Tag

dossier

Browsing

Les rencontres de la Photographie d’Arles

Du 02 juillet au 23 septembre

La photo investit cette année près de 30 lieux pour cette 49édition des Rencontres D’Arles. Des tirages qui viendront faire vibrer les murs de la ville, et le coeur des amoureux de la photographie du monde entier. Du 2 juillet au 23 septembre, le temps sera à l’image, dans des lieux chargés d’histoire. 

Des photographies engagées, reflets du monde, philosophes de par les questionnements qu’elles suscitent, prophètes ou simples témoins… Cette année, c’est à une expérience spatio-temporelle, à un voyage à travers les époques, sidéral et sidérant, que nous convient Les Rencontres. Car la photographie est souvent le médium le mieux placé pour saisir toutes ces secousses, qui nous rappellent que le monde change, parfois juste sous nos yeux. Investir les monuments du passé  pour y exposer les talents de demain. Le rayonnement des Rencontres doit en effet beaucoup à leur capacité à s’ouvrir à la nouveauté, et à innover. « Le Monde Tel Qu’Il Va », porte par exemple un regard sur la scène contemporaine turque.

Mais la force de ce festival réside aussi dans la qualité des productions passées qu’elle donne à voir. « America Great Again », met ainsi à l’honneur 60 années de chroniques américaines, du new-yorkais Robert Frank à la parisienne Laura Henno.  Une programmation artistique qui devient en somme une véritable machine à explorer le temps, pour appréhender le futur proche. Grâce au regard de tous ces artistes, ce sont tous les enjeux de notre société qui sont mis en lumière. Et si finalement, ces Rencontres étaient une authentique rencontre avec nous-même ?

www.rencontres-arles.com

 

 

Share

Fiesta Sète

le festival des musiques du monde

Du 21 juillet au 7 août

Du 21 juillet au 7 août, le Théâtre De La Mer sème au vent du large une cascade ininterrompue de notes. Ici, c’est la grand bleue qui sert de rideau de scène, et c’est d’un éclat sans pareil qu’elle scintille au son du balafon, des tambours caribéens, et des cuivres créoles. 

Une 22e édition qui, une fois de plus, partage une passion indemne pour la découverte, et la certitude que la musique, d’où qu’elle vienne, est un langage universel. Une démarche exigeante et ambitieuse, que d’offrir à un public gourmand des sonorités métissées, des mixtures plus relevées, et des croisements esthétiques plus audacieux. Un projet culturel et humaniste, porté par l’association MétiSète dans un cadre idyllique et unique en son genre.

Un amphithéâtre à ciel ouvert et à flanc de corniche, qui offre la mer en décor. Et c’est sur ce belvédère que se succèdent une semaine durant les plus grands artistes internationaux et nouveaux talents, lors de soirées thématiques aussi iodées qu’inspirées. La Noche De Colombia, invite au voyage avec les Meridians Brothers et Toto La Momposina. Le funk, le mambo et le cha-cha-cha s’invitent avec Kid Créol And The Coconuts, ou Horndogz. Dirty  Dozen Brass Band et Delgres, apportent quant à eux des sonorités venues des Caraïbes et de la Nouvelle-Orléans. Mais d’autres temps forts viendront rythmer ce rendez-vous ensoleillé : expositions, tchatches musicales, séances de cinéma, et ateliers jeune public. Le tout ponctué de très agréables before et after sur la plage… Embarquement immédiat pour, plus qu’un festival, un véritable voyage.

www.fiestasete.com

Share

Les Déferlantes – Argelès sur Mer

Du 7 juillet au 10 juillet

Du 7 au 10 juillet prochain, le festival revient avec une programmation explosive. Des plus grands noms internationaux aux nouvelles pépites de la chanson, les artistes se succèdent mais ne se  ressemblent pas. 

