Tag

dossier

Browsing

 

 

 

Eric Bille, président de « La Braxéenne », nourrit une passion pour la bière artisanale depuis près de 15 ans. Ce technicien tourneur fraiseur de formation a troqué ses outils contre des sacs de malt. La bière d’Eric Bille est brassée aux valeurs et à l’amour du partage : « Je travaille le plus possible en local.  80% de mon grain arrive de la « Malterie De Salvagnac », avec laquelle je travaille depuis des années, et je produits une partie de mon houblon. J’aime prendre le temps du travail bien fait, et les rapports humains ont une place primordiale dans mon approche ». Une volonté de partage qui se retrouve dans les nombreux stages, les visites, et conférences, proposés dans son établissement.

Aujourd’hui distribué dans des restaurants étoilés comme « Le Puits St Jacques » à Pujaudran, « Le Cantou », au pied des pistes d’Airbus, ou le « D.Cadei » à Villeneuve Tolosane, il travaille aussi régulièrement autour du « Pairing ».  Enfin, cet insatiable curieux, crée des bières sur-mesure pour des caves à vins ou des restaurants. Le brasseur référence 12 sortes de bières en catalogue, dont la médaillée « Naouzo », et sa bière de Noël aux écorces de tonneau de Whisky. En ce moment, « La Braxéenne » travaille sur la création d’une boisson sur mesure en partenariat avec la marque de cosmétique haut de gamme « Man’s beard ».

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

Share

 

 

« Le BBT », c’est l’histoire de trois passionnés, Simon, Martin et Joany, reconvertis dans le milieu de la bière à Cornebarrieu. En moins d’un an depuis son ouverture, la microbrasserie artisanale familiale, a su s’imposer dans le milieu comme une référence. Ici, le client est en totale immersion dans l’univers de la bière, et peut assister à toutes les étapes, de la production au verre.

© La photographe aux semelles rouges

Impliqué dans les manifestations locales comme « L’Octobière » ou le « Toulouse Beer Fest », « Le BBT » n’a de cesse de faire vivre la culture brassicole. Que ce soit par le biais de ses visite guidées, des ateliers dégustations, ou avec sa « New Brew » (bière du moment), l’équipe des « Brasseurs Toulousains », surprend. Côté bar, la « Green Light » demeure la chouchou, la « Blue Bay » continue de fédérer avec ses notes douces et rafraîchissantes, et les cocktails à la bière font sensation. Pour clôturer l’année en beauté, « Le BBT » fêtera les un an du bar fin octobre.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

© La photographe aux semelles rouges
© La photographe aux semelles rouges

 

Share

 

 

Réunir dans un même lieu une cave et un bar, pour de grands moments de détente et de convivialité : voilà l’ambition du « V&B » à Colomiers. « Les gens viennent beaucoup ici pour les afterworks, où ils apprécient se retrouver entre collègues ou entre amis en fin de journée », développe Vincent Pensa, adjoint et responsable bar. L’enseigne accueille aussi un concert tous les premiers mercredis du mois, et ne manque pas une occasion de célébrer la bière lors de soirées thématiques : retransmissions sportives, « Saint Patrick », ou « Oktoberfest ».

« A l’image de la fête traditionnelle de Munich, nous avons voulu reproduire l’ouverture de l’« Oktoberfest » comme elle se fait en Allemagne. Pour l’occasion, nous avons percé un fût, et offert une cinquantaine de pintes. Lors de cette soirée, ce n’est pas moins de 300 litres de bières qui ont coulé à flot », développe le responsable du bar. Passionnée, l’équipe du « V&B » organise régulièrement des dégustations payantes, et des rencontres avec des brasseurs locaux. 2019 n’en sera pas moins chaleureuse, avec de nombreux temps forts comme l’anniversaire du bar en janvier, ou les dix jours de février consacrés à la bière artisanale. Côté cave, la bière de Noël arrivera début décembre en édition limitée.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

Share

 

 

 

L’enseigne, qui travaille étroitement auprès de fournisseurs locaux, vise plus que jamais au « développement de l’agriculture biologique ».

