Category

Culture

Category

Face à la crise sanitaire, la Médiathèque de Pibrac ouvre ses portes pour le retrait des commandes à partir du 25 mai 2020 à 14h grâce à la mise en place d’un drive via leur site internet.

L’équipe de la Médiathèque vous accueille dès la semaine prochaine pour venir récupérer le retrait des commandes sur rendez -vous effectuées directement sur le site de la Médiathèque de Pibrac (www.mediatheque -pibrac.fr ) dans la rubrique Catalogue aux horaires suivants :
• lundi de 14h00 à 17h00
• mercredi 10h00-12h00 et de 14h00-18h00
• vendredi de 14h00 à 18h00.

Et si on n’a pas internet me direz-vous? Là encore, l’établissement a tout prévu. Vous pouvez contacter directement la Médiathèque par téléphone au 05 61 86 09 69 aux horaires d’ ouverture indiqués précédemment.
Ce drive ne dispense pas d’appliquer les gestes barrière. Ainsi, les commandes pourront être retirées sur rendez -vous dans la limite de 2 personnes, munies d ’un masque et non accompagnées sauf pour les personnes à mobilité réduite ça va sans dire. Pour les retours sans retrait de commande, vous pouvez venir sans rendez- vous sur les horaires d’ouverture en cette période. Une fois ramené, les ouvrages et autres supports seront mis en quarantaine pendant 10 jours afin de les remettrre en circulation en toute sécurité.

En attendant l’ouverture de ce service, vous pouvez dès aujourd’hui sélectionner vos livres, CD et DVD sur le site de la Médiathèque de Pibrac : pibrac-pom3.c3rb.org/catalogue

Share

Avis aux sériephiles en manque d’inspiration, nous vous avons préparé notre Top des meilleures séries du moment par plateforme de streaming.

Netflix

La Casa de Papel (4 saisons) – 2017

Huit voleurs font une prise d’otages dans la Maison Royale de la Monnaie en Espagne, tandis qu’un génie du crime manipule la police pour mettre son plan à exécution.” ©Netflix

Tel est le début de l’histoire de la Casa de Papel que l’on suit lors des deux premières saison. Tandis que la saison 3 se terminait dans un chaos total, le 3 avril est sortie la saison 4 de la série à succès. Si vous ne l’avez pas binge-watché en 2 jours lors du confinement, je vous invite à tenter l’expérience espagnole de la Casa de Papel.

The Witcher (1 saison) – 2019

Geralt de Riv, un chasseur de monstres mutant, poursuit son destin dans un monde chaotique où les humains se révèlent souvent plus vicieux que les bêtes.” ©Netflix

Une série événement inspirée de la saga littéraire Sorceleur d’Andrzej Sapkowski, qui plaira aux adeptes de fantastique. On y trouve Henry Cavill qui, après Superman, nous interprète un sorceleur plus badass que jamais.

Disney+

The Mandalorian (1 saison) – 2019

L’histoire se situe entre la chute de l’Empire et l’émergence du Premier Ordre. Nous suivons les souffrances d’un tireur solitaire dans les confins de la galaxie, loin de l’autorité de la Nouvelle République.” ©Disney+

The Mandalorian, la série tant attendu des fans de Star-Wars est enfin disponible en France depuis le 7 avril 2020. Une première saison qui se situe entre les épisodes VI et VII de la saga. Si les derniers opus lancés par Disney ne vous ont pas convaincu, foncez tête baissée vers The Mandalorian, qui loin de ré-exploiter des personnages existants, nous entraîne vers un univers original dans une ambiance où se mêle humour et combats sur fond de Baby Yoda. 

Les Simpson (30 saison) – 1989

La famille Simpson, stéréotype de la famille moyenne américaine vivent à Springfield. Homer, le père est amateur de bière et de malbouffe devant la télé, pendant que Marge sa femme joue son rôle de mère attentionnée. Bart, le fils est une terreur qui enchaîne les bêtises, tandis que sa soeur Lisa est une surdouée. Leurs aventures servent de satire au mode de vie américain.

