Tag

L’isle Jourdain

Browsing

Vous êtes décidé vous lancer dans l’aventure de l’accession à la propriété mais vous ne savez pas par où commencer. En effet, difficile de cibler le bon projet quand on ne sait pas de quel budget on dispose. C’est le moment de rencontrer votre courtier en crédit immobilier, professionnel du crédit, qui va vous proposer la solution adaptée en fonction de vos besoins, de vos attentes et des contraintes de votre dossier. C’est grâce à sa connaissance des offres bancaires, à son expérience et son réseau de conventions bancaires qu’il va construire, à vos côtés, le plan de financement et surtout, négocier les conditions de votre emprunt.

Mais son rôle ne se limite à chercher les meilleures conditions du moment. Chez Empruntis l’Agence, nous avons à coeur depuis 10 ans à COLOMIERS et à L’ISLE JOURDAIN, d’accompagner et de suivre nos clients tout au long du projet : élaboration du plan de financement, négociation avec les banques, optimisation de l’assurance décès-invalidité, accompagnement en banque, lecture de l’offre de prêt, suivi du déblocage des fonds.

Avant de choisir votre courtier, vérifiez que ce professionnel dispose bien d’une assurance responsabilité professionnelle, demandez lui la liste des banques avec lesquelles il a des conventions et le montant de ses honoraires. Ceux-ci doivent être écrit dans le mandat qu’il vous fait signer et qui est obligatoire. En tant que membres d’un réseau national de courtiers, nous avons à EMPRUNTIS L’AGENCE un nombre important de conventions bancaires, que ce soit dans les banques traditionnelles, les établissements de crédit ou des banques en ligne.

Enfin, un courtier ne peut pas demander le paiement d’honoraires tant que les fonds n’ont pas été débloqués par la banque et aucune somme n’est due si le projet n’aboutit pas.

Le plus d’EMPRUNTIS L’AGENCE ? “Nous sommes les seuls courtiers à nous engager et à offrir à nos clients la Garantie du Meilleur Taux : Empruntis L’Agence, garant des meilleurs taux vous rembourse la différence de mensualité pendant 1/4 de la durée du prêt *

*voir conditions de l’offre en agence ou sur www.empruntis-agence.com

Share

C’est au détour d’une simple rue à L’Isle Jourdain que cet espace de liberté se dévoile parmi les arbres. Des box anciens au charme profond sont égayés par des rires d’enfants provenant de toute part. C’est un sentiment de sérénité qui m’envahit lorsque je pose la main sur le chanfrein d’un magnifique alezan, sentant son souffle chaud glisser entre mes doigts en signe de bienvenue. « Un café jeune homme ? » me propose alors Philippe Sourdoire, patron de l’établissement. Aujourd’hui va être une bonne journée.

« Et au milieu coule une rivière »

Arabica en main, je commence à déambuler. À la fois poney club et écurie de propriétaire, le Club de la Bascoulette s’étend sur 7 hectares, comprenant de nombreuses installations dont deux carrières, un marcheur et de nombreux prés ombragés. Un petit cours d’eau serpente le long d’un chemin qui m’amène à un cours de poney sur la petite carrière. La dizaine d’élèves boit les paroles de Laure, une coach à la fois carrée et pédagogue. Oui, on s’amuse. Non, on ne fais pas n’importe quoi. Ce mélange de jeu et d’apprentissage est un cas d’école, malgré l’agitation apparente tout est maîtrisé. En revenant sur mes pas je croise une cavalière juchée sur un cheval implacablement préparé qui entre dans la grande carrière.

« Les choses sérieuses »

Elle y rejoint 3 autres personnes en plein travail, saison de concours oblige ces heureuses propriétaires ne badinent pas avec la préparation. C’est d’ailleurs pour cela que Philippe Sourdoire se place à côté d’un obstacle en prodiguant ses conseils. Au regard de son palmarès, difficile de trouver plus apte dans ce domaine. Ici encore, le maître mot est la pédagogie au service de l’efficacité. Au début réticents à passer un bidet (obstacle s’apparentant à une sorte de piscine que les chevaux redoutent), les couples équidé/humain finissent tous par les franchir sans encombre. Bluffant.

