Author

diagonale

Browsing

A l’occasion des championnats de France de trampoline et de tumbling qui auront lieu à Colomiers, la rédaction a souhaité en savoir plus sur ce sport encore très méconnu du public !

Le tumbling est un sport spectaculaire, un dérivé comme tant d’autres parmi les sous-disciplines de la grande famille de la gymnastique. Il s’agit d’enchaîner des éléments acrobatiques successifs (8 minimum) sur une piste de 25 mètres de long qui rebondit un petit peu plus qu’un praticable de gymnastique, et ce, sans rupture de rythme ni arrêt. (piste soutenue par des racs en fibre de verre). En compétition, les athlètes effectuent deux passages lors des qualifications, puis deux autres lors du tour final. Chacun d’eux faisant l’objet, d’une note d’exécution et d’une note de difficultés. En France, le « Tumbling » fait partie d’une des sept disciplines que compte la Fédération française de gymnastique depuis 1999. Peu connu, donc peu pratiqué, il existe environ 500 licenciés en tumbling proprement dit, auxquels on peut rajouter approximativement 1 500 pratiquants licenciés en gymnastique. Amateurs de sensations fortes, le « Tumbling » est fait pour vous ! On retrouve généralement dans ce sport, les gymnastes dont les points forts étaient le sol ou le saut, et qui ont souhaité se reconvertir pour aller plus loin dans l’expression de leurs qualités acrobatiques.
Comment commencer ? Le Tumbling peut être commencé dès l’enfance. Pour faire ses premiers pas dans ce sport, il suffit de prendre une licence dans un club affilié à la Fédération francophone de Gymnastique, qui propose l’activité Tumbling, comme c’est le cas à Colomiers. Attention, rebonds turbulents ! Cette discipline se caractérise par une grande vitesse d’exécution, de technique, de force et demande beaucoup d’audace. Le gymnaste réalise cet enchaînement sans intermédiaire et exclut des mouvements de souplesse (renversement, roulade, souplesse arrière, …) Une mise en garde pour les personnes fragiles des articulations ! Le Tumbling est une pratique aussi bien féminine que masculine.

Championnats de France de trampoline et de tumbling.

C’est en présence de 43 équipes et des 350 meilleurs athlètes français, qu’aura lieu le championnat de France de trampoline et de Tumbling. Rendez-vous le 24 et 25 novembre pour assister à du très beau spectacle.

Maison Régionale des Activités Gymniques, Complexe sportif de Capitany. www.etoilegymnique.fr

Share
Et si vous preniez rendez-vous avec votre caisse ?

« Aujourd’hui j’ai rencard avec ma caisse ! »… attention tout de même, le moindre retard vous sera fatal !

Issue de la généralisation des smartphones et surtout de la géolocalisation qu’ils proposent, cette solution plaît, surtout à la nouvelle génération. Le principe : une application créée par l’enseigne que vous téléchargez sur votre smartphone, va vous permettre de vous insérer dans une file d’attente numérique. Dès votre entrée dans le magasin ou pendant vos emplettes, réservez votre horaire de passage en caisse ! À l’heure choisie, un peu avant même, vous recevrez des notifications vous invitant à vous diriger vers une caisse particulière… Sur place, vous bénéficierez d’un passage prioritaire. Résultat : votre temps est rentabilisé à son maximum. Ce système semble aussi rassurer les consommateurs qui, finalement, sont plus détendus pendant le temps de courses et même confiant, de se diriger vers une caisse qui leur est entièrement réservée. Le taux de satisfaction « théorique » est très élevé.  Cette solution souffre malgré tout, de certains inconvénients qui ont du coup tendance à plomber le taux de satisfaction « réelle » : d’abord, il vous faut une connexion 3G ou wifi, ensuite, beaucoup de clients ne respectent pas l’horaire et décalent forcément leur passage. Enfin, le seul fait de vous « géolocaliser », va permettre à l’enseigne d’ouvrir un canal de communication direct avec vous… Prenez garde aux multiples notifications d’offres promotionnelles que vous recevrez à chaque fois que vous tournerez dans tel ou tel rayon du magasin. Vous êtes pistés !

