Tag

journal diagonale

Browsing

Au joli mois de mai, on fait ce qui nous plaît… on retape la balle avec l’US Tennis de Colomiers ! 

Ce ne sera plus seulement au printemps que les raquettes reprendront du service ! Le complexe tennistique de l’US Colomiers a été créé pour que vive ce sport quelle que soit la saison. Destiné aussi bien aux joueurs de haut niveau, compétiteurs, pratiquants loisirs et occasionnels, mais également aux futurs petits champions, ici, le tennis se pratique et s’apprend dans les meilleures conditions qui soient.  17 courts sont à votre disposition. Au choix synthétique, béton ou terre battue, et 7 d’entre-eux sont même couverts, mettant un terme à une quelconque excuse pour ne pas jouer les jours de mauvais temps. Le club compte aujourd’hui plus d’un millier de licenciés dont la moitié sont des jeunes. Il faut dire que le club de Colomiers est un modèle en termes d’encadrement et d’enseignement. Une Tennis Académie a même vu le jour l’an passé pour mieux former l’élite de demain. Le tennis, pourquoi pas ? Ne soyons pas réducteurs, jouer au tennis, ce n’est pas seulement courir après une balle !

Ce sport est aussi technique, physique que tactique. C’est un sport complet et sa pratique s’avère bénéfique à plus d’un titre. Il permet de se dépenser (500/600 kcal/h), muscle tout le corps, favorise la coordination et la concentration, apprend la maîtrise de soi et le respect de ses adversaires et surtout, il permet de se vider la tête ! Ludique, le tennis est un jeu qui défoule. Concentré sur le jeu, vous oublierez facilement tout le reste. Bien entendu, si vous êtes un digne descendant de John McEnroe (pour les plus anciens) ou Dimitrov (pour les plus jeunes !), la rédaction vous conseille de prendre en complément quelques cours de self-control !

US Colomiers Tennis – Tél. 05 61 78 16 78 

uscolomierstennis@fft.fr

Suivez toute l’actualité du club, les animations, les dates et horaires des matches des équipes… sur la page Facebook du Club ! A l’occasion de Roland Garros, le club organise un déplacement à Paris pour assister en direct à quelques matches et pour les fans, de courir aussi après quelques autographes… Renseignez-vous dès à présent !

Roland-Garros : il est temps de ressortir les raquettes

Ce mois-ci, les Internationaux de France de tennis de Roland Garros, ouvrent leurs portes. Du 22 mai au 11 juin, des millions de spectateurs vont assister (dont plus de 500000 en direct)  à 15 jours intensifs de jeux, sets et matches. La terre battue parisienne sera foulée par plus de 200 joueurs parmi l’élite du tennis mondial, participant aux tableaux de simple homme et femme, sans compter les doubles et encore les catégories juniors. Logique alors, que Roland Garros soit une des manifestations préférées des Français chaque année.

Curieusement à cette même période, les raquettes oubliées ou délaissées tout au long de l’année, ressortent du placard et se réactivent sur les cours de tennis. Certains diront que c’est le beau temps qui attire les joueurs à reprendre le chemin des cours, mais à l’évidence, il s’agit plus ici d’une effervescence, une véritable émulation autour de ce sport et de la petite balle jaune dès les premiers jours du tournoi, qui motive aussi bien les joueurs occasionnels que les nouveaux fans ! Le tennis est le 1er sport individuel français avec plus d’un million de licenciés dont plus du tiers sont des compétiteurs réguliers. Il se pratique de 4 (en baby tennis) à… 99 ans, dirons-nous ! ) et ce, dans plus de 7000 clubs partout en France.

Share

”Sans folie, l’Homme est tout petit”.  La formule déjeuner “All inclusive” de Crep’chignon fête sa première bougie cette année et obtient d’ores et déjà de la part de la ville, comme de tous les mordus de crêpes gastronomiques, la pôle position dans la course à la meilleure formule déjeuner de Cornebarrieu. La rédaction ira même plus loin, jusqu’à étendre cette distinction aux villes environnantes… La formule “All inclusive” de Crep’ Chignon est inégalée, service, cadre et sourire inclus. Voici l’adresse à connaitre pour une addition bien plus légère que le contenu de vos assiettes : bien manger sans pour autant faire des folies, c’est à Cornebarrieu, service qualitatif et rapide garantis ! 

