Tag

sécurité

Browsing

Lorsque vous faites construire votre maison, vous êtes protégé par cette assurance qui couvre les défauts pendant 2 ans.

C’est l’une des grandes avancées portées par la série de réglementations que les pouvoirs publics ont rédigés depuis plusieurs décennies : la garantie biennale protègent les consommateurs contre certains défauts qui pourraient survenir après la construction de leur maison. Elle doit être obligatoirement souscrite par le constructeur, au profit de l’acquéreur ou du maître d’ouvrage. Cette garantie vous permet donc d’être couvert pendant 2 ans maximum à compter de la réception de l’ouvrage en cas de défauts constatés sur la construction, à condition qu’il s’agisse de défauts dissociables de la construction. Sont donc concernés le dysfonctionnement ou les vices cachés qui ne concernent pas la structure même de la construction, par exemple les radiateurs, les équipements de la cuisine, les portes intérieures, les faux plafonds, les revêtements muraux, la robinetterie ou la chaudière. Ces éléments ne doivent pas faire corps avec les fondations ou les ossatures.

Notez que les éléments inertes tels que peintures, moquettes, parquets sont même garantis jusqu’à 5 ans. Pour mettre en oeuvre la garantie biennale, vous devez mettre en demeure par lettre recommandée le constructeur de réparer ou remplacer l’élément défectueux.

 

Share

« J’ai souhaité organiser cette journée pour mettre en lumière un secteur qui d’ordinaire intervient plutôt dans l’ombre mais dont il est nécessaire de connaître les rouages pour favoriser une action commune et cohérente »,
C’est par ces mots que Karine Traval-Michelet, Maire de Colomiers et Vice-Présidente de Toulouse Métropole, a entamé cette journée de visite menée mardi 13 novembre auprès de ceux qui font la prévention au quotidien.  En effet, bien que la répartition des forces de police de la division ouest ait été remaniée il y a quelques mois (voir notre article sur le sujet en cliquant juste ici), Mme le Maire martèle que « toute notre action repose sur la conviction que la prévention est la première réponse à apporter aux problèmes de délinquance ». Mieux vaut prévenir que guérir. 

L’objectif de cette journée était double :
·       Informer de l’action municipale dans le cadre du Contrat Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD)
·       Rencontrer et valoriser les acteurs du territoire en matière de prévention.
Pour ce faire, différents acteurs de la prévention locale ont reçu la visite de la délégation municipale.  Il a été souligné l’implication de tous les partenaires, qui ont su créer avec la Mairie un véritable réseau complémentaire de professionnels. « Ce travail partenarial s’articule notamment au sein du Conseil local de sécurité et prévention de la délinquance (CLSPD) et du Contrat local de santé (CLS). » déclare Mme Traval-Michelet.

En matière de prévention, la Ville de Colomiers mène également différentes actions sur le terrain : mise en place des CLAC (Centre de Loisirs Associé au Collège) dans les quatre collèges publics de la commune et du Programme de Réussite Éducative (PRE), rôle de proximité des maisons citoyennes, animation d’un groupe de travail sur la santé mentale dans le cadre du Contrat Local de Santé, rencontres hebdomadaires avec la Police Nationale, réunions mensuelles relatives aux troubles de voisinage, procédures de rappel à l’ordre, travaux d’intérêt général, organisation des tables rondes de la laïcité pour les élèves de 3e et des rencontres « Ensemble contre la radicalisation », mise à disposition de locaux pour la tenue des permanences du Savim (Service d’aide aux victimes), du Centre d’information pour le droit des femmes et d’un conciliateur de justice.

Plus largement, l’ensemble de ces actions s’inscrivent dans le cadre du schéma de tranquillité publique. Ce plan a notamment entraîné la création d’une unité de Police municipale, l’installation de caméras de vidéo-protection, la consolidation des équipes d’agents de médiation et de tranquillité publique.

Entre prévention et action, la ville de Colomiers s’attache à faire de la sécurité et de la tranquillité publique des sujets traités avec anticipation, rigueur et méthode. 

 

Share

Nouveau directeur départemental de la sécurité publique depuis le 5 mars 2018, Nelson Bouard nous a donné rendez-vous en partenariat avec la ville de Colomiers pour nous présenter le travail de remaniement effectué pour la division ouest de Toulouse (Colomiers, Blagnac et Tournefeuille).