Tandis que s’ouvrent les festivités aux côtés du légendaire Lenny Kravitz, elles se poursuivent avec le plus international des DJs français, Martin Solveig. Les amateurs de chanson française ne seront pas en reste : du petit prince Vianney à l’incontournable Francis Cabrel, les Hits de ces made-in France sauront combler toutes les générations. Plus underground, la néo-soul de Her, et les rythmes de Portugal illumineront le parc de Valmy. Le rock viendra très rapidement embraser la scène avec des artistes aussi punks et exubérants que Prophets of Rage, formation surréaliste composé de membres de Public Enemy, Cypress Hill, et Rage Against The Machine !

Et tandis que The Prodigy, classé comme l’un des groupes les plus spectaculaires sur scène, mettra le feu à Argelès-sur-Mer, les survoltés Shaka Ponk défendront leur sixième album avec un live bouillonnant. Sans oublier le notable retour des brillants britanniques The Stranglers, de retour sur le devant de la scène pour tous les rockeurs nostalgiques. Les mythiques monstres du rap français seront aussi à l’affiche : la bourrasque Suprême NTM, le caustique Orelsan, mais aussi le nouveau prodigue R.Can, viendront rayer les planches de leurs flows acides, poétiques et humanistes. Des passages survoltés ponctués de grosses bouffées mélodieuses aux accents d’ici et d’ailleurs : du reggae dub marseillais de Massilia Sound System, à l’hypnotique Massive Attack, en passant par les indétrônables Négresses Vertes. Entre mer et montagne, ce sont en tout plus de 50 concerts qui prennent vie dans le Parc de Valmy, avec pour maître-mots : Sea, Music, and Sun !

www.festival-lesdeferlantes.com

Share

Au rythme des beaux jours, vient s’accorder celui des festivals. Le sud de la France accueille de longue date le plus grand nombre de festivals culturels pluridisciplinaires. Rock, classique, métissé, de théâtre ou encore de photographie, ces rendez-vous incontournables donnent le LA pour un été tout en émotions.

Festival Jazz In Marciac

Du 27 juillet au 15 août

A l’image de cette citation de Verlaine, cette nouvelle édition ne sera « Ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre ». Du 27 juillet au 15 août, le festival incontournable des amateurs de be bop, et autres Rn’B, se montrera fidèle à ses valeurs.

Des rencontres, avec des duos de géants comme Wynton Marsalis et Ibrahim Maalouf, ou encore Las Maravillas De Mali et Mory Kanté. Des artistes féminines à couper le souffle aux plus grands saxophonistes : la chanteuse Melody Gardot, Mélanie De Biasio, Lisa Simone, Selah Sue, ou encore Lizz Wright. Mais à la fi délité ne sied la routine, et le festival promet son lot de surprises.

A commencer, par la participation de nouvelles étoiles montantes. C’est ainsi que la trompettiste Lucienne Renaudin Vary, à peine 19 printemps, et gagnante des Victoires De La Musique Classique en 2016, sera mise sous les feux des projecteurs. L’organiste et pianiste Cory Henry, ou encore le chanteur Myles Sanko, seront aussi à compter parmi les pépites à découvrir.

www.jazzinmarciac.com

 

Share

La communication, ça n’amène que du bon

Parce que la communication aussi, ça aide à l’organisation. Si on tente de tout faire seul à la maison, surtout lorsque l’on vit à plusieurs, cela peut vite devenir un casse tête. Il ne faut donc pas hésiter à demander de l’aide. Inclure les personnes qui vivent avec nous dans notre organisation de la maison, c’est la simplifier pour tout le monde. Mais comment communiquer efficacement ?
Comme on est des humains, cela tombe bien, on peut tout d’abord utiliser la parole pour s’organiser. Sinon, il est possible de le faire par des petits mots « pense-bête », qu’on laisse à un endroit visible pour demander à un de nos colocataire de faire telle ou telle chose. Il est ensuite bien entendu conseiller d’adapter le planning des tâches au nombre de personnes qui participent à l’organisation de la maison. Et enfin, le célèbre SMS est tout aussi efficace pour rappeler à sa moitié d’aller faire les courses ou de vider le lave-vaisselle.

