Author

Phillipe M.

Browsing

Lorsque vous faites construire votre maison, vous êtes protégé par cette assurance qui couvre les défauts pendant 2 ans.

C’est l’une des grandes avancées portées par la série de réglementations que les pouvoirs publics ont rédigés depuis plusieurs décennies : la garantie biennale protègent les consommateurs contre certains défauts qui pourraient survenir après la construction de leur maison. Elle doit être obligatoirement souscrite par le constructeur, au profit de l’acquéreur ou du maître d’ouvrage. Cette garantie vous permet donc d’être couvert pendant 2 ans maximum à compter de la réception de l’ouvrage en cas de défauts constatés sur la construction, à condition qu’il s’agisse de défauts dissociables de la construction. Sont donc concernés le dysfonctionnement ou les vices cachés qui ne concernent pas la structure même de la construction, par exemple les radiateurs, les équipements de la cuisine, les portes intérieures, les faux plafonds, les revêtements muraux, la robinetterie ou la chaudière. Ces éléments ne doivent pas faire corps avec les fondations ou les ossatures.

Notez que les éléments inertes tels que peintures, moquettes, parquets sont même garantis jusqu’à 5 ans. Pour mettre en oeuvre la garantie biennale, vous devez mettre en demeure par lettre recommandée le constructeur de réparer ou remplacer l’élément défectueux.

 

Share

« Une certitude pour cette fin d’année 2018 : les taux bas se maintiennent ! » indique Frédéric DEVAUX, directeur des agences de Toulouse OUEST « Empruntis l’Agence ».

Si la majorité de nos partenaires bancaires ont atteint leurs objectifs ou vont les atteindre, ils continuent d’être volontaires dans la conquête de nouveaux clients. Certaines banques sont en effet déjà dans les perspectives de 2019. De plus, elles n’ont pas de « raison » d’augmenter leurs barèmes alors que les OAT (indice pertinent pour évaluer l’évolution des taux) sont stables. Si les taux mini (ceux dont profitent les meilleurs profils d’emprunteurs) présentent des hausses, ce n’est pas parce qu’il y a une vague d’augmentations chez les établissements bancaires. Il s’agit seulement de l’enseigne nationale qui offrait les meilleures conditions et affiche désormais une légère hausse sur son barème. Dans un même temps, plusieurs partenaires bancaires présentent des baisses, et les taux moyens en sont impactés : sur 42 taux moyens (7 régions, 6 durées) 15 sont à la baisse.

2019 : DES PERSPECTIVES POSITIVES

Selon les premiers retours des partenaires d’Empruntis, les objectifs commerciaux des banques pour l’année prochaine devraient rester ambitieux. Les établissements ayant réussi à atteindre leurs objectifs 2018 tendent vers des objectifs équivalents en 2019. Ceux qui ne les atteindront pas chercheront à surpasser le réalisé 2018. Ceci dans un contexte de marché peut-être plus contraint ce qui contribuera à maintenir les taux bas (même s’ils devraient remonter légèrement). La seule inquiétude réside dans la sérénité des Français : hausse des taxes, perception du coût de la vie … Mais aussi l’impact psychologique du prélèvement à la source dès la fin du mois de janvier. Bien que sans impact négatif sur le pouvoir d’achat immobilier des ménages, ces derniers mettront sans aucun doute un bon trimestre à prendre la mesure de leur nouvelle paye.

Share

Ce mois-ci, nous prenons de bonnes résolutions : un peu de sport avant les repas de fin d’année. Rendez-vous avec Laurent Percebois, directeur Décathlon Colomiers depuis plus de deux ans.

Diagonale : Laurent, quel a été votre parcours personnel et professionnel qui vous a amené à ce poste de directeur de Décathlon Colomiers ?