Une structure dépassée
La proximité géographique de la ville de Colomiers avec la métropole Toulousaine la confronte à de nombreuses problématiques de sécurité. Outre les actes de délinquance qui lui sont propres, elle doit composer avec les résurgences de sa grande sœur. Le constat met également en avant des difficultés structurelles avec notamment un cloisonnement des services et une charge administrative trop forte sur des agents initialement voués au terrain. Autant dire que Mr Bouard avait fort à faire.

Remise à plat
L’objectif du travail effectué était de retrouver un potentiel opérationnel fort. Axe majeur, le décloisonnement des services permet de gommer les problèmes de coordination et de gagner en échange d’information. Certaines unités trop petites se voient alors fusionnées à l’heure où j’écris ces lignes.

Trois niveaux
La réorganisation voulue par le DDSP va plus loin avec une structure à trois niveaux selon le degrés des affaires à traiter :
– une unité judiciaire de premier niveau (en charge des plaintes les plus communes)
– une unité judiciaire commune à la division ouest en charge des affaires plus lourdes
– le service départemental avec ses unités spécialisées.
Cette répartition des moyens va retirer une forte charge de police judiciaire aux agents de terrain et ainsi les rendre plus disponibles. La gestion s’en trouve également largement simplifiée.

Comme un aimant
L’autre problématique de l’organisation des forces de police nationale sur l’ouest est le magnétisme de la ville rose. La limite entre les deux étant de plus en plus floue, géographiquement parlant mais également au niveau des affaires (certains délinquants officient sur Toulouse mais vivent sur notre commune), Mr Bouard veut recentrer les équipes sur leur zone d’action primaire. Bien entendu il ne s’agit pas de verrouiller les frontières mais de rendre aux agents leur territoire qu’ils connaissent mieux que personne et auquel ils sont attachés.

“Main dans la main, organisés, ensemble”
Cette restructuration a nécessité un gros travail de la part des services de sécurité, conduits en bonne intelligence avec les communes de la division ouest. J’en veux pour preuve le partage des fichiers de vidéosurveillance entre la police municipale et nationale. Ces actes répondent également à une demande forte de la part de la population locale qui a été parfaitement entendue.

Le seul jour paisible, c’était hier.
La conséquence première de cette réorganisation est la décharge des actes administratifs pesant sur les agents et leur remise en disponibilité pour le terrain. Les estimations sont ahurissantes : on attend un doublement des patrouilles de jour et un triplement de celles de nuit ! Ce signe fort exprime clairement la détermination des services de sécurité mais également la volonté de préparer l’avenir et de ne pas répondre que dans l’urgence aux actes malveillants..

À l’écoute
Le chef de la police nous a également informé de la création d’un poste de délégué cohésion police population. Ayant le rôle de chargé de communication, il saura informer et répondre aux questions de la population concernant les actions de police sur la division ouest.
Écoute toujours avec l’institution d’une correspondance à temps plein pour les établissements scolaires. Un agent unique fera le lien entre ces derniers et la police nationale, garantissant un service de qualité là où les affaires nécessitent beaucoup de tact et de confiance.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce nouveau DDSP ne fait pas dans l’immobilisme. À travers cet ensemble de travaux, il prouve à la fois son écoute des doléances de la population mais également celles de ses agents. En les libérant de cette charge administrative et en les recentrant sur leur territoire, il leur redonne leur pouvoir de terrain. Avis au gens mal intentionnés…

Share

La « smart home », ou maison intelligente, accompagne vers le mieux vivre. Du plus gadget, au plus high-tech, les objets connectés suscitent un engouement certain pour le grand public.

« Il s’agit d’apporter une assistance à l’usager, pour lui procurer du confort, de la sécurité, ou lui faire gagner du temps », présente Philippe Bonzi, responsable du service formation à domicile chez Boulanger. Parmi les derniers arrivés, la très attendue Alexa de chez Amazon, qui permet le contrôle des objets par la voix. « Ce type de produit, peut aussi être très utile pour des personnes âgées ou à mobilité réduite. C’est une assistance vocale qui ne nécessite pas de décrocher un appareil en cas de besoin », explique Philippe Bonzi.

