Tag

hbo

Browsing

Vous cherchez une série dans la trempe de The Fall, Broadchurch ou encore de The Killing ? Optez pour Big Little Lies, la petite nouvelle de HBO.

La série commence avec des gyrophares de tous les côtés et des sons étouffés, alors que la caméra prend la place du personnage ne nous laissant pas deviner qui nous incarnons. Mais une chose est sûre, il s’est passé quelque chose d’important et le tout de la série sera de découvrir quoi.

Très vite, on remarque que nous avons à faire à une série montée en flash-back, comme on le fait beaucoup maintenant. On bascule entre deux moments très facilement reconnaissables : l’avant problème et le juste après, dans la salle d’interrogatoire du commissariat. Big Little Lies est filmée en caméra au point, pour un rendu naturel à la fois dans le cadrage et les couleurs mais également pour nous rapprocher des personnages, de Jane Chapman en particulier : cette façon de filmer semble être un écho à une phrase qu’elle prononce au milieu du premier épisode : “c’est comme si j’étais à l’extérieur en train de regarder”. Cependant, rien ne vient confirmer cette hypothèse et cet effet de caméra contribue à poser l’ambiance presque étrange de la série.

Le premier épisode, comme tout bon pilote de série, nous propose de découvrir les personnages principaux sans oublier de poser le plus de questions possible. Une chose est d’ores et déjà sûre cependant : il y a eu un meurtre. Alors qu’on rentre doucement dans les vies des quatre personnages qui semblent principaux, d’autres défilent en parallèle dans la salle d’interrogatoire. Tout semble indiquer qu’on évolue ici dans une petite ville où tout le monde se connait et à quelque chose à dire, d’autant plus que l’intrigue se passe autour d’une école et donc de femmes… L’atmosphère est compliquée. Pas vraiment lourde mais pas légère non plus. Avec cette superposition des vies des familles et des images du commissariat, on devine les tensions qui existent entre les personnages mais ce sentiment prenant s’estompe un peu lorsqu’on reprend le quotidien des familles. Proutant, quelque chose nous laisse entendre que la suite devrait être de plus en plus prenante. Et c’est effectivement le cas.

Le premier épisode ouvre toutes les portes mais laisse tout flou histoire de nous pousser à regarder le suivant… et ça fonctionne !

Comme pressenti, le deuxième épisode devient un peu plus lourd au fur et à mesure qu’on découvre les personnages et leurs familles, qu’on aperçoit plusieurs secrets pointer leur nez. Il y aurait presque de quoi sursauter à l’occasion : la série vous absorber complètement dans son univers, et vous vous prenez à jouer au jeux des policiers et à tenter de devenir qui pourrait avoir fait quoi…

 

https://www.youtube.com/watch?v=nS0UsecjHx8

 

Un nouvel épisode sort tous les lundis, on ne sait pas vous, mais nous on va passer nos pauses de ce premier jour de la semaine à suivre tout ceci !

Et pour ne rien gâcher, ceux qui regardaient True Blood reconnaîtront Alexander Skarsgard et tout le monde retrouvera Nicole Kidman…

Share

westworld

Tout le monde disait que c’était bien, alors j’ai voulu voir. J’ai essayé. Deux fois. Je voulais vraiment, j’aime l’univers dans lequel se plonge la série. Entre le réel et l’irréel, la manipulation, la robotique et l’Amérique d’avant, quand les hommes n’avaient pas besoin de se prendre pour des cowboys mais étaient des cowboys. La première fois je me suis dit qu’il y avait trop de bruit autour, la seconde j’ai choisi un moment avec presque personne autour de moi. Mais ça n’a pas vraiment marché non plus.  J’ai enlevé tout ce que j’avais sous les yeux pour ne pas être distraite, et je me suis concentrée. Je n’accroche que rarement sur les pilotes, je trouve ça toujours trop long, bien que nécessaire pour planter le décors et présenter les personnages. Il fallait que j’aille plus loin, voir ce que c’était vraiment, et pourquoi tout le monde en est si fan. Une fois que je me suis éloignée de tout, j’ai fini par rentrer doucement dedans. J’ai fini le premier épisode, et j’ai lancé le second.

 

Le second m’a un peu plus accrochée. C’est pas non plus la folie douce. Ça sera pas la première série que j’attendrais de pouvoir voir, celle qui me tiendra en halène à attendre impatiemment que ce soit le jour de sortie. C’est pas mal, mais pour le moment, ça se perd un peu dans le lot du reste à mon sens. Peut-être est-ce parce que c’est le début, peut-être que je ne le regarde pas dans les bonnes conditions, peut-être que ça fonctionnera mieux pour moi à un autre moment. Je vais tenter le troisième épisode, voir si tout se détraque un peu vite, voir où la traque du labyrinthe nous mène. Mais pour me tenir il va falloir que ça avance un peu vite, ou qu’on ai des indices qui tiennent un peu plus la route et qui me pousseront à vraiment en savoir plus. Je crois que je me suis faite aux séries du genre How to get away with murder et Quantico, celles qui te disent avant ce qu’il va se passer, ou encore The Fall, où tu sais déjà et où tu regardes les personnages évoluer vers ce que tu connais. Je voudrais en savoir déjà un peu plus, et quand même, rien ne me pousse trop à regarder plus loin. Ou plutôt disons que sur les 60 minutes du deuxième épisode, 5 seulement m’ont réellement tenues en halène à ne pas lâcher l’écran de vue. Ces 5 minutes vraiment bonnes peuvent éventuellement donner l’envie d’aller plus loin, si leur quantité augmente au prochain épisode. Sinon, c’est pas dit que je suive jusqu’au bout.

 

Le magasine Elle me promettait d’être envoûtée par cette série, Allociné n’en dit que du bien, d’autres disent que c’est le futur Game Of Thrones, moi j’attends de voir un peu plus pour me prononcer, mais jusque là, c’est loin de devenir une de mes séries préférées.

Et vous, vous avez regardé?

Share