Tag

nath’zelles

Browsing

Retour sur l’expérience des Nath’zelles, l’équipe blagnacaise que Diagonale a sponsorisé pour son Rallye-Raid au Maroc. Nous avons retrouvé les deux Nathalie pour échanger avec elles sur cette expérience unique qu’est le Rallye Aïcha des Gazelles et sur leur magnifique première performance. Ces dernières ont en effet été classée 14e sur 126 équipes en général et 2e sur 95 au challenge 1ère participation. Un grand bravo à elles !

Des débuts forts en sensation

« Au début la pression monte, car lors du voyage pour nous y rendre nous avons croisé beaucoup de monde. On a alors découvert des organisateurs qui nous ont vraiment rassuré en amont. » me dit Nathalie Levert, la navigatrice. Arrivées au Bivouac, ces dernières sont agréablement surprises par une « belle organisation bien rodée » où 300 femmes et 200 organisateurs vivent en communauté dans un village éphémère à part entière. Deux jours passent et le ton change. « Après notre journée de 4×4, l’une devait aller donner la fiche des balises tandis que la seconde faisait la queue pour l’essence avant de faire un point du véhicule avec les mécaniciens. Autant dire que l’on n’a pas de répit. Plus on arrive tard, moins on a de temps. » confirme Nathalie Racaud, la conductrice. La pression, la durée des journées et l’absence de temps pour soi font se poser des questions à ces deux consultantes RH. Malgré tout celles-ci ne se laissent pas démonter et donnent toute leur énergie pour leur objectif : être classées. Pari réussi pour les Nath’zelles !

De difficultés en belles surprises

Lorsque interrogées sur l’aspect le plus complexe des journées de navigation dans le désert, le rôle de chacune influence son choix. Pour la navigatrice Nathalie Levert, la balise n°9 lors du septième jour a été le plus grand challenge. Les Nath’zelles ont même envisagé de ne pas la prendre, mais ont fini par la trouver après 2h30 de recherche. Pour la conductrice Nathalie Racaud, c’est la conduite dans les dunes qui est le plus dur. « C’est une concentration permanente, car il faut à la fois être vigilante sur l’obstacle et sur le véhicule. » Côté positif, cette dernière a été agréablement surprise par la fluidité avec laquelle les étapes se sont passées et l’aisance de vivre à 3 (le véhicule, la navigatrice et elle-même) au-delà de la dureté. Même ressenti du côté de la navigatrice qui a été marqué par l’égalité de besoins du triptyque, en tant que 3 maillons de la même importance.

Les recommandations pour se lancer

Avant le départ, il faut se retrouver et se reposer pour arriver en forme au prologue. De même pour la préparation bien en amont du Rallye, les Nath’zelles ont pris 2 ans pour être prête et me soutiennent qu’il « faut vraiment réfléchir avant de se lancer dans l’aventure. » Une fois sur place, il faut savoir gérer ses instants de ressourcement pour ne pas craquer. « Si vous avez 5 minutes devant vous, direction la tente à citron (le bar du bivouac) pour souffler. Vous en aurez besoin ! » me disent les Nathalie.

Et maintenant ?

Les Nath’zelles sont prêtes à aider quiconque veut se lancer dans cette magnifique aventure. Elles sont désormais en route vers d’autres projets personnels. La question de retourner relever le défi du Rallye Aïcha des Gazelles ne se pose pas, mais elles en gardent un souvenir gravé à jamais dans leurs mémoires.

nathzelles.fr / FB @lesnathzelles
Instagram : Lesnathzelles

Share

En octobre dernier, nous vous avions présenté le Rallye Aïcha des Gazelles, notamment à travers une équipe du coin, les Nath’zelles, composée de deux Nathalie consultantes RH à Blagnac. 

Ce mois-ci, après une préparation intense de plusieurs mois, c’est le grand départ pour ce Rallye-Raid International féminin qui a lieu du 15 au 30 mars. Pour mieux appréhender les défi s auxquels feront face les équipes, nous vous avons préparé une chronologie du mois de mars vu par les Nath’zelles.

