Category

Business

Category

Les concessions Mercedes-Benz smart LG Automobiles à Toulouse & Muret s’associent avec Le Canard Sur le Toit. Une collaboration dynamique a été mise en place entre cet établissement de standing et ces concessions exceptionnelles. Une smart Cabriolet toute de palmipèdes floquée circulera d’ici quelques jours dans les rues de Colomiers et alentours. Modernité et technologies embarquées, sont les maîtres mots de la nouvelle gamme Mercedes-Benz, mais toujours pas de compromis sur la qualité légendaire de la marque.


Cette façon d’allier tradition et nouveauté, Le Canard Sur Le Toit en a fait sa marque de fabrique. Cela passe par le sérieux de sa cuisine qui contraste avec la folie de ses pool-party ou encore l’exactitude de son service qui n’étouffe pas ses hôtes pour autant. C’est donc un bel avenir qui s’annonce, notamment lors d’événements ou réceptions dont Le Canard a grande habitude. Après avoir reçu l’équipe nationale roumaine de rugby en février, il se murmure qu’une autre sélection étrangère lui emboîterait le pas dans les mois à venir…

Le Canard Sur le Toit
58 Chemin de la Salvetat, 31770 Colomiers
05 61 30 37 83
Fb : @LeCanardSurLeToit

Mercedes-Benz LG Toulouse Automobiles
231 Route d’Albi, 31200 Toulouse
05 61 61 33 33
Fb : @lg.Toulouse.Automobiles.fr

Share

Alors que le gouvernement britannique prévoit son interdiction des voitures à essence ou diesel pour 2040, l’inventeur James Dyson demande à son Premier Ministre que cette date soit avancée à 2030.

Pour aller de pair avec cette annonce, ce dernier vient de dévoiler les plans de sa voiture électrique. Prévues pour un lancement en 2021, elle sera “100% électrique et tout-terrain” pour une utilisation en ville comme en terrains plus escarpés. La voiture qui apparaît avoir un design de SUV peut cependant encore changer d’allure. Comme le dit lui-même James Dyson “nous ne dévoilons jamais nos futures innovations avant qu’elles ne soient totalement prêtes  à être lancées et il en sera de même pour notre véhicule électrique.”

DR

500 personnes planchent sur le projet au Royaume-Uni et à Singapour (où Dyson a entrepris la création d’une usine dédiée à son véhicule électrique) depuis 2017. Pas moins de 2,5 milliards de livres (environ 2,9 milliards d’euros) ont été alloué par l’entreprise pour l’investissement et les recherches de nouvelles technologies. James Dyson, fort de son expérience en électroménager, prévoit en effet de maximiser l’aérodynamique et l’efficience énergétique du véhicule pour assurer la plus grande autonomie possible.

« Bon nombre de nos concurrents se basent sur des formats déjà existants lorsqu’ils conçoivent un véhicule électrique, et y adaptent le système de propulsion électrique. Une telle approche est certes rentable, mais elle a tendance à négliger la possibilité des réductions de masse et d’améliorations sur le plan aérodynamique qui permettrait de favoriser l’efficacité énergétique du véhicule. »

Share

Le projet TESO (Toulouse EuroSudOuest), destiné à réaménager en profondeur le quartier Matabiau/Faubourg Bonnefoy avec notamment la construction de la Tour Occitanie ( gratte-ciel de 150 mètres de haut), se voit soumis à une enquête portée par les élus jusqu’au 30 avril. Tous les Toulousains sont invités à donner leur avis sur cinq points :

  • la déclaration d’utilité publique des travaux concernant une partie du périmètre du projet d’une surface de 9 hectares
  • la mise en compatibilité de cette demande avec le plan local d’urbanisme, déterminant notamment la hauteur des bâtiments ainsi que le nombre de logements construits
  • la désignation des parcelles à déclarer cessibles en vue de réaliser les travaux (cette phase peut notamment entraîner des expropriations)
  • le classement et le déclassement de voies de circulation concernées
  • le permis de construire de la Tour Occitanie.