TEST

Carrefour lance 3 applications mobiles « coupe-file » pour dématérialiser l’attente en caisse. Baptisées LineBerty, Minut’Pass et Je File, elles auront pour mission de fluidifier le passage en caisse. Le principe de “Je File”, vous insérer virtuellement dans le trafic en caisse, tout en continuant vos courses. L’état de la file d’attente est consultable via votre smartphone, et une notification vous prévient de la possibilité de passer en caisse. Soit vous acceptez, soit vous décidez de reporter votre passage à plus tard. Quant à la réservation en avance d’un horaire précis de passage en caisse, elle se fera via l’application “LineBerty” ou “Minut’pass”… La réservation aboutit à un ticket virtuel, un peu comme celui que l’on doit récupérer aux stands charcuterie et fromage !

Share
 
Décentralisation de la caisse avec le MPOS !

« Tout vient à point, à qui sait attendre »… MPOS veut dire « Mobile Point Of Sale ». Si vous n’allez pas à la caisse, c’est la caisse viendra à vous ! Le principe : les enseignes déplacent le paiement au niveau du rayon, au plus près de votre acte d’achat, en équipant ses vendeurs de tablettes ou de smartphones. À ce niveau, il n’y a même plus de caisses fixes ! L’intégration de techniques digitales dans le magasin va permettre une transformation encore plus radicale du passage en caisse : les caisses sont désormais dématérialisées et donc mobiles ! Résultat : un gain de temps indéniable et un acte de paiement convivial avec une hôtesse qui vient jusqu’à vous. Autre avantage, selon l’affluence des clients, l’enseigne adaptera « l’ouverture » de plus ou moins de caisses mobiles !

TEST

J’ai testé le MPOS chez McDonald’s à Colomiers-Perget !
« Je rentre dans le restaurant, il y a foule. Bien entendu, on est en période de vacances scolaires, et le restaurant affiche presque complet.
Les bornes automates de commandes sont déjà toutes prises d’assaut et les clients y font même la queue. Je décide d’aller au comptoir, pas mieux… mais quand il faut, il faut ! 1 minute plus tard, une hôtesse vient à moi, dans la queue, pour passer ma commande et encaisser la note. Résultat : le paiement s’est fait à moitié chemin, pendant mon temps d’attente. Arrivée au comptoir, je récupère juste mon menu. Un gain de temps certes, mais j’ai tout de même dû faire la queue jusqu’à ce que ce soit mon tour ! Je remarque que le point positif de ce système est plus rentable pour le restaurant que pour le consommateur.

Share
Une technique plus récente et plus équitable : la file unique !

« Allez, encore un problème technique, pourquoi ça tombe toujours sur ma caisse ? » Faute à pas de chance, mais qui, honnêtement, n’a jamais dit cela en caisse ?
Et bien, avec l’installation d’un lieu d’attente unique, non seulement vous ne le direz plus, mais en plus, vous allez modifier radicalement la scénographie du passage en caisse. Fini les files individuelles, les caisses sont, en quelque sorte, mutualisées !
Cette solution permet de traiter 3 X plus de paniers par comparaison à une organisation « classique ». Elle offre aussi une souplesse importante, avec une adaptation en temps réel de l’effectif des hôtesses de caisse, par rapport à votre attente.
Le principe : une file d’attente unique installée devant plusieurs points de paiement. Un écran dédié (ou un employé) vous oriente vers une caisse dès qu’elle est libre. Résultat : en plus de raccourcir la durée d’attente en caisse, cela permet d’optimiser le flux et d’éviter des frustrations. Vous n’avez plus à vous soucier se savoir si c’est la file de la caisse à gauche ou à droite qui avance le plus vite !