« Comme à la maison »

Ce club incarne tout ce que l’on attend de l’équitation : de l’apprentissage, du travail bien fait et surtout du plaisir. Tous les enfants jouent et écoutent, tous les chevaux sont soignés et en bonne santé, tous les propriétaires sont satisfaits de venir monter. Il reste d’ailleurs quelques places en box disponibles. Côté Poney Club, les cours sont dispensés le mercredi après midi, le samedi et le jeudi soir. Le plus difficile sera de convaincre les enfants de rentrer à la maison ensuite, tant ce lieu est addictif.

Ndlr : je ne peux finir ce papier sans faire un coucou à la petite Nina, 8 ans et déjà cavalière depuis 3 ans, qui m’a suivi sur tout ce reportage afin de bien m’expliquer le fonctionnement du club. Merci de ton aide précieuse petite fille.

Poney club de la Bascoulette
3 rue de la bascoulette 32600 L’Isle-Jourdain
06 10 48 26 44
Fb : Poney club de la Bascoulette


Share

Quelques mois après l’obtention du trophée National de la « Maîtrise d’usage » et d’une mention lors du Prix National arturbain.fr 2017 sur le thème « Pour un réseau d’espaces publics accessibles à tous » pour la réalisation du Premier Eco Quartier en Haute Garonne, « Hillès » à Léguevin, ARP FONCIER continue sur sa lancée d’experts de l’aménagement destiné à l’accession à la propriété.

ARP FONCIER en partenariat avec NEXITY et le GROUPE des CHALETS, aménage un nouveau quartier à L’Isle-Jourdain « Les Jardins de Gascogne ». Cet emplacement privilégié permet aux futurs habitants d’accéder à pied aux services et commerces du Centre-ville et aux écoles primaires et maternelles.

Une quinzaine de terrains à bâtir viabilisés (gaz naturel, électricité, télécom, eau, fibre optique ) et livrables dès la fin du mois de juin 2018 sont encore disponible sur l’opération « Les Jardins de Gascogne ». Ces terrains sont idéalement orientés et bénéficient d’une vue sur les coteaux Gersois dans un environnement bucolique en respect avec la nature.

Afin de tenir l’engagement qualité de la commune, chaque permis de construire est préalablement validé par un architecte conseil. N’hésitez pas à contacter ARP FONCIER pour trouver le terrain idéal pour votre projet de construction.

 

ARP FONCIER
57 boulevard de l’Embouchure – 31200 Toulouse
www.arp-foncier.fr
05 61 57 49 40
contact@arpfoncier.fr

Share

On sent le parfum des fraises qui jonchent les stands, les effluves des olives épicées de qualité premium. Ce matin, les ruelles du centre-ville de L’Isle Jourdain sont investies par le marché saturnal. A l’angle de la rue de la République, un clown gonfle des ballons pour les enfants, tandis que sur la place de l’hôtel de ville, le fleuriste conseille les jardiniers en herbe révélés par l’arrivée des beaux jours. Originaire du début XXe, le marché accueille près de 130 exposants, dont 40 producteurs locaux. « La culture fait aussi partie de ce rendez-vous hebdomadaire, avec les visites de La Maison Claude Augé, et Le Musée Du Campanaire », explique Régine Saint Livrade, déléguée au marché de plein vent de L’Isle Jourdain. Une élue originaire de la ville qui raconte avec tendresse : « Petite, j’accompagnais ma grand-mère, et nous vendions de la volaille et des oeufs sous la halle ». Aujourd’hui, si la foire aux bestiaux n’existe plus, les produits locaux sont toujours mis à l’honneur. Mais le marché promet aussi de l’évasion dans les assiettes : du primeur hollandais, aux spécialités orientales… le dépaysement est au menu. « Nous fabriquons des pâtisseries algériennes à base d’oeufs, de farine, et de miel du Gers. Il s’agit de recettes familiales traditionnelles réalisées avec des produits locaux », développe Pascale, présente sur le marché depuis deux ans. Une façon originale d’exporter et de revisiter les savoir-faire, que Marion, originaire de Bavière, nous fait découvrir à sa façon : « Je crée des bières artisanales à Brezolles, dans la plus stricte tradition bavaroise. Brassées à la ferme selon des méthodes traditionnelles, je les propose sur le marché depuis 18 ans », raconte-t-elle, avec le sourire qui la caractérise.  Elle fait partie des fidèles habitués qui investissent le coeur de ville de L’Isle Jourdain chaque samedi. C’est aussi le cas de Bernard, retraité, qui n’a pas perdu son sens du commerce, ni son amour pour le produit. Eau de vie de prune d’Ente, apéritif, liqueur, ou pruneaux à l’Armagnac … un stand à consommer avec modération qui sent bon le farniente des beaux jours.

