Tag

restaurant

Browsing

Le 2 février 2016, le centre commercial plein centre s’est vu doter d’un restaurant vietnamien et japonais devenu en peu de temps une institution à Colomiers, le Little Saigon. En buffet à volonté, à emporter ou sur place, sa cuisine se déguste à toutes les sauces (et surtout aux sauces asiatiques) !

Ce restaurant, les columérins le doivent à Paul Nguyen le propriétaire. Fruit d’un  challenge personnel de faire vivre un lieu mythique du centre-ville de Colomiers, ainsi que de faire découvrir la vraie cuisine vietnamienne avec ses épices et saveurs authentiques, le Little Saigon est né. Les amateurs de cuisine asiatique qui en connaissent déjà le goût reviennent inlassablement (moi la première). Ici, le buffet à volonté en propose pour tous les palais. Un îlot à dominance japonaise où makis, sushis, salades et parfois bò bún vietnamien se côtoient. Une partie wok où l’on fait son marché avant de se rendre devant l’un des 5 cuisiniers du restaurant pour que la magie opère. Tout un coin dessert où les pâtisseries maisons version mignardises se mêlent aux fruits et desserts asiatiques. Enfin, 2 parties où l’on peut déguster des plats vietnamiens à tomber : soupe de tamarin, boeuf Lok-Lak, nem de poulet, ragoût de boeuf au saté, nouilles sautées aux légumes…

Avec un buffet d’une telle profusion de bons produits, il ne fallait rien d’autres qu’un lieu spacieux et permettant d’accueillir jusqu’à 300 personnes pour en faire le QG de beaucoup d’habitants dans la région. Paul l’a bien compris en proposant la privatisation du restaurant pour des événements (mariage, anniversaire, baptême, CE…) à partir de minimum 150 personnes. Tout au long de l’année, des soirées sont organisées (concert, défilé, nouvel an, soirée à thème…). Par exemple, tous les vendredis soirs c’est Entrecôte Mix Party avec 5 viandes de race à l’appellation d’origine contrôlée qui sont sélectionnées et disponibles en découpe à la demande (poids, cuisson, sauce à votre convenance) et le week-end, buffet  de poissons frais selon arrivage.

En février, le Little Saigon sort le grand jeu, à commencer par le Nouvel An asiatique, avec seulement 250 places disponibles sur réservation. Après le succès de l’année dernière, deux dates sont mises en place cette année, le 09 février au soir avec des animations (danse du dragon, défilé, démonstration d’arts martiaux, tombola, soirée dansante) et le 17 au midi, toujours avec des plats préparés spécialement pour l’occasion (soupe pho bò boeuf/poulet, buffet de fruits de mer et poissons, entrecôtes, gambas géantes gratinées…). Le 16 février au soir c’est le Nouvel An Thaï-Dam qui fera des adeptes. Danses, tenues et chants traditionnels vous entraînerons dans cette culture, tandis que vos sens seront en éveils devant les plats spécialisés proposés pour l’occasion (salade de papaye, poisson au caramel salé, salade de boeuf mi-cuit mariné…)

Share

Situé à quelques pas de l’Onyx, la célèbre salle de spectacle de Plaisance-du-Touch, et du Cinéma Art Plaisance, le restaurant Le Theatro a ouvert ses portes en décembre dernier. L’avantage d’être situé à un tel emplacement reste indéniablement la possibilité de pouvoir se garer gratuitement sur un parking de 600 places ! Vous pourrez désormais vous restaurer rapidement après un spectacle ou une séance de cinéma, ou bien prendre un verre en attendant celui/celle-ci.

Thomas et Jean-Laurent les patrons, vous accueillent dans un cadre chaleureux où l’on a envie de rester. La décoration, à la fois moderne et industrielle, est sublimée par une magnifique cheminée utilisée pour cuire certains aliments au feu de bois ! Le concept de ce restaurant est de vous proposer d’un côté le bistrot où déguster des tapas : croquettes de chèvres, patatas bravas (avec la vraie recette espagnole), planches tout canard (cœur, foie gras…). De l’autre, le Theatro est une brasserie avec une formule du midi à 17€ (entrée-plat-dessert). C’est l’amour de la bonne nourriture, partagée par ces bons vivants, qui les a poussés à ne choisir que des produits de qualité. Tous leurs plats sont faits-maison et ça se sent lorsque l’on goûte la bavette ou les côtes de bœuf arrivés tout droit d’Aveyron.