TEST

J’ai testé chez Carrefour Purpan la file unique. « Gros chariot de courses, tous à la queue leu leu, les uns derrière les autres êtres deux rubans rouges… Non seulement je ne suis pas à Cannes, mais au premier abord, j’ai le sentiment que je vais en avoir pour des heures tellement la queue est longue. Contre toute attente, elle avance relativement vite et je suis finalement agréablement surprise car mon temps d’attente n’a même pas excédé 10 minutes. En voilà un point positif ! » Au final, je remarque que le temps d’attente, même réduit, est toujours là ! Et certaines enseignes, qui pratiquent la file unique comme Carrefour, Cultura, ou encore la FNAC, en profitent même pour faire gonfler votre note en proposant des articles supplémentaires tout au long de la file unique… Un conseil : résistez à la tentation !

 

Share

C’est parti… Humidité et baisse du thermomètre annoncent les frimas de l’hiver. Pour se prémunir du froid ou de la fatigue, donnez un petit coup de boost à votre organisme. La recette : adopter un mode de vie sain et renforcer vos défenses au naturel. La recette de vos magasins Biocoop pour ce mois de novembre : une sélection de produits à découvrir ou redécouvrir en magasin… A vous le plein de vitamines et d’énergie chez Biocoop !

Faites une cure de vitamines avant l’hiver

On y est, « ils » sont de retour… Maux de tête, éternuements, petites fièvres, nez qui coule, gorge qui gratte… Bref, dès l’automne, les premiers symptômes des virus surgissent, et avec eux, toute une artillerie (lourde) de publicités pour les cures anti-fatigue, anti-infections, anti-oxydants, etc…de quoi techniquement, rebooster, régénérer, stimuler vos défenses immunitaires bien avant l’arrivée des gros froids et sa ribambelle d’affections. Cependant, même s’il est souvent préconisé aux intersaisons, le « fameux » cocktail de vitamines, le sauveur des maladies de l’hiver, est-il réellement un bon réflexe ?

Les vitamines, c’est quoi ?

Tout d’abord, une vitamine c’est une substance organique active, vitale, indispensable en infime quantité à la croissance et au bon fonctionnement de votre organisme, mais, qui ne peut le produire lui-même… D’où le fait de « devoir » en prendre ! Vous avez donc tous besoins de vitamines pour être en bonne santé et, toute carence peut même avoir de néfastes conséquences. Pour en prendre, rien de mieux que votre alimentation ! Votre apport en fruits et légumes amènera son lot de micronutriments, vitamines et antioxydants qui s’opposent aux radicaux libres pour au final renforcer vos défenses immunitaires. Attention tout de même, les vitamines ne guérissent pas les maladies, elles y contribuent seulement !

Retour en force des huiles essentielles.

Il y a 50 ans tout juste, plus de 300 huiles étaient commercialisées contre un peu moins de 200 huiles différentes de nos jours. Mais le marché de l’aromathérapie est de nouveau en pleine croissance (+20 %), un indicateur fiable pour montrer l’engouement grandissant des consommateurs pour les bienfaits sur la santé et le quotidien de ces petites fioles. Issues de la distillation de plantes aromatiques ou de l’expression à froid des zestes d’agrumes, les huiles essentielles proposées chez Biocoop (et elles sont très nombreuses…) sont 100 % bios et naturelles. À adopter pour prévenir les maux du quotidien et renforcer les défenses immunitaires, Biocoop vous conseille d’opter pour les huiles essentielles de Palmarosa et de Tea Tree.

Pour aller plus loin…
Parfumerie, alimentaire, aromathérapie, il existe de multiples destinations pour un marché des huiles essentielles dont la production mondiale est en croissance régulière, et estimée à plus de 110 000 tonnes ! Alors, même si l’alimentaire constitue le principal usage des huiles, celui des parfums et de la cosmétique ne cessent de grappiller des parts de marché. Pour aller plus loin, vous trouverez de nombreux ouvrages sur le sujet.

Sélection Biocoop : 250 remèdes naturels à faire soi-même
Dr Claudine Luu, préface de Jean-Marie Pelt, Édition terre vivante. Découvrez dans ce livre 250 recettes simples à réaliser pour soigner toute la famille.