Zoom sur JACQUES CASTELLI : viticulteur à Florence dans le Gers depuis 1985.

Initialement destiné à être dessinateur industriel, Jacques Castelli décide de reprendre l’entreprise familiale pour lui redonner vie. « J’ai revisité la structure de vinification, modernisé, et mis en terre des plans de meilleure qualité, pour redonner au “Domaine Des Capots” un nouveau souffle », développe le viticulteur. Voilà 15 ans que ce passionné a attrapé le « virus » des marchés, comme il le dit lui-même. « C’est un lieu de rencontre, qui permet de développer un lien social, de la fidélité avec la clientèle, et gagner en visibilité ». Propriétaire d’un domaine de 12 hectares, le producteur propose de la vente directe – notamment aux touristes en quête de découverte et d’authenticité-, mais c’est sur les marchés qu’il se réalise pleinement. « Ce monsieur véhicule sa passion du savoir-faire. Il vend un vin fait avec amour et compétence », adresse Dominique, habituée du marché. Depuis un an, le domaine a entamé une démarche de conversion bio. « Je souhaite apporter une vraie valeur ajoutée à mon produit. L’idée est de se tourner vers une gestion raisonnée dans les traitements, et de remplacer tous les pesticides par des auxiliaires comme la bouillie bordelaise, le sulfate de cuivre, ou le souffre », explique Jacques Castelli. Pour satisfaire toutes les demandes, le producteur propose une large gamme de vins des Côtes de Gascogne. Que ce soit pour la variété de ses cépages ou pour ses conseils avisés, le viticulteur séduit la jeune clientèle. « Ces derniers sont nombreux le week-end, et sont plus exigeants en ce qui concerne la qualité. C’est très appréciable de travailler avec eux », confie ce mordu des marchés et de la rencontre.

Share

Un panorama du marché toulousain

En 2017, le marché toulousain était marqué par une activité record. Des prix maîtrisés et des volumes en hausse. Un contexte  dynamique qui place « La Ville Rose » au rang des grandes métropoles les plus accessibles. 

 

 

Avec un prix médian de 2 550 € du mètre carré, Toulouse a tout pour séduire. Grâce au maintien de taux d’intérêt attractifs et à une stabilité dans les prix, le marché local jouit d’une vitalité certaine. D’après une étude de La Chambre Des Notaires De Haute Garonne, l’ancien aurait subi une hausse du nombre de transactions de plus de 29% pour les appartements, et 19% pour les maisons. Du côté des terrains à bâtir, on recense 2900 ventes en 2017. Les prix quant à eux auraient subi une légère hausse de 1%. Mais les experts l’assurent, l’agglomération toulousaine n’échappera pas à l’augmentation des prix. « On va se rapprocher rapidement des 3000 € le mètre carré », s’accordent à dire les professionnels de la Chambre Des Notaires. Ces derniers constatent en parallèle une sensible disparité entre les différents quartiers de Toulouse. Une augmentation de 10 à 15% pour l’hyper-centre, qui propose peu de biens à saisir, et dont le prix de vente avoisine les 3500 € du mètre carré. D’autres quartiers se réveillent et voient leur popularité grimper, au même tempo que leur prix. C’est le cas de Bonnefoy et Matabiau, dont le projet de réaménagement booste leur cote tarifaire. Pas de hausse comparable dans les autres secteurs, qui demeurent attractifs. Et si la solution face aux aléas du marché était d’acheter un terrain, et de se tourner vers un professionnel de la construction ?