Le Theatro c’est aussi un lieu que l’on peut privatiser pour des événements de 60-70 personnes en places assises, comme l’ont déjà fait certain club de la ville. Les plus gros groupes seront ravis de savoir qu’il est également possible de privatiser le restaurant sous forme de cocktail dînatoire jusqu’à 150 personnes. N’hésitez pas à y aller de notre part, vous ne serez pas déçu !

Le Theatro
1 rue des Fauvettes
31830 Plaisance-du-Touch
Tél. 05 61 31 96 77
Facebook : @letheatro31

Share

En lecteurs fidèles et assidus que vous êtes, vous avez certainement constaté notre passion pour les restaurants. Se sustenter est devenu un mode de vie chez Diagonale (nous songeons même à nous rebaptiser Diagronale) qui nous a permis de découvrir de nouveaux restaurants fraîchement ouverts au cours de l’année 2018. Petit récapitulatif de ces lieux dont certains sont déjà devenus des classiques.

Crep’Chignon
Enseigne existant depuis plusieurs années, ce restaurant a changé d’adresse pour le 15 Rue de la Poste à Cornebarrieu, en lieu et place d’une ancienne quincaillerie.
Créatif, soigné dans l’assiette et doté d’un cadre magnifique, il ne vous décevra pas.

Les Oies Sauvages
C’est au calme de l’Allée de la Fontaine de Colomiers (numéro 14 pour être précis) que se niche ce restaurant traditionnel qui sait revisiter le classique sans le dénaturer.  Une des jolies surprises de cette année.

Minjat!
A la fois magasin en circuit court et restaurant, Minjat est rapidement devenu un incontournable de la zone du Perget ( 2/4 Avenue André-Marie Ampère à Colomiers). En constante progression, la cuisine y est élégante et fine. Réservez obligatoirement, les places y sont chères…Le Théatro
Restaurant attenant à la salle de spectacle l’Onyx,  Thomas et Jean-Laurent ont choisi d’ouvrir un espace dont on ne ressort pas sur sa faim. Plats maîtrisés et service rapide, on parie que vous allez aimer…

Ô Sel Fou
Remplaçant le Vaquero à coté du VandB Colomiers, Ô Sel Fou arrive avec des objectifs de conquête! Il compte pour cela sur une cuisine abordable préparée par une équipe assidue et passionnée. A peine ouvert qu’on a déjà l’impression qu’il est là depuis des années tellement il est efficace.


L’ Aromatic
Sain et rafraîchissant, l’Aromatic (1 Chemin de Beauregard à Pibrac) s’évertue à proposer ce que les autres ne font pas. Bouillonnant d’idée et de créations, c’est ici qu’il faut vous rendre si vous cherchez la nouveauté visuelle et gustative.

Chez Fanfan
La cuisine de chez nous, c’est ici! Au 35 bis Route de Toulouse à Cornebarrieu, vous pouvez commander l’un des meilleurs cassoulets que nous ayons pu goûter. Rien que pour ça ce restaurant vaut le détour!

Mosto Buffet
Most signifie “plus” en anglais. Mosto tire son nom de cette racine en vous en proposant “toujours plus”. Buffet de fusion food, c’est-à-dire le meilleur de chaque type de cuisine du monde,  la devanture noir et or du 9 Rue Isaac Newton à Plaisance-Du-Touch est immanquable.

Mama Shelter
Toutes les grandes villes ont un Mama Shelter : Toulouse se devait d’avoir le sien. La renommée mondiale de la marque n’est plus à faire mais attention, hors de question de s’imposer comme un rouleau compresseur. Travaillant avec des artisans locaux comme fournisseurs, ce havre de paix au 54 Boulevard Lazare Carnot est incontournable. Tout simplement.

