Tag

ville

Browsing

InCity est une application mobile citoyenne qui permet aux utilisateurs de faire remonter des soucis constatés sur les voies publiques.

 

Comment ça marche ?

Une fois que vous avez téléchargé l’application et que vous avez créé votre compte, InCity vous localise directement grâce à la fonction de votre téléphone. En activant l’application, vous tomberez sur une carte sur laquelle vous êtes représentés par un point bleu, complètement comme sur google maps puisque c’est la même carte. Pour signaler quelque chose, cliquez sur le sigle “+” situé dans le rond bleu en bas à droite et remplissez chacun des champs nécessaires : photographie du soucis, description rapide et classement dans une catégorie pour que les villes puissent savoir à quel service faire remonter la remarque (accessibilité, éclairage public / électricité, mobilier urbain, réseaux d’eau, route, autre).

 

Bien sûr, cette application n’a d’intérêt que si les villes jouent le jeu, prennent en compte et suivent les soucis dont les usagers font part. Mais elles sont de plus en plus nombreuses à se connecter à InCity et à profiter de ce coup de main que peuvent leur donner les habitants par le simple fait de signaler le problème (soyons honnêtes avec nous-même, nous savons bien que le personnel des mairies ne peut pas tout voir et être partout, et c’est le genre de petite action citoyenne qui ne nous demande pas beaucoup d’effort, alors pourquoi ne pas s’y mettre…? )

 

 

Du côté de chez nous, Colomiers, La Salvetat Saint Gilles ou encore Plaisance du Touch se sont mis à faire attention à cette application, alors sir vous voyez quelque chose, n’hésitez pas à vous connecter et à le signaler !

 

Que vous soyez commune ou particuliers, retrouvez plus d’informations et les liens de téléchargement IOS et Androïd sur le site www.incityapp.fr

Share

Cornebarrieu se développe de manière raisonnée, faisant émerger de nouveaux besoins. Pour accompagner cette croissance et l’anticiper, la ville poursuit une politique d’équipements destinés à renforcer l’offre de services aux habitants. Les grands projets accompagnent le développement de la commune, et contribuent à faciliter la ville au quotidien pour tous, à l’image du pôle culturel, du centre petite enfance et école des Monges, ou encore de la création d’un piétonnier entre le centre ancien et le Cornebarrieu nouveau.

 

Cornebarrieu en chiffres

► 6094 habitants

► 256 406 m²  d’espaces verts

► 307 entreprises, commerçants et artisans

► 7000 emplois

► 610 élèves scolarisés

► 25 associations

 

 

A venir dans ce dossier, plusieurs épisodes tout au long de la semaine : Cornebarrieu ville verte, ville 2.0, un point sur la place de l’éducation dans la ville, une partie sur l’économie de la ville et, enfin, nous donnerons la paroles aux habitants !

Share

De nos jours, il semble qu’une partie de la population des villes ait envie d’un retour à une vie plus simple, plus proche des autres et d’une meilleure consommation : il y a ceux qui repartent vers les plus petites villes, et ceux qui, désireux d’habiter des lieux très vivants, se rendent aux marchés, chez leur boucher ou dans les boutiques de proximité, celles où l’on se connaît, celles où l’on se rencontre, celles qui font qu’on a l’impression d’appartenir à un endroit, à une communauté.

En même temps, on apprend à recommencer à faire attention à notre environnement et à notre Terre, en mettant des tas de choses en place pour prendre soin de notre planète : compostage, panneaux solaires, voitures électriques, développement des transports en commun….

Et pourtant, lorsque nous avons besoin de faire des achats, nous prenons nos voitures qui polluent pour nous rendre dans des supermarchés impersonnels et faire nos courses en mode automatique avant de rentrer chez nous. Je ne jette la pierre à personne, nous faisons tous ça à un moment donné, quelle qu’en soit la raison : moins cher, plus pratique, seule solution…

C’est un fait, le commerce de proximité diminue fortement dans nos villes : seules les grandes villes de plus de 500 000 habitants voient leurs boutiques de centre-ville exister réellement, voire même augmenter. Ailleurs, les chiffres continuent toujours de baisser, la faute aux grandes zones commerciales qui s’installent en périphérie, dans des espaces où tous les magasins vont pouvoir trouver la place qui est nécessaire à la présentation de leurs produits. Si ces grandes zones donnent plus de travail que les petits commerces et nous facilitent la vie (nous ne pouvons pas le nier), il est tout de même important de garder des points de vente à proximité de tous les habitants et consommateurs : les plus vieux, les plus jeunes, ceux qui n’ont pas le permis, ceux qui aiment se rencontrer à l’épicerie et prendre le temps de discuter avec le boulanger… Les petits commerces sont une force dans nos villes et quelque chose que le gouvernement croit fermement qu’il ne faut pas perdre. Pour aider les villes à faire face et à conserver leurs boutiques, des mesures ont été mises en place dernièrement : le gouvernement a ouvert un portail internet intitulé « Cour de ville » pour que les différents acteurs puissent trouver de l’inspiration et de l’aide pour leurs projets de revitalisation des centres-villes , mais l’État propose également des subventions pouvant aller jusque 400 000 € pour que ces projets prennent vie.

