Tag

plantations

Browsing

Depuis quelques années, l’intérêt pour la création de jardins collectifs dans nos villes va croissant. Eléments forts de la vie locale, ces espaces partagés sensibilisent aux pratiques éco-citoyennes, au respect de la biodiversité, et au mieux consommer.

Sur Tournefeuille, les jardins Tourn’Sols offrent des parcelles de 80m2 à 200m2 mises à disposition pour 100€ par an en moyenne. « Les personnes vivant dans des immeubles ont ainsi accès aux joies du jardinage. De plus en plus de citadins sont séduits par ce mode de culture. Pour preuve, nous disposons à ce jour de 73 parcelles occupées, et une centaine de personnes demeurent sur liste d’attente ! » développe Dominique Dupouy, vice-présidente de « L’Association Des Jardiniers De Tournefeuille ». Face à cet engouement, l’association, en partenariat avec la mairie, ouvre prochainement un nouveau site à La Ramée.

Un succès que n’ont rien à envier les jardins partagés, lieux de rencontre et de partages entre passionnés et amateurs. En effet, sur Tourn’Sol, la parcelle, cultivée à plusieurs, est l’occasion pour les urbains en manque de grand air, d’échanger et d’apprendre. Retraités, jeunes couples, enfants, personnes handicapées, bénévoles… ici on sème des graines mais aussi du lien social : « Nos 380 adhérents troquent leur savoir-faire, se donnent des astuces, et des recettes », confie Dominique Dupouy. Un jardin ouvert à tous les âges, et dont les multiples activités fleurissent : formations, cours d’art floral, ateliers sur les insectes, Troc’ Plantes, Vide-jardin, ou encore initiation à la permaculture. « Je suis un jour venu ici pour visiter. Ce lieu fait aujourd’hui parti de mon quotidien », raconte Roland Thieyre, bénévole réalisation entre autre des hôtels à insectes.

www.jardiniersdetournefeuille.org

Share

Comment aménager son petit coin de verdure ?

Balcon ambiance atelier, scènes d’inspirations cabinet de curiosités, terrasses 100% bois ou encore au décor rustique. Le jargon qui qualifie nos jardins pour ce printemps est à l’image des extérieurs “tendance” : inspiré ! La verdure n’est plus l’apanage du rural et les massifs et potagers viennent parfumer les façades de béton. Le temps est au “Make it yourself”, on réadapte, chouchoute et réinvente ses petites surfaces. A contretemps de notre société de consommation en surrégime, on se pose et on repense la déco de nos extérieurs. Chiner devient l’atout pour créer des ambiances nouvelles, le végétal déborde sur du mobilier sorti des vides greniers, on redécouvre une culture consciente… En 2018, amour de la nature et passion pour la déco cohabitent. Une nouvelle manière d’appréhender le jardinage pour les citadins. 

©Photo Arnaud Childéric pour Botanic

Des plantes adaptées à leur environnement

Si cette année la plante verte a le vent en poupe, il ne faut pas perdre de vue que chaque végétal a ses besoins, notamment en matière de luminosité. Que ce soit sur les terrasses, balcons ou jardinets, chaque ensoleillement a son type de plante… Pour des surfaces ombragées, il est recommandé de se tourner vers certaines variétés de bambous non traçants. Ces derniers habillent les extérieurs, permettent d’apporter de la verticalité aux balcons, et de gagner en intimité pour se cacher du voisinage. On optera aussi pour des feuillages comme fatsia japonica, résistant à l’ombre, ou pour des plantes vivaces comme les hostas, certaines fougères persistantes, ou encore des bruyères d’hiver. Côté aromates, le persil et la ciboulette se plairont sur ces terrains sans ensoleillement.

Les zones très exposées pourront quant à elles accueillir des oliviers, palmiers nains, de la lavande, ou des herbes aromatiques du sud comme le thym, la sarriette, ou e romarin. “On recommande de plus en plus le mix entre les différentes plantes, pour jongler avec les formes, les hauteurs et les types de floraisons ! Jouez et surprenez-vous en plantant des bulbes en automne, que vous redécouvrez au printemps“, conseille Patrice Bajan, pépiniériste d’Espaces Verts Du Languedoc à Toulouse.

Patrice Bajan

En effet, la tendance est d’entremêler dans les bacs et les jardinières, aromatiques et massifs floraux. “Il est important de demander conseil à un spécialiste, qui saura orienter le particulier vers les plantes qui correspondent  son lieu de vie. La réussite d’un jardin est avant tout le fruit d’un savant mixage de réflexions, d’inspirations, et de coups de coeur“, insiste Olivier Mousseigt, de chez Mousseigt Elagage Et Jardins.

Share

Le printemps est là, la chaleur ne devrait pas tarder à pointer son nez (on l’espère) alors il est temps pour vous de penser à votre jardin. Le moment est venu de remettre son nez dehors et de s’occuper de son potager avant l’arrivée de l’été.

Bien entendu, faites attention à ce que les températures ne soient pas trop basses avant d’entreprendre des plantations. Sinon les jeunes pousses risquent de geler ! Et si vous avez un doute sur les instructions à suivre, il ne vous reste qu’à lire la notice des sachets de semences pour être sûr de vous.

Que semer en avril  ? 

Les plantations suivantes devront attendre un peu plus de chaleur :
Tomates, aubergines, melon, concombre, courgette, céleri, cornichon, aneth, basilic, pois, haricots verts, laitue batavia, laitue romaine, chou.

 

tous à vos bêches et arrosoirs… Prêts….Jardinez !

Share