On ne vous présente plus ce temple de la crêpe gastronomique… Sa réputation est largement à la hauteur des créations qui agrémentent sa carte, et le titre de Maitre restaurateur obtenu par le chef d’orchestre des lieux, délicieusement mérité ! Ici la crêpe en voit de toutes les couleurs pour satisfaire tous vos natures d’appétits… Gourmande, exigeante, curieuse, dévorante, votre soif de découvrir la crêpe, autrement, dans tous ses états, sera divinement comblée ! Alors, quelle plus évidente excuse pourriez-vous trouver pour profiter à votre tour de la formule “All inclusive” et venir découvrir ici, les joies d’un repas gastronomique à prix microscopique ? Une entrée (2 salades au choix), suivie d’une galette en plat et d’une crêpe en dessert, toutes deux au choix sur la carte (dans les traditionnelles)… Pour accompagner le tout, un verre de vin ou de cidre suivi de l’indispensable café ou déca… Promesse d’une addition légère (…s’il vous plait !), 14 € tout rond sans surprise, si ce n’est celle d’avoir découvert un nouveau point de chute pour toutes vos envies gourmandes du midi comme du soir. Chez Crep’Chignon, venez-y en famille, en amoureux, entre collègues (service ultra rapide), Guillaume mettra les petits plats dans les grands pour vous recevoir comme il se doit !

Accompagnateur de talents

Quand le cadre est aussi agréable que le contenu de votre assiette, vos repas n’en sont que meilleurs… La décoration stylée et raffinée du restaurant change en fonctions des humeurs artistiques de Guillaume, Maitre des lieux. Depuis le 10 mai, l’exposition de L’atelier d’isa par Isabelle Blondel, Artiste peintre plasticienne. Créations en peinture, sculptures et mobiliers… les vieux magazines font peau neuve sur les murs et le comptoir du restaurant. Entre Surréalisme et Pop Art, le fil conducteur de votre soirée sera de «laisser parler les p’tits papiers» ! Rendez-vous dès 19h.

Sélection Crep’Chignon

“Le Burger’Chignon”  “Les Bouclettes” “La Carambar”  “les Profiterol’Chignon”

salade de saumon dans la formule “All inclusive à 14€”

salade “Melon & Serrano sauce Martini rouge et Campari dans la formule “All inclusive à 14€”

100% frais et fait maison

 

Crep’ Chignon

5 route de Toulouse 31700 Cornebarrieu

05 34 52 11 69

guillaume@crepchignon.com

www.crepchignon.com

Ouvert tous les jours, excepté dimanche et lundi soirs.  Réservation conseillée. 

Terrasse brumisée et restaurant climatisé 

Share

Diagonale : En quelques mots, quel a été votre parcours professionnel avant d’arriver en terre toulousaine ?

Tanguy Le Gall : Les opportunités professionnelles et mon envie de changer d’environnement professionnel régulièrement, ont fait que j’ai eu un parcours assez éclectique. Tout d’abord, j’ai travaillé dans une agence de communication dédiée au numérique jusqu’en 1998, agence précurseur dans ce domaine, avant la bulle internet de la fin des années 90. Puis une conjoncture familiale m’a permis de reprendre le 1er outlet en France, créé à Roubaix. Nous étions précurseurs dans ce domaine de magasins de dégriffe et ce concept. D’ailleurs, l’Usine, est maintenant devenue une marque développée en France par mes repreneurs, après 2007. Enfin, avant d’arriver à Toulouse, nous avons repris avec mon beau frère une PME en 2008, basée dans le nord de la France, spécialisée dans les cordages de bateaux, kite surf, escalade … Nous sommes également spécialisés dans certains implants chirurgicaux à base de silicone et textile. Cette société florissante est toujours en activité et regroupe plus de 250 personnes.

Après ce parcours plus que varié, pourquoi vous êtes-vous lancé dans le Bio ? 

C’est avant tout une envie profonde de trouver d’autres satisfactions tout en restant dans le monde de l’entrepreneuriat mais en gardant une sensibilité environnementale. J’étais en recherche de projet dans ce domaine et le hasard des rencontres a fait le reste. Cette nouvelle aventure, dans un réseau comme Biocoop,  me permettait de regrouper toutes ces aspirations.