Un rapport d’enquête publique sera donc établi en fin de concertation et permettra à Étienne Guyot, le préfet de région, de trancher au second trimestre 2020. Cette étude est largement soutenue par le collectif « Non au gratte-ciel de Toulouse ». Composé majoritairement d’habitants du quartier, il estime qu’une non consultation des riverains à ce projet est une aberration, bien que le destin de la Tour Occitanie soit déjà scellé. En effet, l’avis qui sera rendu au terme de cette enquête n’est que purement consultatif concernant cet édifice qui abriterait 30 000 m2 de logements, des bureaux et un hôtel. Tout reste à déterminer par contre pour le lieu d’aménagement de la future gare routière. Deux scénarios s’opposent. Le premier entend conserver l’édifice actuel boulevard Pierre Semard avec des travaux de modernisation et optimisation des quais. L’avantage de ce plan est son coût relativement faible de 4 millions d’euros contre 60 pour la seconde option qui consisterait en un déplacement côté Matabiau. La raison pousserait à l’adoption de la première solution, d’autant plus que les enquêtes de satisfaction menées sur site sont positifs. De plus, le déménagement changerait l’espace actuellement occupé par un centre commercial, modèle de distribution qui peine à trouver son public dans les centre-ville. La création d’une nouvelle gare a cependant ses adeptes qui estiment qu’elle se doit d’être parfaitement intégrée au projet afin d’en exploiter pleinement le potentiel et d’offrir une cohérence à cette réhabilitation du quartier.

Lien vers l’enquête publique : www.toulouse-eurosudouest.eu/ enquete-publique.html

Share

Ce mois-ci, dans la série “Un air de famille”, nous allons faire un petit tour par la case opticiens et ce sont Astrid et Maxime Trenz dirigeants de la franchise Générale d’Optique à Colomiers qui nous reçoivent.

Diagonale : Comment a démarré votre parcours professionnel commun ?

Astrid et Maxime : Nous étions déjà en couple alors que nous travaillions comme salariés sous cette enseigne mais sur le site de Toulouse-Purpan.

Diagonale : Comment vous est venue l’idée de vous mettre à votre propre compte ?

Astrid : C’est avant tout l’opportunité de créer la franchise en 2005, et oui bientôt 15 ans, sur la zone de Colomiers qui nous a poussés vers cette voie. Mais, à vrai dire, nous pensions gérer le magasin tous les deux mais le développement tout au long de ces années fait qu’aujourd’hui, nous employons 3 salariés… Et c’est tant mieux comme ça.

Diagonale : Pourquoi avoir choisi cette franchise ?

Maxime : D’une part, nous la connaissions la maison de l’intérieur pour y avoir travaillé plusieurs années tous les deux et nous savions qu’elle était gérée avec beaucoup de sérieux. Nous étions également persuadés que la stratégie de proposer des lunettes à des tarifs attractifs était tout à fait adaptée à l’évolution du marché de l’optique.

Diagonale : Comment s’est passé le démarrage à Colomiers ?

Astrid : Tout d’abord, le positionnement rue du Centre était évident car c’était la principale rue où se trouvaient les opticiens et dans notre activité, il vaut mieux être entouré de confrères que se retrouver seul dans une rue. D’autre part, nous étions les premiers à proposer des lunettes à bas prix, et ce qui nous a permis d’avoir un début d’activité assez rapide et une croissance assez rapide dès les premières années.

Diagonale :  Comment qualifieriez-vous le positionnement de la Générale d’Optique ?

Maxime : C’est très simple, c’est un positionnement avec des tarifs bas, des lunettes très accessibles et nous proposons nos marques exclusives, mis à part pour les solaires où nous distribuons des marques internationales.

Diagonale : Quel est le service de la Générale d’Optique Colomiers que préfèrent vos clients ?

Astrid : C’est indéniablement le service de vérification de la vue que nous avons mis en place il y a déjà 10 ans. Cela vous permet, avant tout de ne pas attendre 6, 8 mois, voire plus, pour aller chez l’ophtalmologiste. Vous prenez rendez-vous chez nous et nous procédons à la correction de vos verres correcteurs. Le côté pratique et le gain de temps indéniable font que nous recevons tous les jours 4 ou 5 clients pour ce service.