 

Une enseigne de proximité au service de vos projets

Fondée en 1997, la marque « Demeures D’Occitanie » appartient au groupe de construction HDI. Une marque qui s’engage à accompagner au mieux les ambitions des futurs acheteurs. « Nous disposons d’un bureau d’étude en interne, analysons la faisabilité du terrain, et prenons en main toute la gestion du futur projet. De la recherche foncière à la réception de la maison, nous accompagnons le client de A à Z », développe Anthony Delpech, directeur général. Un suivi étroit et personnalisé qui fait la valeur ajoutée de la marque. Avec près de 30 maisons vendues par an à ses débuts, « Demeures D’Occitanie » compte aujourd’hui 800 chantiers annuels. « Chaque client est unique.

Anthony Delpech

Nous travaillons donc sur-mesure, en fonction de ses motivations, de ses priorités, et de son budget », explique Anthony  Delpech. L’ouest toulousain accueille en effet de nombreux primo-accédants, au portefeuille moyen de 130 000 €. Un secteur prisé, de par sa position géographique, et qui attire de nombreux airbusiens et cadres. 21 ans d’expertises mises ainsi au service de tous les projets de vie, de la maison traditionnelle, au plain pied contemporain ultra design… La marque s’entoure des meilleurs professionnels du secteur, dans l’éternelle ambition de mieux servir.

 

BÂTIR SUR DES RAPPORTS HUMAINS

Cette structure familiale ambitionne  de conserver un savoir-faire authentique, incarné par son PDG Jean-Marc Delpech. Rejoint en 2008 par son fils Anthony, c’est ensemble qu’ils véhiculent les mêmes valeurs et amour du travail bien fait des débuts. Dans ce sens, « Demeures D’Occitanie » collabore avec les mêmes artisans sur le terrain depuis 20 ans. Pas moins de 300 collaborateurs, dont le professionnalisme et l’expertise sont essentiels à la bonne marche des projets. L’écoute, la proximité, et la satisfaction client… Voilà les maître-mots de l’enseigne, prête à relever chaque jour de nouveaux défis. Manoeuvre sur les chantiers à l’âge de 16 ans, Anthony Delpech est aujourd’hui directeur général, et coach ses partenaires tel un entraîneur. « Je joue au rugby depuis onze ans à Ramonville, et je conçois l’entreprise comme une véritable équipe. Les commerciaux sont les avants qui nous font avancer, la charnière est incarnée par le bureau d’études et les administratives, et les finisseurs sont les conducteurs de travaux et tous les gens de l’ombre, sans qui nous ne pourrions marquer l’essai », image ce passionné. Une énergie et une exigence au service du client, que raconte Jean-Marie Cazes, directeur technique : « En quête perpétuelle de qualité optimale, nous avons mis en place un un questionnaire satisfaction qui reprend chaque étape d’un projet. Nos clients passent au crible le côté administratif, le pôle commercial, l’aspect technique… Ainsi, nous avons un retour réel de leur satisfaction, et avons pour mission d’être digne de la confiance qu’ils nous accordent ». Toujours en quête de développement et d’innovation, « Demeures D’Occitanie » ne cesse de chercher à faire évoluer le domaine de la construction.