Retrouvez l’intégrale des 31 saisons des Simpson. Les histoires de la famille la plus célèbre d’Amérique n’ont pas fini d’occuper vos soirées !

Amazon Prime Video

The Boys (1 saison) – 2019

“The Boys est une variation irrévérencieuse sur des super-héros, aussi connus que des vedettes, aussi influents que des politiciens et aussi révérés que des dieux, qui abusent de leurs super-pouvoirs au lieu de faire le bien. Les sans pouvoir affrontent les surpuissants dans The Boys, qui nous entraîne dans une quête héroïque pour dévoiler la vérité sur les Sept et le redoutable soutien de Vought.” ©PrimeVideo

Décrit comme l’anti-Marvel par excellence, on retrouve des super-héros comme on en a jamais vu.

Tales From the Loop (1 saison) – 2020

“Inspirée des tableaux mystiques de l’artiste suédois Simon Stalenhag, la série Tales from the Loop nous plonge dans les aventures déconcertantes d’une population vivant au-dessus du Loop : une machine cherchant à lever les mystères de l’univers, faisant au passage des récits de science-fiction une réalité.” ©PrimeVideo

Une belle série, mélancolique, empreinte de poésie et de belles images. À la manière d’une oeuvre d’art, Tales from the loop se veut contemplative et lente.

Canal +

Le bureau des légendes (5 saisons) – 2015

“Au sein de la DGSE, le BDL, Bureau des Légendes, dirige à distance les clandestins, qui sont les agents les plus importants des services du renseignement français. Opérant dans l’ombre, “sous légende”, c’est-à-dire sous une identité fabriquée de toutes pièces, ils vivent de longues années dans une dissimulation permanente.” ©Canal+ 

Une série d’espionnage à la française comme on aime, constituée d’un beau casting avec notamment Mathieu Kassovitz, Léa Drucker et Sara Giraudeau. Sa 5ème saison a d’ailleurs été elle aussi diffusée pendant le confinement, le 6 avril 2020.

Validé (1 saison) -2020

“Un jeune rappeur talentueux, épaulé par ses deux amis d’enfance, se retrouve du jour au lendemain “validé” par une des stars du milieu. Seulement, cette alliance se transforme rapidement en une dangereuse rivalité et les trois garçons découvrent au cours de leur ascension que dans le rap, bien plus qu’ailleurs, le succès génère de sérieux problèmes…” ©Canal+

Les acteurs de la série sont entourés par des stars du rap français et des personnalités de la musique urbaine. Dix ans après avoir créé la première web série de Canal+ KAÏRA SHOPPING, Franck Gastambide revient avec la première série française dans le milieu du rap. 

Bonus TV: M6

Why Women Kill (1 saison) – 2019

“En 1963, Beth Ann apprend l’infidélité de son époux Rob, alors que tous deux viennent de perdre leur fille. En 1984, Karl, le mari de Simone, est hospitalisé après qu’elle a appris son secret. En 2019, Taylor vit un mariage libre avec Eli, ce qui ne plaît pas toujours à ce dernier.” ©CBS

C’est LA série télé des jeudis soir du confinement, concoctée par Marc Cherry le créateur de Desperate Housewives. Avec plus de 4,5 millions de téléspectateurs lors du lancement des deux premiers épisodes le 26 mars, c’est le meilleur démarrage d’une série M6 depuis 2016.

Share

Fruit d’une collaboration entre Voies navigables de France, gestionnaire du cours d’eau, et Marcel Travel Posters, le pionnier de l’affiche vintage en France, ces représentations du Canal du Midi ne se contentent pas uniquement d’enjoliver votre intérieur. Disponibles sur la plateforme du site internet du créateur et chez les revendeurs habituels, ces trois créations mettent en lumière la beauté de ce joyau d’Occitanie avec, pour chaque affiche vendue, 2€ reversés au projet de replantation du canal du Midi. Un geste solidaire, pour faire rimer création artistique avec préservation environnementale.