 

Les taches du quotidien aussi, ça se planifie !

Si on veut que notre organisation reste béton toute l’année, l’idéal c’est de planifier les différentes choses que l’on doit faire au cours de notre semaine. Commencez par faire une liste de vos devoirs quotidiens à la maison : les courses, le ménage, les lessives, sortir les poubelles, la cuisine etc… Quand votre liste est complète, réfléchissez à la fréquence à laquelle vous devez accomplir ces missions. Combien de fois je dois faire des courses ? Quel jour je peux faire mes machines ? Trouver le rythme qui vous correspond et qui correspond à votre emploi du temps. Il ne vous reste plus qu’a vous faire un joli « Planning des Taches », et à l’accrocher dans un endroit de la maison où vous le verrez facilement. Vous pouvez même programmer des rappels sur votre téléphone, pour les plus têtes en l’air. Sinon, il existe un tas de supports « tout prêts », sur lesquels vous pouvez vous appuyer pour  noter l’organisation de vos tâches. Vous pourrez ainsi les renouveler chaque semaine (ou mois), sans avoir à tout recommencer.

Enfin, n’hésitez pas à décliner les listes, qui vous facilitent la vie : les repas de la semaine, les courses, les valises lorsque vous partez en voyage… Et au bout de quelques mois, vous vous rendrez compte que l’organisation sera encrée en vous : même plus besoin d’y réfléchir !

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

  • Un des meilleurs moyens de rester organisé chez soi, c’est au fond de tolérer un peu de laisser aller. Si on cherche à ce que rien ne dépasse, c’est nous qui finissons par être dépassés ! N’oubliez pas que la maison reste un lieu de vie et cela implique parfois un peu de bazar et de désordre. Mais au fond ce n’est pas si grave, car ce qui compte c’est de se sentir chez nous, comme un poisson dans l’eau !

 

  • Le Bullet Planner est un agenda nouvel génération, qui permet non seulement de gérer votre emploi du temps, mais également de suivre mois après mois votre évolution personnelle. Vous pouvez en effet y noter vos envies (cinéma, littérature, voyages, musiques) mais aussi vos objectifs (faire du sport, manger équilibrer, arrêter de fumer,…) et de les évaluer au quotidien. Il peut aussi vous servir pour noter vos dépenses, vos devoirs, vos sorties, ce que vous avez fait dans une journée… Un moyen d’organisation et d’expression qui en séduira plus d’un. Vous pouvez en trouver dans le commerce, mais un grand nombre de vidéo sur Youtube expliquent comment fabriquer le sien. Ça vous tente ?

 

Et bien voilà, l’organisation n’a plus de secret pour vous ! Vous êtes parés pour attaquer l’année avec de bonnes disposition et en savourer chaque  instant. On vous l’avait dit : être organisé, ça fait gagner du temps ! Vivement l’année prochaine, pour faire le point sur nos bonnes résolutions.
Et recommencer !

Share

 

Maintenant que vous êtes des as de l’organisation au travail, il est temps de s’attaquer à celle de la maison. Le but n’est pas ici de devenir des fées du logis, mais plutôt de vous montrer comment, avec de petits gestes, on peut rendre la logistique quotidienne facile et pratique pour tous. Un bon moyen de se sentir bien chez soi, que vous viviez seul, en famille, en colocation ou en couple. Trêve de bavardages, on se lance !

 

Place au tri !

Beaucoup de personnes ont un penchant très prononcé pour l’accumulation d’objets, et une peur panique de se séparer de leurs affaires, même si elles ne leur servent plus depuis des années. La solution, c’est le « Grand Ménage de Printemps » ! C’est pas compliqué : on prends des sacs poubelles, des cartons, et on se décide : ça je garde, ça je donne, ça je jette. Au début ça peut être dur de se séparer de certaines choses même si on ne s’en sert plus depuis longtemps. Pour vous aider, posez vous la question « quand l’ai-je utilisé pour la dernière fois ? ». La réponse devrait vous apparaître simplement, et vous aider à aire votre choix. Dites vous en plus de cela qu’en donnant les affaires dont vous ne vous servez plus, vous ferez surement des heureux !