Laurent Percebois : A vrai dire, mes études ne me dirigeaient vraiment pas à travailler dans la distribution spécialisée ou le commerce… et je dirais même plutôt l’inverse. En effet, je suis allé jusqu’à ma 3ème année de thèse en droit en vue d’être enseignant universitaire ! Je suis rentré dans ce domaine d’activité vraiment par hasard puisque c’est en effectuant un job d’été en 2006 comme hôte de caisse que j’ai fait mes premiers pas dans cette enseigne et ce, pendant 5 années comme job étudiant. Je me suis surpris à être très intéressé par ce rapport à la clientèle jusqu’au jour où un responsable de magasin m’a fait assez confiance pour me proposer un poste de chef de rayon. Et j’ai définitivement opté pour travailler dans la distribution spécialisée puisque je suis resté à ce poste environ 3 ans passant des sports collectifs à la randonnée, activités pratiquées personnellement.

Vous êtes sûrement passé par d’autres postes avant de diriger un magasin comme celui de Colomiers ?

Oui, bien sûr en particulier à Tarbes comme responsable du service client et gestion du personnel et enfin directeur adjoint à Portet. Ce n’est qu’en avril 2016 que l’on me propose la direction du magasin de Colomiers. Il est vrai que je me sens totalement épanoui à diriger ce site car je vis au quotidien les valeurs de l’entreprise qui sont, avant tout, la vitalité et la responsabilité.

Quelle est pour vous, Laurent, la particularité du site de Colomiers ?

Bien que notre enseigne n’a jamais cherché à créer de la concurrence entre les différents magasins Décathlon sur une même agglomération mais plutôt à trouver un maillage cohérent et assurer un maximum de proximité pour satisfaire notre clientèle, je dirais que la spécificité du magasin de Colomiers, en lien avec sa surface de vente de 6000 m2 est le choix important de produits et surtout la possibilité de pouvoir tester un maximum d’activités sportives sur site.

Quels seront les projets à venir sur Colomiers ?

Tout d’abord nous mettrons en 2019 à disposition de nos clients une nouvelle salle de 150 m2 pour venir découvrir de nouvelles activités et de nouveaux produits. L’objectif étant de les conforter dans leur choix, de mettre en avant les marques passion Décathlon comme Quechua ou Btwin qui n’ont, bien souvent, rien à envier aux marques historiques. Cela nous permettra d’avoir en temps réel les remontées de notre clientèle, c’est primordial pour nous dans notre objectif d’amélioration permanente de notre offre.

Et sur l’enseigne Décathlon de manière plus générale ? 

Cela va toujours dans le même sens et dans l’ADN de Décathlon, qui est de toujours garder un temps d’avance sur nos confrères, via nos Hommes et nos produits, en proposant plus d’activités sportives, plus de zones de test, pour faire vivre notre sens : rendre le sport accessible au plus grand nombre. Nous développons également tout le service que l’on retrouve dans d’autres domaines de la distribution comme les livraisons dans les 2 heures qui suivent la commande, les facilités de paiement toujours en accord avec les dernières technologies digitales et bientôt des déplacements dans nos magasins plus faciles suivant le produit recherché.

Share

A l’approche de la retraite ou même passé celle-ci, les ménages pensent souvent qu’emprunter pour acheter leur résidence principale sera très difficile ! C’est sans compter l’expertise des courtiers Empruntis l’agence. Il existe de nombreuses solutions pour ces profils :

Prêt modulable ou prêt multi-ligne pour s’adapter à l’évolution des revenus au passage à la retraite
Des durées longues (jusqu’à 35 ans) pour conserver du pouvoir d’achat
Financement sans assurance emprunteur
Souscription possible jusqu’à un âge avancé…

Seule l’étude du dossier permet de définir la bonne solution qui permettra à vos clients ou prospects seniors de réaliser leur projet ! Consultez-nous !