Dans la continuité des actions en faveur de la replantation des arbres du canal du Midi, décimés par un champignon microscopique, le chancre coloré, Voies navigables de France et Marcel Travel Posters se sont associés pour proposer au grand public trois visuels emblématiques rendant hommage à la beauté du cours du d’eau. La magnifique voûte arborée du canal du Midi, tant appréciée par les riverains et voyageurs, est désormais immortalisée sur papier glacé. Les affiches illustrant trois des attraits touristiques du canal du Midi : la navigation, la randonnée et le vélo, sont disponibles dès aujourd’hui sur le site internet de Marcel Travel Posters (https://marcel-travelposters.com/fr) et à partir du 1er juin chez les revendeurs habituels. Les posters existent en deux formats : 30x40cm au prix de 19€ et 50x70cm au prix de 29€ (dont 2€ reversés au projet de replantation du canal du Midi).

La replantation du Canal du Midi : une nécéssité

Gestionnaire du canal du Midi, Voies navigables de France est totalement engagé dans la préservation de ce patrimoine richement arboré, long de plus de 240 km et reliant Toulouse à la mer Méditerranée. Depuis 1996, l’inscription par l’UNESCO au patrimoine mondial de l’Humanité confère au canal du Midi une valeur universelle. Malheureusement, le canal est touché par une épidémie qui met sa pérennité en péril. Le chancre coloré, une maladie provoquée par un champignon microscopique, s’attaque aux platanes qui le bordent. Il se propage et détruit progressivement ce patrimoine inestimable. Pour éradiquer ce champignon, la seule solution est d’abattre et de brûler les arbres touchés. Dans le but de recueillir des dons à destination du projet de replantation du canal du Midi, VNF a créé la Mission Mécénat de VNF en 2013. Tout au long de l’année, elle mène des actions de sensibilisation et de collecte auprès des entreprises et du grand public : Pique-Nique des chefs (avec la mobilisation de plusieurs chefs de renom régionaux), projections de cinéma en plein air, dîner de gala… Grâce aux dons et aux soutiens de l’État et des collectivités, de nouvelles essences peuvent ainsi être replantées, la biodiversité préservée et les berges restaurées. Si plus de 25 000 platanes ont déjà été abattus pour endiguer la propagation du champignon, le chemin reste encore long. À l’heure actuelle, 11 600 arbres ont été replantés, 33 km de berges ont été rénovés et près de 900 nichoirs installés pour préserver les oiseaux et les chauves-souris qui vivent sur le canal du Midi. Autant de réussites qui encouragent les efforts et les projets de soutien.

« Je suis originaire de Cahors, en Occitanie. J’ai par la suite réalisé mes études à Toulouse, où le canal du Midi tient une place centrale : un monument historique et un patrimoine inestimable. Je suis donc sensible à cette cause et ravi d’apporter notre soutien à VNF, dont je salue les engagements » conclut Julien Véril, illustrateur et CEO de Marcel Travel Posters.

Marcel Travel Posters : une histoire de famille et de voyages

Fondé en 2015 par un couple qui a posé ses valises sur la côte landaise, Marcel Travel Posters est le pionnier français de l’affiche vintage en termes de création. Julien Véril, ancien infographiste dans la distribution de surf et de skate, a décidé de remettre les affiches de voyages à l’honneur. Il s’associe à sa femme Jessy, en charge de la partie commerciale et du marketing, et dont le grand-père a donné son nom à la marque. Après avoir installé un atelier dans leur garage, ils déménagent leur local de travail à Soorts-Hossegor en 2019 avec un point de vente physique. L’entreprise compte à ce jour 7 employé(e)s, et plus de 220 visuels à son actif. Les affiches sont à retrouver dans près de 200 points de vente répartis sur toute la France (concept-stores, librairies…). Chaque affiche créée est unique, avec son identité et sa typographie propres et représente un paysage symbolique issu de régions françaises. Julien s’inspire notamment de ses voyages, en veillant à retranscrire les moindres détails avec une touche rétro inimitable. La méthode de travail est artisanale et 100% Made in France. Julien s’attache à évoquer les côtés souvenir et coup de cœur que le voyageur peut avoir lors d’un passage dans la ville représentée sur l’affiche.