Prônant un retour aux bonnes pratiques paysannes, et aux circuits courts, c’est très naturellement que Biocoop s’est tourné vers les brasseries et micro-brasseries locales. « Nous travaillons beaucoup avec les gersois « Jean Brasse », la haut-garonnaise « Brasserie Des Vignes », ou encore La Lutine » du Périgord », développe Alexandre Poher, gérant du Biocoop de Plaisance du Touch. Avec une quarantaine de bières en magasin, c’est un large choix qui est proposé aux amateurs de découverte et de dégustation. Des gammes aux ingrédients issus de l’agriculture biologique, et qui respectent un cahier des charges strict. Une charte exigeante qui permet tout de même quelques excentricités gustatives, puisque l’enseigne propose aussi dans ses rayons des bières à la spiruline, aux noix, au gingembre, ou à la coriandre.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

Share

 

 

Près d’un an après son lancement en 2017, La bière des joueurs de l’US Colomiers Rugby entame sa deuxième édition. Une bière artisanale réalisée et brassée en collaboration avec la microbrasserie des « Brasseurs Toulousains » (BBT). Une « Pale Ale » rafraîchissante, saupoudrée d’un brin d’amertume, qui reprend les bases de la « Blue Bay », l’une des bière phares du « BBT ». « Il y a eu une véritable recherche autour du goût, par le biais d’un réel échange avec ces professionnels de la bière », développe Cédric Coll, président de l’ « US Colomiers Rugby ».

Des brasseurs qui travaillent en famille, et dont l’esprit d’équipe a très rapidement collé avec celui des rugbymen. « Pour la première édition, les joueurs ont participé aux différentes étapes de brassages, et passaient au « BBT » dès qu’ils le pouvaient pendant leurs jours de repos. Au final, 1200 litres ont été écoulés pour ce premier essai », rappelle Cédric Coll. Le brassage et l’embouteillage de la seconde édition sont prévus en fin d’année. « Nous ouvrirons les portes du « BBT » en décembre prochain pour une soirée d’inauguration de la nouvelle « Bue Gees ». Il s’agira d’un gros événement, où l’on pourra faire découvrir les coulisses de cette bière au public », annonce Cédric Coll.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

Share

 

 

Pour sa troisième édition, l’association « Citad’elles », mêle une fois encore fête de la bière et caritatif. Pour Marie Montané,  présidente de l’association, « se faire plaisir passe aussi par la promotion du lien social et du local ». Cette année, les bénéfices du festival « Brax Qui Mousse », seront entièrement reversés à une association pour femmes en difficulté. « Nous sommes dans une démarche militante, et défendons certaines valeurs. D’autre part, nous souhaitons contribuer au développement du travail des brasseurs locaux, et encourager les circuits courts notamment », développe la présidente de « Citad’elles ».

Un moment familial et bon-enfant, rythmé par des dégustations, des échanges avec les professionnels, et le concours de la meilleure bière « Festi’Mousse ». Avec pas moins de seize brasseurs venus de Dordogne, des Hautes-Pyrénées, du Gers, de Haute-Garonne, d’Aveyron, du Tarn et même de Catalogne, le temps est à la découverte ce 13 octobre. Après les thèmes « Champêtre » et « Street Art » des précédentes éditions, c’est la bande dessinée qui est mise à l’honneur cette année. Battle de dessin, atelier pour enfants, et la réalisation en direct d’une fresque géante, habilleront cette journée haute en goûts et en couleurs !

www.citadelles-20.webself.net/brax-qui-mousse

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

Share

 

 

Le 11 novembre prochain, de 10h à 19h, le rendez-vous annuel de la brasserie artisanale est de retour. Pour cette deuxième édition, « Craft Beer » et pétanque viendront animer le Boulodrome des Minimes. « Face à l’engouement du public autour des bières artisanales, nous avons eu envie de leur faire découvrir de nouvelles saveurs. Si les gens recherchent de la nouveauté, ils n’en sont pas moins exigeants en ce qui concerne la qualité, et développent un véritable intérêt pour les produits du terroir », développe Thierry Régnier, organisateur du « Toulouse Beer Fest ».

 

Véritable lieu de connexion pour les professionnels, cette journée est aussi un moment de découvertes pour les amateurs. Dans une ambiance décontractée autour de la pétanque, les visiteurs pourront échanger avec plus de quarante brasseurs de la région. « C’est une occasion pour les novices de découvrir les savoir-faire autour de la bière, mais aussi pour les brasseurs d’avoir un retour direct des clients », complète Thierry Régnier. Plusieurs temps forts viendront ponctuer ce rassemblement : Une conférence dispensée par « Le Veilleur De Bières », un atelier « pairing » animé par le chef cuisinier Rémy Gloaguen, une démonstration de brassage orchestrée par « Les Forces Du Malt », et un concours de pétanque.

