Tag

travaux

Browsing

Le weekend des 2 et 3 février 2019, les intempéries touchant la commune de Colomiers ont provoqué une panne électrique dans les locaux de l’ancienne école Paul Bert. Cette dernière accueille une crèche ainsi que les élèves et le personnel de l’école élémentaire Lamartine, actuellement en travaux.

Sous la conduite de Mme Cathy Clouscard – Martinato,  adjointe à Mme le Maire déléguée à l’éducation, les services municipaux mettent tout en œuvre pour proposer des solutions d’accueil optimales pour les enfants et le personnel et pour réparer cette panne dans les meilleurs délais. Ainsi, depuis le début de la semaine , les enfants de la crèche dont les parents n’ont pas de solution de gardes sont accueillis dans les autres structures de Colomiers (crèches collectives municipales et relais des assistants maternels). Un décompte sera appliqué sur la facture des parents pouvant garder les enfants à la maison.

Suite à la demande de l’Éducation nationale, les élèves et le personnel de l’école Lamartine sont restés dans les locaux de l’école Paul Bert lundi, mardi et mercredi. Cependant, la réparation nécessite encore un à deux jours supplémentaires d’intervention par les services techniques de la Ville et l’entreprise Ineo : les services de l’Éducation nationale, en la personne de Mme Lacourthiade, inspectrice, ont donc finalement accepté la proposition de la Ville d’un transfert vers le centre de loisirs du Cabirol, les jeudi 7 et vendredi 8 février 2019. En effet, le centre de loisirs du Cabirol dispose des installations permettant d’accueillir l’ensemble des classes , tout en assurant les services habituels comme la restauration. En complément, un service de bus a été mis en place par la Mairie entre l’école Paul- Bert et le Centre de Loisirs du Cabirol, afin d’assurer le transport des écoliers.

Tout devrait être remis en ordre pour la semaine à venir.

Share

Dès le mardi 5 février au matin, les travaux sur l’échangeur du Perget (sortie 6) vont basculer dans une nouvelle phase et nécessiteront la neutralisation de la bande d’arrêt d’urgence de la RN124. Les véhicules qui utilisent la sortie 6 ne pourront plus circuler sur la bande d’arrêt d’urgence et risquent de devoir s’arrêter sur la file de circulation de droite de la RN124, en cas de retenue. Il est cependant prévu qu’elle reste ouverte pendant toute la durée des travaux.
Au regard des difficultés de circulation annoncées, il sera de bon ton d’utiliser un autre parcours.
Pour éviter cette zone à problèmes, nous vous proposons avec le concours de Toulouse Métropole,
3 « itinéraires conseillés » (jalonnés par des panneaux), qui resteront en place jusqu’à fin mai 2019 :

– un itinéraire conseillé pour les véhicules légers pour aller dans la zone commerciale Perget ou Lycée International, en venant de Toulouse, empruntant la sortie n°5  de la RN124 à Colomiers

– un itinéraire conseillé pour aller à En Jacca depuis Toulouse, empruntant la sortie n°7 de la RN124, située à Pibrac

– un itinéraire conseillé pour aller à La Salvetat Saint-Gilles depuis Toulouse : sortie n°8 de la RN124, située à La Salvetat Saint-Gilles.

Le panneau à messagerie variable situé sur la RN124, à la limite entre Toulouse et Colomiers, préviendra les automobilistes de suivre les itinéraires conseillés.

Fin des travaux pour mai 2019.

 

Share

Victime de son succès depuis quelques années, la sortie numéro 6 de la RN124 donnant sur le Perget est en travaux depuis le 22 octobre dernier. L’objectif est la création d’un shunt, c’est-à-dire une bretelle qui donnera directement sur la zone en court-circuitant le rond-point jusqu’alors saturé.

Avec une livraison prévue pour mai 2019, ce sont 7 mois de travaux qui s’annoncent.

Actuellement, la première sortie du rond point voit sa double voie restreinte à une seule. Même constat de l’autre côté de la route avec la création d’une piste cyclable qui divise les capacités de circulation par deux. Les bouchons pour rentrer mais également pour sortir de la zone sont donc monnaie courante. Avec le schéma ci-dessous, Diagonale propose un chemin alternatif qui permet un accès théoriquement moins saturé. C’est celui que nous utilisons chaque jour et jusqu’à présent les résultats s’avèrent positifs. Du coup on partage ça avec vous 😉

Share

 

 

 

 

L’ouverture de l’ensemble de la zone commerciale du Perget prévoyait dès 2004 l’aménagement  de l’échangeur n°6 de la RN 124. La nécessité d’un shunt sur l’entrée était dès le départ identifiée pour fluidifier le trafic. Sans cette adaptation, de nombreuses remontées de files d’attentes se forment directement sur la voie rapide à toute heure de la journée. Des aménagements qui assureront donc davantage de sécurisation et offriront un plus grand confort aux automobilistes. Les travaux consistent à la création d’une nouvelle voie permettant de contourner le giratoire Terre, et à l’allongement de la sortie existante.