À propos de Voies Navigables de France

Fort de 4 000 agents mobilisés au service du fluvial, Voies navigables de France entretient, exploite et développe le plus grand réseau européen de voies navigables : 6 700 km de fleuves, canaux et rivières canalisées, 4 000 ouvrages d’art (écluses, barrages, pont-canaux,…) et 40 000 hectares de domaine public fluvial. Au travers de ses missions, l’établissement répond à trois attentes sociétales majeures :
– Il crée les conditions du développement du transport de fret,
– Il concourt à l’aménagement du territoire et au développement touristique,
– Il assure la gestion hydraulique en garantissant la sécurité des ouvrages et les différents usages de l’eau et en luttant contre les inondations et le stress hydrique. Il favorise également le développement de l’hydroélectricité et préserve la biodiversité.

Pour participer à la replantation du canal du Midi, il est possible de faire un don sur : https://www.replantonslecanaldumidi.fr/fr/soutenir-le-projet

Share

Vie : dans l’aquarium, le homard marche sur ses congénères. Evitez d’en faire autant.

Amour : continuez car vous ne devez la vérité qu’à Dieu.

Santé : il est temps pour vous d’arrêter la consommation d’animaux improbables.

Travail : votre jugement impitoyable fait peur à vos collègues.

Amour : vous allez en apprendre de bonnes sur votre conjoint car il n’est point de secrets que le temps ne révèle.

Santé : vous perdez la mémoire ? Quelle importance, nous ne passerons pas l’hiver …

Travail : faites le strict minimum et tout ira bien.

Amour : les astres vont réveiller votre beauté intérieure. Et ça va faire mal.

Santé : vous paraissiez en forme.

Vie : sachez que, qui fait l’ange fait la bête. Et inversement.

Amour : hésitez avant de suivre vos intuitions.

Santé : vos jambes ne s’agitent plus comme avant? Vous ne nous feriez pas une petite dépression par hasard …

Travail : sachez que la dépression est un excellent remède contre le travail.

Amour : très amoureux(se) de votre conjoint, vous pourrez tout lui pardonner. Ou presque.

Santé : évitez de revoir vos ex trop souvent.

Travail : Reprenez-vous car votre irritabilité pourrait rapidement vous transformer en Annibal Lekter.

Amour : libérez vous de vos chaines, menottes, colliers à clous, baillons boule …

Santé : réjouissez-vous car il n’est pas donné à tout le monde d’entendre des voix.

Travail : un séjour en prison retardera certains projets.

Amour : protégez-vous car votre âme généreuse est facile à séduire.

Santé : prenez garde car, en astrologie chinoise, votre animal totem est le pangolin.

Travail : vous devrez vous battre pour arriver à vos fins. Mais vous battre contre qui ?

Amour : sachez que vous faites fantasmer vos proches.

Santé : Vous continuez à croiser l’abbé pierre dans votre salle de bain ? Allez consulter.

Travail: neutralisez votre supérieur avant qu’il ne vous nuise.

Amour : votre conjoint se confiera mais pas à vous et c’est mieux ainsi.

Santé : oubliez pour un temps les soupes à base de chauve souris.

Argent : un petit trafic bien mené vous aidera à améliorer l’ordinaire.

Amour : une âme généreuse est facile à séduire. En faites-vous partie ?

Santé : votre hyper activité inquiète vos proches.

Travail : continuez d’entreprendre même si vos chances de réussite sont infimes.

Amour : votre esprit rusé vous permettra d’assouvir tous vos fantasmes. 1er décan uniquement.

Santé : Patraque ? Mangez un pangolin.

Travail : discutez sans hurler et on vous écoutera.