Et pourquoi en région toulousaine ?

Toujours le hasard ! C’est pourtant une ville que je ne connaissais pas du tout. Et pour un Breton, c’est toujours

délicat de trop s’éloigner de son océan favori !

Vous êtes Toulousain depuis un an environ, l’adaptation s’est bien passée ?

Malgré ce petit déracinement, je dois dire que toute la famille s’est très rapidement acclimatée à la vie toulousaine. L’accueil chaleureux des Toulousains n’est pas une légende et nous apprécions réellement cette belle région.

Après un an d’exploitation de ces magasins, quel est votre 1er bilan ?

Très satisfait de cette première année d’activité sur l’ensemble des quatre magasins, puisque nous avons également les Biocoop de Toulouse Purpan, Montredon et Tournefeuille. Nos équipes se concentrent à maintenir tous les aspects qualitatifs que nous cherchons à mettre en avant : la proximité grâce aux producteurs locaux, la traçabilité, les qualités gustatives, les conseils. C’est notre valeur ajoutée et c’est vraiment ce que notre clientèle recherche.

De nouveaux magasins en prévision ?

Tout à fait, puisque nous ouvrirons au 1er septembre un Biocoop à Blagnac. Il sera situé route de Grenade, d’une surface de 750 m2, soit quasiment trois fois plus de superficie que celui de Colomiers le Perget. Un confort d’achat et un choix supplémentaires pour nos clients. Le second verra le jour à Plaisance en fin d’année et sera d’une surface plus classique de 300 m2 environ.

 

Portrait Chinois :

A table : Mes origines me poussent naturellement vers les fruits de mer

En mode Robinson : Passionné de lecture, une liseuse mais avec un contenu très varié

Un rêve d’enfant : Vivre sur une île… Mais pas déserte comme celle de Robinson !

 

 

Share

Si la préservation du cadre de vie a toute son importance pour la municipalité, l’activité économique de Cornebarrieu est un atout majeur du secteur. L’enjeu : un développement harmonieux et maîtrisé qui répond aux besoins de l’agglomération et de la commune.

 

« Nous souhaitons satisfaire la demande croissante de l’agglomération toulousaine sans faire n’importe quoi ». Le maire Alain Toppan plante le décor quant aux ambitions de Cornebarrieu, et son rôle dans l’activité économique du secteur. Si la partie aéronautique prend une grande place, le pôle santé et le réseau des artisans et commerces sont aussi des acteurs majeurs. Les sous-traitants aéronautiques, quant à eux, voient leur cadence de production monter en puissance. L’entreprise STTS a par exemple récemment construit deux hangars supplémentaires pour la peinture de ses avions. Face aux gros besoins d’approvisionnements d’Airbus en pièces détachées, le hub logistique, construit en 2012, voit en ce moment sa surface agrandie de 25%. Une demande qui enfle de jour en jour, et qui engendre des recrutements importants en matière d’emploi. Airbus a par exemple employé près de 500 personnes sur 2017, et la chaîne d’assemblage de St Eloi transférée à Cornebarrieu récemment va ramener 200 nouveaux salariés pour travailler dans ces ateliers.

Thierry Cotelle, directeur général de Prodem, développe : « A notre création dans les années 90, on comptait 50 salariés, contre 200 aujourd’hui ». Un développement rendu possible par des aménagements routiers comme la construction de la 2×2 voies qui permet un accès plus facile au transport des pièces et aux clients, et qui favorise la croissance de l’activité.

«  Cornebarrieu est indéniablement une ville qui bouge. Que ce soit en termes d’activité économique ou de population. Beaucoup de salariés vivent ici ou dans les environs ; c’est un cercle vertueux qui fait croître la vie des commerces et des industries de la zone », conclut Thierry Cotelle.

