Category

Actu d’ici

Category

Dans une optique de formation de profils très recherchés sur notre bassin d’emploi, l’école ORT de Toulouse  a signé en novembre 2016 une convention de partenariat avec l’Ecole 3IL Alliance qui nous permets de dispenser les diplômes RNCP suivants :

  • BAC+3 Concepteurs de Systèmes d’Information
  • BAC+5 Manager des Systèmes d’Information et d’Infrastructures
  • Nous formons ainsi des profils très recherchés par les entreprises du bassin d’emploi toulousain :
  • DEVEOPS (bac+3)  : Il s’agit tout simplement de la contraction de development (développement) et d’operations (exploitation). Depuis quelques années, le secteur de l’informatique évolue : alors qu’avant, le développeur et l’administrateur système travaillaient indépendamment les uns des autres, il semble maintenant bénéfique de les rassembler en un seul métier : le DevOps. Dans quel but ? Une meilleure coopération visant à mieux concevoir les applications.
  • Manager AGILE (Bac+5) : Les pratiques Agile et Lean induisent un changement profond dans l’organisation du travail:  les managers peuvent avoir tendance à limiter la démarche Agile à un déploiement d’une méthode de développement, or ce n’est pas que cela. Il s’agit vraiment d’un autre modèle de management: manager par la confiance, se focaliser sur la mise en place de l’amélioration continue, développer les personnes par la résolution de problèmes au quotidien, accorder le droit à l’erreur, redonner le goût du risque, etc… Avec une telle approche, c’est toute l’organisation qui devient «apprenante».
Share

Il est des endroits où même la pluie ne peux faire fondre les sourires. L’incessant épisode pluvieux de ce samedi matin n’a pas pu avoir raison de la bonne humeur ambiante du marché de L’Isle-Jourdain. Tout le monde se connaît ici et on ne reste étranger que peu de temps.
M’arrêtant pour m’offrir des fraises du Lot et Garonne, j’entame la conversation avec le maraîcher et ma voisine de file d’attente. « Ici, le marché c’est tous les samedis, il y a toujours du monde ! » Fromager, fruitier, traiteur et fleuriste peuplent la rue de la République et les places de l’Hôtel de ville et Gambetta.

Au delà de l’offre, c’est un sentiment de bien-être qui pousse à flâner parmi les étals. Un peu comme on le ressentait dans nos campagnes lorsqu’on était enfant… Il y a fort à parier que nous y reviendrons bientôt !

Marché de Plein Vent
Place Gambetta, Place de l’Hôtel de ville, Rue de la République
Horaires : de 6h à 14h le samedi

Share

Depuis presque 50 ans au service des columérins, les opticiens Grandmottet font joyeusement rimer qualité avec longévité. Plus de 20ans déjà que la jeune génération a pris les commandes d’une entreprise qui ne cesse de se dynamiser… Petite présentation en quelques lignes :

O Une équipe d’opticiens lunetiers diplômés qui voient leur travail comme un métier d’artisanat et de conseil au service de la santé visuelle.

O Des sélections de montures variées parmi les plus grandes références de la lunetterie mondiale et européenne, mais aussi des collections de fabrication française certifiée qui soignent autant la qualité que le prix.

O Un atelier dernier cri pour pouvoir réaliser tous les montages les plus complexes avec la plus grande précision.

O Une salle toute neuve dédiée au contrôle de la vue afin de prendre le plus grand soin de votre vision.

O Des partenaires de la 1ère heure des verres Varilux d’Essilor et de toutes leurs gammes. Des solutions les plus abordables aux plus pointues avec la gamme de verres personnalisés Varilux Eyecode dont les prix sont également personnalisables !

En gros, ce sont de vrais passionnés de l’objet Lunettes et de son univers artisanal autant que médical.

Deux Adresses :

Optique de la Bastide
2  rue de la Bastide
31490 Léguevin
05 61 06 87 82

Opticien Plein Centre
11 allée d’Occitanie
31770 Colomiers
05 61 30 29 10

www.opticien-grandmottet.com

Share

Avec la société toutnumeriser.fr, Renato Campi s’est spécialisé dans la numérisation de cassettes vidéo et transfert de bobines de films super 8 dans la région toulousaine.
«J’ai commencé par numériser et restaurer mes propres films, puis ceux des voisins, des copains des voisins… Cela rend service à beaucoup de gens qui tiennent à leur vidéos de famille. Et depuis quelques années, installé à Léguevin, j’ai développé cette activité qui permet de faire revivre les films de famille oubliés.»