ÉVOLUTIONS DES TAUX NATIONAUX

« La rentrée est passée, les banques retrouvent leurs effectifs au complet et on constate que les politiques commerciales demeurent les mêmes que celles établies avant l’été : la conquête et les décotes. Une situation atypique qu’habituellement, à cette époque de l’année, nombreuses sont les banques ayant atteint leurs objectifs… Cette situation offre un avantage supplémentaire aux emprunteurs : la possibilité de mettre en concurrence un maximum de banques ! » révèle Frédéric DEVAUX, directeur des agences « Empruntis l’agence »de Toulouse Ouest.

ÉVOLUTIONS EN RÉGION

Les taux, ce mois-ci, présentent les mêmes taux que le mois dernier dans la région Sud-Ouest. C’est une bonne nouvelle puisqu’il faut rappeler qu’actuellement les taux sont quasiment aussi bas que ceux connus lors du plancher historique à l’automne 2016.


Share

Il est vrai que la France a beaucoup de retard dans ce mode de construction comparativement aux pays nordiques mais ce n’est pas une raison pour ne pas se pencher sur les nombreux avantages que représente ce mode de construction.

Sa légèreté structurelle
Le bois est un matériau jusqu’à 7 fois plus léger que le béton (à structures égales) qui permet de réduire significativement le volume structurel de l’ouvrage. Ces panneaux sont très facilement facilement transportables à un coût raisonnable. Vous pourrez également construire sur tous types de terrain (emplacement peu stable, à forte déclivité, lot enclavé ou exigu…).

Pour sa rapidité d’exécution
Les panneaux d’ossature peuvent être livrés entièrement équipés, fenêtres et parements compris. Un montage d’éléments selon le degré de préfabrication en atelier engendre des frais réduits de main-d’oeuvre, de structure et d’outillage. Une équipe réduite composée de 3 ou 4 personnes suffit au montage. Une construction en ossature bois nécessite peu de main-d’oeuvre. Le montage s’effectue en quelques jours grâce à des engins de levage.
Les chantiers sont très courts : une semaine suffit pour mettre une maison hors d’eau et hors d’air. Les autres corps d’état peuvent ensuite intervenir à l’abri des intempéries. Il n’y a pas d’attente concernant le temps de prise ou de séchage. Le montage de l’ossature est réalisé avec un minimum de découpes (peu de pertes en termes de budget et d’environnement).
Tous les déchets restent recyclables. Le chantier et ses abords restent propres. Le confort intérieur est difficilement comparable avec une maison traditionnelle et les coefficients  d’isolation bien supérieurs. À architecture égale, l’ossature bois est plus économique que le parpaing et beaucoup plus saine. Voici quelques bonnes raisons de se poser la question, non ?

Share

Une fois n’est pas coutume, notre “Café avec” sera pris, non pas avec un seul  interlocuteur, mais avec l’équipe dirigeante d’Empruntis, agences spécialisées en courtage de prêts immobiliers. Cela tombe bien car les responsables des 3 agences du secteur Grand Ouest Toulouse, Frédéric Devaux (Colomiers), Julien Blaser (Tournefeuille) ou Julien Raussou (L’Isle-Jourdain) ne parlent que d’une seule et même voix. 

De gauche à droite, Julien Blaser (Tournefeuille), Julien Raussou (L’Isle-Jourdain) et Frédéric Devaux (Colomiers)

Diagonale : Pouvez-vous nous raconter la naissance et le développement de vos agences Empruntis ? 

Empruntis : Frédéric, pendant son ancienne activité de directeur d’agence au Crédit Agricole, avait un fort penchant pour la partie crédit immobilier. C’est donc naturellement que l’idée de se mettre à son compte pour ouvrir une agence de courtage en prêts immobiliers lui est venue. C’est ainsi que la 1ère agence sous enseigne Broker France a vu le jour à Colomiers il y a maintenant 10 ans.

Pourquoi à Colomiers ? 

Nous sommes tous les 3 de ce secteur puisque les 2 juliens habitent actuellement sur Colomiers et Frederic y a habité et travaille durant de longues année avant de commencer l’aventure EMPRUNTIS . Nous investir sur notre secteur d’origine est donc naturel de ne faut pas oublier le bassin d’emploi autour de l’aéronautique. Tout simplement pour son bassin d’emploi autour de l’aéronautique, entre autres.