L’ électroménager destiné à nous faciliter la vie ne manque pas : frigos connectés qui proposent des recettes et qui préviennent des aliments qu’il faut racheter, cafetières indiquant le nombre de capsules restantes, alarmes  connectées… Et pour les non-initiés qui se sentiraient dépassés, Boulanger propose un service d’accompagnement pour personnaliser le produit à son usage, et apprendre à dompter ces petits robots du quotidien.

Share

Les travaux attendus depuis de nombreuses années par la Municipalité, les habitant·e·s de Colomiers et les usagers de la RN 124, vont enfin être lancés. En effet la validation du projet avec le Plan Local d’Urbanisme de Toulouse sur la commune de Colomiers a été approuvée ce lundi 9 avril en Conseil municipal. Un premier calendrier de travaux vient d’être édité.

Phase 1 : octobre 2018 – janvier 2019
* Construction de la voie de «shunt » avec :
– sortie actuelle n°6 jusqu’au giratoire Terre maintenue et allongée
– suppression de la bande d’arrêt d’urgence de la RN 124 au droit de la sortie
– neutralisation de la file de circulation côté droit du boulevard Victor – Hugo entre les giratoires Terre et Galilée.

* Construction de la piste cyclable à double sens sur le boulevard Victor – Hugo
– neutralisation de la file de circulation côté droit du boulevard Victor – Hugo entre les giratoires Terre et Galilée.

Phase 2 : janvier / février 2019
* Réalisation des travaux de finition de la voie de shunt (raccordement sur la RN124, mise en œuvre de la couche de

roulement, …) avec:
– sortie actuelle n°6 jusqu’au giratoire Terre maintenue, dans une configuration courte
– neutralisation de la bande d’arrêt d’urgence de la RN 124 au droit du chantier.

* Réalisation du refuge piéton – cycle au niveau de l’amorce de l’impasse du Loudet avec neutralisation des accès depuis le giratoire Terre.

Phase 3 : février / mars2019
* Travaux sur la bretelle de sortie connectée au giratoire Terre (création de la seconde file

de stockage) avec circulation en sortie de la RN124 uniquement sur la voie de shunt.

Travaux de finition en avril 2019 pour mise en service mai 2019 .

Mme Karine Traval -Michelet , Maire de Colomiers et Vice – Présidente de Toulouse Métropole, se félicite de cette décision « Le réaménagement de cette entrée de la RN 124 était un véritable enjeu de sécurité, ce que nous avions révélé depuis l’ouverture de la zone en 2004. Cette réalisation permettra en outre, un meilleur fonctionnement de la zone commerciale par le nouveau confort de circulation qu’elle offrira à tous les usagers. C’est une excellente nouvelle. »

Share

Envie d’une activité physique qui change et que vous pouvez exercer en toute saison ? L’escalade est le sport qu’il vous faut, praticable par tous les temps ; dedans ou dehors. Le plaisir restera le même. Depuis 15 ans maintenant, Altissimo a ouvert ses portes avec 2 salles sur Toulouse et ce n’est pas fini car la 3ème arrive bientôt. Cette récente structure vous propose d’exercer ce sport que vous soyez déjà confirmé ou simple débutant, cet endroit est fait pour vous !

 

Altissimo c’est 104 voies à corde de différents niveaux classés par ordre de difficulté (3 a,b,c jusqu’à 9 a,b,c) avec des parcours allant jusqu’à 13 mètres de haut, ainsi que 63 circuits aux blocs ; autant de couloirs proposés pour que vous puissiez montrer tous vos talents.

 

Bastien et Maxime, les deux professeurs expérimentés de la salle de St Martin du Touch seront ravis de vous accueillir et de vous transmettre leur passion. La salle vous propose des cours d’en moyenne 1h, notamment sur la sécurité pour 38 euros par personne. Dès lors, l’accès libre en autonomie est au prix de 14 euros, vous pourrez alors vous entraîner comme bon vous semble. Pour ceux qui n’ont pas encore leurs équipements ( baudrier, chaussures, équipement de sécurité) un supplément de 5 euros vous sera demandés. Pour les autres, l’enseigne détient un Altishop qui vous propose toute sorte d’équipements afin de devenir un vrai grimpeur.

 

Ce sport, praticable dès l’âge de 5 ans, s’expérimente dans la bonne ambiance et la convivialités. Endroit incontournable pour les fans de sensations fortes, l’escalade n’existe que depuis 25 ans en salle et permet de « s’entraîner l’hiver en intérieur avant d’aller en extérieur quand la bonne saison et le beau temps sont de retour » explique Maxime.