Le centre commercial de l’Autan

Ouvert il y a un an, le centre commercial de l’Autan de Cornebarrieu apporte à la commune une offre commerciale diversifiée et de proximité. Avec ses commerces de services, d’alimentation, centre de fitness ou restaurants, la zone a désormais toute sa place dans la vie des Cornebarrilins. « Nous pensons que les offres du centre commercial complètent celles apportées par les gros centres des alentours. A une échelle plus humaine, nous tentons de répondre aux besoins d’une clientèle en quête de services de proximité et de bien-être », expliquent Jean-Louis et Fabien, co-gérants de « La Vie Claire » au Village des commerçants. Un pôle qui sait capter l’attention des riverains puisqu’il est visible depuis la route, et qui fonctionne bien avec les salariés du coin. Notamment les employés de chez Airbus, qui s’arrêtent dans l’un des restaurants pour le repas de midi, ou font une halte chez le caviste avant un dîner entre amis. Ce sont aujourd’hui une vingtaine de boutiques qui accueillent une population « réceptive aux enseignes du centre commercial de l’Autan qui ne souffrent pas de la concurrence », d’après Jean-Louis de « La Vie Claire ».

Share

Jean Louis et Fabien, co-gérants de La Vie Claire au centre commercial de l’Autan :

« Nous avons été les premiers à ouvrir dans le village des commerçants de l’Autan. Notre enseigne répond vraiment à un besoin de la clientèle. Pour continuer à coller à l’authenticité de la vieille ville de Cornebarrieu, nous aimerions proposer des produits d’agriculteurs locaux, et collaborer avec ces derniers dans le futur ».

Lïam, 11 ans, élu au Parlement des enfants de la commune :

« Je suis élu au Parlement des enfants depuis 3 ans maintenant. J’aime quand ça bouge ! Ca me plait de sortir, découvrir des choses, faire des activités et pas seulement rester à parler derrière une table. Je me sens utile lorsque l’on se retrouve deux fois par mois pour mettre en place des choses. Dernièrement, j’ai adoré répertorier et réaliser l’expo sur les arbres remarquables de la commune (en partenariat avec l’Agenda 21 ndlr) ».

 

Philippe Cayrol, président de l’Amicale Olympique de Cornebarrieu :

« Notre association travaille conjointement avec la municipalité en matière de coéducation. Par le biais du sport, nous transmettons aux jeunes et aux moins jeunes, des valeurs essentielles à la vie en communauté. En partenariat avec la Mairie, nous organisons des événements qui fédèrent, comme des conférences, des lotos, des soirées… Nous sommes en ce moment en train d’élaborer une Charte pour les associations sportives, qui s’appliquera à différentes disciplines, et qui permettra de créer des ponts entre le sport et la citoyenneté ».

 

Sofia, 11 ans, membre du Point Accueil Jeunesse :

« Au PAJ on ne s’ennuie pas ! Une des activités qui m’a le plus marqué a été la construction de nichoirs à mésange pendant le Festijeune. Prochainement, j’aimerais participer à un Chantier Jeune ; ce sont des travaux pour la commune qui nous donne droit à 50€ à utiliser sur les activités du PAJ comme le ciné pop-corn, la raclette de Noël ou encore la patinoire ! ».

Share

► Modulable : « Le calculateur d’itinéraires » propose des solutions de transport multimodales sur les 450 communes de l’aire urbaine de Toulouse ainsi que le département de la Haute-Garonne. Il calcule les trajets optimaux en fonction de ses choix d’horaire et de mode de transport, en combinant les transports en commun, le vélo, et la voiture en complément des transports en commun.

► Novateur : Le TAD, ou transport à la demande, est un dispositif de transport public souple et pratique pour la desserte de secteurs peu denses. Il fonctionne sur réservation, 2 heures au moins avant votre déplacement. Tous les jours de 5h30 à 00h35.

► Solidaire : En plus de son réseau traditionnel, Tisséo propose un service de transport à la demande spécialement adapté aux personnes à mobilité réduite, assurant une desserte adaptée sur l’ensemble du périmètre des transports urbains. Ce service est accessible aux personnes handicapées motrices temporaires ou permanentes nécessitant l’usage d’un fauteuil roulant, aux personnes déficientes visuelles détentrices d’une carte d’invalidité « Cécité totale », et aux personnes âgées de 60 ans et plus, présentant une certaine perte d’autonomie.

Share

 

L’éducation, un axe majeur

Que ce soit par le biais du Point Accueil Jeunesse, des différents projets socio-culturels mis en place par la municipalité, ou le Parlement des enfants, la transmission de valeurs éducatives est un point clé de la politique de la commune.