Après ce démarrage en 2008, comment s’est déroulée l’évolution d’Empruntis et arriver à l’ouverture de 3 agences ?

Depuis 10 ans, nous avons eu une progression constante avec plus de 2500 clients financés. Le marché de l’immobilier toulousain est toujours soutenu. Cette évolution a été maintenue et accentuée par l’ouverture de l’agence de l’Isle-Jourdain en 2011, dirigée par Julien Raussou. Nous espérons que l’ouverture de la nouvelle agence de Tournefeuille, dirigée par Julien Blaser, nous permettra de continuer notre progression. Nous étions un des premiers sur le marché local. Cela nous a sûrement donné un petit temps d’avance sur nos concurrents, venus depuis, s’installer sur les communes de l’ouest de Toulouse. Notre idée était, avant tout, de mailler le territoire et de donner ce service de proximité qui fait la différence avec nos confrères. Nous les accompagnons complètement de la signature du compromis de vente au déblocage des fonds. Nous avons toujours cherché à privilégier nos clients en particulier avec l’engagement exclusif de notre réseau qui est « la garantie du meilleur taux *»

Comment envisagez-vous la position d’Empruntis dans les années à venir sur l’ouest toulousain ? 

Nous allons chercher à consolider notre position, asseoir notre implantation locale pour pérenniser notre activité. Le service rendu au client est notre gage de développement, c’est pourquoi nous mettons tout en oeuvre pour satisfaire celui-ci.

Vous vendez uniquement du courtage en prêts immobiliers ? 

Non car nous avons deux autres activités en liaison avec celle-ci : le courtage en assurance de prêt et le regroupement de crédit. Nous le travaillons de la même manière que le crédit immobilier. Le meilleur taux du marché, le service et la proximité.

Share

Il a été créé en 1994 à l’initiative de chefs d’entreprises columérins.
Petit à petit, de nombreux nouveaux adhérents sont venus gonfler les rangs de ce
club qui fédère aujourd’hui une centaine de membres.
A ce jour, le territoire du CEO concerne l’ouest toulousain, de la rive gauche de la Garonne
aux portes du Gers. Les entreprises adhérentes sont columérines pour la plupart mais
également des communes du secteur : Toulouse, Tournefeuille, Cornebarrieu, Blagnac, Plaisance du Touch, Cugnaux, Léguevin, Pibrac, Lévignac…Au fil des ans, le CEO a tissé des relations privilégiées avec les collectivités. En premier lieu, avec celle de Colomiers, berceau historique du CEO mais aussi Tournefeuille et, prochainement, Cornebarrieu.
Des actions citoyennes sont menées sur ces territoires à travers l’emploi, l’éducation et l’accompagnement de jeunes entreprises nouvellement créées. Toutes ces initiatives sont régulièrement animées par les chefs d’entreprises membres du CEO qui agissent bénévolement sur l’Ouest Toulousain.

Share

Il est actuellement possible de changer d’assurance dans les 12 premiers mois suivant la souscription de son emprunt. Depuis le 12 janvier 2018, toutes les personnes qui détiennent un crédit immobilier peuvent désormais changer d’assurance en cours de prêt à chaque date anniversaire du contrat.

Attention, il faut s’y prendre au moins deux mois avant la date d’échéance en envoyant un courrier de résiliation à sa banque, accompagné du nouveau contrat d’assurance. La première étape consiste donc à choisir un nouveau contrat d’assurance. Avec l’ouverture de ce marché, de nombreux courtiers ou comparateurs d’assurances permettent de visualiser en ligne les tarifs de son assurance emprunteur et de calculer les économies potentielles.

