Tag

transports

Browsing

La 3e ligne de Métro sera donc réalisée en souterrain à Colomiers. C’est en conseil syndical du SMTC-Tisséo – Syndicat mixte des transports en commun de l’agglomération toulousaine – que le 5 juillet dernier, Mme Karine Traval-Michelet, Maire de Colomiers et Vice-Présidente de Toulouse Métropole, a voté favorablement pour le programme de la 3e ligne de Métro, la TAE.

Une section en souterrain devrait même relier en plus les stations “Airbus Colomiers” et “Gare centre” de la ville où il y aurait une station souterraine de la Gare centre. La dimension multimodale sera ainsi amplifiée et, est agrémentée d’un parking de rabattement (P+R) à la hauteur des besoins ! Ceci n’est qu’une première étape, il va s’en suivre tout un processus de mise en œuvre avec une enquête publique qui devra confirmer les éléments approuvés ce jour-là. En attendant la ligne L2 linéo, rentrée en fonction le 29 aout 2016, a vu son trafic augmenter de 25%… Nous vous rappelons que la ville a mis en place le Pass mobilité, une aide financière pour tous les columérins : pass mobilité séniors, jeunes, familles ou encore salariés, etc… Ces aides viennent en complément des gratuités et tarifs réduits déjà proposés par Tisséo.

Renseignements : Mairie de Colomiers, 05 61 15 22 22

Share

 

Airbus a choisi le salon automobile de Genève pour présenter ce concept révolutionnaire… de voiture volante !

Digne d’un vaisseau de film de science-fiction, la Pop.Up est conçue à partir d’une capsule qui peut contenir deux passagers. « Ce cocon monocoque en fibre de carbone mesure 2,6 mètres de long, 1,4 mètre de haut et 1,5 mètre de large », détaille Airbus. Cette capsule est liée à un premier module terrestre avec des roues et à un second module aérien propulsé par huit rotors contrarotatifs. L’engin se transforme donc soit en voiture de ville électrique classique, soit en une sorte de drone. Pour circuler, le passager entre sa destination dans un système de plateforme intelligente qui lui propose différents trajets possibles, afin de se déplacer au plus vite d’un point A à un point B.

Pas besoin donc d’être pilote de ligne pour conduire l’engin. « L’utilisateur peut rester dans la même capsule pendant toute la durée du voyage, sans se soucier du passage entre différents modes de transport », explique Airbus. Et quand le pilote est arrivé à destination, « les modules aérien et terrestre retournent de manière autonome avec la capsule aux stations de recharge dédiées pour attendre les prochains clients ». Airbus, qui investit chaque année 3 milliards d’euros par an en recherche et développement, estime que cette voiture volante pourrait être commercialisée d’ici 7 à 10 ans. A bientôt… en Pop.Up !

Share