Frites Factory Airlines
Le décor de ce restaurant est tout simplement une carlingue d’avion! Service haut en couleurs et ambiance pétillante, manger la bas est aussi bon qu’amusant.  174 Route de Bayonne, notez le ou mieux, allez y!

Share

“Le Puits Saint-Jacques” est le creuset de la passion gourmande du chef cuisinier Bernard Bach. Le restaurant gastronomique propose un menu à emporter pour les fêtes, du 24 au 31 décembre inclus. Un repas de prestige sur réservation, qui promet de lettre vos papilles sur leur 31. Nougat de foie gras macéré au Pacherenc, suivi d’une raviole farce fine de homard avec son bouillon de crustacés au lait de coco et citronnelle, pour les entrées. La dégustation se poursuit avec une poulette farcie de cèpes, accompagnée d’une gratin de pomme de terre, butternut et châtaignes. Pour clôturer l’expérience gustative, le chef régale avec une bavaroise de tonna au coeur de dulce leche en dessert.

© Nathalie HANON / Agence ICICOM

Un repas accompagné du dernier livre de recettes dédicacé de Bernard Bach “Régalez-vous au Puits Saint-Jacques”. Et pour terminer l’année en beauté, le restaurant propose un menu unique spécialement créé pour le 31. Une sélection des meilleurs produits de fêtes revisités par le maitre des fourneaux, pour un réveillon inoubliable.

Share

Le Canard ayant chanté tout l’été, ne se trouva point dépourvu quand la bise fut venue. Il y alla même de plus belle en proposant une soirée de Saint Sylvestre assortie d’un menu de haute volée…

L’établissement propose deux versions de son repas, avec ou sans accord mets et vin, pour qui doit prendre la route par la suite notamment. Cependant, les animations prévues lors de cette soirée sont bien pour tout le monde ! Dans l’assiette, c’est le festival : huître chaude à la crème aux échalotes et au cidre, noix de St Jacques snackées, beurre d’agrumes et safran ou encore rôti de magret aux cèpes et aux figues ne sont que quelques éléments qui composent ce menu exceptionnel. Pour le vin, des bijoux venus des Corbières côtoieront entre autres un St-Emilion grand cru…sans oublier l’inévitable champagne…Réservez vite, il n’y en aura pas pour tout le monde !

Le Canard sur le Toit
58 Chemin de la Salvetat, 31770 Colomiers
05 61 30 37 83
Fb : @LeCanardSurLeToit

Share

Le passage à l’hiver marque le renouveau également dans nos assiettes. Respectant sa politique de produits frais et de saison, la carte du restaurant Le Vingtième Avenue s’est refaite une beauté, toujours dans l’idée de vous régaler ! La qualité reste primordiale pour Sandrine et Stéphane, d’ailleurs ça se voit avec les produits locaux servi en accompagnement, mais aussi les viandes et poissons d’origine française. Que ce soit le rendu visuel, gustatif ou olfactif, tous nos sens sont en éveils qu’importe le plat que vous commandez ! Rien de plus simple pour réussir un tel pari que de ne proposer que du fait-maison.

La nouvelle carte laisse apercevoir des noms de mets de fêtes qui font saliver comme le saumon gravlax, les ravioles à la truffe d’été et cèpes, le foie gras mi-cuit ou encore en dessert la panna cotta tremblotante. En complément de la carte, une formule du jour et une suggestion du chef vous sont proposées le midi et à la nuit tombée le menu du soir fait son apparition. Toujours soucieux de satisfaire leurs clients, le restaurant vous propose un repas de Noël adapté à votre budget. Que ce soit pour 2 ou 80 personnes et qu’importe vos goûts, il vous suffit d’appeler afin d’établir avec l’équipe du restaurant le menu qui vous fait rêver.