 

 

 

 

 

Share

Il est des endroits où même la pluie ne peux faire fondre les sourires. L’incessant épisode pluvieux de ce samedi matin n’a pas pu avoir raison de la bonne humeur ambiante du marché de L’Isle-Jourdain. Tout le monde se connaît ici et on ne reste étranger que peu de temps.
M’arrêtant pour m’offrir des fraises du Lot et Garonne, j’entame la conversation avec le maraîcher et ma voisine de file d’attente. « Ici, le marché c’est tous les samedis, il y a toujours du monde ! » Fromager, fruitier, traiteur et fleuriste peuplent la rue de la République et les places de l’Hôtel de ville et Gambetta.

Au delà de l’offre, c’est un sentiment de bien-être qui pousse à flâner parmi les étals. Un peu comme on le ressentait dans nos campagnes lorsqu’on était enfant… Il y a fort à parier que nous y reviendrons bientôt !

Marché de Plein Vent
Place Gambetta, Place de l’Hôtel de ville, Rue de la République
Horaires : de 6h à 14h le samedi

Share

MENS SANA…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si la ville de L’Isle-Jourdain jouit d’un cadre de vie naturellement attractif, elle n’en détient pas moins des édifices et musées qui en font sa fierté. C’est le cas du Musée du Campanaire, qui présente des collections exceptionnelles autour du « Carillon de la Bastille », objet phare du lieu. C’est en tout un millier d’objets sonores qui sont représentés : grandes cloches d’occident et d’orient, grelots, sonnailles, tambours de bronze et de bois, crécelles et simandres, ou encore claviers et carillons. C’est entre les briquettes de ce bâtiment historique que tous les secrets de l’art campanaire sont dévoilés : de la fabrication aux traditions et pratiques qui se rattachent à son histoire.

Mais l’approche campanaire développée au musée européen de L’Isle-Jourdain se veut encore plus large. En effet, ce lieu inédit dispose en son sein un auditorium où sont présentés les sonneries de cloches de différents pays d’Europe, des concerts, des expositions thématiques, et des échanges internationaux. Du plaisir des oreilles s’en suit celui des yeux. Puisque, situé sur la place de l’Hôtel de ville, se démarque un édifice à l’architecture exceptionnelle. La Maison Claude Augé, dont le propriétaire n’est autre que le créateur du Petit Larousse Illustré. Edifié en 1903, cette bâtisse de style « Ile-de-France » possède une façade à trois niveaux, qui surplombe élégamment le traditionnel marché saturnien lislois. Une maison classée Monument Historique, dont la décoration intérieure d’inspiration « Art nouveau » foisonne de détails. Pour les plus férus d’architecture et d’art, les amis de Claude Augé proposent des visites commentées, et  présentent, sur réservation, l’oeuvre du créateur du petit Larousse Illustré.

 

 

…IN CORPORE SANO

Puisque le sport est aussi vecteur de valeurs citoyennes, la municipalité fait la part belle aux associations et initiatives du genre. Par le biais de L’Office Intercommunal du Sport, l’activité physique est à la portée de tous. L’association regroupe en effet toutes les associations sportives de la Communauté de Communes de la Gascogne Toulousaine. Son but étant de favoriser le développement du sport pour tous et en assurer sa promotion. C’est ainsi que pendant les vacances scolaires, les enfants âgés de 6 à 17 ans bénéficient de découvertes sportives, encadrées par des professionnels diplômés. Pour les plus grands, le Sport Santé Adapté donne accès à la pratique d’une activité sportive près de chez soi. Tests de forme, échauffements cardio, et renforcement musculaire, sont ainsi dispensés par un expert, qui adapte l’activité aux capacités de chacun.

Mais la star des Lislois demeure indéniablement la base de loisirs de L’Isle-Jourdain. Près de 25 hectares aménagés qui font le bonheur des familles, des sportifs, et des touristes. La base, aménagée autour de deux plans d’eau, dont un lac de plaisance et et un lac de pêche, propose diverses activités. Du téléski nautique, aux parcours de santé et d’orientation, en passant par le mini-golf ou le city stade, le lieu est rapidement devenu le point de rencontre incontournable des amateurs de plein air. En 2018, une zone d’activité aqua-ludique ouvrira les portes à de nouvelles activités.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share