Très attendus par les usagers, ces derniers prendront fin en mai 2019, et leur coût s’élève à trois millions d’euros. Des aménagements qui permettraient ainsi de délester la sortie du Perget de 45% de véhicules. Une petite frayeur toute fois lors du Conseil Municipal de septembre dernier. En effet, des sondages archéologiques, réalisés au printemps 2018 sous l’égide de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC), avaient mis au jour une quinzaine de silex datant du paléolithique. Toulouse Métropole a engagé des études complémentaires qui ont permis d’aboutir à une solution technique (rehaussement du niveau altimétrique de la future voie d’accès), pour que les travaux soient engagés sans impacter ces vestiges en sous-sol et que leur préservation soit durablement garantie. Des travaux qui ont donc pu démarrer ce mois d’octobre 2018.

 

Share

Bretelle ô combien problématique, la sortie numéro 6 de la RN124 donnant sur le Perget va enfin connaitre les travaux visant à la rendre plus fluide et surtout sécuritaire.

Fin août 2018, la Direction Régionale des Affaires Culturelles avait prescrit à Toulouse Métropole la réalisation d’une fouille archéologique au niveau des travaux de voirie, suite à la découverte d’une quinzaine de silex datant de la période du paléolithique. Si de telles fouilles avaient été nécessaires, le démarrage du chantier de voirie aurait été décalé d’environ 1 an, soit un démarrage en octobre 2019.
Études complémentaires à l’appui, Toulouse Métropole a pu trouver une solution pour modifier le projet de voirie, évitant la réalisation de cette fouille.  Elle implique d’accentuer les pentes des voiries créées entre leurs 2 points de raccordements (RN124 et boulevard Victor Hugo). La conséquence est le rehaussement de la voie, n’obligeant pas à creuser trop profon
d et ainsi préserver  les vestiges archéologiques en sous-sol.

Les travaux vont donc officiellement commencer lundi 22 octobre par un balisage de soir (panneaux de chantier, marquage jaune au sol, glissières de sécurité) sur la RN124 et le boulevard Victor Hugo.

7 mois de travaux sont à compter, livraison prévue donc pour mai 2019

Share
Visuel du projet de rénovation du Val d’Aran Copyright Agence INterland et Agence COT 

 

Fruit d’une réflexion commune et d’une démarche co-construite, le réaménagement du centre-ville a pour ambition de requalifier la vie des habitants. Faire évoluer les espaces publics vers un confort optimal, et rendre le Val D’Aran plus attractif que jamais : tel est l’enjeu de ce projet urbain.

La concertation au service des citoyens

Actifs, habitants, usagers, et citoyens du secteur, ont participé conjointement à ce projet de rénovation du Val D’Aran. Des attentes fortes qui se traduisent par un vrai travail autour de la valorisation des espaces publics. Eclairages, mobilier urbain, mais aussi végétalisation… autant d’aménagements nécessaires au nouveau visage de la zone. Une zone qui se voudra intergénérationnelle mais aussi vivier d’animations culturelles et festives, et qui complètera la fonction commerçante du centre. Le cadre de vie des habitants sera ainsi revalorisé, et la zone revisitée en un pôle d’activité et d’attractivité fort. C’est Ainsi que la place du Val D’Aran se verra rénovée et ouverte, et proposera des aménagements paysagers, sportifs et ludiques. Les citoyens ont aussi insisté sur un souhait de sécurisation, en ce qui concerne les déplacements piétons et les traversées directes du centre-ville.

Les modes doux comme le vélo et les promenades piétonnes sont encouragés par ces concertations, dans une intention commune d’améliorer encore et toujours la qualité d’usages.

Des axes réhabilités

Afin de faciliter les déplacements, les voiries du Val D’Aran seront requalifiées. La rue des Pyrénées sera ainsi prolongée, pour faciliter la circulation et l’accès au groupe scolaire Jules Ferry. Deux carrefours remplaceront les giratoires, pour conférer un caractère plus urbain à l’espace. Dans le cadre d’une offre de stationnement revalorisée, le parking souterrain du Val D’Aran sera remis en service, et pas moins de 550 places verront le jour. La place quant à elle se verra transformée en esplanade jardin, pour rassembler en son sein des fonctions sportives, éducatives, et de loisir. Pour créer un lien entre la Rue du Centre et la place du Val D’Aran, les travaux prévoient la suppression de la passerelle, et la réformation du Boulevard De Gaulle. Autant de transformations qui donneront naissance à un environnement plus agréable, et à une circulation adaptée aux personnes à mobilité réduite notamment.