 

Le portail « Cœur de ville »

« Nous sommes attachés à nos centre-villes et à leurs commerces. Ils sont à la fois lieu de consommation, de rencontre et d’échange. […] Avec le portail « Cœur de ville », nous invitons à des stratégies globales de revitalisation, au-delà des commerces et de l’artisanat. »

Martine Pinville, secrétaire d’État chargée du Commerce, des l’Artisanat, de la Consommation et de l’Économie Sociale et Solidaire.

Si ce portail (comprendre une page hébergée sur le site www.entreprises.gouv.fr sur laquelle se trouvent des documents et des liens vers d’autres sites, plus complets) s’adresse en priorité aux élus locaux et aux cadres territoriaux pour la simple raison que ce sont eux qui ont le plus de cartes en main, il est destiné à l’ensemble des acteurs ayant pour objectif de redynamiser le cœur des villes : commerçants, artisans, restaurateurs, professionnels du tourisme ou encore acteurs de l’environnement urbain, du logement, du transport, de la sécurité, de la santé, de la culture… de tout ce qui est nécessaire pour avoir une ville vivante.

Sur cette page, se trouvent des guides, des fiches, des articles de presse pour s’inspirer des autres, des études et des rapports officiels pour s’appuyer sur du concret, des outils juridiques, financiers ou encore institutionnels pour aider les acteurs à mettre en place leurs projets et leur permettre d’avancer plus facilement. Mais plus encore, ce portail s’enrichira au fur et à mesure que des stratégies seront déployées et mises en place par les différentes villes, pour permettre à tout le monde de voir les choses avancer et de ne pas baisser les bras.

Avec ce coup de pouce de l’État, les villes ont désormais la possibilité d’avoir une meilleure vision des choses et surtout celle d’être appuyées et quelque peu guidées pour voir revivre leurs centres, cœur de la vie. On devrait donc ne pas tarder à voir les choses s’améliorer et à voir nos villes revivre. Ce sera ensuite à nous de changer nos habitudes et de revenir toujours plus vers le commerce de proximité pour aider les petits points de vente à perdurer : avoir une ville vivante, c’est aussi de notre ressort !

 

 

http://www.entreprises.gouv.fr/coeur-de-ville

Share

appel candidature Colomiers comités de quartier

 

Depuis de nombreuses années, la ville de Colomiers souhaitait impliquer les habitants dans la définition et la mise en oeuvre de ses grands projets structurants : Agenda 21, réunions publiques dans les quartiers, concertations dans le cadre de la rénovation urbaine du quartier des Fenassiers… autant d’événements qui ont posé les bases d’une participation citoyenne. L’idée des comités de quartier était née…

Pour ce faire, il fallut une année de travail préparatoire suivie de 2 mois “de Dialogues citoyens” et de “Tables rondes citoyennes” sur l’ensemble du territoire columérin, dans le seul but de présenter ces futurs comités de quartier de débattre sur leur fonctionnement à  venir. En effet, à terme, chaque Columérine et Columérin sera l’acteur principal dans le fonctionnement de ces comités !

 

Qu’est-ce qu’un comité de quartier?

Suivant les communes ou les pays, les comités de quartier
peuvent prendre des formes diverses. On les définit généralement
comme des groupes de travail et d’échange composés de représentants
des habitants du quartier, mais aussi d’élus et parfois de professionnels.

 

Clairement, aujourd’hui où en sommes nous?

La première étape a eu lieu hier, le 15 octobre, avec la réunion publique présentant le compte rendu de l’enquête des 2 mois de concertation (périmètre d’action et fonctionnement des comités). Puis du 19 octobre au 11 novembre, il y aura un lancement d’appels à candidature pour les trois premiers comités de quartier. Mise en action, dès le début de l’année 2016!

Ne soyez plus spectateur mais acteur de votre environnement dans votre ville !

Plus d’informations sur le site internet de la ville de Colomiers : www.ville-colomiers.fr

 

Share