Depuis 20 ans, internet a révolutionné les usages et permis une transparence de l’information disponible par tous ! L’une de ces conséquences, en immobilier, a été la recrudescence d’alternatives aux agences physiques, jugées trop opaques à l’époque. Particulier à Particulier, Le Bon Coin, Se Loger… autant de sites internet mettant en avant des catalogues de biens immobilier, que d’agences externalisées proposant des services similaires. Facile alors, pour les consommateurs, de se perdre dans un tel océan de données binaires, et difficile pour les annonceurs de se démarquer dans ce secteur si concurrentiel. Dès lors, les agents immobiliers ont dû se réinventer en exploitant les différents moyens mis à leurs dispositions par les nouvelles technologies pour prouver aux acheteurs et vendeurs potentiels de la nécessité d’un intermédiaire pour les aiguiller dans leurs démarches. En effet, dans les villes où la densité de population est la plus élevée, c’est la plus-value du service proposé par une agence immobilière qui fera son succès. Plus il y a d’information, plus les agents sont sollicités comme experts pour rassurer les ménages sur l’aboutissement d’une transaction. Qu’en est-il des agences de notre région ? Quels services proposés par celles-ci leur donnent un avantage certain ? Que font-elles pour gagner la confiance des particuliers dans un environnement digital en plein essor ?

 

 

Entrevue avec les directeurs des trois agences Stéphane Plaza Immobilier de l’ouest toulousain.

Diagonale : Quelles sont les spécificités des agences Stéphane Plaza Immobilier ?
Elodie Payet – agence Tournefeuille : Nous sommes un réseau récent, les agences physiques se veulent très accueillantes et surtout connectées. On souhaite mettre en œuvre un réel accompagnement de nos vendeurs et acheteurs à chaque étape de leurs projets. L’un de nos services phare est le Home-Staging virtuel, bien que différent de l’émission de TV. Ici le dossier est remis à l’architecte qui transmet des photos réalistes avant/après avec un estimatif des coûts et des références des objets déco et meubles, pour permettre à l’acheteur de se projeter. D’ailleurs, tout est digitalisé pour limiter le papier au maximum et pouvoir être mobiles en travaillant.

Diagonale : Depuis quelques années, une crainte de la disparition des agences immobilières physiques est apparue. Pourquoi pensez-vous que vos clients continuent à vous solliciter ?
Romain Lapeze – agence Colomiers : Nous ne sommes pas inquiets, au contraire, notre agence termine même ses travaux d’agrandissement. Les acheteurs ont besoin de se sentir accompagnés et de sécuriser leurs projets de vie. Aujourd’hui, certains sites internet laissent penser qu’ils peuvent rendre autonomes vendeurs et acheteurs, mais nos clients ont quand même besoin de contact humain, de pouvoir discuter et échanger librement de leurs projets. Stéphane Plaza nous dit souvent «l’immobilier ce ne sont pas que des mètres carrés et des prix net vendeurs, c’est surtout des rencontres, des gens uniques et des projets qui le sont aussi. »

Diagonale : Comment voyez-vous l’évolution de votre métier, notamment avec les nouvelles technologies présentées par le RENT ?
Romain Robertagence Plaisance : Nous sommes de plus en plus connectés. Le réseau Stéphane Plaza est très attentif aux arrivées sur le marché des nouvelles technologies, notamment avec les services que nous proposons : les visites virtuelles 3D pour réaliser des pré-visites, la géolocalisation des biens, le suivi client sur un espace internet, les photos professionnelles, l’application sur téléphone. Le reste dépendra de ce qui plaira à nos clients, car c’est eux qui font le choix des évolutions technologiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 *HAI charge vendeur

 

Share
Amandine M
Author

Write A Comment