Diagonale :  Quels sont vos objectifs dans les années à venir ?

Maxime : C’est avant tout, de consolider le positionnement que nous avons développé depuis toutes ces années. Le marché évolue vite, les ventes sur internet commencent à se développer, de nouveaux confrères s’installent tous les ans et nous devons restés vigilants et à l’affût des dernières technologies pour garder une offre correspondant à la demande de notre clientèle.

Diagonale : Une dernière petite question indiscrète, comment avez-vous fait pour développer votre magasin en travaillant en couple ? Tout le monde sait que ce n’est pas évident ?

Astrid et Maxime : Je crois que cela a pu se faire car chacun a des rôles bien séparés et nous n’empiétons pas sur le travail de l’autre. Par exemple, Astrid est plus centrée sur la partie administrative et commerciale alors que je suis plutôt sur la partie technique, les montages et les vérifications visuelles… C’est en tout cas, notre méthode de travail et ce cela marche très bien depuis plus de 15 ans !

Share

« Un client l’islois qui trouve son bonheur en centre ou en zone commerciale, c’est un client fidélisé qui n’aura pas à aller chercher ailleurs ». Cette déclaration d’Émilie BrocasMartin, présidente de l’Isle Action, définit à elle seule la raison d’être de cette association de commerçants qui œuvre depuis une vingtaine d’années à l’Isle-Jourdain. Pour fédérer enseignes et clients, différentes actions sont menées avec pour fer de lance le dispositif « J’achète à l’Isle ». Établi depuis une dizaine d’années, il prend la forme d’une carte de fidélité qui permet au client de cumuler des euros à chaque passage en caisse chez les 30 commerces partenaires. Cette épargne est ensuite à dépenser chez n’importe lequel de ces commerçants adhérent à J’achète à l’Isle, qu’il se situe en centre-ville ou en zone commerciale à la périphérie de la ville.

La recette est donc simple mais clairement efficace : 7500 personnes sont porteuses de la carte sur la ville, soit un quart de la population de l’Isle-Jourdain ! De plus, on constate une réelle activité de la part des adhérents avec 1328 utilisateurs uniques actifs sur le seul mois de mars 2019. De la même manière, ce sont 3447 personnes qui disposent d’une épargne. Ce n’est donc pas une énième carte de fidélité que propose l’association mais bel et bien un outil apprécié des utilisateurs qui révèle une grande force de réseau et une structuration des commerçants efficace. Il permet de faire travailler centre-ville et zones commerciales en synergie, chose très rare dans les communes de même taille.

Dans ses rangs, L’Isle Action compte des commerces mais également des banques et cabinets comptables, signe d’une bonne santé de l’organisation et de son rôle de facilitateur économique sur l’Isle-Jourdain. Il faut dire qu’elle ne manque pas de dynamisme. Outre une forte présence sur les réseaux sociaux, elle dispose d’un site internet particulièrement réussi qui regroupe l’ensemble des commerçants partenaires, présentés avec de très belles photos. Un site qui donne envie…

Pour le futur, L’Isle Action ne manque pas d’idées. Son secrétaire, Eric Bau, insiste sur la volonté de garder la ville active et de ne pas en faire un dortoir Airbus. Pour préserver le centre, des actions sont prévues afin de sensibiliser les clients potentiels, notamment sur le stationnement qui est régit par un système de zones bleues. Des questions de mobilité sont également abordées afin de ne pas se laisser déborder par la croissance démographique d’une communauté de commune qui compte aujourd’hui 21 000 habitants. Déplacements doux, gestion des lignes de bus et autres perspectives sont étudiées de concert avec la Mairie. Les deux entités travaillent main dans la main pour faire de l’Isle-Jourdain une ville agréable, moderne mais qui ne transige pas sur son identité ni ses traditions.