Avec l’arrivée de nouveaux supports tels que clé USB, DVD, Disque dur, il est désormais possible de conserver et surtout de visionner et partager ces vieux films. Exclusif en Midi-Pyrénées et récemment équipé d’un nouveau scanner, la technique utilisée pour numériser les bobines super 8 est le scan images par images en qualité HD, ce qui permet d’avoir une image sans scintillement à laquelle des réglages de couleurs, lumière et contraste peuvent être appliqués. Les films sont traités sur place dans le respect de la confidentialité : «Ce sont des trésors de famille que les gens me confient !»
Les prix restent compétitifs car pas de sous-traitance. Tous formats de cassettes vidéo (VHS, cassette de camescope) et les bobines 8 et super 8 peuvent se transférer, mais aussi les diapositives et les photos papier.

 

www.toutnumeriser.fr
12 Allée des Cordeliers,
31490 Léguevin
05 61 48 98 61
FB : @ToutNumeriser

Share

Avis aux séniors de 60 ans et plus, amateurs de plein air et de nature, la Base de Loisirs de Bouconne pense à vous et développe des activités gratuites de loisirs et de détente encadrées par des professionnels. Le but étant de mettre en place des actions pour la prévention de la santé et du « bien vieillir » des séniors.

Au programme : visite de la nature, randonnée culture, tir à l’arc…et bien d’autres. Les amoureux de la faune et la flore seront ravis d’être accompagné d’un guide naturaliste à travers la forêt de Bouconne et le long d’un sentier de 2 kilomètres. Pensé pour admirer les différentes espèces qui peuplent le massif forestier de Bouconne, ce parcours vous permettra de bien comprendre le fonctionnement de l’écosystème de cette forêt.

Si vous êtes plutôt un(e) adepte de visites culturelles, vous pourrez découvrir la Tour du Télégraphe Chappe après une longue ou courte balade en forêt Domaniale (selon vos envies ou vos capacités), toujours avec un guide spécialisé.

La base de loisirs de Bouconne vous propose aussi des animations autour du tir à l’arc. Que vous soyez débutant ou non, l’initiation au tir à l’arc vous permet de travailler votre concentration, la précision de vos gestes et d’obtenir une bonne maîtrise de soi. D’ailleurs, cette activité est conseillée par les kinésithérapeutes pour les personnes ayant des douleurs dorsales car le tir à l’arc exerce un travail sur votre posture.

 

 

 

 

 

Après les activités, on n’oublie pas la collation servie au club house de la base de loisirs !

Inscriptions obligatoire : 20 personnes maximum

Base de Loisirs de Bouconne
Réservations :
05 61 85 40 10 – animation@bouconne.fr

 

Share

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans une démarche consciente et animée par un respect certain de l’environnement, la municipalité s’engage. S’il y a des combats nécessaires, celui contre la pollution lumineuse en fait partie. Afin de lutter contre les éclairages de nuit intempestifs, la mairie de L’Isle-Jourdain s’investit pour une extinction de l’éclairage public, hors grands axes et coeur de ville. « La ville s’est engagée sur plusieurs points en ce qui concerne l’environnement. Nous avons notamment été précurseurs en matière de “ Zéro phyto ”. Cela a obligé à changer les méthodes de travail des agents de service qui composent désormais sans pesticides, avec de nouveaux outils, et de façon raisonnée. Cette gestion intelligente permet dans le même temps de réaliser des économies à la ville », explique Martine Roquigny, élue déléguée à la transition énergétique de L’Isle-Jourdain.

Du côté du bâti, les efforts en matière de développement durable ne sont pas en reste, puisque la construction d’un éco quartier de 380 logements est en cours. « Nous encourageons également aux transports en commun avec l’aménagement de pistes cyclables dans la commune, et notre gare réaménagée qui, en plus du grand parking, propose un service de bus, et une zone de vélos », dévoile Martine Roquigny.

 

 

UNE IDENTITÉ GERSOISE

Du marché hebdomadaire piétonnier et ses produits du terroir, aux vallons qui se dessinent, tout rappelle que L’Isle-Jourdain est bel et bien aux portes du Gers. Une identité qui fait la fierté de la municipalité, et le bon vivre de ses habitants. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la ville est le lieu de rendez-vous des Haut-Garonnais le temps d’un week-end, et des touristes étrangers en quête de dépaysement. « Notre commune jouit d’un riche patrimoine culturel. Les Toulousains viennent y passer un court séjour et et prendre un bol d’air Gersois », détaille Bernard Tancogne, délégué au tourisme de L’Isle-Jourdain. Equipée d’une conséquente off re de gîtes locaux et communaux, d’aires de camping-caristes et de deux hôtels, la municipalité s’engage à faire perdurer le traditionnel accueil gersois.

 

Share

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Jeunesse à L’Isle-Jourdain

Si pour l’équipe municipale la jeunesse compose les fondements d’une citoyenneté, les actions autour de l’enseignement sont nombreuses. A ce jour la ville compte trois écoles maternelles, deux écoles primaires, deux collèges, et un lycée général. Une offre de services qui va s’élargir avec la fin de l’aménagement du secteur Rozès, et les activités périscolaires variées proposées aux petits lislois.

