Tag

dossier

Browsing

Après une étude approfondie autour de l’assainissement pluvial, les travaux du centre-ville sont désormais l’une des priorités. « Cela demande un effort budgétaire important, mais la ville fait son maximum pour prioriser et gérer son budget à bon escient », expose Martin Comas, conseiller municipal délégué aux infrastructures, aux cours d’eau et aux marchés publics. C’est ainsi que près de cinq millions d’euros seront investis, dans le but de protéger le centre-ville des pluies trentennales notamment. Un  objectif qui devrait être atteint d’ici à 2021, avant de s’attaquer aux autres quartiers. Au total, la mise en oeuvre du schéma communal des eaux pluviales représentera, sur dix ans, douze millions d’euros d’investissement. Du côté des transports, on peut observer à ce jour le très grand succès de la Linéo 3, arrivée le 7 janvier dernier, et qui n’en finit pas de séduire les Plaisançois. Mais la municipalité ne compte pas s’arrêter là : « Nous allons continuer à renforcer l’off re des transports en commun, et multiplier les échanges avec Tisséo ». De plus grandes amplitudes horaires de 5h30 à 00h30, des bus toutes les neuf minutes aux heures de pointe… autant d’atouts qui permettent aux Plaisançois de profiter d’une sortie nocturne à Toulouse sans se soucier du stationnement. La troisième ligne de métro quant à elle reste très attendue, et sortira de terre à l’horizon 2025. « Nous disposerons alors d’un hub multimodal, allant du métro, aux bus, en passant par les lignes ferroviaires », annonce Philippe Guyot. Des projets qui rentrent dans la logique du plan de déplacement urbain, et qui offriront à moyen terme un important maillage, pour la mobilité des Plaisançois et, au-delà, de tous les habitants de l’ouest toulousain.

 

 

Si pour Philippe Guyot, « il fait bon vivre à Plaisance du Touch », la municipalité compte bien tout mettre en oeuvre pour préserver, voire renforcer les atouts du secteur. Et ce bienêtre passe notamment par un tissus social riche, et de florissantes activités culturelles et associatives. Forte de sa démocratie participative importante, il tient à coeur à la municipalité de multiplier les réunions de quartier, les permanences des élus, et les rencontres avec les habitants. Des moments d’échanges qui donnent lieu à de nombreuses manifestations, et qui font le bon vivre de Plaisance du Touch. Beaucoup de bénévoles donnent le jour à des temps forts comme « La journée Sport Aventure », ou « Le Téléthon ». Nous disposons également de « L’Espace Monestié », qui propose en son sein la grande salle L’Onyx, trois salles de cinéma, une salle des fêtes, une salle de sport, un gymnase et un restaurant. Ce pôle de 2000 m2 accueille les spectacles de la saison culturelle, le « Salon Artisan’Art », ou encore le FIFFH (Festival International du Film de Fiction Historique). « Autant de rencontres enrichissantes qui rythment l’année et enrichissent le quotidien de nos concitoyens », confie Isabelle Torres, adjointe au maire en charge de la culture.

© Patrice Massacret / www.patricemassacret.com / L’Onyx Espace Monestié

 

Share
© Patrice Massacret / www.patricemassacret.com

L’un des fers de lance de la municipalité de Plaisance du Touch sera la lutte contre les gaz à effet de serre. Dans ce sens, l’équipe municipale a décidé de montrer l’exemple en s’équipant tout d’abord de véhicules propres. « L’idée est d’amorcer la lutte face à l’urgence écologique », explique le maire de la ville. Un gage d’exemplarité que l’on retrouvera aussi dans l’éducation des plus jeunes, et une féroce sensibilisation au respect de l’environnement. « La municipalité souhaite cette année planter des arbres aux abords des écoles, au lac Soula, et dans les lieux publics. Une végétalisation qui permettra de limiter les émissions de CO2, et de lutter contre le réchauffement climatique », appuie Michèle Lavayssières. C’est ainsi que, par le biais de l’éducation, les bons réflexes écologiques se sèment. « Cette opération “ 1 Classe 1 Arbre ” sera initiée en octobre 2019. Nous voulons montrer que chacun a un rôle à jouer, et encourager les parents à planter à leur tour », conclut Philippe Guyot. Un acte pédagogique qui promet des lendemains plus purs, ou du moins plus éclairés.