Share

C’est une première à Toulouse. Une microbrasserie entièrement dédiée à la fabrication artisanale de bières houblonnées, d’inspiration nord-américaine, vient juste d’ouvrir ses portes en bout de piste de l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Venez découvrir ce nouveau lieu de dégustations, partage et découvertes… Levons notre galopin, demi, voire pinte à sa santé, et souhaitons à « Brasseur Toulousain » la bienvenue !

Au comptoir, vous rencontrerez la famille Mabille, Martin, Simon et Joany. Vous pourriez y venir par curiosité, juste pour savoir comment sur la base d’un crowdfunding, ils ont réussi en seulement 1 an à concrétiser leur rêve en donnant vie à ce projet… Ou, vous pourriez y venir pour son magnifique pub (Brewpub), son décor et surtout, voir depuis sa terrasse, les avions qui décollent dans le ciel en bout de piste… Mais, la rédaction, elle, vous conseille de venir plutôt pour voir son atelier ! Vivez une expérience unique à 360° dans le monde de la brasserie… Le pub offre depuis les tables de sa mezzanine, une vue imprenable et panoramique sur la zone de production de ses bières. Une gamme de 4 bières, avec des degrés de houblonnage différents, 4 bières signées BBT (au nom de l’enseigne), toutes inspirées des 4 destinations que l’on peut prendre lorsque l’on quitte la périphérie de Toulouse : prenez la direction de la ville, avec la Green Lights, ou direction la montagne, avec la White Cliff, et pourquoi pas faire un p’tit tour à l’océan, avec la Red Storm ou, carrément choisir d’aller piquer une tête à la mer, avec la Blue Bay ! C’est une invitation au voyage que vous propose cette startup familiale « Brasseur Toulousain » au travers de ses créations. D’ailleurs, c’est elle-même qui le dit en lettre capitale dans son atelier de fabrication : ici, vous venez pour « BOIRE LE MONDE AUTREMENT » !

RDV au 6 rue Emile-Dewoitine, 31700, Cornebarrieu
Plus d’infos sur Facebook.com/BrasseurToulousain
www.brasseur-toulousain.fr

Share

La gourmandise est une source de bonheur inépuisable… Et si vous ne pouvez malheureusement pas acheter du bonheur, vous allez pouvoir par contre, acheter du chocolat… et, c’est presque pareil !

Ouverte depuis fin octobre, une nouvelle boutique « De la Fève au Palais» (en plus de celle de Fonsorbes et de Tournefeuille), vient d’ouvrir ses portes au centre commercial du Perget, à Colomiers. Profitez-en pour vous offrir une petite douceur pour les fêtes (ou toute l’année, c’est encore mieux !). Après tout, il n’y a pas de mal à se faire plaisir ! « La vie est comme une boîte de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber »… et lorsque vous rentrez dans la boutique, on comprend facilement que tout va être, effectivement, une question de choix ! D’abord, le choix des pièces à croquer… Chocolats à l’unité ou vendus au kg, coffrets de Noël, paniers gourmands, grosses pièces de toutes forme (Père Noël, chouettes, hiboux ou pourquoi pas des talons aiguilles)… mais également, celui des confiseries à déguster… Fruits confits, pâtes d’amandes, orangettes, citronettes, rochers, mendiants, nougat, pater à tartiner, mais aussi des glaces artisanales, etc… Tout y est ! Et comme si cela ne suffisait pas, pour vous faciliter encore, un petit peu plus la tâche, rajoutez-y le choix des saveurs… Notes fruitées ou florales, acides, amères, sucrées, salées, bref, vous aurez de quoi vous donner le tournis et l’eau à la bouche par avance ! Heureusement, chaque conseiller (ère) sont des experts qui sont là pour vous aiguiller et faire de votre visite, non pas une épopée, mais un pur instant de plaisir gourmand ! Boutique ouverte du lundi au samedi de 10h/14h – 14h30 à 19h, ainsi que le dimanche matin de 10h à 13h.

De la Fève au Palais, Centre Commercial du Perget
4 avenue André-Marie Ampère 31770 Colomiers

Une épopée locale

Petit quart d’heure de régression, avec un tour à la chocolaterie de Fonsorbes, où les odeurs et les saveurs qui s’en dégagent, donnent à l’air du temps un doux parfum de nostalgie pur sucre… Oui, c’est ici, que tous les chocolats, sans exception, sont réalisés.

