Tag

Start-up

Browsing

C’est lors de la journée dédiée à l’innovation organisée par la municipalité de Colomiers que nous avons découvert le Bizlab d’Airbus. Établi dans un bâtiment derrière le Delivery Center Airbus, ce Bizlab a pour vocation d’accélérer le développement des start-ups qu’il héberge. Venues du monde entier, elles se voient, après sélection, accorder une aide de 50 000€ pour 6 mois de travail.
L’originalité de cette structure est qu’elle est ouverte à tout porteur de projet, qu’il soit déjà employé chez Airbus ou non, bien qu’au final, 42 des start-up hébergées signent une collaboration avec Airbus au terme de cette phase. L’intérêt pour le constructeur aéronautique est évident. De par son dynamisme et son fonctionnement, cette formule attire les idées les plus innovantes. Du coup, les sujets des porteurs de projets sont extrêmement vastes : drones, applications, matériaux, tout y passe dans cet établissement aux pièces éclectiques. Les bureaux reflètent parfaitement les recherches en cours. Le décor change dès que l’on fait quelques pas, allant de la collection d’objets imprimés en 3D à l’alignement parfait de MacBook dernier cri pour finir sur un atelier digne de Géo Trouvetout. Le seul point commun de ces passionnés studieux est la recherche de résultat dans leurs travaux. La technologie de demain se trouve peut être dans l’une d’entre elles…

Bruno Gutierres, directeur du Bizlab est loin du chef rigide et froid. Souriant, connaissant chaque personne qui travaille dans les locaux, il se place plus comme un capitaine que comme un directeur enfermé dans un vaste bureau. Résultat, tout le monde se sent bien et travaille avec envie. Comme quoi le management basé sur le bien être du salarié se montre productif…

Share

 

On a tous vécu ce moment où le seul moyen de paiement que l’on a sur nous est la carte ; tandis qu’en face de nous, le commerçant ne dispose pas de lecteur. Dilemme alors qu’aujourd’hui, la carte bancaire est le moyen de paiement préféré des français. Lorsque l’on se penche de plus près sur la question, on se rend pourtant compte que près de 2 entreprises sur 3 sont dans ce cas et ne possède pas de terminaux.

Pourquoi autant d’entreprise n’en possèdent-elles pas ? Frais bancaires élevés, abonnement coûteux et dépendance à une banque par un contrat sont les raisons principales de ce manque à gagner, notamment pour les TPE (très petites entreprises) qui n’ont pas les fonds nécessaires.

C’est pour palier ce manque, très pénalisant pour le chiffre d’affaires des petits commerces, que la start-up française Smile and Pay* a vu le jour en 2014. Cette jeune entreprise propose via son site www.smileandpay.com de recevoir sous 48h un boitier d’encaissement, que l’on peut ensuite relier à un smartphone via bluetooth.

Une offre sans engagement ni frais caché et dont Smile and Pay ne prélève qu’une faible commission de 1,2 à 2% HT en fonction du volume de transaction réalisé. En d’autres mots, si pendant une période il n’y a pas d’encaissement par carte bancaire, alors il n’y a pas de commission prélevé par Smile and Pay* !

Un système innovant qui permet aux entreprises saisonnières, aux start-up et aux commerces n’ayant que peu d’encaissement par CB de ne perdre aucun client, mais aussi de subir moins de vol et d’impayés. Il ne vous reste plus qu’à sourire et payer* !

Share