Tag

Carte bancaire

Browsing

 

On a tous vécu ce moment où le seul moyen de paiement que l’on a sur nous est la carte ; tandis qu’en face de nous, le commerçant ne dispose pas de lecteur. Dilemme alors qu’aujourd’hui, la carte bancaire est le moyen de paiement préféré des français. Lorsque l’on se penche de plus près sur la question, on se rend pourtant compte que près de 2 entreprises sur 3 sont dans ce cas et ne possède pas de terminaux.

Pourquoi autant d’entreprise n’en possèdent-elles pas ? Frais bancaires élevés, abonnement coûteux et dépendance à une banque par un contrat sont les raisons principales de ce manque à gagner, notamment pour les TPE (très petites entreprises) qui n’ont pas les fonds nécessaires.

C’est pour palier ce manque, très pénalisant pour le chiffre d’affaires des petits commerces, que la start-up française Smile and Pay* a vu le jour en 2014. Cette jeune entreprise propose via son site www.smileandpay.com de recevoir sous 48h un boitier d’encaissement, que l’on peut ensuite relier à un smartphone via bluetooth.

Une offre sans engagement ni frais caché et dont Smile and Pay ne prélève qu’une faible commission de 1,2 à 2% HT en fonction du volume de transaction réalisé. En d’autres mots, si pendant une période il n’y a pas d’encaissement par carte bancaire, alors il n’y a pas de commission prélevé par Smile and Pay* !

Un système innovant qui permet aux entreprises saisonnières, aux start-up et aux commerces n’ayant que peu d’encaissement par CB de ne perdre aucun client, mais aussi de subir moins de vol et d’impayés. Il ne vous reste plus qu’à sourire et payer* !

Share

 

Sur les smartphones, le NFC (sans contact) est directement intégré dans votre puce et géré obligatoirement par une application mobile. Mode d’emploi : approchez votre smartphone du terminal de paiement, un bip retentit, un code ou une identification par empreinte digitale sont demandés pour valider le paiement, et voilà vos achats instantanément réglés ! 

Parmi les applications de paiement mobile directes (via l’enregistrement de votre carte bleue sur leur site), vous pourrez choisir entre Google Wallet, Visa Paywave, PayPal Here, Buyster, Flash n’Pay, conçue par Auchan ou encore KIX de BNP Paribas, etc. Il s’agit ici d’un intermédiaire entre le commerçant et votre banque. Il existe d’autres applications qui sont téléchargeables, elles, via votre banque et sans intermédiaire. C’est votre banque qui négocie directement avec les concepteurs des applications les frais inhérents à chaque paiement. Pour vous, son utilisation est gratuite ! (quoique payée indirectement dans les frais d’adhésion du “sans contact” ou de celle de la CB)

C’est le cas, d’Apple Pay, Samsung Pay ou la plus courante actuellement, Paylib. Mais pour l’heure et dans le cas de Paylib, seuls les utilisateurs de smartphones sous Android bénéficient de ce service, mis à disposition gratuitement pour les clients de 9 banques (Banque postale, BNP Paribas, Crédit mutuel Arkéa, Crédit agricole, Société générale, Banque populaire,  Caisse d’épargne, Hello Bank et Boursorama Banque). Et pour cause, Apple dispose de son côté de l’Apple Pay, une appli similaire que la plupart des banques tendent actuellement de négocier en termes de frais. Idem chez Samsung. Concrètement, en tant qu’utilisateurs d’iPhone, ce service est d’ores et déjà accessible si vous êtes à la Caisse d’Epargne, à la Banque Populaire, chez Carrefour Banque, Orange Cash ou Boon. D’ici fin d’année ou courant 2018, la plupart des autres banques proposeront certainement l’Apple Pay, tout comme l’Android Pay ou encore Samsung Pay. Renseignez-vous bien auprès de vos banques pour connaître les délais…Petit bémol et pas des moindres, seuls un tiers des commerçants sont actuellement équipés du terminal de paiement adéquat pour mobile. Si ce n’est qu’une question de mois avant que tous s’équipent en conséquence, mieux vaut encore sortir couvert avec votre CB en poche !