Si la municipalité met la jeunesse et l’enfance au centre de ses préoccupations, elle ne lésine pas sur les structures scolaires et périscolaires, qui feront des petits d’aujourd’hui les adultes responsables de demain. Pour les 0 à 4 ans, la ville offre plusieurs modes de garde d’enfants, avec des équipes de professionnels accueillant les touts petits dans des lieux d’éveil et de vie comme le centre Multi Accueil Tom Pouce ou Les Pitchounets. Dans le cadre de la politique familiale, la ville de Cornebarrieu soutient une crèche associative et bénéfice de deux maisons d’assistantes maternelles. La commune a mis en place une politique éducative qui vise à donner de la cohérence sur tout ce qui touche à l’éducation, et vise à sensibiliser les familles et les acteurs locaux. L’éveil éducatif, la coéducation, ou encore l’accompagnement des familles, sont des points clés de la philosophie de la commune. « L’éducation c’est l’avenir. Elle est l’arme la plus puissante que l’on puisse utiliser pour changer le monde », confie Dominique Boisson adjointe au maire en charge de l’enfance. Avant et après l’école, l’ALAE pour les 3-11 ans, et le Point Accueil Jeunesse pour les 11-18 ans prennent le relai.

« Nous voulons valoriser l’enfant, mais aussi l’aider à respecter un cadre, ou réinvestir sa scolarité pour ceux qui sont en difficulté. Par le biais d’actions phares qui ont pour mission d’éduquer de manière ludique, les enfants se responsabilisent », développe Franck Cambus, coordinateur enfance jeunesse du PAJ.

 

Le parlement des enfants, un apprentissage concret à la démocratie

Le Parlement des enfants c’est avant tout un lieu de rencontre et de dialogue entre la municipalité et les enfants de la ville.

Toutes les préoccupations des jeunes citoyens peuvent y être abordées. Sont concernés les enfants de 9 à 12 ans, des classes de CE2 à la 5ème. Elus par leurs pairs, les parlementaires apprennent à concevoir ensemble des projets qui intéressent l’ensemble de leurs camarades en siégeant au sein de différentes réunions en représentation de l’ensemble. « Le Parlement des enfants a déjà mis en place des projets concrets qui ont investi la ville de Cornebarrieu, comme la création d’un skate park. Nous avons aussi fait un travail autour de l’accessibilité du handicap, visité l’Assemblée nationale et le Sénat, répertorié et réalisé une exposition sur les arbres remarquables de la commune », explique Mehdi Benaoumer, animateur référent du Parlement des enfants. Mais ce sont aussi des projets autour de valeurs républicaines qui sensibilisent au respect que les plus jeunes touchent du doigt. Dernièrement, le Parlement des enfants a travaillé en collaboration avec l’Ecole des Droits de l’Homme (une association subventionnée par Toulouse Métropole), et travaille sur des actions de solidarité et de partage.

Share

La grosse actualité printanière de la commune est indéniablement l’arrivée du Pôle culturel de 2780m² en avril prochain.

Une salle de spectacle et une médiathèque qui étancheront toutes les soifs de découverte des Cornebarrilins. « L’idée est de proposer de nouvelles choses et de toucher un public plus large. Nous ne voulons pas faire un Odyssud bis mais avons une réelle ambition en ce qui concerne la politique culturelle », explique Catherine Viaud, adjointe au maire chargée des affaires culturelles et animations. Et pour cause, puisque ce nouveau centre va ouvrir de nouveaux horizons. La médiathèque passera de 120m² à 700m², et offrira un pôle multimédia, un espace petite enfance, et bibliothèque. La salle de spectacle sera quant à elle un espace modulable en fonction des besoins de l’évènement, allant de 400 places assises à 1620 places debout. Un théâtre extérieur accueillera aussi des spectacles pour les beaux jours. « Nous pouvons nous targuer de bénéficier d’une machinerie moderne en ce qui concerne ces espaces. Un auditorium à l’isolation thermique et phonique inégalée fait aussi partie du complexe », développe Catherine Viaud.

Share

Ce mois-ci, nous avons le grand plaisir de partager un café avec un entrepreneur qui sort de l’ordinaire et dont la réussite n’a pas attendu le nombre des années : Cyril LOUCHET.  Et pour couronner le tout, c’est un chef d’entreprise 100 % local !