Ensuite, l’idéal c’est de ranger régulièrement sa maison ou son appartement, pour les garder le plus net et agréable possible. C’est dingue, mais il semblerait que ranger au fur et à mesure soit bien plus efficace qu’un énorme déblayage après des semaines de procrastination ! Pour vous aider à garder votre « chez vous » en ordre, voici une dernière astuce : trouver une place pour chaque chose. Cela vous donnera bien plus de  repère pour fixer l’organisation matérielle de votre maison. Comme dit le proverbe : « une place pour chaque chose, et chaque chose à sa place ».

 

Home Sweet Home

Lorsque l’on vit tout seul, il est facile de créer un environnement à notre image, qui nous corresponde. On peut choisir notre aménagement, ameublement, ce que l’on accroche au mur, bref, on peut mettre notre pâte. Mais quand on vit avec d’autre personnes (notre famille, nos colocataires…), cela peut devenir complexe de se sentir chez soi, de se trouver dans un environnement qui nous ressemble. L’idée ici, c’est donc de se créer des endroits (sa chambre, un bureau, un coin du salon..) où l’on va pouvoir refaire un cocon. De cette manière, vous aurez beaucoup plus de  facilité à vous tenir à votre organisation, et vous aurez envie de garder votre maison toute rangée, parce que vous vous sentirez chez vous.

Autre astuce importante, pour se donner envie de tenir un lieu de vie ordonné, c’est de le remettre à neuf ! Cela passe par le tri, mais aussi par l’agencement des meubles, le style de déco, les objets que l’on met chez nous. Il ne faut pas hésiter à changer leur place et les renouveler, pour donner un « coup de pep’s » à notre environnement. Profitez par exemple des changements de saison pour raviver votre intérieur, tantôt de couleurs chaleureuses en hiver, tantôt de motifs fleuris au printemps. Ça fait du bien au moral, et ça motive pour rester organisé, au fil de l’année !

 

Share

 

Parce qu’à partir du collège, c’est important d’adopter les bons réflexes pour rester au niveau toute l’année. Lorsque l’on prend les meilleures habitudes assez tôt, on arrive généralement à les tenir bien plus longtemps. Alors, que vous soyez parent, étudiant(e), lycéen(ne), ou collégien(ne), les conseils à venir ne pourront que vous aider à réussir ! S’organiser pour mieux apprendre ? Comme si ces deux notions pouvaient aller ensemble.. Et pourtant, elles sont de bonnes copines ! On vous le prouve ?

 

Faire des fiches, c’est barbant, ça prend du temps, ça sert à rien de recopier un cours qu’on a déjà écouté ET écrit une fois. Mais quand on s’y met, on  se rend vite compte qu’on ne pourra plus s’en passer. Un fluo, des fiches Bristol, un peu de bonne volonté et hop, le tour est joué ! Lire et écrire les  informations les plus importantes du cours, ça permet non seulement de se les remémorer, mais surtout de les retenir. Une fois que vous avez votre résumé de cours fiché, que vous l’avez appris et que le contrôle est passé, l’idéal c’est de la ranger dans un classeur ou un trieur, matière par matière. Comme ça, quand les épreuves du Brevet, du Bac’, des partiels et concours arrivent, on est bien content de ressortir nos petites fiches, de les relire tranquillement, sans avoir à ré-apprendre des tartines de cours, qu’on finira par oublier très vite !

 

Qui ne s’est jamais entendu dire par un professeur « bien écouter en cours, c’est déjà 50% du travail de fait » ? Et bien ils ont raison ! Apprendre et  retenir un cours est beaucoup plus simple lorsque l’on décide de se concentrer un peu et d’écouter son prof parler de la vie de Napoléon ou de trigonométrie. Pour rentabiliser ce temps passé à écouter, le mieux, c’est  de prendre quelques minutes le soir pour relire les leçons vues pendant la journée, et refaire si besoin les exercices que l’on aurait pas compris… Quand la leçon est terminée, tu fiches le tout, et en route pour le 20/20 !