Share

 

 

Le paiement mobile plus sûr que la CB “sans contact”… Effectivement, si la fonctionnalité de paiement n’est pas activée en permanence (quand l’écran est éteint), il est donc impossible d’aspirer votre numéro de carte. De plus, la plupart des applications de paiement mobile sont protégées par des codes PIN. Alors, le paiement mobile serait-il le nouveau « nouveau » paiement de demain ?

Le plafond “sans contact” qui passe à 30 euros dès cet automne… Si des évolutions de ce plafond sont encore envisageables dans l’avenir, il s’agira certainement d’une extension vers le paiement mobile. En effet, comme le client s’authentifie avant la transaction (code pin, empreinte digitale ou vocale), la sécurité est plus renforcée que sur les CB.

Quel intérêt de dégainer un mobile et pas une carte bancaire ?

Réflexion faite, sortir votre mobile au lieu de votre carte n’a aucun intérêt ! Le vrai service sera d’y associer un portefeuille complet d’avantages… 

Gestion des comptes, des virements, etc., avec la prise en charge du paiement “sans contact” bien sûr !  Surfer sur son mobile est une chose, y finaliser un achat comme si c’était une CB, n’est pas tout à fait encore entré dans les mœurs… Il reste un cap à franchir : intégrer « comment ça fonctionne » pour se lancer en toute confiance dans un nouveau portefeuille virtuel ! Actuellement 10% des transactions “sans contact” se font via le mobile… mais ce chiffre s’accroît exponentiellement !

Share

 

Y’a-t-il des risques de piratage ?  Les nouvelles générations, adeptes du digital, voient dans le “sans contact” la simplicité et l’efficacité du geste de paiement.  Pratique, mais est-ce aussi risqué ? Face aux failles de la technologie du NFC, devrez-vous prendre des précautions ? 

Mode d’emploi simplissime : avec une carte “sans contact”, plus besoin d’entrer de code secret : posé, c’est payé illico ! Grâce au NFC, la technologie sans fil à courte portée (10 cm maximum entre 2 appareils), votre smartphone fonctionnera comme une carte bancaire, ou votre carte bancaire marchera comme un “pass”. NFC, « piratable » ? C’est un problème de taille… le “sans contact” semble être facilement piratable, car les cartes utilisant le NFC n’utilisent pas de protocole chiffré. Même si la CNIL a fait disparaître, de toutes les CB “sans contact”, toutes vos données personnelles, elles sont toujours piratables dès qu’elles se trouvent dans votre sac.

Relativisez : En cas de vol ou piratage, les paiements avec une carte “sans contact” sont plafonnés à 20 € par achat et limité à 80 ou 100 euros par jour. Il vous faudra ensuite taper votre code de sécurité pour les achats suivants comme un paiement classique. Idem dans le cas d’un piratage sac contre sac qui permet “d’aspirer” le numéro de la carte et sa date de validité. Quid du cryptogramme ? Et d’ailleurs, la plupart des banques ont mis en place pour les paiements en ligne, une sécurité supplémentaire avec authentification d’achat par SMS. Alors, oui la technologie “sans contact” est piratable, mais sachez garder la mesure !

Astuce : concernant les cartes NFC, munissez-vous d’un gadget en aluminium, faisant office de cage de Faraday, pour bloquer les infos de la carte. Il existe désormais des étuis de protection, que d’ailleurs votre banque est tenue de vous fournir gratuitement ! Dans le cas contraire, les banques sont tenues de vous proposer des cartes sans NFC si vous leur demandez. Vous pouvez aussi désactiver le “sans contact” à tout moment, sans aucun frais. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, vous avez moins de risque de piratage lorsque vous payez grâce à votre smartphone…

Share