Grosse nouveauté pour l’hiver 2018 au Vingtième Avenue avec la partie extérieure. Désormais, la célèbre terrasse des soirées festives de l’été s’est équipée pour le froid avec plusieurs chauffages et de quoi vous abriter du vent. Le bar extérieur devient alors le rendez-vous des apéros entre amis en toute saison ! Pour aller de pair avec cette nouveauté, la carte des tapas a été repensée. Entre fromages, charcuteries, patatas et encornets, votre instant tapas ne vous aura jamais paru si alléchant ! Vous bénéficiez dorénavant de tarifs et menus de groupe, pour pouvoir inviter tous vos proches à vos soirées, grâce à une capacité d’accueil conséquente. Si vous êtes un fervent amateur de musique, sachez que tous les vendredis soirs la terrasse reçoit un groupe ou des DJ résidents en concert pour des soirées à thèmes. Pour ne jamais en rater une, toutes les soirées sont annoncées sur la page Facebook du restaurant @levingtiemeavenue il ne vous reste plus qu’à aimer la page pour en être informé. En revanche, si vous désirez déjeuner ou dîner calmement dans une ambiance intimiste, direction l’une des très belles salles intérieures du restaurant. Il ne vous reste plus qu’à vous installer au chaud (dedans ou dehors), pourquoi pas savourer un verre de vin de la nouvelle carte et attendre quelques minutes votre plat en appréciant l’instant présent.

Le Vingtième Avenue
20 avenue Latécoère
31700 Cornebarrieu
05 34 28 14 45
Ouvert du lundi au vendredi de 12h à 14h et de 18h à 2h
FB : @levingtiemeavenue

Share

Reprenant l’emplacement de l’ex Vacquero au Perget, ce restaurant au nom de la spécialité de l’île de Ré qui se marie aussi bien à la viande qu’au poisson a tout juste ouvert ses portes le 6 novembre dernier. Monté par trois amis, (Muriel, Mélanie et Eric), il a pour but de répondre à la demande de la clientèle de midi mais  également de ceux qui veulent prendre le temps de bien manger le soir, pourquoi pas après une soirée au VandB voisin par exemple…

Les produits proposées entre chien et loup sont d’ailleurs différents de ceux que vous y trouverez pour le déjeuner. Bouillonnant le midi, le restaurant devient cosy et convivial au moment du dîner. L’optique de cette enseigne est à l’image de sa cuisine : simple et conviviale.
Une fois installé à table dans un espace flambant neuf, différentes formules s’offrent à vous. Les nombreuses entrées et les classiques mais très maîtrisés plats à la carte sont complétés par deux buffets d’entrées et de desserts. La cuisson des produits français à la tendance terroir très prononcée se fait au feu de bois dans un espace ouvert au milieu de la salle où vous pourrez admirer la technique des cuisiniers.
Pour les plus pressés, les plats du jour sont servis à la vitesse de la lumière. N’allez pas pour autant croire qu’ils sont bâclés. Loin de là. Nous avons eu la chance d’essayer leur daube et a elle seule elle justifie l’existence de ce restaurant. Il aurait pourtant été tentant de faire le strict minimum pour répondre à la demande du midi mais il n’en est rien. Le travail et l’envie de bien faire sont présents dans chaque assiette.

Autre particularité du restaurant, la présence en ses murs d’une cave a vin, véritable prolongement de la boutique Chai Nous à Plaisance-du-Touch. Sont alors disponibles 50 références ainsi que des rhum arrangés de haute volée. L’absence d’intermédiaires permet de proposer des prix producteur. Les produits sont à déguster sur place mais également à emporter. D’ailleurs si vous commandez une bouteille pour le repas et  que vous décidez d’en acheter un carton, sachez que celle consommée à table vous sera offerte !

Véritable signature d’un repas, le café dispose de sa propre carte avec une sélection d’une dizaine de variétés venues du monde entier. Un peu comme ce que propose Georges Clooney mais au restaurant en somme. Avis aux amateurs.

Pour avoir essayé cet établissement plusieurs fois, je suis en mesure de vous donner un avis solide. Malgré une ouverture récente, on a l’impression qu’il est là depuis des années tellement tout s’y déroule avec facilité. La vitesse et exactitude du service, la précision sur la cuisson des viandes ou encore le soin apporté à tous les plats hissent directement Ô Sel Fou au rang d’incontournable dans la zone. Que ce soit le midi lorsque l’on a qu’une heure pour manger ou le soir pour prendre son temps avec des amis, Diagonale recommande chaudement cette enseigne!