Le chocolat, est une matière noble et sacrée qui vit et se transforme, bien plus que de l’art, c’est de la magie ! Une magie qui ne joue que sur l’origine et le choix des cacaos… Tous des grands crus, sans aucun mélange de fèves ou de cacophonie de saveurs ; pas de sucre rajouté, ni d’arômes artificiels et sans conservateurs… des purs origines, qui font ressortir les provenance équatoriennes, brésiliennes, boliviennes, péruviennes, vietnamiennes, et bien d’autres lieux ! Du vrai chocolat, noir, blanc ou au lait, au gout du fruit et non pas au gout de sucre, avec un respect des matières brutes essentiel. Les arômes, eux aussi, viennent directement de fleurs ou épices de l’étranger
(1 voyage par an pour se fournir) et sont d’ailleurs savamment gardés intacts dans chacune de ses petites douceurs… Pistache d’Iran, vanille de Tahiti, poivre de Madagascar ; plus localement, miel de châtaigner, basilic citron, sans oublier, le fer de lance de la maison, le fameux praliné fait maison, réalisé à partir de fruits secs fraichement récoltés.
Venez jeter un œil à cette chocolaterie, vivez cette expérience comme le départ d’un voyage initiatique du chocolat… Voyagez au gré de vos goûts et de vos envies et prolongez ce moment en boutique, en renouvelant sans cesse cette invitation, à chaque nouvelle bouchée !

Chocolaterie de Fonsorbes
Contact : 05 62 20 82 76
www.delafeveaupalais.com
3 Avenue Jean Monnet,
31470 Fonsorbes

 

Share
Autre technique d’automatisation des caisses, le « Self-Scanning » ou scan automatique, qui s’adresse aux chariots et plus gros achats.

Vous prenez à l’entrée du magasin un petit appareil, avec lequel vous scannez au fur et à mesure les produits que vous mettez dans le chariot. Ensuite, passez à une borne spéciale et réglez vos achats. Ultra pratique et timing visiblement très réduit, certains clients plébiscitent même son avantage pour contrôler à tout moment le montant de vos courses. Trop beau pour être vrai ?

Si tout se passe bien, sans aucune intervention dans le déroulement de vos achats, oui, ce système semble être trop beau… Mais, effectivement ce n’est pas toujours le cas. Explication. Les employés postés là pour intervenir en cas de problème, et qui sont censés effectuer une fois sur dix une vérification totale du contenu du chariot (en repassant les produits comme à une caisse traditionnelle), sont désormais tenus de le faire 1 fois sur 3, car ce système affiche un taux de démarque énormissime ! Résultat, l’hôtesse est perçue comme un gendarme et le client vit très mal (90 % du temps), d’un, de perdre du temps alors qu’il est censé en gagner, de deux, ce sentiment d’être soupçonné de vol… Ce système conçu au départ pour plaire au public, ne tient pas vraiment ses promesses à 100%. D’ailleurs, les grandes surfaces qui utilisaient le « Scan-Achat » chez E.Leclerc ou le « Scan-Lib » chez Carrefour,etc… tendent à abandonner petit à petit ce système pour d’autres innovations… à suivre !

Share

La saison de la châtaigne a commencé et le ramassage en forêt est une des activités familiales favorites de l’automne… Attention tout de même avant d’aller remplir votre panier, vérifiez bien que vous êtes dans une forêt domaniale et pas un bois privé, au risque de vous prendre une amende ou une prune pour quelques châtaignes !

