Tag

netflix

Browsing

Vous cherchez une série à regarder rapidement, mais pas bêtement, et qui vous ouvrirai un peu les idées ? Regardez Atypical.

De ma connaissance (et je connais un certain nombre de série, si ce n’est un nombre certain, je suis bien forcée de l’avouer), c’est la seule série qui traite de ce sujet bien particulier: l’autisme. Un sujet plutôt difficile, abordé avec une grande dose d’humour et tout autant de vérité sur les comportements. Bien sûr, tout n’est pas traité de manière très profonde, l’idée est quand même de rester sur quelque chose de facile d’accès et que la majorité des gens vont pouvoir et surtout vont aimer regarder. Mais trouver une série qui traite de quelque chose qui change, de quelque chose d’important, de quelque chose qui peut aider certain d’entre nous à être un peu plus compris, et qui peut nous aider, nous, à les comprendre un peu mieux, je dois dire que ça fait du bien.

Une fois la série terminée, et à chaque fin d’épisode même, il reste un mélange de rafraîchissant et d’enrichissant. Il y a les choses qu’on comprend, les choses qu’on comprend pas, celles qui nous font tiquer un peu… et ça aide à se forger une idée. Pas sur la maladie en elle-même, ce serait prétentieux de dire ça, mais au moins sur les quelques situations que nous avons sur les yeux et la manière dont on aurait aimé réagir face à cela.

Il y a une saison de 8 épisodes de 30 minutes, prenez le temps de la regarder, ça vaut le coup.

Share

series été 2016

Ca y est ! C’est les vacances.

Certes pas pour tout le monde encore, mais ça sent quand même un peu la relâche et ça fait du bien.

L’été, c’est le moment de lâcher prise, de déconnecter un peu, de ne plus lire ses mails tous les jours et de les remplacer par ce livre dans lequel vous voulez vous plonger depuis 3 mois sans en avoir trouvé le temps… Mais l’été, c’est aussi l’occasion de rattraper votre retard sur les séries ! Finir celles que vous avez commencé est bien évidemment la première étape. Pour la suite, on a quelques propositions…

 

► The Killing

Si vous aimez les histoires de flic, les meurtres pas si évidents à résoudre et les séries ancrées dans la réalité, celle-ci est définitivement faite pour vous. En 4 saisons, Linden et Holder résolvent trois meurtres, se plongeant dedans corps et âmes, et nous entraînant avec eux. Cette série nous tient en haleine tout au long des épisodes et des saisons, et est réussie jusqu’à sa fin !

C’est définitivement un de nos coups de coeur du moment.

 

► How to get away with murder

Oui, on fait dans le meurtre… Mais c’est tellement prenant que c’est exactement ce qu’il faut pour s’échapper 40 minutes de notre réalité;

J’avoue avoir eu du mal avec cette série quand j’ai commencé à la regarder la première fois, bien avant que M6 ne la diffuse (d’ailleurs, si vous le pouvez, regarder la plutôt en anglais hein…). A tel point que je l’ai mise de côté pendant longtemps pour me concentrer sur les autres et que je l’avais un peu oubliée ; jusqu’au jour où je n’avais plus rien à voir sous la main et que j’ai cherché sur quoi me rabattre.

Il faut s’accrocher sur les premiers épisodes : tout est en flash back, jamais vraiment bien distinct et il y a toujours ce truc frustrant qui fait qu’on ne comprend pas tout de suite (même au second visionnage…). Mais ça vaut tellement le coup de tenir ! La première saison est complètement folle, et la seconde poursuit parfaitement la chose (j’en suis au 12ème épisode sur 15. J’attends avec impatience le moment où je vais pouvoir avancer tranquillement…). Il se passe toujours un truc, tellement que de ne pas regarder tout en même temps est compliqué.

Moins réaliste que “The Killing”, elle est tout de même ancrée dans une certaine réalité typique des séries américaines, entre meurtres et procès, mensonges et cohésion. A regarder sans hésiter.