Amour : vos craintes sont fondées.

Santé : j’espère que vous êtes courageux car il va falloir l’être.

Share
Mario Kart 8 Deluxe Copyright : Nintendo

Hors contre-ordre de la part du premier ministre le 7, nous devrions sortir ce cet historique confinement lundi prochain.  Vécu avec courage et honneur pour tous les travailleurs essentiels à notre survie, il a été synonyme de coup dur (voire d’arrêt) pour bien d’autres professions. Pour les particuliers, il a tantôt été perçu comme une punition pour qui s’est vu confiné en appartement avec un voisin ayant la main lourde sur le volume du dernier album de Jul, tantôt été productif pour qui en a profité pour faire le point sur son existence. Enfermement en voie d’extinction donc, mais virus toujours présent. Navré mais il n’est pas encore temps de détacher sa ceinture de sécurité.

Le seul jour paisible, c’était hier

Plus qu’un coup de sifflet final, cette sortie de quarantaine est une fin de manche. Rien n’est encore gagné. La période passée était en effet la plus facile car elle n’exigeait de la discipline que lors de nos rares déplacements. Désormais, il va falloir appliquer cette rigueur constamment, au travail, en société, lors de nos loisirs. La seconde vague se frotte les mains et il revient à nous tous de lui tordre le cou, le tout en accord avec un retour à la vie « normale ». On ne peut en effet rester indéfiniment cloitrés. Là où la problématique de la reprise du travail semble réglée à grands coups de préconisations et de marquages au sol, l’épineuse question du retour à l’école si chère à notre gouvernement (beaucoup moins à nos homologues européens) se voit en plus malmenée par la triste et mystérieuse recrudescence des cas de maladie de Kawasaki chez les plus jeunes. Lorsque l’on met en balance ce constat et les 9 jours de cours qu’octroieraient le retour à l’école, l’équation devient encore plus floue. Le truc, c’est qu’il faudra bien revenir à notre schéma de vie occidental dans ses grandes lignes (et pourquoi pas, en tracer de nouvelles qui ne fracassent pas notre environnement par exemple). L’autre truc, c’est que personne ne sait comment on peut faire. On a donc la sensation qu’il n’y a pas de pilote dans l’avion et qu’on ne sait pas où sont les parachutes.

Et, qu’est ce qu’on fait maintenant ?

L’heure est donc à la responsabilité et au civisme de chacun. Vaste programme. Cela passe par le respect des gestes barrières (même pendant les apéros de 10 personnes maximum), l’hygiène et le fait de se confectionner des masques maison dans des vieux slips (jaune devant, marron derrière) en attendant le vaccin. À ce propos, malgré les titres racoleurs de certains de nos confrères, le stade de l’expérimentation est encore en cours, notamment pour les prometteurs travaux de l’université d’Oxford. Le partenariat avec le laboratoire pharmaceutique Britannique AstraZeneca ne signifiant pas qu’un vaccin soit au point. De plus, quand bien même ce serait le cas, une campagne de vaccination ne pourrait avoir lieu en une semaine. Nous devons donc inévitablement prendre nos précautions.

Le défi s’annonce donc quotidien, collectif et du coup extrêmement délicat. Pour schématiser, si cette guerre contre le Covid 19 était une partie de Mario Kart, cette période à venir serait la Route Arc en Ciel…

Share

Retrouvant une infime partie de sa fabuleuse valeur de par le confinement, l’univers de la lecture sous toutes ses formes reprend du poil de la bête auprès du grand public. Dans un monde où les influenceurs sont rois et les vocodeurs empereurs, il subsiste pourtant des auteurs avec un grand L qu’il serait criminel de manquer. Rose parmi les orties, Carole Laborde-Sylvain est de ceux-là.

Maniant la plume depuis aussi longtemps qu’elle s’en souvienne, la romancière columérine édite son premier ouvrage en 2011. Une dizaine d’autres suivront en autoédition dans des styles et formes variés. Policier, faits de société, nouvelles, romance, l’auteur est agile et sait toucher à tout avec brio. Elle garde pourtant une ligne directrice dans tous ses ouvrages, celle de l’espoir et de la positivité. Désolé le côté obscur, tu ne gagneras pas ici.