Share

À Cornebarrieu, à côté du bricomarché se cache un petit restaurant au nom cocasse. « Le nez dans l’bocal » est devenu pour certains un rendez-vous incontournable entre amis où règne la bonne humeur et pour d’autres la pause déjeuner entre collègues qui fait du bien pour souffler entre deux gros dossiers.

Ouverte en octobre 2015, ce bristot est pour Sébastien, le patron, « le rêve d’une vie ». On se rend d’ailleurs vite compte que ce projet lui tient à cœur lorsque l’on s’y attarde et que l’on discute avec lui. Ses 25 années d’expérience dans la restauration se ressentent dans sa cuisine diversifiée et constamment renouvelée ! Tous les matins, l’équipe affiche sur la page Facebook du restaurant (@lenezdanslbocal) les entrées, salades, plats et desserts du jour que vous pourrez commander le midi ou le soir. Vous l’aurez compris avec le nom du restaurant, les jeux de mots sont les bienvenus ici. Le menu du jour devient alors « Les éphémères du Nez », qui disparaissent au bout d’un jour comme les célèbres insectes, tandis que les desserts se transforment en « Mets d’la faim ». On sent que Sébastien s’amuse jusque dans ses noms de plats « Cassoulet Ki Lé Tou Méson », « Ze fish’n chips wiz ze sauce tartare », « le Tout fou l’quand aux girolles »  parmi les plus originaux.

 

Le Tout fou l’quand aux girolles

Pourquoi innover chaque jour me direz-vous ? Il y a deux raisons à ce choix, la première vient de l’imagination débordante de Sébastien qui se plaît à vous confectionner chaque année des recettes qui changent malgré une certaine identité culinaire, la deuxième est la fraîcheur de ses produits nobles qui influencent constamment ses créations. Au fil du temps et des discussions de nouvelles idées germes, « quand un produit plait, je le prends et j’en fais une recette » , me dit le patron. Chez Le Nez Dans L’bocal, tout est 100% fait maison de l’entrée jusqu’aux desserts, pour vous proposer des mets divers et variés. C’est également pour cela que la saisonnalité incite, ici, à la nouveauté des plats. Que vous soyez plutôt viande ou poisson, vous serez sûr de trouver de quoi vous régaler entre le filet de turbot poêlé, le pot au feu bœuf et veau, la terrine de colin ou encore le burger au bœuf et son pain à l’encre. Vos sens seront mis en éveil !

Le côté intimiste de ce restaurant est d’autant plus agréable qu’il est possible de le privatiser. Pour les gros groupes, jusqu’à 50 personnes, un buffet vous sera servi, fusion entre tapas et cocktail dinatoire. Si vous êtes en comité plus réduit, de 25 personnes par exemple, et souhaitez être assis ; vous bénéficierez sur rendez-vous d’un menu personnalisé créé par Sébastien en tenant compte de vos envies. Ici, beaucoup d’habitués viennent pour la bonne ambiance et ça se comprend ! Nombreux sont ceux qui viennent seulement prendre un apéro entre amis et se contentent d’une planche de tapas fait-maison à partager qui régale leurs papilles. Alors pourquoi pas vous ?

