Tag

réforme

Browsing

Dans le cadre du prélèvement à la source, certains contribuables ayant droit à un crédit ou à une réduction d’impôt vont percevoir un acompte dès le mois de janvier. Ce versement concerne notamment les ménages qui emploient une aide à domicile ou les parents qui font garder leur(s) enfant(s). 

Au départ, l’acompte versé devait représenter 30% du crédit d’impôt, mais, à la demande d’Emmanuel Macron en septembre, il a finalement été relevé à 60%. L’objectif est d’éviter aux bénéficiaires d’avoir à faire une avance de trésorerie trop importante par rapport aux crédits auxquels ils ont droit. Il atteint en moyenne 627 €.

Share

Déjà réformé le 20 mai 2018 (lien article), le contrôle technique des véhicules se voit à nouveau modifié depuis le 1er janvier 2019. Explications auprès des experts du centre de contrôle technique Autovision Colomiers.

Cette modification s’inscrit dans un plan de réforme en deux temps, la seconde partie arrivera en juillet 2019 bien que pour le moment elle ne soit pas encore définie. Elle devrait concerner les tolérances à la pollution. Pour la présente, elle consiste principalement en un changement du calcul du régime moteur. Autrefois mesuré sur 3 essais, il se fait désormais sur une fourchette de 3 à 7 essais et à régime plus haut. Le compteur kilométrique du véhicule déjà relevé par les agents des centres seront dorénavant comparés au contrôle suivant, luttant ainsi contre les fraudes au kilométrage qui lèsent les acheteurs. Ce qui change également, c’est le temps de contrôle du fait de ces manœuvres supplémentaires. Comptez désormais environ 40 minutes pour l’examen.

Comme vous l’avez compris, cette nouvelle mouture est somme toute très légère. Quiconque entretient son véhicule convenablement (vidanges, pneus, plaquettes de frein…) ne se verra pas inquiété. Reste la question du seconde volet de la réforme pour laquelle personne n’a d’information pour le moment. Nous ne manquerons pas de vous en donner les clefs au moment venu.

Autovision Contrôle Technique
20 Allée de Catchere, 31770 Colomiers
05 34 36 00 22

Share

Annoncée comme l’apocalypse pour les automobilistes, la nouvelle version du contrôle technique est entrée en application lundi 21 mai. Deux semaines après, nous avons contacté Anaïs Sevrin, responsable commerciale, pour connaître l’impact réel de cette réforme.

La première réalité est que les contrôles sont indéniablement plus longs. Nouvelle procédure oblige, les agents doivent prendre leurs marques ce qui fait passer la durée de l’exercice de 30 à 45 minutes environ. Pas bien méchant comme conséquence. Les centres de contrôle automobile ayant connu un pic d’affluence avant la réforme, l’obtention de rendez vous se fait aisément. Pas de crainte à avoir, il y a de la place pour tout le monde.

La seconde concerne la fameuse défaillance critique, basée sur 129 points et entraînant l’interdiction de rouler pour le véhicule à partir de minuit le jour du contrôle. Il faut savoir que les défauts qui justifient l’immobilisation sont somme toute de graves manquements à la sécurité. Cela va de l’absence totale de feu stop au trou dans le plancher en passant par l’usure extrême des pneus. C’est d’ailleurs pour ce dernier motif qu’un seul véhicule s’est vu frappé de défaillance critique depuis l’application de la réforme dans les 13 centres auto gérés par Anaïs Servin. Les estimations donnent entre 1 et 2% de véhicules qui subiront le même sort. Rappelons dans ce cas que des travaux et une contre visite sont à réaliser dans un délai de deux mois pour pouvoir reprendre la route. Le taux de contre visites classiques (celles n’entraînant pas l’interdiction de circuler) reste identique aux valeurs habituelles.

Ce que l’on peux tirer de ces semaines de recul, c’est que le grand méchant contrôle n’est pas aussi violent que prévu. Les défauts de sécurité immédiate ( le pare choc qui tient avec de la ficelle par exemple) sont facilement identifiables avant de passer l’examen. Un minimum d’entretien suffit à rester loin de la zone de défaillance critique !

Share