Le travail de L’Isle Action est tellement qualitatif que d’autres communes les contactent régulièrement pour s’en inspirer. Une belle réussite Made in Gers.

www.jachetealisle.com
Fb :
J’achète à L’Isle

Share

Nous profitons de cette toute fraîche cérémonie des Défis d’Entreprise qui s’est déroulée le 14 mars dernier au Hall Comminges de Colomiers, pour vous présenter une des lauréates : Marielle Valmary. 

Marielle s’installe à Colomiers comme avocate spécialisée en droit des sociétés et transmission/cession d’entreprises en 1998. C’est une des premiers cabinets sur la ville à cette époque. Petite anecdote au passage, Marielle n’est pas la seule pionnière de la famille car son grand-père, grande figure columérine, était en son temps, un des deux premiers pharmaciens de la ville !

Tout au long de sa carrière d’avocate, Marielle a accompagné et suivi le parcours d’entreprises de tailles diverses. Elle a complété son expertise en s’entourant de confrères spécialisés dans des domaines comme le droit du travail, droit privé et public ainsi qu’experts comptables et notaires. Cette plateforme de compétences lui a permis de développer régulièrement son activité sur l’ouest toulousain, particulièrement fourni en entreprises.

En parallèle, son implication dans le Club Entreprise de l’Ouest toulousain, ne date pas d’hier. Elle était l’une des premières femmes à l’intégrer en 2000. En tant que responsable de la commission Animations, elle organise et propose aux membres du Club des évènements ou sorties culturelles qui permettent de créer un lien fort entre eux, c’est véritablement l’ADN du CEO. Vous l’aurez compris, Marielle, une des trois vice-président du CEO, s’est nourrie tout au long de sa vie professionnelle et associative de rapports humains riches et de rencontres de personnalités différentes. Et ce Trophée “Coup de Coeur” du CEO est plus que mérité ! Bravo Marielle …

Un petit message de Marielle aux femmes chefs d’entreprises : “N’ayez pas de craintes à intégrer le CEO, vous serez accueillies chaleureusement, cela n’empiètera pas sur votre vie personnelle et vous permettra des développer des échanges qui ne sont que bénéfiques

Share

Le club business Booster Activ est un réseau d’affaires récemment créé par Diane OBAM avec un concept innovant pour permettre à ses membres de booster leur activité, leur leadership et participer à des projets associatifs dans l’entrepreneuriat social. 

Les membres du club seront des dirigeantEs d’entreprises de toute taille, et de tous secteurs d’activité qui se retrouveront par les valeurs du club tels que l’intégrité, la diversité le partage, la gratitude, la collaboration, le professionnalisme, la coopération, etc… avec un maximum de 30 membres par club. Les réunions seront bimensuelles et à chaque rencontre, les membres bénéficieront d’un atelier type mastermind, ou d’une conférence pour révéler les compétences des membres et booster leur activité. Le club veut toujours organiser ces rencontres dans de lieux agréables pour le confort des membres et clôturer chaque rencontre autour d’un bon repas complet pour un moment de partage en toute convivialité. L’autre particularité du club c’est aussi de booster les associations dans l’entrepreneuriat social. Les associations qui accompagnent les femmes, les seniors, les jeunes du ZEP, les handicapés, les malades…. dans l’entrepreneuriat. Le club business Booster Activ a déjà trouvé des représentants pour Toulouse, la Guadeloupe, Marseille, Dakar et poursuit son développement à l’international. Ce concept est pensé pour le développement tant professionnel que personnel des membres. Vous voulez réseauter autrement et intégrer le club, représenter ce club dans votre secteur ou devenir partenaire ? Les inscriptions commencent en Mai 2019 !