L’industrie comme axe majeur de développement

 

Située aux portes du Gers, L’Isle-Jourdain compte trois importantes zones d’activités, véritable moteur de la ville. La zone d’activité de Buconis, s’étend sur 3 hectares et regroupe une douzaine d’entreprises. La zone d’activité de Rudelle, se dédie davantage à l’artisanat, au tertiaire et à l’industrie. La zone d’activité de Pont Peyrin est la plus importante pépinière d’entreprises étalée sur 28 hectares. La zone d’activité de Pont Peyrin III, qui n’est autre que l’extension de cette dernière, sortira de terre courant 2019. « L’industrie est en pleine croissance sur L’Isle-Jourdain. Sur les 1000 emplois de la commune, ce secteur en représente 700 à lui seul », détaille Francis Idrac, maire de L’Isle-Jourdain. En eff et, la ville regroupe des grands noms de l’industrie, comme l’entreprise de labélisation de produits bio « Ecocert », le sous-traitant aéronautique « Equip’Aéro », ou encore « Air Cost Control » pour ne citer qu’eux.

David Gotti, gérant de l’agence immobilière Occitane, vit à L’Isle-Jourdain depuis plus de 20 ans, et analyse : « Malgré son caractère rural, L’Isle-Jourdain n’a rien d’une cité dortoir. C’est une commune qui vit, et qui est économiquement en plein essor ! Elle accueille beaucoup de toulousains qui travaillent aux alentours, et en quête d’un cadre de vie privilégié. En tant qu’agence immobilière, nous souhaitons nous même nous développer sur tout l’ouest toulousain, et recherchons encore des commerciaux pour notre expansion. Il y a à mon sens beaucoup à faire dans ce secteur à l’activité économique soutenue, et très bien desservi par les axes routiers et ferroviaires ».

 

Des commerces vivants

Si l’industrie représente une part majeure dans l’économie lisloise, la vie commerçante n’est pas en reste. Porte drapeau des commerçants, artisans et professions libérales, Lisl’Action a pour objectif de promouvoir et dynamiser le commerce et l’artisanat local. Une association qui propose des événements commerciaux tout au long de l’année à travers la ville. « Les commerces de proximité ont une importance capitale. Ils permettent de générer un équilibre face à l’étalement des zones d’activités, et d’apporter des services complémentaires, et différents des grandes surfaces », expose le maire Francis Idrac.

 

Pour Eric Bau, secrétaire du bureau de L‘IslAction, le commerce local se porte bien. « Notre commune jouit d’un pouvoir d’achat supérieur au reste du département. De plus, les nouveaux arrivants ont une véritable envie de consommer local ». Et 2018 sera une année charnière pour l’association qui fête les 10 ans de sa carte fidélité multi commerces « ConsomActeur ». « Toujours dans l’optique de promouvoir l’artisanat local, nous souhaitons également développer un portail multimédia des commerces de la ville », explique Eric Bau. Et L’IslAction a aussi pour vocation de faire vibrer les habitants. Installation d’une patinoire, et fanfares pour les fêtes de Nöel, bons cadeaux pour la Saint Valentin, l’association se positionne sur la valorisation du bien-vivre de ses concitoyens.

 

Eliane, patronne du « Comptoir de nos fermes » à L’Isle-Jourdain, développe : « Je suis native de la commune, et observe qu’il y a de nombreux nouveaux arrivants d’année en année. Nous sommes une ville qui grossit, et qui attire de plus en plus de monde. L’Isle-Jourdain a le pied et le coeur gascon, et l’envolée toulousaine ! C’est d’ailleurs la ville du vélo : elle invite à la découverte, à l’évasion, et à la détente. Aux portes du Gers, mais aussi traversée par le chemin de saint-Jacques de Compostelle, elle est une étape qui brasse beaucoup de monde. En plus de ses commerçants, le marché de plein vent est aussi un espace de rencontres propice à la convivialité, qui confère à la commune une véritable attractivité ».