 

L’éducation ou les piliers d’un projet citoyen de 1er rang

Le dynamisme de 2018 se caractérise notamment par la construction d’un nouveau collège de 600 places dans la zone Rozès. Démarré en septembre 2017, le chantier aura duré une année pour un coût de 18 millions d’euros. Un axe majeur qui verra naître un nouveau gymnase en septembre prochain. « L’éducation et l’accueil des plus jeunes est une véritable priorité pour nous. Tout est mis en place pour amener les enfants et adolescents à un apprentissage de la citoyenneté dans de bonnes conditions », développe Francis Idrac, maire de L’Isle-Jourdain. C’est d’ailleurs dans ce sens que la ville a mis en place les « Chantiers Jeunes ». En effet, pendant les vacances scolaires, le centre social organise 5 chantiers d‘une semaine, destinés à sensibiliser les jeunes aux valeurs républicaines.

En complément à ces actions, la Maison de la Jeunesse et de la Culture propose tout au long de l’année, diverses activités comme le théâtre, la musique ou encore la danse. « Faciliter l’accès à la culture et au sport est essentiel. Nous pensons que le lien social est un facteur fort de savoir-vivre et de bien-être. L’apprentissage des valeurs civiques s’apprend aussi par le partage. C’est à travers ce prisme que nous encourageons les associations culturelles, sportives ou encore caritatives », conclut Bernard Tancogne, président de l’Office Intercommunal du Sport de la Gascogne Toulousaine.

 

Share

Située à 40 minutes de Toulouse, L’Isle-Jourdain est la deuxième ville du département du Gers en termes de population. Ilot de verdure, la commune séduit les actifs en quête de bien-vivre. Vivier d’activités sportives et culturelles, elle charme les familles et jeunes retraités, friands de manifestations et de lien social. Dotée d’un positionnement privilégié, et pourvue d’une véritable activité économique, L’Isle-Jourdain bouillonne de dynamisme. Réputée pour sa base nautique et de loisirs qui a fait son succès, la commune met le bine-être à l’honneur. Que ce soit par le biais de ses offres culturelles, sportives, caritatives, ou encore en matières de service, l’équipe municipale fait de la qualité de vie une priorité. 

Rencontre avec Francis Idrac, maire de L’Isle-Jourdain

Natif du canton de Lombez, et lislois d’adoption depuis 38 ans, Francis Idrac est un passionné. Aujourd’hui retraité, son énergie est à l’image de celle qu’il insuffle à sa ville. Maire adjoint aux finances de 2001 à 2008, puis en charge de l’urbanisme de 2008 à 2014, il prend les rênes de la municipalité en mars 2014. En véritable amoureux de la vie publique, il est aussi président de l’intercommunalité de la Gascogne Toulousaine. Animé par une envie intarissable de rendre service aux citoyens, c’est par une gestion rigoureuse et responsable de la ville, qu’il porte à bien ses projets. « J’ai travaillé pendant 15 ans au contrôle gestion d’Airbus, et plusieurs années au service achats, auparavant au service comptabilité d’une entreprise privée Toulousaine. Toutes ces expériences me servent aujourd’hui plus que jamais pour gérer une ville », explique Francis Idrac.

Mais au-delà de la politique, c’est un territoire et un cadre de vie qui ont séduit le maire de L’Isle-Jourdain. « Je suis véritablement attaché à cette ville qui sait garder ses valeurs et son caractère rural. Il fait bon vivre à L’Isle-Jourdain et l’activité économique est en plein essor », décrit-il. Et l’un des fers de lance de la municipalité demeure sans conteste la préservation de cet environnement accueillant. « Nous mettons une grande conviction à prendre soin de nos 8800 habitants. Et c’est avec beaucoup d’énergie que toute l’équipe municipale s’engage dans cette voie ! », conclut Francis Idrac.

Share

 

Diagonale : Grégory, quel a été votre parcours de vos débuts dans la vie active jusqu’à la Direction Générale de Pelras Toulouse ? 

