Tag

Naturalia

Browsing

 

Avec +20% de progression annuelle, plus de 7 milliards d’euros de ventes (2016), et même si la grande distribution joue du coude à coude avec les magasins spécialisés, il ne convient plus aux grandes surfaces de multiplier par 2, 3 ou 4 leurs rayons bio. Puisque le dynamisme du marché provient surtout des enseignes dites 100% bio et de proximité, à +25% contre +18% alors qu’elles sont bien moins nombreuses, les grands groupes français accélèrent le rythme et font du bio un axe stratégique de développement pour augmenter leur part de gâteau ! En tête de liste, les groupes Auchan et Carrefour. Les pionniers dans le secteur, avec des milliers de références de leur propre marque (MDD) en plus des grandes marques, qui permettent de faire un caddie complet bio. Les seuls aussi, à avoir lancé il y a quelques années déjà, un concept 100% bio « Cœur de Nature » et « Carrefour Bio ». 

• Carrefour veut devenir le champion du bio…Fin 2016, Carrefour comptait plus de 10 magasins 100% bio et compte en ouvrir 150 d’ici l’horizon 2020, dans l’optique de concurrencer les chaînes spécialisées. Avec 5000 références en magasins, il estime avoir sa carte à jouer en mettant l’accent sur son accessibilité prix. L’approche du bio se veut plus ouverte, moins militante et moins chère avec sa MDD (2000 références qui assurent 52% des ventes bio du groupe). Pour y parvenir et s’assurer des approvisionnements permanents, l’enseigne a dévoilé son programme d’accélération de collaboration avec les producteurs locaux bio et s’est engagée sur des programmes de contractualisation portée sur les volumes et les prix pour plus de 300 fermes d’ici 2020. C’est un autre moyen aussi de se différencier de la concurrence généraliste, de plus en plus friande de bio. D’autres enseignes sortent donc leur épingle du jeu…

• Le groupe Casino (Monoprix) inaugure à tour de bras de nouveaux « Naturalia » (140 magasins en 2016 contre 65 en 2011).

• Chez Leclerc, qui possède déjà son site comparateur de tarif bio, l’enseigne a l’ambition de devenir le premier distributeur bio en France dans ses magasins actuels avec des tarifs défiant toute concurrence… Pour y parvenir, l’enseigne importe déjà d’Europe la plupart de ses références MDD « Bio Village ».

• Super U, depuis 2007, investit dans des références « U bio » alimentaires et « U nature » du côté des autres produits (animaux, hygiène, nettoyant…). Quant à innover totalement dans des concepts 100% bio comme les autres, les expérimentations relèvent pour le moment, d’initiatives locales uniquement.

• Lidl, ancien discounter, élue meilleure enseigne de l’année plusieurs fois de suite dans le secteur conventionnel, cherche à s’engouffrer dans cette partie, avec la récente création de sa marque distributeur « Si bon si bio » et déjà plus de 40 références en magasins. A suivre…

Les grandes surfaces tentent donc de jouer sur tous les tableaux : concept 100% bio et développement des MDD. Grâce à un cahier des charges qui fixe les règles de la production du bio, sans empêcher son industrialisation, la plus grande part des ventes continue à se faire  directement dans les grandes surfaces habituelles. Mais dans cette course effrénée à faire partie d’un secteur en pleine croissance, les valeurs du bio seraient-elles menacées ? Seraient-elles déjà corrompues ?

Share