 

 

Share

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans une démarche consciente et animée par un respect certain de l’environnement, la municipalité s’engage. S’il y a des combats nécessaires, celui contre la pollution lumineuse en fait partie. Afin de lutter contre les éclairages de nuit intempestifs, la mairie de L’Isle-Jourdain s’investit pour une extinction de l’éclairage public, hors grands axes et coeur de ville. « La ville s’est engagée sur plusieurs points en ce qui concerne l’environnement. Nous avons notamment été précurseurs en matière de “ Zéro phyto ”. Cela a obligé à changer les méthodes de travail des agents de service qui composent désormais sans pesticides, avec de nouveaux outils, et de façon raisonnée. Cette gestion intelligente permet dans le même temps de réaliser des économies à la ville », explique Martine Roquigny, élue déléguée à la transition énergétique de L’Isle-Jourdain.

Du côté du bâti, les efforts en matière de développement durable ne sont pas en reste, puisque la construction d’un éco quartier de 380 logements est en cours. « Nous encourageons également aux transports en commun avec l’aménagement de pistes cyclables dans la commune, et notre gare réaménagée qui, en plus du grand parking, propose un service de bus, et une zone de vélos », dévoile Martine Roquigny.

 

 

UNE IDENTITÉ GERSOISE

Du marché hebdomadaire piétonnier et ses produits du terroir, aux vallons qui se dessinent, tout rappelle que L’Isle-Jourdain est bel et bien aux portes du Gers. Une identité qui fait la fierté de la municipalité, et le bon vivre de ses habitants. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la ville est le lieu de rendez-vous des Haut-Garonnais le temps d’un week-end, et des touristes étrangers en quête de dépaysement. « Notre commune jouit d’un riche patrimoine culturel. Les Toulousains viennent y passer un court séjour et et prendre un bol d’air Gersois », détaille Bernard Tancogne, délégué au tourisme de L’Isle-Jourdain. Equipée d’une conséquente off re de gîtes locaux et communaux, d’aires de camping-caristes et de deux hôtels, la municipalité s’engage à faire perdurer le traditionnel accueil gersois.

 

Share

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Jeunesse à L’Isle-Jourdain

Si pour l’équipe municipale la jeunesse compose les fondements d’une citoyenneté, les actions autour de l’enseignement sont nombreuses. A ce jour la ville compte trois écoles maternelles, deux écoles primaires, deux collèges, et un lycée général. Une offre de services qui va s’élargir avec la fin de l’aménagement du secteur Rozès, et les activités périscolaires variées proposées aux petits lislois.

 

L’éducation ou les piliers d’un projet citoyen de 1er rang

Le dynamisme de 2018 se caractérise notamment par la construction d’un nouveau collège de 600 places dans la zone Rozès. Démarré en septembre 2017, le chantier aura duré une année pour un coût de 18 millions d’euros. Un axe majeur qui verra naître un nouveau gymnase en septembre prochain. « L’éducation et l’accueil des plus jeunes est une véritable priorité pour nous. Tout est mis en place pour amener les enfants et adolescents à un apprentissage de la citoyenneté dans de bonnes conditions », développe Francis Idrac, maire de L’Isle-Jourdain. C’est d’ailleurs dans ce sens que la ville a mis en place les « Chantiers Jeunes ». En effet, pendant les vacances scolaires, le centre social organise 5 chantiers d‘une semaine, destinés à sensibiliser les jeunes aux valeurs républicaines.

En complément à ces actions, la Maison de la Jeunesse et de la Culture propose tout au long de l’année, diverses activités comme le théâtre, la musique ou encore la danse. « Faciliter l’accès à la culture et au sport est essentiel. Nous pensons que le lien social est un facteur fort de savoir-vivre et de bien-être. L’apprentissage des valeurs civiques s’apprend aussi par le partage. C’est à travers ce prisme que nous encourageons les associations culturelles, sportives ou encore caritatives », conclut Bernard Tancogne, président de l’Office Intercommunal du Sport de la Gascogne Toulousaine.

 

Share