Contact : www.booster-activ.fr
Tél. 07 62 37 26 14 / boosteractiv@gmail.com
Facebook : BoosterActiv
Linkedin : boosteractiv-entreprise
Instagram : dianeobam

Share

Las des classiques entretiens d’embauche formalisées et laissant peu de place à l’expression de vos talents ? Le match pour l’emploi est fait pour vous.
Concept unique, il consiste en un match de football entre recruteurs et candidats ! Si la formule prête à sourire au premier abord, elle est cependant loin d’être idiote dans les faits. Lors d’un match, les qualités de communication, stratégie et travail d’équipe sont vivement mises en évidence, ce qui n’échappe pas aux employeurs…
Pour les moins habitués du ballon rond, sachez que les qualités footbalistiques ne seront pas prises en compte (sauf en cas de triplé façon CR7 ou de coup franc à la Roberto Carlos).
Organisé par la ville de Colomiers et en présence de chefs d’entreprises membres du club Face Grand Toulouse ainsi que du coach de l’US Colomiers Football, cette rencontre aura lieu le 18 avril. Les match se dérouleront de 9h à 10h30 et les sessions de recrutement avec CV de 11h à 13h.  Rendez-vous donc salle Satgé au complexe sportif de Capitany !

Renseignements au 05 61 15 24 05

Share

Branche du solide groupe Pack-Tôle, Réparutil est un garage, dédié aux professionnels, spécialisé dans la réparation et l’entretien de véhicules utilitaires. Mécanique, bris de glace (avec franchise offerte), carrosserie, aménagement et accessoires, tout est réalisable dans cet atelier créé en janvier 2018. Les demandes les plus actuelles, telles que l’installation de serrures haute sécurité ou l’implantation de GPS sur les véhicules, sont également dans les cordes de Réparutil. Le temps des travaux, ils vous prêtent des utilitaires équipés pour ne pas couper votre activité. « Nous sommes nous-mêmes artisans, du coup on comprend les demandes de ceux qui viennent vers nous ».

Réactivité et accueil irréprochable (sans attente s’il-vous-plaît) sont les maîtres mots de l’enseigne qui propose également des solutions pour les flottes de véhicules. Le garage a développé un outil de prise en charge des pannes extrêmement simple et efficace sous la forme d’une vignette à photographier. Par le biais d’un menu simplifié, il suffit de renseigner le type de problème rencontré et l’information est directement envoyée au garage ainsi qu’au gestionnaire de flotte de l’entreprise. Une proposition de rendez-vous est ensuite à sélectionner pour se rendre chez Réparutil. Des photos complémentaires peuvent être adjointes pour décrire au mieux l’intervention à réaliser. Il existe même un service de traitement des urgences. Cet outil offre également une foule de statistiques permettant d’améliorer sa gestion de flotte, notamment au niveau des coûts.

Garage Réparutil
3 Chemin de la Plaine, 31770 Colomiers
05 61 78 64 05
reparutil.fr

Share

Service commun à de nombreuses entreprises, l’impression de documents a une fâcheuse tendance à grignoter les budgets tout en générant des déchets. Partant de ce postulat, Boulanger, en association avec l’entreprise américaine RIS (Retail Inkjet Solutions), vient de mettre en place dans son magasin de Colomiers un bar à encres.

Compatible avec les marques majeures du monde de l’impression (HP, Epson, Canon et Brother), ce service propose de remplir vos cartouches vides au lieu de les remplacer par des neuves. Résultat, des prix bien moins élevés, allant de – 40 à – 70% du tarif initial. Il vous suffit de déposer vos cartouches qui seront retravaillées en 15 minutes seulement ! Lors de cette opération, elles seront entièrement vidées, contrôlées, remplies et ré-initialisées. En effet, les constructeurs intègrent des puces ou des capteurs qui empêchent la ré-utilisation en cas de ré-remplissage (coucou l’obsolescence programmée). Avec ce service, ces dispositifs sont contrecarrés, vous permettant de récupérer vos cartouches comme neuves. Si un problème demeure, vous disposez d’un suivi sur le site de RIS afin de pallier à toute question de compatibilité.

Économique, écologique et faisant un beau pied-de-nez à l’obsolescence programmée, ce bar à encres proposé par Boulanger Colomiers est une initiative dont il serait dommage de se priver…

Boulanger Colomiers
ZAC du Perget, Rue Marie Curie, 31770 Colomiers
0 825 85 08 50
www.boulanger.com
Fb : @BoulangerColomiers

RIS : www.go2ris.com

Share