Share

“Le Puits Saint-Jacques” est le creuset de la passion gourmande du chef cuisinier Bernard Bach. Le restaurant gastronomique propose un menu à emporter pour les fêtes, du 24 au 31 décembre inclus. Un repas de prestige sur réservation, qui promet de lettre vos papilles sur leur 31. Nougat de foie gras macéré au Pacherenc, suivi d’une raviole farce fine de homard avec son bouillon de crustacés au lait de coco et citronnelle, pour les entrées. La dégustation se poursuit avec une poulette farcie de cèpes, accompagnée d’une gratin de pomme de terre, butternut et châtaignes. Pour clôturer l’expérience gustative, le chef régale avec une bavaroise de tonna au coeur de dulce leche en dessert.

© Nathalie HANON / Agence ICICOM

Un repas accompagné du dernier livre de recettes dédicacé de Bernard Bach “Régalez-vous au Puits Saint-Jacques”. Et pour terminer l’année en beauté, le restaurant propose un menu unique spécialement créé pour le 31. Une sélection des meilleurs produits de fêtes revisités par le maitre des fourneaux, pour un réveillon inoubliable.

Share

Puisque le temps des fêtes est à la gourmandise, on se laisse tenter par les douceurs du “Fournil du Perget”. Les amateurs de bûches se laisseront charmer par la généreuse “Sévigné”, avec sa génoise chocolat, son croquant praliné et sa mousse au cacao. La “Fruits Rouges”, best-seller de la maison, fera pétiller le dessert, avec sa mousse framboise et son biscuit joconde aux amandes.Tandis que “La Merveille”, fera succomber tous les amoureux de desserts, avec sa génoise chocolat et sa meringue aux éclats d’amandes. Enfin l’indétrônable “Bûche Au Nutella” continuera de faire saliver petit et grands, avec sa roulade chantilly-Nutella, aux éclats de praliné.

© Hélène Ressayres

“Hormis les traditionnelles bûches pralinées, vanille, ou à la crème au beurre, nous essayons de proposer chaque année deux ou trois recettes exclusives”, explique Ludovic Collongues, pâtissier du “Fournil du Perget”. Ceux qui préfèrent les petites portions opteront pour les bûchettes individuelles ou les mini macarons faits maisons. Autant de gourmandises pour que les papilles aussi soient en fête !

Share

Dans cette maison créée en 1897 dans le nord du Lot près de Souillac, ce ne sont pas moins de cinq générations qui relayent un savoir-faire d’exception. En période de fêtes, on se fait plaisir avec de la truffe fraîche, que l’on conserve cinq à six jours maximum avant dégustation. Un produit d’excellence qui exprime pleinement son goût s’il est utilisé dans des recettes simples. On optera davantage pour un risotto, des pommes de terre, ou des oeufs brouillés par exemple. “Il faut mettre au moins 12 à 15 grammes de truffe par personne pour profiter de sa saveur”, explique Pierre-Jean Pebeyre, président de la maison.

© photo : Maison Pebeyre

Ceux qui n’auraient pas le budget se laisseront quant à eux tenter par un beurre ou une sauce à la truffe, beaucoup moins chers et plus simple d’utilisation. La meilleure des astuces culinaires : se laisser guider par les conseils avisés des experts de la maison “Pebeyre”.

 

Share

En dessert, centre de table, ou cadeau de prestige, les fruits de saisons font leur arrivée sur toutes les tables. Amoureux du produit de qualité, Alexandra et Cédric Héritier, patrons de l’épicerie fine “Au pêcher Mignon”, travaillent exclusivement en circuits courts, en partenariat avec des producteurs locaux. Dans leurs étals, les citrouilles et potimarrons viennent de Haute-Garonne, le Chapelet de Moissac, et les pommes et poires du Lot-et-Garonne. C’est donc sans surprise que les corbeilles de fruits sont le best-seller des fêtes de fin d’année. “Au Pêcher Mignon”, on aime ce qui est beau et bon; et tous les ingrédients sont ici réunis pour des recettes de fêtes réussis.

Accompagnez vos chapons de marrons de la maison “Tauran”, préparez vos mendiants de Noël avec les fruits secs de Quercy, et trempez les délicieuses fraises déshydratées de la maison Alex dans vos champagne. Des produits proposés par l’enseigne et issus d’une sélection minutieuse, et tous goutés sans exceptions par les patrons. Côté épices, la cannelle, badiane, muscade, girofle, bâtons de vanille, et épices à vin chaud, donneront toutes les notes festives à vos préparations. Les écorces d’orange, citron et gingembre, réveilleront vos pâtisseries et recette sucrées.

AU PÊCHER MIGNON
2 RUE D’AUCH

31770 COLOMIERS
05 34 39 08 24

Share

Jean Luc Beauhaire, meilleur ouvrier de France depuis 1997, pétrit son pain à la qualité des produits, et à l’amour du travail bien fait. Avec des farines sélectionnées et issues de grains moulus sous une meule de pierre, c’est à un retour à la tradition que la maison nous invite. La devise du boulanger : “Un pain qui prend le temps de se faire, pour se conserver longtemps”.