Comment résilier

Dans le cas d’un contrat initial souscrit avec la banque, le client devra envoyer un courrier de résiliation à sa banque accompagné du nouveau contrat d’assurance. La banque se chargera ensuite d’effectuer le changement d’assurance. Dans le cas d’un contrat initial en délégation, le client devra d’abord faire sa demande de substitution d’assurance auprès de sa banque prêteuse afin qu’elle puisse valider l’équivalence, avant d’envoyer le courrier de résiliation à son assureur.

Acceptation de l’organisme d’assurance

Ce n’est qu’à réception de la nouvelle attestation d’assurance que le changement deviendra effectif. La banque a ensuite 10 jours ouvrés à compter de la réception du nouveau contrat d’assurance pour formuler son acceptation (ou son refus), et ce obligatoirement par écrit. Si la banque venait à refuser le changement d’assurance, le nouveau contrat d’assurance serait annulé sans frais et le client remboursé des éventuelles mensualités déjà prélevées.

Quelles économies envisager

Les taux d’assurance pratiqués par les banques vont actuellement de 0,30 à 0,42 % pour un emprunteur de moins de 40 ans en bonne santé. Concurrence oblige, ces taux ont tendance à diminuer légèrement mais restent loin des meilleurs taux que proposent les assureurs spécialisés à 0,12 %. Un couple de 38 ans en bonne santé, qui emprunte 200 000 euros sur 20 ans, peut économiser près de 10 000 euros avec une assurance déléguée.

Share

Ce dispositif présente de nombreux avantages. Le principe est de fixer un plafond de prix pour certains logements. Les villes sont libres de l’appliquer ou non. Toulouse et quelques villes de la Haute-Garonne ont opté pour cette option “Prix Maîtrisés”. Par exemple son plafond à Toulouse est de 3000 € alors que le prix moyen dans le neuf est à 3650 €, soit 20% d’écart ! Renseignez-vous auprès des promoteurs de programmes qui vous intéressent pour savoir s’ils proposent des logements à prix maîtrisés.

Comme toujours dans ces cas-là, il y a un plafond de revenus à ne pas dépasser pour en bénéficier et le bien doit être acheté en Vente en Etat Futur d’Achèvement (VEFA). Et cerise sur le gâteau, l’accession à Prix maîtrisée est cumulable avec d’autres dispositifs comme le PTZ par exemple. C’est un véritable succès dans la métropole toulousaine. C’est un véritable partenariat gagnant-gagnant entre la ville et les futurs propriétaires. Ces logements sont très souvent situés à proximité des bassins d’emplois, transports en commun,  équipements publics, commerces et services.

PRÊT À TAUX ZÉRO (PTZ)

C’est l’aide de l’Etat la plus importante. Si vous n’avez pas été propriétaire dans les deux dernières années et que vous restez sous le seuil de revenus prévu dans la loi, vous pourrez bénéficier du PTZ. Le quartier où vous achetez influe également sur l’obtention de celui-ci. Vous pourrez financer jusqu’à 40% de votre bien !

PRÊT D’ACCESSION SOCIALE (PAS)

Il a pour objectif de favoriser l’accession à la propriété aux revenus modestes. Il peut financer jusqu’à l’intégralité de votre achat et la durée du crédit peut aller jusqu’à 25 ans !

PRÊT ACTION LOGEMENT (PAL)

Celui-ci s’adresse aux primo-accédants. Suivant vos revenus, votre foyer fiscal et la zone géographique, vous pourrez bénéficier d’aides non négligeables. C’est une piste à explorer également.

 

La nue-propriété

UN INVESTISSEMENT SANS SOUCIS DE GESTION

Le principe est simple, l’investisseur acquiert un bien immobilier de qualité et l’usufruit est assuré par un bailleur social ou institutionnel pendant une durée minimum de 15 ans. L’entretien, les travaux et les charges sont à la charge de l’usufruitier ! Renseignez-vous auprès des promoteurs qui opèrent sur une zone qui vous intéresse, la formule 2018 de la nue-propriété est très intéressante.