Issu du cru léguevinois, Cyril a suivi une formation couplée entre conception de produits industriels et l’approche commerciale à la Toulouse Businness School. Il aurait très bien pu rester à la direction commerciale du groupe qu’il a développé et pour lequel il a travaillé pendant 10 ans … mais c’est peu le connaître. L’envie de monter sa structure était vraiment trop forte. Un des principaux objectifs étant de créer des emplois stables et locaux.

Melody et Cyril, créateurs d’Oweo et lauréats du Trophée des Défis d’Entreprise 2017, catégorie “emplois”

Diagonale : Cyril, parlez-nous un peu d’OWEO ?

Cyril LOUCHET : Créée en 2013 avec ma femme Melody, OWEO intervient dans le domaine de la sous-traitance industrielle en assistance technique sur site dans les domaines de l’aéronautique, du naval et de l’automobile. Mais contrairement à nos confrères, j’ai absolument tenu à aborder ce métier avec une approche de start-up californienne. Non seulement dans l’implication de mes équipes dans les projets que nous développons chez nos clients mais aussi au niveau du lieu de travail et de la conception de notre activité : valorisation des employés, gestion humaine basée sur le collaboratif, une organisation totalement horizontale et basée sur les valeurs humaines et familiales .. Le tout avec cravate interdite !

Quelles sont les perspectives d’OWEO ?

Aujourd’hui, nous sommes 65 collaborateurs répartis sur nos sites de Toulouse (Pibrac plus exactement et tant qu’à faire en lisière de la forêt de Bouconne !), Marseille et Paris. Nous prévoyons d’atteindre 150 “Oweiens” d’ici fin 2018. L’autonomie de travail, l’état d’esprit et l’implication sont la marque de fabrique d’Oweo, ce qui permet de nous démarquer de nos confrères tout en proposant un service de haute qualité. Ce management stylé “start-up” est très apprécié par nos clients et la qualité de nos services sont à la hauteur de leurs attentes. La taille maximum d’OWEO pour la France sera de 200 collaborateurs à terme pour arriver à maintenir cet état d’esprit. Le développement pourra alors se faire à l’étranger mais en employant la même méthode sous formes de filiales qui développeront l’activité sous le même principe que la maison-mère.

Quel conseil donneriez-vous à un jeune chef d’entreprise ?

Rester soi-même et croire en ses idées !

Share

Jardins, squares, parcs, massifs floraux… Cornebarrieu compte 256 406 m² d’espaces verts sur son territoire.

«  La commune est labellisée depuis 2012 par le ministère de l’écologie.  Notre philosophie : aménager des espaces où les gens respirent et se sentent bien », développe Alain Toppan, maire de la ville. En effet, le turn-over de Cornebarrieu est plutôt faible. Une qualité de vie due entre autre à un cadre mêlant modernité dans l’offre de service et préservation de l’authenticité du patrimoine. L’éco-quartier des Monges illustre bien cette vision du mieux vivre. Avec ses 12 hectares d’espaces verts au centre de l’éco-quartier et ces grandes zones piétonnes, cet îlot, construit à proximité de la Coulée Verte (un parc naturel urbain), accueillera près de 3000 personnes. Une zone moins dense en population que la zone Nord de la commune, qui alliera à la modernité de ses constructions, le respect de l’environnement, avec  des matériaux étudiés, éco-responsables et durables, pour la construction de ses bâtiments. Une touche de verdure que l’on retrouve aussi à l’école avec son toit végétalisé, ou encore sur les terrasses et jardins de lecture de la médiathèque.

Mais Cornebarrieu doit aussi son caractère vert à une contrainte naturelle ; celle du passage de l’Aussonnelle sur une grosse partie du territoire. Des terrains non constructibles qui confèrent à la commune sa ruralité. «  Avec le passage de la rivière, la moitié des terres demeurent non urbanisées, et agricoles. Le paysage est ainsi conservé», expose Alain Toppan. Un cadre de vie et un respect de l’authenticité que l’on retrouve aussi dans la préservation du patrimoine. La municipalité a en effet racheté le Château d’En Haut, et restauré successivement l’église et ses campanaires. « Notre ambition est de conserver les racines de Cornebarrieu qui lui confèrent son visage unique, tout en se tournant vers la modernité nécessaire au confort de nos concitoyens », conclut le maire Alain Toppan.

Share