 

Rassurez-vous même si vous êtes seul, avec le groupe Facebook Altissimo Saint-Martin, vous pourrez trouver un coéquipier sans soucis et profiter en toute sécurité. Pour cela, il vous suffit de poster un message indiquant le jour où vous souhaitez vous y rendre et la communauté vous répondra.

 

P.S. : Petit conseil de la rédaction pour devenir un expert, il faut pousser sur les jambes et se stabiliser avec les bras !


Altissimo Toulouse Saint-Martin
5 rue Jean Rodier
31400 Toulouse
Tel: 05 61 31 02 02
www.altissimo-escalade.com
Fb: Altissimo Toulouse Saint-Martin

Share

Le nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles entrera en application le 25 mai 2018. L’adoption de ce texte doit permettre à l’Europe de s’adapter aux nouvelles réalités du numérique, notamment en matière de sécurité de données.
Avec 20 ans d’expertise dans le domaine, XEFI n’a pas attendu cette loi pour faire de la sécurisation des données un de ses services clef.
Proposant des solutions de stockage en ligne hébergées dans un centre Français (basé aux portes de Lyon plus exactement), ils vous mettent à l’abri de la revente de fichiers clients, comme certains services gratuits proposent (il ne faut pas perdre de vue que lorsque c’est gratuit, c’est que le consommateur est lui-même le produit…). Confier ses données à XEFI, c’est l’assurance de ne pas recevoir d’offres incessantes pour s’abonner à je ne sais quel fournisseur internet où autre produit dont vous n’avez cure.

Plus encore, c’est la garantie de se mettre à l’abri des cyberattaques. La vidéo en lien sous l’article est réalisée par Hewlett-Packard Company (partenaire de XEFI) et démontre en quelques minutes la vulnérabilité des services informatiques à partir… d’une simple imprimante !

https://www.youtube.com/watch?v=qxut2kzTwrE

Pas rassurant n’est-ce pas ? On vous laisse leurs coordonnées, appelez-les de notre part 😉

 

XEFI Toulouse Ouest
4 allée de catchère 31770 COLOMIERS
toulouse-ouest@xefi.fr
05 82 95 61 80

 

Share

En application d’une Directive Européenne, le contrôle technique automobile va évoluer à compter du 20 mai 2018 avec l’objectif de renforcer la sécurité. Nos voitures vont elles être bonnes à jeter plus tôt ? Absolument pas. Rencontre avec Anaïs et Fred, gestionnaires des centres de contrôle technique automobile sur Colomiers et Toulouse.

Mythe et réalité

Maladroitement relayé au niveau national, cette réforme est en réalité bien moins contraignante qu’il n’y paraît. En effet, le nombre de points de contrôle passe de 123 aujourd’hui à 132. Pas de quoi s’affoler sur ce plan, d’autant plus que la technologie de nos véhicules à fortement évolué sur ces 20 dernières années. Il est donc normal de faire évoluer les points à vérifier…
Seconde crainte soulevée par l’annonce de cette réforme, la notion d’immobilisation. Malgré ce qui a pu être entendu, si le véhicule ne passe pas le contrôle il ne sera pas immobilisé sur place. Vous avez jusqu’à la fin de la journée du contrôle pour déposer le véhicule dans un garage où pour rentrer chez vous. Promis personne n’aura à dormir sur le banc de test.

Comment être sûr de réussir à l’examen?

Un peu comme pour les études, le secret c’est le travail de fond. Nos experts recommandent un entretien régulier de votre véhicule tout au long de l’année. Ainsi, le contrôle devient une simple formalité, d’autant plus si vous optez pour les centres de la société Contrôle Technique Automobile Midi Pyrénées. Proposant une proximité hors pair avec 11 centres sur Toulouse et alentours, vous avez l’assurance d’une prise de rendez-vous rapide notamment à Colomiers où 4 contrôleurs travaillent sur le site.

Pour résumer

Plus de peur que de mal donc, cette réforme étant en fait un alignement sur les bons élèves européens en la matière, notamment l’Allemagne. Il faut par contre s’attendre à une vague d’affluence dans les centres de contrôle. Souvenez-vous que vous n’avez pas à attendre la date de fin de validité de votre contrôle pour le repasser si vous voulez une dernière fois présenter votre véhicule à l’ancienne forme d’examen. Anticipation et régularité d’entretien sont les maîtres mots pour que cette épreuve se passe en douceur.

