Tag

caisse libre-service

Browsing
Autre technique d’automatisation des caisses, le « Self-Scanning » ou scan automatique, qui s’adresse aux chariots et plus gros achats.

Vous prenez à l’entrée du magasin un petit appareil, avec lequel vous scannez au fur et à mesure les produits que vous mettez dans le chariot. Ensuite, passez à une borne spéciale et réglez vos achats. Ultra pratique et timing visiblement très réduit, certains clients plébiscitent même son avantage pour contrôler à tout moment le montant de vos courses. Trop beau pour être vrai ?

Si tout se passe bien, sans aucune intervention dans le déroulement de vos achats, oui, ce système semble être trop beau… Mais, effectivement ce n’est pas toujours le cas. Explication. Les employés postés là pour intervenir en cas de problème, et qui sont censés effectuer une fois sur dix une vérification totale du contenu du chariot (en repassant les produits comme à une caisse traditionnelle), sont désormais tenus de le faire 1 fois sur 3, car ce système affiche un taux de démarque énormissime ! Résultat, l’hôtesse est perçue comme un gendarme et le client vit très mal (90 % du temps), d’un, de perdre du temps alors qu’il est censé en gagner, de deux, ce sentiment d’être soupçonné de vol… Ce système conçu au départ pour plaire au public, ne tient pas vraiment ses promesses à 100%. D’ailleurs, les grandes surfaces qui utilisaient le « Scan-Achat » chez E.Leclerc ou le « Scan-Lib » chez Carrefour,etc… tendent à abandonner petit à petit ce système pour d’autres innovations… à suivre !

Share
La caisse automatique « libre-service »

Très bien perçue par le public, vous ne gagnez pourtant pas de temps ! Déployées progressivement depuis 15 ans dans les grandes enseignes comme Auchan, Casino, Carrefour, E.Leclerc, Super U (Colomiers et Léguevin en sont équipées), etc… elles font désormais parties du paysage des surfaces de vente, même non alimentaires, comme chez Ikea, Alinéa, mais aussi Leroy-Merlin, Décathlon ou encore, dans la restauration, chez Mac’Do !

Seul le secteur du textile reste encore en retrait… Aujourd’hui, elles sont donc plus de 13.000 en France, et assurent entre 20 à 40% des flux dans le secteur alimentaire, et jusqu’à 70 % par exemple chez Alinéa. Le principe : cette caisse spéciale vérifie la correspondance entre la référence scannée et le poids de l’article. Ses limites ? Elle s’adresse surtout aux petits paniers (-10 articles). Or, la grande surprise, c’est que vous ne gagnez pas une seule seconde ! En moyenne, vous scannez entre 5 à 8 articles par minute au lieu de 20 minimum pour une hôtesse de caisse… Vous perdez aussi du temps à ranger, sans compter le nombre de fois où vous devez faire appel à l’employé posté là, pour gérer les blocages du logiciel de 4 postes en même temps… Résultat, vous perdez même du temps. Alors pourquoi ce concept est-il si apprécié ? C’est simplissime : puisque vous vous activez à la tâche, vous avez le sentiment d’aller plus vite et de ne pas perdre votre temps inutilement… Ici, seule votre perception du temps d’attente diminue, nuance importante…

TEST

J’ai testé la caisse libre-service chez Leroy Merlin Colomiers. Passage en caisse avec 4 articles dans une caisse automatique et même chose, avec une hôtesse de caisse. Résultat : j’ai attendu 4min de plus en caisse traditionnelle car il y avait la queue devant moi ; Si je ne tiens compte que du passage du scan des articles jusqu’au paiement, j’ai noté que le timing était plus court avec l’hôtesse. Donc, ce fut approximativement équivalent, mais idéalement, je dirai que j’ai gagné un « bonjour », un sourire et un « passez une agréable journée » de la part de l’hôtesse en passant à une caisse traditionnelle !

Share