www.toulousebeerfest.fr

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

Share

De « L’Octobière », à « Brax Qui Mousse », en passant par le « Toulouse Beer Fest », la bière ne cesse d’être célébrée. Des retrouvailles où brasseurs, passionnés, cavistes, et professionnels du monde brassicole, viennent dispenser leurs connaissances à un public de plus en plus curieux. Les bières artisanales sont désormais les stars des stands, et les associations locales n’ont rien à envier aux fêtes de la bière bavaroises. Qu’elle soit blonde, brune ou rousse, la bière séduit, et fascine. Intimiste au départ, le phénomène s’est peu à peu démocratisé, et la brasserie artisanale connaît un véritable boom depuis une dizaine d’années. Les salons et autres initiatives se multiplient, et les sympathisants – des amateurs aux « Geek Beer » – sont de plus en plus nombreux. Zoom sur quelques acteurs locaux qui font mousser le phénomène.

 

 

 

 

Pour sa troisième édition, l’ambition de « L’Octobière » est restée la même : mettre en avant la bière artisanale. « Nous célébrons la « Craft Beer » via les caves à bières, les bars spécialisés, et les restaurants », développe Justin Marquez, président de l’association organisatrice de l’événement, « Les Amis De Poulpie ». C’est ainsi que du 11 au 13 octobre, conférences, dégustations, et « pairing », ponctuent l’événement. « Le “ pairing ” consiste à associer un mets à une bière. Nous proposons dans ce sens des ateliers animés par Cyril Hubert, célèbre sommelier de la bière, pour redonner à cette boisson toute sa place au sein de la table », explique Justin Marquez. Durant l’événement, le tenancier mais aussi brasseur du « Barallèle », distille lui aussi ses connaissances par le biais de conférences.

Cette année, ce sont les ajouts dans la bière et les coulisses du brassage qui sont mis à l’honneur. Côté dégustations, pas moins de trente bières sont proposées aux papilles du public.Et pour l’occasion, « Le Barbotteur », « L’Excuse », « La Brasserie des Garrigues », ou encore « Iron », font le déplacement. « Pour cette édition 2018, l’accent est très porté sur l’Occitanie. Nous voulons que ce rassemblement soit avant tout un vivier des meilleures sélections en matière de bières », conclut le passionné Justin Marquez.

www.octobiere.fr

 

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

Share

Ce dispositif présente de nombreux avantages. Le principe est de fixer un plafond de prix pour certains logements. Les villes sont libres de l’appliquer ou non. Toulouse et quelques villes de la Haute-Garonne ont opté pour cette option “Prix Maîtrisés”. Par exemple son plafond à Toulouse est de 3000 € alors que le prix moyen dans le neuf est à 3650 €, soit 20% d’écart ! Renseignez-vous auprès des promoteurs de programmes qui vous intéressent pour savoir s’ils proposent des logements à prix maîtrisés.

Comme toujours dans ces cas-là, il y a un plafond de revenus à ne pas dépasser pour en bénéficier et le bien doit être acheté en Vente en Etat Futur d’Achèvement (VEFA). Et cerise sur le gâteau, l’accession à Prix maîtrisée est cumulable avec d’autres dispositifs comme le PTZ par exemple. C’est un véritable succès dans la métropole toulousaine. C’est un véritable partenariat gagnant-gagnant entre la ville et les futurs propriétaires. Ces logements sont très souvent situés à proximité des bassins d’emplois, transports en commun,  équipements publics, commerces et services.

PRÊT À TAUX ZÉRO (PTZ)

C’est l’aide de l’Etat la plus importante. Si vous n’avez pas été propriétaire dans les deux dernières années et que vous restez sous le seuil de revenus prévu dans la loi, vous pourrez bénéficier du PTZ. Le quartier où vous achetez influe également sur l’obtention de celui-ci. Vous pourrez financer jusqu’à 40% de votre bien !

PRÊT D’ACCESSION SOCIALE (PAS)

Il a pour objectif de favoriser l’accession à la propriété aux revenus modestes. Il peut financer jusqu’à l’intégralité de votre achat et la durée du crédit peut aller jusqu’à 25 ans !

PRÊT ACTION LOGEMENT (PAL)

Celui-ci s’adresse aux primo-accédants. Suivant vos revenus, votre foyer fiscal et la zone géographique, vous pourrez bénéficier d’aides non négligeables. C’est une piste à explorer également.