Du côté du fruit, si sa richesse en vitamines et oligo-éléments en fait le parfait allié du sportif, ses bienfaits sont aussi profitables à tous ceux qui ne le sont pas ! Source de minéraux (fer, phosphore, cuivre…) et de vitamines B et C, la châtaigne est surtout riche en amidon “résistant”,
c’est-à-dire digéré lentement et incomplètement : elle remplit l’estomac sans entraîner de pic de glycémie (indice glycémique 65, contre 85-90 pour la plupart des féculents). Pour la petite histoire, la châtaigne qui était considérée comme le fruit du pauvre hier, est aujourd’hui hissée au statut du fruit de luxe. Son prix au kilo atteint des records chaque année, frisant les 10 € le kilo chez certains marchands. Coup de « marron » sur les tarifs de ce fruit des bois d’hiver, qui étonnent la plupart des consommateurs, qui, il y a encore quelques temps, se régalaient d’une poignée de châtaignes cueillies (ramassées) au détour d’une balade en forêt. Un petit plaisir à l’entrée de l’hiver qui ne coûtait pas grand-chose… Or, de nos jours, la châtaigne n’est plus du tout le fruit du pauvre. Avec (presque) ses 10 € du kilo sur certains étals (autour de 4 à 6 € pour le marron), ce fruit frais est devenu une denrée de luxe ! Tous les commerces se sont d’ailleurs lancés sur cette tendance des produits élaborés à la châtaigne. En pleine expansion, ce marché vous propose de trouver en plus des quelques fruits à faire griller dans la cheminée, de quoi délicieusement compléter vos emplettes : des terrines ou pâtés à la châtaigne, des confitures et des pâtes à la châtaigne, voire même des sucreries ou encore de la farine de châtaignes.

châtaigne ou marron, quelle différence ?
La châtaigne est le fruit du châtaignier sauvage. Le marron, que nous consommons sous diverses formes (marron glacé, crème de marrons, dinde aux marrons, …), est en fait une grosse châtaigne cultivée, ronde et sans replis de peau à l’intérieur de la chair. La bogue du marron ne contient qu’1 seul fruit, alors que celle de la châtaigne en comporte 3.

Share
La caisse automatique « libre-service »

Très bien perçue par le public, vous ne gagnez pourtant pas de temps ! Déployées progressivement depuis 15 ans dans les grandes enseignes comme Auchan, Casino, Carrefour, E.Leclerc, Super U (Colomiers et Léguevin en sont équipées), etc… elles font désormais parties du paysage des surfaces de vente, même non alimentaires, comme chez Ikea, Alinéa, mais aussi Leroy-Merlin, Décathlon ou encore, dans la restauration, chez Mac’Do !

Seul le secteur du textile reste encore en retrait… Aujourd’hui, elles sont donc plus de 13.000 en France, et assurent entre 20 à 40% des flux dans le secteur alimentaire, et jusqu’à 70 % par exemple chez Alinéa. Le principe : cette caisse spéciale vérifie la correspondance entre la référence scannée et le poids de l’article. Ses limites ? Elle s’adresse surtout aux petits paniers (-10 articles). Or, la grande surprise, c’est que vous ne gagnez pas une seule seconde ! En moyenne, vous scannez entre 5 à 8 articles par minute au lieu de 20 minimum pour une hôtesse de caisse… Vous perdez aussi du temps à ranger, sans compter le nombre de fois où vous devez faire appel à l’employé posté là, pour gérer les blocages du logiciel de 4 postes en même temps… Résultat, vous perdez même du temps. Alors pourquoi ce concept est-il si apprécié ? C’est simplissime : puisque vous vous activez à la tâche, vous avez le sentiment d’aller plus vite et de ne pas perdre votre temps inutilement… Ici, seule votre perception du temps d’attente diminue, nuance importante…

TEST

J’ai testé la caisse libre-service chez Leroy Merlin Colomiers. Passage en caisse avec 4 articles dans une caisse automatique et même chose, avec une hôtesse de caisse. Résultat : j’ai attendu 4min de plus en caisse traditionnelle car il y avait la queue devant moi ; Si je ne tiens compte que du passage du scan des articles jusqu’au paiement, j’ai noté que le timing était plus court avec l’hôtesse. Donc, ce fut approximativement équivalent, mais idéalement, je dirai que j’ai gagné un « bonjour », un sourire et un « passez une agréable journée » de la part de l’hôtesse en passant à une caisse traditionnelle !

Share