Inspirée par des auteurs prestigieux tels que Pagnol, Hugo ou London, Carole a su en tirer la facilité de lecture et la réalité. « Demain ça va recommencer », son troisième roman, se base d’ailleurs sur des faits de harcèlement scolaire malheureusement réels, notamment par l’expérience de sa propre famille. Loin de la pesanteur d’un Madame Bovary, elle sait rendre magnétique une histoire pourtant (re malheureusement) assez commune pour en faire un ouvrage dont il est difficile de se détacher une fois entamé.

Sensible, positive et indéniablement talentueuse, Carole Laborde-Sylvain est à découvrir à travers le 4e volet de sa série Les Enquêtes de Baptiste Adelin (aux forts accents de Sherlock Holmes) mais également dans une romance à venir cet été appelée « L’Éternelle Amoureuse » …

Carole Laborde-Sylvain
Disponible sur Amazon, Fnac et chez toutes les bonnes librairies
https://carolelabordesylvain.com/
Fb : Carole Laborde-Sylvain 

Share

Confiné mais toujours à fond notre astrologue Catalan!

Travail : votre comportement envers vos collègues n’est pas sans rappeler les heures les plus sombres de la collaboration.
Amour : vous aimez les esclandres ? Vous allez être servi(e)
Santé : vous qui lisez ceci, quittez toute espérance.

Travail : cessez de dire bonjour à votre supérieur, vous sacralisez trop sa toute –puissance.
Amour : faites valoir vos droits au bonheur.
Santé : vous aimez souffrir ? L’année 2020 s’annonce sous les meilleurs hospices.

Travail : votre passé sulfureux fait peur à vos supérieurs, qui n’osent plus vous licencier.
Amour : planquez vos sex-tapes car elles pourraient tomber entre des mains mal intentionnées.
Santé : le sport a ses vertus. Osez le trapèze volant.

Travail : un désaccord avec un collègue pourrait se terminer en tuerie de masse. Reprenez-vous.
Amour : prenez tous les risques car on ne vit que deux fois. Santé : perte d’équilibre possible. Evitez donc les toilettes à la turque.

Travail : on peut rire de tout mais pas avec son supérieur.
Amour : vos prochaines nuits seront fades telle une crêpe sans Nutella.
Santé : vous vous négligez et ça se sent.

Argent: vous jouez au loto ? Un sacrifice animal ferait plaisir aux oracles.
Amour : dites ce que vous avez sur le cœur et faites vos valises.
Santé : hygiène: une douche par mois  ne suffit pas.

Travail : vous renforcerez votre vie professionnelle au prix d’arrangements limite scabreux.
Amour : vous attachez trop d’importance à la fidélité de votre conjoint.
Santé : votre foie demande grâce. Entendez sa plainte.

Travail : ce n’est pas le moment de vous mordre le front.
Amour : totale harmonie avec votre moi profond.
Santé : ménagez vos abats.

Travail : des portes vont s’ouvrir mais pas pour vous.
Amour : votre franc parler pourrait blesser votre conjoint. Heureusement, vous n’en avez pas.
Santé : tout allait bien. Mais ça, c’était avant.

Travail : de vagues projets se dessinent timidement dans un brouillard épais.
Amour : sachez que le plaisir conduit  à la souffrance.
Santé : que dieu est pitié de votre âme.

Travail : si vous avez de l’argent à jeter, créez votre propre entreprise. Sinon, ne faites rien.
Amour : réchauffement climatique en vue avec votre partenaire.
Santé : sautes d’humeur inexpliquées. Remplacez votre thyroïde.

Vie : ne vous laissez pas envahir par le stress. Par le strass non plus.
Amour : vous êtes trop désirable pour ce prétendant. Passez votre chemin.
Santé : mangez moins épicé.