Grégory Corbière : Bien qu’ayant toujours eu comme objectif de travailler dans le monde automobile et, si possible, au sein d’une marque Premium comme BMW, j’ai débuté, à ma sortie d’école de commerce, une carrière de Manager chez Gap Gemini. Suite à une crise important dans ce secteur d’activités au début des années 2000 et ayant toujours en tête d’intégrer le secteur automobile, j’ai été embauché par Citroën en 2002, principalement pour des missions à l’étranger, en Croatie et Suède, en tant que responsable des ventes pour l’Europe du nord et de l’est.
Après ces années en tant qu’expatrié, je suis revenu vivre à Paris en prenant la responsabilité des relations presse, toujours pour la même marque française. Maintenant que j’avais mis un pied dans cette activité, j’avais toujours en tête d’intégrer une de mes marques préférées : BMW. J’ai postulé et intégré BMW France en tant que chef de district puis directeur régional ; mon objectif à l’époque : connaître parfaitement les rouages de la distribution de la marque. J’ai pu, par la suite, concrétiser mon “rêve”, diriger une concession suite à ma rencontre avec Roland Pelras. En Effet, j’ai eu la chance de rencontrer Roland. Nous étions sur la même longueur d’ondes, nos envies et objectifs étaient identiques. Il s’en est suivi une association tout à fait naturelle et ce, depuis 2013.

 

Diagonale : Quelle était votre ambition à la suite de cette association ? 

Tout d’abord, ce fut un vrai challenge de pouvoir diriger cette concession très réputée dans toute la région et proposant deux très belles marques aux caractéristiques totalement différentes. Le premier objectif a été de redynamiser la concession. Cela passait par une stratégie très simple. S’intéresser et nous concentrer sur nos clients et leurs besoins, puis faire monter nos équipes en compétences et ce, à tous les postes pour proposer à nos clients une gamme et qualité de services que l’on espère irréprochables. Nous mettons tout en oeuvre pour atteindre une performance visant l’excellence. Nous nous sommes inspirés de l’approche client du monde du luxe et de l’hôtellerie. D’ailleurs, un certain nombre de nos nouveaux collaborateurs en sont issus.

 

Diagonale : En terme de chiffres, comment synthétiseriez-vous ces 5 années ? 

Nous étions 49 collaborateurs en 2012, nous sommes maintenant 97, nous sommes passés de 1 600 véhicules à 3 800 par an, et bien évidemment le chiffre d’affaires a suivi la même courbe puisque nous avons réalisé 115 millions d’€ en 2017 en partant de 43 millions d’€ en 2012.

 

Diagonale : Après ces phases de restructuration et de consolidation, comment définiriez-vous vos ambitions pour les années à venir ? 

Nous souhaitons donner l’envie à tous nos futurs clients, non pas d’aller acheter une BMW ou une MINI, ou en tout cas pas seulement, mais de vivre une “Expérience client” by PELRAS. Sans que cela paraisse prétentieux, c’est tout simplement amener le client dans une nouvelle dimension du service, jusqu’alors inconnue dans les concessions automobiles. Cette expérience suit le parcours du client en concession, elle débute dès les portes de PELRAS franchies jusqu’au départ du client sur le parking et qui s’apprêt à partir après l’entretien de son véhicule. Si l’expérience en concession est primordiales, PELRAS met un point d’honneur à organiser des événements en dehors de ses murs ; des événements différents où règnent bonne ambiance et convivialité pour mieux connaître ses clients et créer du lien. L’expérience client passe aussi par l’accompagnement et l’anticipation des besoins sur un marché en plein évolution et en période de profonde transition.
PELRAS peut compter sur l’aide du constructeur qui a toujours fait figure de pionnier en créant des véhicules qui répondent à l’ensemble des nouveaux comportements avec des motorisations hybrides et électriques via la marque BMWi. Le changement sera également dans la manière de “consommer la voiture”. Par exemple, aujourd’hui, nous aiguillons de plus en plus de clients sur la location qui reste le meilleur moyen de ne pas hésiter sur le type de motorisation surtout que les mensualités proposées restent très basses par rapport à la valeur des véhicules concernés. Tous ces paramètres font que nous faisons au fil des ans de Pelras Toulouse, une marque à part entière.

Share

 

 

Le printemps approchant (si si, promis il va faire beau), Culture Vélo Colomiers se tient prêt pour vos futures balades en vous proposant un large choix de montures, des VTT aux vélos de route en passant par les modèles urbains mais également électriques. Avec un conseil basé sur l’expérience et la passion, vous avez l’assurance de trouver votre bonheur quelque soit votre budget ou votre niveau.

Cette année cependant, l’enseigne va encore plus loin et vous offre purement et simplement un VTT ! Freins à disque, larges pneus et fourche suspendue, c’est un véritable bijou .Pour repartir avec c’est très simple. Du 1er au 17 mars, venez en magasin participer au jeu en déterminant le poids du vélo au gramme près. Si vous êtes le plus proche de la valeur exacte, c’est gagné ! Sympa hein ? Pourtant, la générosité de ces spécialistes du cycle ne s’arrête pas là.

En effet, en parallèle du jeu en boutique, rendez vous sur le facebook du Journal Diagonale pour tenter de remporter un GPS Bryton Rider 10. Vous avez donc deux fois plus de chance de gagner ! Quand on vous dit qu’ils sont sympa Culture Vélo…

 

fb: Journal Diagonale

Share