© Hélène Ressayres

Pour les fêtes, comme toute l’année, la Boule Meunière nature ou aux fruits secs, proposé à la tranche ou entière, reste idéale pour vos tartines sucrées ou salées. Elle accompagne aussi divinement vos foie gras et fromages. Ceux qui préfèrent le brioché se laisseront tenter par le pain figue-noisette. Pour les fruits de mer, certains choisiront de jouer la carte du classique et incontournable pain au seigle, tandis que d’autres s’essayeront au surprenant et délicieux pain citron-céréales.

Enfin, on clôture le repas avec douceur et gourmandise avec le pain noix et raisins, qui accompagne parfaitement les fromages.

Share

Les fêtes de fin d’année approchent et les esprits des cuisiniers, en herbe et professionnels, se bousculent. Dinde chaponnée ? Traditionnel foie gras ? Corbeille de fruits secs ou chocolats ? Pour ces repas d’exception, une seule règle : des produits de qualité ! Diagonale a sélectionné pour vous les meilleures adresses locales où faire son marché pour une table de fête.

Brasserie spécialisée en poissons et crustacés depuis 1960, « Chez Jeannot » sélectionne les meilleurs produits de la mer. Réputé pour ses huîtres à emporter, ce sont les plus grandes appellations qui trônent sur les étals de la maison. Gilardeau, Ostra Regal, Pleiade Poget, ou encore Marennes Oléron. Des produits d’exception, de la crevette de Madagascar bio label rouge, au homard breton, en passant par la Saint-Jacques d’origine France, qui ont fait la réputation de l’enseigne. Des poissons frais livrés chaque jour, et une sélection rigoureuse. « Chez Jeannot » propose aussi des plateaux de fruits de mer à emporter, à réserver une semaine à l’avance. Le tout accompagné du fameux beurre aux algues, ou de l’aïoli faits maison.

© Hélène Ressayres

 

Share

 

 

 

Eric Bille, président de « La Braxéenne », nourrit une passion pour la bière artisanale depuis près de 15 ans. Ce technicien tourneur fraiseur de formation a troqué ses outils contre des sacs de malt. La bière d’Eric Bille est brassée aux valeurs et à l’amour du partage : « Je travaille le plus possible en local.  80% de mon grain arrive de la « Malterie De Salvagnac », avec laquelle je travaille depuis des années, et je produits une partie de mon houblon. J’aime prendre le temps du travail bien fait, et les rapports humains ont une place primordiale dans mon approche ». Une volonté de partage qui se retrouve dans les nombreux stages, les visites, et conférences, proposés dans son établissement.

Aujourd’hui distribué dans des restaurants étoilés comme « Le Puits St Jacques » à Pujaudran, « Le Cantou », au pied des pistes d’Airbus, ou le « D.Cadei » à Villeneuve Tolosane, il travaille aussi régulièrement autour du « Pairing ».  Enfin, cet insatiable curieux, crée des bières sur-mesure pour des caves à vins ou des restaurants. Le brasseur référence 12 sortes de bières en catalogue, dont la médaillée « Naouzo », et sa bière de Noël aux écorces de tonneau de Whisky. En ce moment, « La Braxéenne » travaille sur la création d’une boisson sur mesure en partenariat avec la marque de cosmétique haut de gamme « Man’s beard ».

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

Share

 

 

« Le BBT », c’est l’histoire de trois passionnés, Simon, Martin et Joany, reconvertis dans le milieu de la bière à Cornebarrieu. En moins d’un an depuis son ouverture, la microbrasserie artisanale familiale, a su s’imposer dans le milieu comme une référence. Ici, le client est en totale immersion dans l’univers de la bière, et peut assister à toutes les étapes, de la production au verre.

© La photographe aux semelles rouges

Impliqué dans les manifestations locales comme « L’Octobière » ou le « Toulouse Beer Fest », « Le BBT » n’a de cesse de faire vivre la culture brassicole. Que ce soit par le biais de ses visite guidées, des ateliers dégustations, ou avec sa « New Brew » (bière du moment), l’équipe des « Brasseurs Toulousains », surprend. Côté bar, la « Green Light » demeure la chouchou, la « Blue Bay » continue de fédérer avec ses notes douces et rafraîchissantes, et les cocktails à la bière font sensation. Pour clôturer l’année en beauté, « Le BBT » fêtera les un an du bar fin octobre.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

© La photographe aux semelles rouges
© La photographe aux semelles rouges

 

Share