Share
Photo : Julien Fitte
Photo : Julien Fitte

Avec 40 jours de confinement dans la musette et des perspectives de sortie manifestement aléatoires, l’état d’esprit à la maison a connu des variations insoupçonnées. Des premiers temps rigolos à grands coups de cyber apéro en passant par la déprime, voire l’angoisse, on a clairement l’impression d’avoir fait le tour de la question. On attend la suite comme son tour au drive du Mc DO. Maintenant que la majorité des Français ont été privés de leur liberté plus longtemps que Balkany, d’autres interrogations naissent peu à peu, notamment cette petite voix qui dit : ce confinement n’est-il pas le signe qu’il faut changer plus profondément les choses ?

Révélateur/fixateur

Car s’il y a bien une chose que cette page de l’histoire nous a appris, c’est que les métiers essentiels sont bien loin d’être ceux qu’on reconnait, que ce soit par la gratitude ou le salaire. Loin de moi l’envie de dire du mal des mixologues ou des influenceurs mais sincèrement, qui a eu besoin d’eux depuis 40 jours ? À contrario, le vieux Gégé du marché qui produit et vend ses carottes est devenu une des rares sources de plaisir lors de nos sorties autorisées. Il en va de même pour les courageux éboueurs sans qui la ville serait aux proies des rats en 2 semaines ou encore notre personnel soignant qu’on aime fort*.

Les yeux dans le miroir

Cet état de fait nous ramène à notre propre situation : et moi dans tout ça ? Je sers à quoi ? Mon activité a-t-elle du sens ? Auprès de ma communauté mais surtout auprès de moi-même ? La façon de s’en assurer est aussi simple que douloureuse. Repensez au dernier moment où vous étiez heureux. Pas à cause d’un fait précis du genre une victoire du TFC , mais naturellement heureux. Vous y êtes ? Maintenant pensez à votre quotidien, notamment au travail. Si ça pique, c’est qu’il y a probablement quelque chose à ajuster.

Une vie

Jusqu’à preuve du contraire, notre existence se joue en une fois. Les malheureux événements actuels en rappellent toute la fragilité. Alors oui c’est « pas si mal » de bosser dans cette boite, ça paye les factures mais sans mentir, vous vous imaginiez là quand vous pensiez à votre avenir ? Pour qui répond par l’affirmative, inutile de poursuivre la lecture de ce papier. Continuez à fond dans votre voie, avec mes félicitations et ma sincère admiration. Pour les autres, au regard de la situation économique qui va profondément muter, serais-ce le moment d’abattre vos cartes ?

Du calme Joe

Ce billet n’a pas pour vocation de vous pousser en slip dans le bureau du directeur et lui priant d’aller forniquer avec sa fondatrice (si vous le faites, filmez-le par contre) mais bien de faire le point sur votre situation. Notre rythme de vie actuel étant propice à la réflexion, il ne semble pas idiot de se questionner sur ce que nous faisons ici et de quelle façon l’histoire nous retiendra.

Le fossé n’est peut être pas si profond que ça. La tendance est au retour du concret, du rationnel, de ce qui est vraiment utile et chargé de sens. Ainsi, si vous avez toujours rêvé de faire du fromage de chèvre, dites-vous que Covid 19 ou non, il y aura toujours des gens pour en manger…

*J’oublie bien des métiers. J’en ai conscience mais il y en avait pour 1h à tout citer.

Share
Photo : Julien Fitte

C’est officiel, c’est tombé, le 11 mai nous serons déconfinés. Graduellement certes mais le feu vert est donné à une partie de la population pour retourner à la vie civile. Entre le port du masque vivement conseillé, la pénurie de coiffeurs (ou les coupes maison aléatoires) et les deux mois de confinement enrobant à grands coups de Netflix and chill,  la première nouveauté va être de se reconnaitre les uns les autres. Cependant, d’autres changements sont attendus dont la plupart sont déjà en cours. Un peu comme le 11 septembre a profondément modifié les normes de transport, cette crise du Covid 19 bouleversera nos habitudes quotidiennes, pour le meilleur et pour le pire.