 

  • 2 mars : Stage de mécanique au Garage Martinez (31) en partenariat avec BOSCH Car Services
  • 4 mars : Derniers entrainements avec le véhicule et les cartes
  • 14 mars : Départ de Blagnac
  • 15 mars : Vérifications technique et administrative à Nice / Installation de la balise SARSAT, de l’Irritrack et de l’Odométrie par les organisateurs / Remise des dons à l’association “Coeur de Gazelle”
  • 16 mars : Top départ à 14h de Nice
  • Du 17 au 19 mars : Transfert en bateau de Sète au Maroc, puis direction Erfoud
  • Du 20 au 28 mars : 9 jours de compétition / 6 étapes, dont 2 étapes marathon sur 2 jours / Sans téléphones / Seuls moyens d’avancer les cartes les boussoles et l’esprit d’équipe
  • 29 mars : Arrivée tard le soir à Essaouira après 9 nuits de Bivouac
  • 30 mars : Arrivée officielle / Remise des prix / Soirée de clôture avec les sponsors et les proches
  • 31 mars : Retour en France

Suivez en direct le parcours des Nath’zelles à partir du 15 mars sur w ww.rallyeaichadesgazelles.com / Edition 2019. 
www.nathzelles.fr / FB @lesnathzelles 
Instagram : Lesnathzelles

Share

Le Rallye Aïcha des Gazelles est, depuis 1990, le seul Rallye Raid international entièrement féminin. Du 15 au 30 mars 2019, 320 femmes vont entreprendre en équipe de deux cette compétition automobile, non pas basée sur la vitesse, mais sur des capacités de navigation à l’ancienne avec carte et boussole, dans le désert marocain.

Durant ces 8 jours de compétition, seuls deux se feront sous forme de marathon durant lesquels les participantes devront bivouaquer seules en plein désert. Lors du reste du rallye, les Gazelles devront relier les différents points de passage en un minimum de kilomètres  (et non de temps) tout en respectant les populations locales et l’environnement.

A quelques minutes d’ici, deux blagnacaises Nathalie Levert et Nathalie Racaud sont en pleine préparation pour le rallye, entre deux journées de travail en tant que consultante RH pour l’entreprise Umanove, qui les soutient depuis le début. Le duo, surnommée les Nath’zelles, est lié par le besoin pour ces femmes de se dépasser, de se prouver qu’elles peuvent, elles aussi, réussir cette expérience unique. Une idée latente chez elles, qui a pris forme grâce à une rencontre professionnelle.

C’est parti…

Nathalie Levert à gauche et Nathalie Racaud à droite

Avant toute chose, un entraînement préalable est indispensable pour entreprendre une telle aventure. Au mois de mars dernier, les Nath’zelles ont vécu leur première appréhension du désert marocain, accompagnées de leur coach Benoit Delmas. Ce toulousain vit depuis 25 ans au Maroc où il coache des pilotes à la navigation dans les mers de sables. C’est dans les dunes de Chegaga que ces deux femmes ont pu expérimenter en condition la conduite et l’orientation dans le désert, où il est très facile de perdre tout repère.

Du 12 au 17 novembre prochain, ces dernières repartent pour maîtriser les bases d’une conduite dans le désert : savoir se désensabler, bivouaquer, changer une roue dans le sable, appréhender une tempête de sable, tirer ou se faire tirer par un véhicule avec une sangle, se repérer avec le soleil, revenir sur son cap s’il y a un obstacle… Des conseils vitaux pour pouvoir faire face à cette compétition.

C’est accompagné de leur chameau du désert, un 4×4 Nissan Patrol GR 1991, qui a déjà 2 rallyes à son actif, que les Nath’zelles prendront le départ de cette compétition affublée du numéro 105 (l’addition de leur âge au moment du rallye). Du matériel qui n’aurait pu être acquis sans leur parrain Alain Di Crescenzo, président de IGE-XAO, qui attendra le duo sur la ligne d’arrivée à Essaouira le 29 mars prochain.

Retrouvez les Nathalie lors du meeting aérien de Replic’air, l’un de leur sponsor, le 13 octobre à Graulhet sur un stand de gâteaux les aidant à financer ce projet. Si vous voulez les aider à réaliser leur rêve, rendez-vous sur leur page facebook pour vous tenir informé de la suite.

Les Nath’zelles – www.nathzelles.fr – FB @lesnathzelles

Share