Share
Labélisée «Table Du Gers», c’est une cuisine de terroir gourmande que propose la maison. Des plats incontournables sublimés, et des classiques revisités: tel est l’enjeu des créations du «Canard Gourmand». Ce sont des assiettes aux couleurs locales que la maison propose.
En étroite collaboration 
avec des producteurs gersois, l’entreprise familiale met le canard à l’honneur. « Nous nous fournissons à « La ferme Du Puntoun» à Mirande. A 5h du matin, les animaux sont en train de courir en plein air, et à midi nous sommes en train de les cuisiner. Nous travaillons des produits ultra frais », développe Alexandre Mouton, gérant de l’enseigne. Une exigence dans le produit qui se retrouve aussi dans le choix des légumes bio venus tout droit de Samatan.
Pour le réveillon du 31, la dégustation est de mise, avec des recettes terre et mer. De la «Discussion Autour De La Saint Jacques» en mise en bouche, au «Pavé De Sandre Gratinée Au Champagne», en passant par le «Casi De Veau Grillé Sauce Rossini»… une ribambelle de 6 plats d’excellence pour un réveillon inoubliable.
Et pour ceux qui voudraient prolonger les festivités, l’hôtel logis propose ses chambres avec accès au spa. Tout au long de l’année, profitez de trois formules pour une vraie parenthèse cocooning. « La Romantique», avec son menu au choix, sa bouteille de Champagne et son bouquet de fleurs. «La Gourmande », avec son menu spécial, et son accord mets et vins. Et « La Parenthèse Du Marché», avec sa sélection tout canard. Alors, passez le seuil de la maison bleue, pour entrer dans une demeure de charme, haute en couleur et en saveurs, où règnent la chaleur et la convivialité du cœur gascon.
Share

La célèbre chaîne hôtelière Française à ouvert ses portes le 31 octobre en lieu et place du feu Cinéma des Nouveautés, boulevard Carnot. Ce restaurant avec un hôtel au dessus rejoint la liste des Mama Shelter présents à Paris, Los Angeles ou encore Prague.

Mama Shelter signifie littéralement « abri mère », c’est-à-dire le lieu premier de sécurité et de réconfort que chaque Être humain a forcément connu. Ce concept de bien être et de protection profonde dicte chacun des choix de conception et de fonctionnement de l’établissement.  Au dessus de la discrète enseigne en néon, un immense drapeau blanc, signe international de paix, habille la façade. Il n’y a aucune place pour les conflits en ces lieux : on s’y sent bien, chez soi, que l’on soit client ou employé. C’est d’ailleurs avec un sourire sincère que chaque membre du personnel nous salue. Commande prise, nous nous attardons sur le décor dans lequel on ne trouve aucune publicité ou marque. Des écrans diffusant un épisode de Woody Woodpecker, la voix de Bill Withers et le confortable canapé finissent définitivement par nous couper de l’extérieur. La quiétude de l’établissement nous enveloppe comme un ours en peluche géant nous ferrait un câlin. Même ambiance lorsque l’on découvre le cinéma de 42 place au sous sol ou l’une des 120 chambres de l’hôtel.

Coté restaurant, la carte est élaborée avec la complicité de Guy Savoy. Difficile de faire mieux. Volontairement ni tapas ni de cassoulet au menu car « il y a déjà assez de restaurants qui font ça au centre ville » nous confie Philippe Gawron, manager général. La cuisine est simple, locale et réalisée en collaboration avec des artisans locaux comme le boulanger du coin ou encore le charcutier du marché Victor Hugo. Les livraisons quotidiennes assurent une fraîcheur irréprochable. Pour les beaux jours, un roof-top de 140 places sera opérationnel en mars. En attendant, vous disposez déjà d’une terrasse avec un terrain de pétanque et de basket.

Une Djette résidente assure la programmation tandis que les brunch dominicaux se dérouleront au son live d’artistes jazz ou funk. Des DJ invités se produiront également lors de soirées.

Dans chaque élément du Mama Shelter, on sent un souci du détail et une volonté de se démarquer avec une certaine forme d’élégance. Le baby foot n’est pas un classique 2 contre 2 mais un 6 contre 6, les informations du jour sont rédigées à même le miroir de l’ascenseur à la manière d’un mémo et l’huile d’olive présente sur les tables provient d’une oliveraie appartenant à un certain Mick Jagger…Un boutique à l’entrée permet de ramener un petit morceau de cet abri chez soi.

Définitivement, Mama Shelter n’usurpe pas son nom. Feutré sans être plan-plan, cosy mais pas ringard, familier sans devenir invasif, l’établissement permet de laisser ses soucis à l’extérieur pour passer un moment serein, coupé du monde.

Share