Tag

portes

Browsing


 

M. Czernik, quel a été votre parcours professionnel jusqu’à aujourd’hui ?

« J’ai commencé par des études dans le bâtiment, et les ai poursuivies dans une école de commerce. J’ai commencé à travailler dans une entreprise de construction en tant que conducteur de travaux chez Dumez, puis j’ai eu mon premier poste de commercial chez PPB. Au départ je ne me voyais pas travailler dans l’entreprise familiale, mais c’est mon frère Philippe, qui s’impliquait dans l’entreprise depuis plusieurs années déjà, qui m’a proposé de travailler avec lui, après mes deux premières expériences pro. J’avais 27 ans à l’époque : je suis passé par plusieurs services, et j’ai tracé mon parcours dans l’entreprise, pour finalement devenir responsable commercial depuis une quinzaine d’années. »

Comment avez-vous fait évoluer l’entreprise depuis sa création en 1972 ?

« Il faut savoir qu’au départ, c’est mon père Max qui a créé la société et son beau-frère Dany a été son premier collaborateur . Philippe les a rapidement rejoint suivi par notre Jacques, l’aîné, avec l’envie de contribuer à son développement. Aujourd’hui, l’entreprise est étendue à trois « métiers » : il y a Czernik, qui s’occupe des particuliers sur la région toulousaine essentiellement ; c’est l’activité qui concentre le volume le plus important aujourd’hui. Après, il y a Czernik Pro, qui travaille pour des chantiers professionnels du bâtiment partout en France. Et puis il y a SOS Vitrine qui propose un service de remplacement de vitrages et de réparation sur la région toulousaine également. »

Travailler avec sa famille, c’est compliqué ?

« Vous savez, ce n’est pas plus compliqué que de travailler et d’être associé avec quelqu’un qui n’est pas de votre famille. Philippe, Jacques et moi sommes très différents, mais nous avons toujours su nous écouter et nous respecter pour dégager un consensus. Travailler en famille n’est donc pas plus complexe que travailler avec un tiers, du moment que chacun peut exprimer son opinion et sentir qu’elle est respectée. Le plus important, c’est l’humain. Sans nos collaborateurs nous ne sommes rien, c’est grâce à eux que l’entreprise avance

Quelles sont les perspectives d’avenir pour Czernik ?

« Comme toute entreprise, nous avons des projets bien sûr. Nous aimerions recentrer l’activité de Czernik Pro sur la région Midi-Pyrénées, plutôt que sur la France entière. L’augmentation de nos parts de marché sur SOS Vitrine est aussi un de nos objectifs. Dans tous les cas, nos projets restent fidèles notre ligne de conduite : sérieux, réponse aux attentes de nos clients, qualité et surtout le suivi et le service à nos client. »

Selon vous, le bâtiment est-il toujours un secteur porteur ?

« On construira toujours des maisons, des immeubles, des bâtiments, donc oui, c’est toujours un secteur d’avenir ! Ce qui est plaisant dans ce métier, c’est la diversité de clients que l’on rencontre, et la diversité des projets que l’on entreprend : chaque client est unique, chaque projet l’est aussi ! C’est aussi intéressant d’amener le conseil esthétique et déco en plus du matériel : c’est plus qu’un simple geste technique. Mais c’est aussi la principale difficulté de mon métier : composer avec le caractère unique des clients et de leurs demandes. Pour réussir dans cette voie, mon conseil serait de faire ses armes dans une entreprise pour voir, écouter et apprendre, avant de se lancer. L’expérience fait souvent la différence ! »

Sinon, en dehors de votre travail, qu’aimez-vous faire ?

« J’aime pratiquer plusieurs sports, notamment le squash, le tennis et les sports de glisse en général : la voile, le surf, le ski. Et je suis aussi un passionné d’aviation. »

Share