Share

L’automne arrivant, la rentrée scolaire passée, c’est le moment de se pencher sur vos projets immobiliers. Acheter dans le neuf reste le but poursuivi par un pourcentage important de Français. La région toulousaine, en particulier les villes intégrées à Toulouse Métropole, restent un investissement intéressant si on le compare aux autres métropoles françaises. Jusqu’à quand ? Personne ne le sait mais beaucoup de professionnels pensent que les prix monteront singulièrement à terme. Trois bonnes raisons d’investir : des avantages financiers (lois de défiscalisation), des prix qui sont assez stables et des normes techniques dans le neuf qui vous garantissent un produit de qualité. C’est donc le moment d’investir à Toulouse ! Diagonale vous indique quelques bons plans dont vous pourrez peut-être profiter…

Pourquoi acheter à Toulouse ?

Les raisons sont nombreuses mais les plus importantes sont une démographie galopante (4,5%), un pôle d’activités de premier plan, que ce soit dans l’aéronautique, l’espace, la santé, l’agroalimentaire, aéronautique. Une ville étudiante très dynamique qui donne au marché locatif une véritable stabilité et pérennité.

Par ailleurs, la ville poursuit la densification de son tissu économique avec des pôles comme EcoSudOuest, Montaudran Aerospace, le Quai des Savoirs ou bien l’Oncopole. Les importants travaux dans le centre ville et la vie culturelle ne font qu’améliorer l’attractivité de la Ville Rose et de toute l’agglomération.

Rachat de prêt

PLUS QUE JAMAIS D’ACTUALITÉ

Même si cela a été moins rapide et spectaculaire qu’en 2016, les taux des prêt immobiliers baissent sensiblement depuis le début de l’année pour atteindre les niveaux de l’automne 2016. Aussi, tous les emprunteurs qui ont laissé passer l’occasion il y a deux ans, doivent se faire racheter leur prêt. 

En quoi cela consiste-il ? Simplement à demander à une autre banque de reprendre le prêt fait dans un établissement concurrent, à de meilleures conditions.

Qui est concerné ? A priori tous les emprunteurs ayant effectué un prêt immobilier entre 2008 et 2015, surtout si l’assurance décès invalidité du prêt a été effectué auprès de l’établissement prêteur. En effet, c’est aussi sur les assurances emprunteurs, dont le coût a fortement baissé ces dernières années, que des économies peuvent être effectuées. Même s’il est désormais possible de changer d’assurance sans changer de banque, il y a des gains à réaliser lors d’un rachat de prêt. En effet, grâce à la baisse de taux, le rachat peut soit induire une durée de prêt plus courte (donc à gagner sur les intérêts et l’assurance), soit à conserver la durée et pouvoir faire des travaux, ou plus simplement gagner du pouvoir d’achat en payant moins chaque mois.

A titre d’exemple, pour un prêt de 265.000 € effectué en décembre 2015 pour des mensualités de 1.202,00 € (hors assurance) sur 25 ans , il reste à ce jour 243.539 € sur 267 mois. Le client doit emprunter 250.000 € (pénalités de remboursement anticipées éventuelles, frais de garantie et de dossier inclus) pour faire racheter son prêt. Il va alors payer des mensualités 1.113,48 € s’il garde la même durée (gain de 23.634 € sur la durée restante) ou gagner 23 mois de remboursement s’il garde la même mensualité. A ces gains, il faut également ajouter le gain éventuel sur les assurances.

Bien sur, chaque cas est différent et mérite d’être étudié. Venez nous rencontrer dans nos agences pour faire effectuer l’étude de votre cas. Bien sur, celle-ci est gratuite, nous vous conseillerons au mieux de vos intérêts et vous ferons bénéficier des conditions avantageuses que nous avons négocié pour vous auprès de nos partenaires.

*exemple réalisé avec un couple de cadre non fumeur 36 et 37 ans, taux nominal du prêt de 1.60%*, TEG de 1.87 %.

 

Share