A Colomiers : 20 Allée du Catchère
05 34 36 00 22

http://www.ctamp.fr

Share

Si le port du casque à vélo sur la route n’est pas obligatoire pour les adultes, il l’est pour les enfants de moins de 12 ans depuis le 22 mars 2017, et ce qu’ils soient conducteurs ou passagers.
Cette mesure, qui fait suite à un décret publié au journal officiel le 22 décembre 2016, fait écho à un rapport prescrit en octobre 2015 par le Comité interministériel de la sécurité routière dans lequel 26 suggestions pour améliorer la sécurité routière étaient émises.

En cas de non respect de cette nouvelle obligation, l’adulte qui transporte ou qui encadre des jeunes cyclistes non protégés par un casque homologué aux normes françaises (NF) risque une amande forfaitaire de 4ème classe, soit 135 €.

Share

tranquillite-publique-velo
Sous un même nom, il y a deux corps de métiers différents. Mais 1 Français sur 3 ne connaît pas exactement les différences. Police Municipale VS Police Nationale : ni les mêmes pouvoirs, ni la même compétence !

La Police Municipale a avant tout une action de prévention et de rapprochement de la population, en représentant la mairie et la ville à laquelle elle est rattachée. La Police Municipale n’a donc de pouvoir qu’à l’intérieur de sa commune de rattachement… Elle est en quelque sorte, l’agent de sécurité personnel et assermenté de la ville !

La Police Nationale quant à elle, a une fonction essentiellement répressive. Elle intervient surtout sur des appels de particuliers et les rondes de surveillance qu’elle effectue servent avant tout à se rapprocher des lieux dans lesquels elle peut avoir à intervenir. Elle est amenée le plus souvent, à effectuer des enquêtes criminelles et des interpellations.

 

Le saviez-vous ?
Depuis octobre 2015, une brigade anti criminalité (BAC) est déployée ponctuellement à Colomiers en renfort des effectifs du commissariat face aux recrudescences des cambriolages. Son rôle ? Le maintien de l’ordre public et particulièrement dans les quartiers sensibles. En cas de nécessité, la BAC est même habilitée à remplacer un groupe d’intervention tel que le RAID ou le GIPN. A terme la municipalité souhaiterait qu’une brigade soit dédiée à la ville.

 

D’autres outils au service des agents municipaux ? La vidéo-protection !
L’idée : avoir un œil sur nous ou tout le monde à l’œil ?

Selon le ministère de l’Intérieur, le taux d’élucidation des crimes et délits commis sur la voie publique est multiplié par 2 voire 3 dans les villes vidéo-protégées. Bien évidemment, il s’agit plus ici de solutionner les problèmes de délinquance et d’incivilité qu’autre chose. N’oubliez pas non plus, que parmi les finalités recherchées de ce dispositif « Big Brothers », il y a là, avant tout, une volonté de prévenir et dissuader un acte délictueux.

Ainsi la vidéo-protection (vidéo-surveillance) sera donc déployée en ville. Pour 2017, comptez d’abord entre 15 et 20 caméras supplémentaires au centre-ville, notamment au Plein-Centre, pour sécuriser avant tout les commerces puis les bâtiments publics.
D’autres secteurs tel que le Lycée International Victor Hugo, le quartier du Seycheron à proximité de la gare ou encore la zone du Perget, bénéficieront, eux aussi, de ce déploiement.

Ces nouvelles caméras viendront s’ajouter à celles déjà existantes à la gare et aux systèmes de vidéo-protection des grandes enseignes. L’ensemble des données de ce réseau sera alors centralisé par le nouveau pôle de supervision et de régulation urbain (CSU) qui sera aménagé dans des locaux situés à l’arrière de l’Hôtel de ville. Ces dispositifs serviront aussi bien aux policiers municipaux dans le cadre de leurs fonctions qu’aux services de l’Etat (Police Nationale). Un atout supplémentaire pour sécuriser chacun de vos déplacements en ville.

 

Le saviez-vous?
La ville a déjà mis en place une vidéo-surveillance des zones de baignade de l’Espace Nautique Jean Vauchère et du CCAS. Quant aux caméras installées dans l’ensemble des parkings couverts et gratuits de la ville, elles sont pilotées par Toulouse Métropole.

Share