 

► Orange is the new black

Si vous avez réussi à passer au travers des premières saisons vous êtes très forts, et si vous avez réussi à passer au travers de la dernière saison vous êtes encore plus fort. C’est une des séries Netflix les plus médiatisées, une de leurs séries phares, et dont on a énormément entendu parler. Un fait qui donne parfois envie de, justement, éviter de la regarder. Et pourtant, ils ont bien raison de s’appuyer dessus. Si jamais vous n’avez regardé aucun épisode, filez de suite commencer la première saison. Et si vous avez commencé mais que vous êtes en retard sur les derniers épisodes, tentez de les voir sans plus attendre.

La quatrième saison de cette série qui nous raconte la vie d’une prison pour femmes est sortie début juin; On retrouve la majorité des personnages qu’on aime, sauf John Bennet, joué par Matt McGorry qui ne peut pas être partout puisqu’il joue dans How to get away whith murder (d’ailleurs, dans cette dernière, Rebecca c’est Rosie, dans The Killing. Toutes les bonnes séries se tiennent et se recoupe. Folie un peu.)

 

 

 

Et pour ceux qui aiment traîner devant la télé le matin, il y a Dragon par delà les montagnes (adaptation des dessins animés Dragons) et Le roi Julian qui passent très bien avec un café et une tartine de Nutella… Je dis ça, je dis rien.

Share

Jessica Jones

Tu trouves qu’il n’y a pas assez de super-héroïne ou que les personnages féminins sont souvent trop culcul, bien gentille et là pour faire plaisir, pas assez de répondant, pas assez noires (non, pas même the Black Canary) ?  Rencontre Jessica Jones.

 

Une série par Melissa Rosemberg, scénariste des Twilight ou encore de quelques épisodes de Dexter (elle aussi fait Sexy Dance mais avoue que ça donne pas plus envie que ça de l’associer à Jessica Jones), avec Krysten Ritter (Nig Eyes, Veronica Mars et Don’t trust the b— in apartment 23), David Tennant (Broadchurch) et Rachael Taylor (666 Park Avenue, Grey’s Anatomy). Une série Marvel avec du lourd au casting et produite par Netflix. Cette phrase devrait vous suffire à avoir envie de la suivre.

 

La série est plutôt sombre, et fait penser esthétiquement à Dardeville (Marvel et Netflix aussi, on se demande pas vraiment pourquoi en vrai). Les personnages sont quelques peu compliqués, l’histoire prend un tournant psychologique, et c’est pas juste la guerre, la guerre et la guerre (c’est pas Arrow quoi. Et sachez que j’adore Arrow. Oliver Queen, tu peux pas test. Et je VEUX être Félicity. Bref.). Jessica Jones est détective privée, son travail c’est d’observer les gens et de trouver ce qui cloche. Et elle est douée. Elle peut défoncer un mur d’un coup de poing et arrêter une voiture qui roule, ça doit aider un peu, l’air de rien. Mais il y a cet homme, quelqu’un qui peut emmener les gens à faire exactement ce qu’il veut, qui les prend sous son emprise et les laisse psychiquement dévastés. Quand ce n’est pas pire. Et Jessica en sait quelque chose. Mais tous ces gens qu’il domine, tous, ils ne servent qu’à avoir Jessica.

 

Avoue ça intrigue !

La série commence la semaine prochaine : à la Netflix, tous les épisodes sortent le 20 novembre (ils avaient fait pareil pour la 3ème saison de Orange is the new black, rappelle toi.). Le côté cool ? Tu dévores tout d’un coup. Le côté moins cool ? Tu as tout dévoré d’un coup.

 

Jessica Jones est une série à ne pas rater si tu veux une super-héroïne bad-ass, que tu veux enfin de la fille qui déménage, que tu adores Marvel ou que tu cherches simplement un nouveau truc à regarder.

 

 

 

Share