 

« Bon allez, encore un épisode de Grey’s Anatomy, et je me remet sur mon devoir de physique… ». Même quand vous vous faites cette réflexion, vous y croyez peu. En même temps, il faut avouer que les tentations sont nombreuses pour nous empêcher de nous mettre au travail : l’ordinateur, le téléphone, la télévision, les jeux vidéos, la piscine en été, les magazines… Alors que faire ? Commencez par éteindre ou éloigner toute source de tentation qui pourrait vous détourner de votre tâche.  D’ailleurs, il existe des logiciels et applications qui permettent de verrouiller vos appareils électroniques ou votre connexion Internet pendant un temps que vous déterminez. Parfait pour se motiver ça ! La deuxième chose à faire, c’est d’essayer de se trouver dans un environnement que l’on va associer au travail, et non à la détente. Et ce n’est pas si compliqué que ça : travailler sur son bureau (rangé bien sur) plutôt que sur son lit, se rendre à la bibliothèque, en salle d’étude, dans des espaces de co-working… Il faut profiter des  lieux à votre disposition, qui vous aideront à vous mettre dans de bonnes conditions de travail !

Share

C’est bien connu, quand arrive le début de l’année, il s’accompagne souvent de bonnes résolutions. Bouger plus, arrêter de fumer, manger moins (de chocolats), lire plus souvent, avoir de meilleures notes… On les connait toutes, mais arrive-t-on à les tenir ? Un peu compliqué parfois, n’est-ce pas ? Et si cette année on se lançait le défi de rester bien organisés tout au long de l’année… Impossible, pensez-vous ? Pourtant, avec les bonnes astuces et de bons conseils, l’organisation peut devenir un jeu d’enfant ! Et cela tombe bien car la rédaction les a débusqué pour vous, et vous les livre au fil des pages de ce dossier. Fini les montagnes de papiers qui s’entassent sur notre bureau, les moments de stress avant de rendre une présentation importante, la démotivation face aux taches ménagères, la grise mine quand il faut VRAIMENT se mettre à ranger parce qu’on s’est laissé déborder… Quelques conseils simples à appliquer à la maison et au travail, pour vivre l’année 2018 pleinement, car au fond « être organisé, c’est aussi avoir plus de temps ». Plus de temps pour soi, ses proches, les autres, ses loisirs, ses passions. L’organisation est la clé d’un quotidien plus agréable, mais aussi de la réussite. Alors, motivés pour les tenir cette année, vos bonnes résolutions ? La rédac’ est prête à vous aider, car impossible n’est pas Diagonale!

Un espace de travail qui ne ressemble qu’à moi.

La première étape lorsque l’on veut être ordonné et performant, c’est d’agencer son espace de travail, de sorte à le rendre agréable et l’adapter à notre
façon de réaliser les différentes taches que l’on a à accomplir au quotidien. Cela peut passer par de la décoration (affaires personnelles, photos, tickers,
plantes, gadgets…), la manière dont les meubles sont positionnés (lorsque l’endroit où l’on travaille le permet), ou même des odeurs qui vous plaisent (parfum, huiles essentielles, fleurs…). Le but est de créer un environnement à la fois motivant et rassurant, qui vous donne envie d’y passer du temps. Un bureau impersonnel et froid ne vous encouragera pas à donner le meilleur de vous même, tandis que dans un lieu qui vous ressemble, vous aurez bien plus la pêche ! Une fois votre lieu de travail est agencé à votre goût, il faut essayer de le garder en bon état. Et la meilleure des technique pour cela, c’est de trier et ranger régulièrement pour ne pas se laisser déborder, et éviter la grand pile de dossier non-traités, où le neuf se mélange à l’ancien, et le futile à l’important. Essayez de vous fixer un moment dans la semaine que vous pourrez consacrer à trier et classer ce qui doit l’être, comme le vendredi en fin de journée, avant de quitter votre lieu de travail. En arrivant le lundi matin, vous serez d’autant plus heureux de voir un espace de travail ordonné. Rien de tel pour commencer la semaine du bon pied !