 

La nue-propriété

UN INVESTISSEMENT SANS SOUCIS DE GESTION

Le principe est simple, l’investisseur acquiert un bien immobilier de qualité et l’usufruit est assuré par un bailleur social ou institutionnel pendant une durée minimum de 15 ans. L’entretien, les travaux et les charges sont à la charge de l’usufruitier ! Renseignez-vous auprès des promoteurs qui opèrent sur une zone qui vous intéresse, la formule 2018 de la nue-propriété est très intéressante.

Share

L’automne arrivant, la rentrée scolaire passée, c’est le moment de se pencher sur vos projets immobiliers. Acheter dans le neuf reste le but poursuivi par un pourcentage important de Français. La région toulousaine, en particulier les villes intégrées à Toulouse Métropole, restent un investissement intéressant si on le compare aux autres métropoles françaises. Jusqu’à quand ? Personne ne le sait mais beaucoup de professionnels pensent que les prix monteront singulièrement à terme. Trois bonnes raisons d’investir : des avantages financiers (lois de défiscalisation), des prix qui sont assez stables et des normes techniques dans le neuf qui vous garantissent un produit de qualité. C’est donc le moment d’investir à Toulouse ! Diagonale vous indique quelques bons plans dont vous pourrez peut-être profiter…

Pourquoi acheter à Toulouse ?

Les raisons sont nombreuses mais les plus importantes sont une démographie galopante (4,5%), un pôle d’activités de premier plan, que ce soit dans l’aéronautique, l’espace, la santé, l’agroalimentaire, aéronautique. Une ville étudiante très dynamique qui donne au marché locatif une véritable stabilité et pérennité.

Par ailleurs, la ville poursuit la densification de son tissu économique avec des pôles comme EcoSudOuest, Montaudran Aerospace, le Quai des Savoirs ou bien l’Oncopole. Les importants travaux dans le centre ville et la vie culturelle ne font qu’améliorer l’attractivité de la Ville Rose et de toute l’agglomération.

Rachat de prêt

PLUS QUE JAMAIS D’ACTUALITÉ

Même si cela a été moins rapide et spectaculaire qu’en 2016, les taux des prêt immobiliers baissent sensiblement depuis le début de l’année pour atteindre les niveaux de l’automne 2016. Aussi, tous les emprunteurs qui ont laissé passer l’occasion il y a deux ans, doivent se faire racheter leur prêt. 

En quoi cela consiste-il ? Simplement à demander à une autre banque de reprendre le prêt fait dans un établissement concurrent, à de meilleures conditions.

Qui est concerné ? A priori tous les emprunteurs ayant effectué un prêt immobilier entre 2008 et 2015, surtout si l’assurance décès invalidité du prêt a été effectué auprès de l’établissement prêteur. En effet, c’est aussi sur les assurances emprunteurs, dont le coût a fortement baissé ces dernières années, que des économies peuvent être effectuées. Même s’il est désormais possible de changer d’assurance sans changer de banque, il y a des gains à réaliser lors d’un rachat de prêt. En effet, grâce à la baisse de taux, le rachat peut soit induire une durée de prêt plus courte (donc à gagner sur les intérêts et l’assurance), soit à conserver la durée et pouvoir faire des travaux, ou plus simplement gagner du pouvoir d’achat en payant moins chaque mois.

A titre d’exemple, pour un prêt de 265.000 € effectué en décembre 2015 pour des mensualités de 1.202,00 € (hors assurance) sur 25 ans , il reste à ce jour 243.539 € sur 267 mois. Le client doit emprunter 250.000 € (pénalités de remboursement anticipées éventuelles, frais de garantie et de dossier inclus) pour faire racheter son prêt. Il va alors payer des mensualités 1.113,48 € s’il garde la même durée (gain de 23.634 € sur la durée restante) ou gagner 23 mois de remboursement s’il garde la même mensualité. A ces gains, il faut également ajouter le gain éventuel sur les assurances.

Bien sur, chaque cas est différent et mérite d’être étudié. Venez nous rencontrer dans nos agences pour faire effectuer l’étude de votre cas. Bien sur, celle-ci est gratuite, nous vous conseillerons au mieux de vos intérêts et vous ferons bénéficier des conditions avantageuses que nous avons négocié pour vous auprès de nos partenaires.

*exemple réalisé avec un couple de cadre non fumeur 36 et 37 ans, taux nominal du prêt de 1.60%*, TEG de 1.87 %.

 

Share