De nouveaux équipements au service de l’usager

L’arrivée de plusieurs équipements publics notables vont ponctuer ce programme de réorganisation de l’espace. La maison citoyenne sera modernisée et associée à la crèche. Une maison des sports de combat verra le jour, à proximité du groupe scolaire Jules Ferry. Une résidence sénior, proposant une large gamme de logements adaptés et à loyers abordables, sortira de terre. Et un pôle santé regroupant les professionnels du quartier dans des locaux adaptés, viendront valoriser les services médicaux et paramédicaux. Le projet prévoir également une offre de logements diversifiée. Avec le développement de 350 nouveaux logements, la volonté est de proposer des typologies variées pour accueillir de nouveaux habitants, et donner une nouvelle image au quartier.

Parallèlement à ce projet, un programme de réhabilitation ambitieux est prévu ; l’idée étant de préserver la majeure partie de l’habitat. C’est ainsi que, par le biais de cette politique volontariste et ambitieuse, 100% des logements conservés se verront réhabilités. Enfin, une politique de relogement et l’accompagnement des habitants seront un axe essentiel. Dans ce sens, une cellule dédiée sera créée, pour répondre aux interrogations des citoyens et les aider dans leurs démarches de relogement. Altéal, gestionnaire du parc immobilier, prévoit d’ailleurs la co-construction d’une charte de relogements. Cette dernière est établie avec les représentants des locataires, pour assurer un réel accompagnement des habitant, et un travail conjoint entre ces derniers et les différents acteurs du projet.

Le calendrier prévisionnel du Val D’Aran :

Fin 2018 : Signature de la convention ANRU (Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine)

1er semestre 2019 : Elaboration de la Charte relogement

2eme semestre 2019 : Entretiens individuels 1ere phase

Année 2020 : Processus de relogements 1ere phase

2eme semestre 2020 : Entretiens individuels 2eme phase

Année 2021 : Processus de relogements 2eme phase

Share

                                                                            (Image : Préfecture de la Haute Garonne)

Route des plus empruntées de Toulouse (vous pouvez d’ailleurs m’y croiser tous les matins à râler dans les embouteillages), la voie rapide A621, entre l’échangeur des Minimes et l’entrée sur la Voie Lactée va faire peau neuve.

Des travaux dans le sens Toulouse/Blagnac débutent aujourd’hui et se déroulent de nuit du lundi 14 au jeudi 17 inclus ainsi que du mardi 22 au jeudi 24 sans oublier une dernière session le 28 mai. En cas d’intempéries, le travaux pourraient également se dérouler du mardi 29 au mercredi 31 mai. Une déviation sera crée pendant tout ce temps.

À noter que des travaux identiques dans le sens Blagnac/Toulouse cette fois ci sont prévus pour le mois de juin.

Lien :

http://www.haute-garonne.gouv.fr/content/download/26278/180662/file/CP_travaux_enrob%C3%A9s_A621_du_14-05_au_20-06-2018_(09_05_2018).pdf

Share

Les travaux attendus depuis de nombreuses années par la Municipalité, les habitant·e·s de Colomiers et les usagers de la RN 124, vont enfin être lancés. En effet la validation du projet avec le Plan Local d’Urbanisme de Toulouse sur la commune de Colomiers a été approuvée ce lundi 9 avril en Conseil municipal. Un premier calendrier de travaux vient d’être édité.

Phase 1 : octobre 2018 – janvier 2019
* Construction de la voie de «shunt » avec :
– sortie actuelle n°6 jusqu’au giratoire Terre maintenue et allongée
– suppression de la bande d’arrêt d’urgence de la RN 124 au droit de la sortie
– neutralisation de la file de circulation côté droit du boulevard Victor – Hugo entre les giratoires Terre et Galilée.

* Construction de la piste cyclable à double sens sur le boulevard Victor – Hugo
– neutralisation de la file de circulation côté droit du boulevard Victor – Hugo entre les giratoires Terre et Galilée.

Phase 2 : janvier / février 2019
* Réalisation des travaux de finition de la voie de shunt (raccordement sur la RN124, mise en œuvre de la couche de

roulement, …) avec:
– sortie actuelle n°6 jusqu’au giratoire Terre maintenue, dans une configuration courte
– neutralisation de la bande d’arrêt d’urgence de la RN 124 au droit du chantier.

* Réalisation du refuge piéton – cycle au niveau de l’amorce de l’impasse du Loudet avec neutralisation des accès depuis le giratoire Terre.

Phase 3 : février / mars2019
* Travaux sur la bretelle de sortie connectée au giratoire Terre (création de la seconde file

de stockage) avec circulation en sortie de la RN124 uniquement sur la voie de shunt.