 

Planning et compagnie

Maintenant que notre espace de travail est au top, on peut s’attaquer à la gestion de notre temps de travail, autrement dit, le planning. Voici 3 astuces qui vous aideront sans aucun doute à gérer vos différentes missions, qui sans organisation, peuvent vite devenir un enfer !

– Commencez tout d’abord par lister les taches que vous avez à faire au long de votre journée, de votre semaine. Si elles sont longues à réaliser, n’hésitez pas à les décomposer, pour avoir un aperçu du temps que vous allez devoir y consacrer. Mais ce n’est pas tout ! Il faut ordonner vos missions de la plus importante à la moins urgente. Eh oui, on s’attaque d’abord aux taches les plus complexes et pressantes, avant de se laisser un peu de tranquillité avec du plus facile.

– Pensez à vous laisser du temps pour chaque tache que vous devez accomplir. Comme dit le proverbe, « rien ne sert de courir, il faut partir à point ». C’est bien vrai, si vous savez vous donner le temps nécessaire et anticiper un minimum, il est facile de ne pas se retrouver dépassé par son travail. A vouloir tout faire en même temps, on se fini par ne plus savoir où donner de la tête. Alors on se pose, on fait chaque
chose en son temps et on se laisse le temps de bien le faire. Ça semble plutôt logique, non?

– Essayez de déterminer les moments où vous êtes le plus actif, le plus opérationnel dans votre travail. On ne fonctionne pas tous de la même manière, certains seront très proactifs le matin, d’autres en fin de journée, voire le soir. Essayez de caler la réalisation de vos taches en adaptant : effectuez celles qui demandent le plus de concentration et d’efficacité dans les moments où votre cerveau bouillonne.

Share

Diagonale : Quelle différences y-a-t-il entre le bio et les autres types de pain ?

Frédérique Broban Llorente : Pour moi le bio est une tendance durable et qui devrait s’accentuer. Aujourd’hui le consommateur est de plus en plus averti, et il y a une vraie recherche d’authenticité de sa part. On observe une différence qualitative entre les farines issues d’un mode d’agriculture conventionnel et un mode d’agriculture bio. Les résidus phytosanitaires sont plus ou moins présents dans la première, et inexistants ou presque dans la seconde.

D : Quels sont les effets réels des phytosanitaires sur le végétal ?

FBL : Le végétal est aidé par ces produits phytosanitaires. En revanche, cette « béquille » diminue le système immunitaire de la plante. A l’état naturel, la plante se protège en synthétisant des vitamines. Avec un système immunitaire moins sollicité en agriculture conventionnelle, la plante donnera à son tour moins de vitamines à son consommateur.

D’autre part, la pousse rapide pour la rentabilité n’aide pas à obtenir de la qualité. D’après un article du 26 janvier 2015 tiré de « L’Obs » : « Une pomme de 1950 contenait 400mg de vitamine C. Une pomme de nos jours n’en contient plus que 4 » !!

D : Et le gluten dans tout ça ? Effet de mode ou véritable enjeu ?

FBL : La sélection naturelle des blés a toujours existé. Au fil du temps, elle s’est faite de façon plus poussée, pour faciliter la panification du blé. Ce sont des blés toujours plus chargés en gluten qui ont été sélectionnés. On observe l’arrivée de farines de seigle, de maïs et de quinoa, et le retour en force de farines anciennes comme le kamut, ou le petit épeautre.

Ce dernier contient 7% de gluten, contre 12% pour un blé classique. De plus en plus de personnes se disent incommodés par des troubles gastriques. Testez des pains différents, observez la façon dont vous les digérez, et n’hésitez pas à consulter un bon nutritionniste pour déterminer la nature de vos gênes.

