Tag

Agriculture Biologique

Browsing

 

 

Le vin bio, encore peu connu et reconnu, suscite tout de même un intérêt croissant. Plus fragile et plus dur à manipuler que celui issu des vignobles traditionnels, il a nécessité quelque temps d’apprentissage de la part des vignerons pour maîtriser parfaitement les différentes étapes. Aujourd’hui, c’est chose faite et on trouve de bons vins issus de l’agriculture biologique, bien qu’il se fasse encore rare. En France, la surface qu’occupent les vignobles cultivés en agriculture biologique représente plus de 60 000 hectares, soit plus de 8 % du vignoble français.

qu’est-ce qu’un vin bio ?

Depuis 2012, pour qu’un vin soit certifié bio, il doit être issu de vignes qui respectent le règlement bio européen, mais aussi celui de toute l’étape de la vinification.

la culture des vignes en biologique

Pour être certifié de cette agriculture, les vignes doivent être fertilisées à l’aide d’engrais verts et de compost, protégés par des sels simples (soufre, cuivre) et des produits naturels (algues, extraits végétaux). Enfin, elles doivent être désherbées mécaniquement.

la vinification

Une fois les fruits à maturité et récoltés, le vin est élaboré et élevé en limitant l’emploi d’additif (levures industrielles, enzymes, soufre, sucres…) par des vignerons soucieux d’authenticité et de qualité. Ce n’est qu’en respectant ces critères et réglementations qu’un vin pourra être certifié bio par un des organismes en charge.

Pourquoi faire du vin bio ?

En France, près de 20 % des pesticides destinés à l’agriculture sont utilisés pour la vigne, alors qu’elles ne représentent que 3 % de la surface agricole utile. Parmi eux, 80 % sont des fongicides…

Il faut 3 ans à un jeune pied de vigne pour produire ses premières vendanges. Il restera ensuite productif pendant 40 ans en moyenne. 

Il faut environ 1,3 à 1,5 kg de raisin pour obtenir 1L de vin.

Chaque partie de la grappe de raisin joue son rôle dans la fabrication du vin. Il est donc essentiel de choisir un vin d’un vignoble cultivé en bio, c’est-à-dire sans engrais chimique, sans herbicide ni pesticide de synthèse.

 

Share

 

Rouge, élancée et élégante autant que suculante, la fraise est un des fruits stars de cette période. Récoltées d’avril à juillet pour les allongées et les rondes et de juillet aux premières gelées pour les remontantes, les fraises demandent un travail minutieux pendant une année entière…

Un an avant les premières récoltes, les fraisiers sont plantés en terre. Il faudra ensuite beaucoup de main d’oeuvre pour qu’ils puissent se développer correctement et produire ce petit trésor rouge : il faut déserber régulièrement, arroser, retirer les fleurs…. Et une fois que les fruits seront près, la cueillette se fera entièrement à la main. Les fraises de chez Biocoop, produites dans le Sud-Oust, la Provence, le Val de Loire et la Bretagne, sont sucrées et juteuses. Les plus allongées sont acidulées et portent des noms qui ont le goût de l’été : gariguette, ciflorette, cigaline… Alors que les variétés plus rondes sont plus douces et les remontantes, les espèces les plus tardives, sont très parfumées. Il existe moult facçon de les consommer (en coulis, en confiture, en sirop, en gâteau…), notre préférée reste le grand classique : avec juste un peu de sucre ou de crème chantilly. Petite astuce : lavez vos fraises avec leur pédoncule, ainsi elles ne se gorgeront pas d’eau !

Share

Et bien non ! Google le dit (le Petit Larousse de l’agence aussi) : bio, signifie sans engrais et sans pesticides de synthèse ! Donc, pour obtenir la certification AB (premier logo créé sur l’Agriculture Biologique en 1991), tous les agriculteurs doivent les bannir  de leurs cultures ou élevages. Ils doivent également recycler, pratiquer une rotation des cultures, respecter le bien-être animal, de l’environnement et des ressources naturelles. Et les contrôles sont stricts pour obtenir le droit d’apposer le fameux petit logo vert !

Mais alors pourquoi le bio est-il aussi souvent remis en cause ? D’une part, parce que le bio doit être à minima composé de 95% des ingrédients biologiques… Reste donc 5% pour décrier ses qualités. D’autre part, avec la démocratisation du bio et sa forte industrialisation, le bio s’affiche parfaitement conforme à la certification Agriculture Biologique, mais, un tantinet moins sur sa philosophie. Trop (encore) de produits en supermarchés sont importés de l’étranger. Sachez faire la différence entre le bio et le bio d’ailleurs, qui lui, dépense des tonnes de carburant juste pour atterrir dans votre assiette !

la polémique du 100% bio

Composé à 95 % bio, c’est déjà bien. 100%, c’est évidemment mieux ! Mais certains diront que 5% non-bio, c’est déjà trop ! Du coup, les marques bio sont de plus en plus nombreuses à vouloir se démarquer les unes des autres en tendant vers un vrai 100% bio, sans aucun ingrédient industriel, et si possible, cultivé et fabriqué en France voire en Europe, idéalement à 2 pas de chez vous, localement  !

Share