Travaux de finition en avril 2019 pour mise en service mai 2019 .

Mme Karine Traval -Michelet , Maire de Colomiers et Vice – Présidente de Toulouse Métropole, se félicite de cette décision « Le réaménagement de cette entrée de la RN 124 était un véritable enjeu de sécurité, ce que nous avions révélé depuis l’ouverture de la zone en 2004. Cette réalisation permettra en outre, un meilleur fonctionnement de la zone commerciale par le nouveau confort de circulation qu’elle offrira à tous les usagers. C’est une excellente nouvelle. »

Share

Parce que la cuisine de nos jours ne sert pas uniquement qu’à cuisiner (et la liste est longue…), elle se retrouve au coeur de vos maisons, et par extension, de vos vies ! Et parce que chacun d’entre vous est différent, et la façonne selon ses besoins, négliger sa conception, sa pose, voire ses options, n’est pas du tout astucieux… Vous devrez bien définir ses dimensions, mais aussi le type et la qualité des aménagements choisis, les
matériaux et finitions pour les façades des meubles, le choix du plan de travail et de la crédence, des accessoires, sans oublier l’équipement en électroménager. À chacun son métier, mais s’improviser expert en la matière pourrait vous valoir quelques déconvenues au final : mauvaises
mesures, décalages, meubles inadaptés, manque d’espace de travail ou à l’inverse de rangement ; bref, la cuisine de vos rêves, que les Français gardent en moyenne de 8 à 12 ans, mérite tout de même de s’y attarder quelques heures pour en discuter !
Sur le secteur, « Cuisine Plus » Colomiers a tout ce qu’il faut pour vous plaire : des équipes de pose performantes, des conseillers experts pour vous aider à créer « astucieusement » votre espace de vie et surtout du choix, beaucoup de choix…

“Montrez-moi votre cuisine, je vous dirai non pas quel cuisinier vous êtes, mais qui vous êtes !”

De nos jours, rien ne semble plus vrai que ce dicton modernisé pour la cause. La cuisine actuelle est à l’image du reste de la maison. Elle ne dépareille plus, s’ouvre sur le salon, devient même la pièce principale pour toutes vos activités…familiales. Cuisine Plus a compris cette importance et propose de créer avec vous cette pièce pour une utilisation sur mesure ! C’est la fin des meubles en kits et aux dimensions imposées. C’est également la fin du montage des meubles entre gens de bonne volonté qui vous offrent un ptit’coup de main.
La cuisine mérite ce qu’il y a de meilleur à offrir. Et, si c’est une question de budget, ici, les tarifs des meubles montés d’usine valent ceux des entreprises qui vous les livrent à assembler… Par ailleurs, face au succès de l’off re de la rentrée, Cuisine Plus prolonge sa promotion…
Jusqu’au 21 octobre prochain, la pose est offerte, profitez-en… Si vous souhaitiez faire des économies sur la main-d’oeuvre,
Cuisine Plus vous les offre ! Cerise sur le gâteau, l’enseigne finance votre projet à un taux à 0 % sur 60 mois, une nouvelle qui risque d’alimenter les
conversations sur de « futures » cuisines !

Cuisine Plus Colomiers
1b rue Antoine Lavoisier, Le Perget
Tél. 05 32 09 02 85
www.cuisine-plus.fr

Share

Où en est le projet pour le réaménagement de l’échangeur du Perget ? Estimé à 2 700 000 € TTC, le Conseil de la Métropole devrait rapidement se prononcer sur la poursuite des études et notamment les acquisitions foncières nécessaires à sa réalisation. Située au niveau de la RN124, aménagée à 2×2 voies, cette sortie permet les échanges entre cette route et la départementale 82 en desservant les zones d’activités du Perget, d’En Jacca et de Pahin.

Jugée dangereuse à cause des ralentissements et de la longue file de bouchons rencontrée aujourd’hui par les automobilistes sur la voie la plus à droite, le projet consisterait à créer une nouvelle voie pour contourner le giratoire qui amène à la zone commerciale du Perget. Les zones d’En Jacca et du Perget auraient alors chacune leur entrée.

Karine Traval-Michelet, Maire de Colomiers et Vice-Présidente de Toulouse Métropole, accueille donc très positivement ce projet de réaménagement de l’Échangeur du Perget. Cette réalisation avait déjà été identifiée comme nécessaire au bon fonctionnement de la zone commerciale et surtout à la sécurisation de cette entrée de la RN124 depuis l’ouverture de la zone commerciale du Perget / Lycée international (en 2004).

De ce fait, la municipalité qui a porté au plus haut niveau de l’Etat et de la Métropole tout l’enjeu d’un tel investissement métropolitain, attend avec impatience le début des travaux.

Share