 

 

www.dietetique-et-tabac.com

Tél. 06 70 01 35 41

Share



A mi-chemin entre tradition et modernité,  face à la concurrence féroce des grandes surfaces, les boulangers indépendants ne blêmissent pas, et répondent par les mêmes codes en matière de stratégies commerciales. Offres promotionnelles, rayons remplis à toute heure de la journée, design tendance des points de vente. Si les boulangers indépendants ont l’emballage 2.0, l’authenticité dans la production reste de mise.

Yohann Faure, boulanger au « Fournil du Perget », met la main à la pâte pour proposer à ses clients un pain frais chaque jour : « A la différence de certaines enseignes spécialisées, comme « Paul » ou « Marie Blachère », qui reçoivent leur pain congelé ou précuit, nous fabriquons le nôtre sur place et de façon artisanale ». Pain à la farine de châtaigne, au seigle, à la figue, ou encore aux noix ; c’est une vingtaine de pains que la maison propose. Avec près de 400 baguettes, « La grand siècle », vendues chaque jour, le pain représente 33% du chiffre d’affaire de l’enseigne. Une baguette « Best-seller » qui doit son succès à « un côté artisanal qui rassure ». « Notre farine provient des « Grands Moulins de Paris ». Ils nous proposent des farines, et des recettes dont nous nous inspirons régulièrement », explique Yohann Faure.

Si « Le Fournil du Perget » a pris le parti de ne pas faire dans le bio, il n’en demeure pas moins une référence. En effet, le magasin est le fournisseur attitré d’une trentaine de restaurants du secteur. Les créations de l’enseigne s’invitent alors désormais sur les tables du « Carré Vert » à Colomiers, ou encore du « Bistrot du Boucher » à Pibrac. « Les commandes pour les restaurants, food-trucks et sandwicheries, représentent 20% de notre chiffre d’affaire », développe le boulanger, qui prétend ne pas ressentir la baisse de consommation relevée au niveau national.

Si aujourd’hui le dilemme entre fabrication artisanale et productivité arrive à faire perdre ses repères au consommateur, certains ont trouvé le compromis. C’est le cas de « La Mie de Pain » qui, avec ses 28 boutiques et ses boutiques de 300m2 chacune, a su mêler tradition et modernité. Fondée en 1996 par Serge Castel, boulanger pâtissier, la fabrique n’a de cesse de perpétuer le savoir-faire de son créateur. « Nos boulangers pétrissent la pâte dès le matin, et cuisent tout au long de la journée. Le fait d’avoir entre deux et quatre boulangers par atelier nous permet d’avoir une rotation, et nos étals remplis tout au long de la journée », développe Gaël Roques, responsable communication. Et lorsque la marque casse les codes de la boulangerie, ce n’est pas dans la conception de son pain. « Nous appartenons à la « Fédération des Boulangers de France », et nous concevons nos produits dans le respect de la tradition. Notre force réside dans notre cohésion, notre nombre, nos prix attractifs, et nos compétences ».

Un groupe aujourd’hui franchisé au chiffre d’affaire de 25 millions d’euros, en passe de détenir 28 boutiques en 2018, et 50 d’ici deux ans. Un succès dû à une constance dans le travail, et une communication décalée. Et lorsqu’on lui demande si les habitudes alimentaires des Français ont changé, Gaël Roques tranche : « La baguette reste le produit star ! Et pour preuve puisqu’elle représente 60% de nos ventes en pain ». Alors si le consommateur reste fidèle à sa baguette d’antan, le pain qui devient un aliment plaisir ne doit pas moins en rester un aliment santé. Entre gourmandise et bien-être, le temps n’est plus au choix.

A savoir :

– 320 baguettes sont produites et dévorées chaque seconde en France.

– 24 millions de foyers français achètent leur pain en grandes surfaces.

Share