidépresseurs ne sont pas des tic-tac que l’on suce tout au long de la journée.

23 juillet au 22 août
Travail : Évitez les provocations. Enlevez votre gilet jaune avant d’aller au bureau. Amour : Cette année, vous serez seul. L’an prochain aussiSanté : Hygiène parfaite. C’est pas trop tôt.

23 août au 22 septembre
Travail : 
Flemme tenace. Amour : Donnez vous sans rien attendre en retour. Santé : Pratiquez la natation mais seulement si vous flottez.

23 septembre au 22 octobre
Travail : 
Ne prenez aucune initiative et tout ira bien. Amour : Ne cherchez pas à provoquer votre partenaire, vous n’en avez pas.  Santé : Bonne réserve de graisse. Vous pouvez envisager une grève de la faim.

23 octobre au 21 novembre
Travail
Vous n’hésiterez pas à trahir vos collègues. Faut dire que la crise est bien là. Amour Votre conjoint vous trompe mais ça, vous le saviez déjà.  Santé : De mal en pis.
22 novembre au 21 décembre
Travail
Soyez malins et serrez vous les coudes entre collègues. Pas trop fort quand même.
 AmourVos histoires de coeur pourraient vous rapporter beaucoup d’argent.  SantéVous vous sentez bien ? C’est le principal.
22 décembre au 20 janvier
Travail
Nette amélioration au bureau car vous réussirez à vaincre les oppositions sans violence.
 Amour:  Il vous faudra hélas hausser le thon pour vous faire entendre. SantéMoins de blanquette mais plus de raquette.
21 janvier au 18 février
Travail
Vous avez envie de réussir ? On ne dirait pas. AmourTenez compte des désirs du partenaire et équipez vous en conséquence. SantéBon moral mais le physique ne suit plus.
 
19 février au 20 mars
Travail
Évitez l’aide de vos collègues, ils n’y comprennent rien. AmourÉvitez vos ex. Jusqu’à nouvel ordre. Santéparler tout seul n’est pas en soi considéré comme une maladie.
Share

À l’heure où le dieu détox nous dicte ses 12 commandements, et où la culpabilité pèse sur ceux qui s’en écartent, la tendance 2019 se tourne désormais vers le plaisir. Saturés des jus de légumes, algues et tisanes, fatigués des préceptes hygiénistes à tout crin et de la tyrannie du « Well being »… on redécouvre sans complexe les joies de la gourmandise transgressive et des petits plaisirs interdits délectables. Repensée, réintroduite avec volupté et de manière intelligente, la retox consciente n’a que du bon. Alors, à l’image du yin et du yang, on équilibre, on alterne les cycles astreinte/ relâche… et on se fait du bien coûte que coûte !

Diagonale : Comment arrivez-vous à allier détox et gourmandise dans vos assiettes ? 
Le Canard Sur Le Toit : « Travailler avec les producteurs locaux est notre manière de contribuer à l’économie locale, et est surtout devenu notre identité. Une recette « healthy » peut tout à fait être gourmande, tout dépend des produits utilisés et de la manière dont ils sont cuisinés. Par exemple, accompagner un suprême de volaille ou un poisson blanc avec un accompagnement plus gourmand. Tout est dans l’équilibre ! »

D : Que recherche votre clientèle lorsqu’elle franchit le seuil de votre restaurant ?
LCSLT : « Notre clientèle cherche avant tout à se faire plaisir, avec de bons produits du terroir revisités et préparés Maison par notre Chef. Elle cherche des mets raffinés et de bons produits, nous essayons de les satisfaire avec des quantités généreuses et des plats suffisamment équilibrés. De plus, de par notre clientèle de plus en plus cosmopolite en séminaire, nous avons dû et su nous adapter à de nombreux régimes spéciaux : sans gluten, végétarien, végétalien… et cela fait notre force. Nous faisons du sur-mesure ! »

D : Alors détox versus retox : quelle est la tendance en ce qui concerne l’alimentation ?
LCSLT : « Je dirai que la tendance est de favoriser les petites cartes, qui tournent aux rythme des saisons, pour proposer à une clientèle de plus en plus exigeante et éduquée, des produits de qualité et de saison. L’hygiène de vie et l’activité physique sont devenues courantes chez les actifs. Attention, se priver n’est pas synonyme de santé mentale et physique ! Mais il demeure important de se faire plaisir et d’avoir un régime sain équilibré. »

LE CANARD SUR LE TOIT
58 Chemin de la Salvetat,
31770 Colomiers
Tél. : 05 61 30 37 83

 

Share