Drive me away

À coin depuis toujours chez McDo et autres KFC, le drive se développait à son rythme dans d’autres secteurs, le plus aboutit étant celui de la grande distribution qui a largement communiqué et investi dans le domaine depuis une poignée d’années. Covid galopant, bien des enseignes se sont empressées de se mettre à ce mode de distribution, souvent pour une question de survie. Résultat, des clients qui répondent très favorablement et des magasins submergés par cette nouvelle façon de travailler. Les publications régulières de Minjat sur leur page alertant d’une impossibilité d’honorer les commandes pour les 24h à venir m’en sont témoin. Ce système perdurera t’il post confinement ? Sans aucun doute. Le virus étant loin d’être éteint, le drive (ou clic and collect qui est grosso modo la même chose)  offre une protection importante pour éviter les contacts sociaux. Bonne nouvelle donc pour les personnes qui n’aiment pas les gens.

« Chérie je pars bosser dans le salon »

Un peu comme pour le drive, le télétravail était plus évoqué qu’appliqué. La faute à une organisation compliquée scandaient les employeurs. Pourtant, cette terrible difficulté s’est soudainement envolée lorsque la bise fût venue. Comme quoi lorsque la motivation est là tout devient possible. Certes le télétravail est difficile à appliquer pour qui est berger mais soyons réalistes, peu d’entre nous ont la responsabilité d’un troupeau de mouton. C’est d’ailleurs le fait de ne pas pouvoir surveiller ses ovins qui a jusqu’à présent massivement limité la propagation du travail à la maison. L’expérience en cours montre pourtant qu’il n’est pas utile d’avoir ses subordonnés à vue pour qu’ils travaillent tout de même, n’en déplaise au management à la Frrrançaiiise…Ce système a-t-il de l’avenir ? À n’en pas douter. Ikéa communique fort sur le home office (le bureau à la maison) et c’est bien connu, quand Ikéa fait quelque chose, tout le monde suit. Puis ça fera de la place sur le périf.

Le chef vous propose

La question « Mais que vont faire ceux qui ont acheté 5 tonnes de farine ? » a enfin livré sa réponse : ils en font des gâteaux, des pâtes et tout un tas d’autres trucs. Les Français cuisinent comme ils ne l’avaient pas fait depuis longtemps. Sous réserve de ne pas aller trop loin dans la création (quand vous en êtes à envisager un cassoulet au nougat c’est signe qu’il faut revenir en arrière), on mange mieux et il faudra en garder l’habitude une fois toute cette affaire bouclée. Le revers de la médaille, c’est qu’il va y avoir une concurrence d’enfer dans Top Chef la saison prochaine. Pas le bon moment pour s’inscrire donc.

Made In Pas Loin

À l’heure où notre président réalise que faire fabriquer des produits essentiels à la nation dans un pays situé à l’autre bout du monde est peut-être un peu une connerie, l’idée d’acheter ce qui vient de chez nous fait également écho chez les consommateurs. Mondialisées, les chaines d’approvisionnement sont sérieusement grippées, se traduisant par des rayons vides dans nos supermarchés. Par contre, pour qui travaille avec des producteurs locaux, aucune pénurie en vue. L’acheteur lambda n’a donc d’autre choix que de se rabattre sur ce qu’il trouve, en l’occurrence ce qui est fabriqué pas loin de chez lui. Bon pour la planète, bon pour les copains, bon pour tout en fait. Le mouvement de cosom’acteur qui achète autant avec son cerveau qu’avec son estomac était déjà largement initié. Gageons que ce coup de pouce viral permettra à beaucoup de continuer dans cette indéniable voie de la raison. Comme quoi, il y a tout de même quelque chose de bon dans tout ce mauvais.

« On se fait la bise »

Non. Mais même après en fait. Il faut arrêter avec ça.

S’adapter, oui mais comment ?

L’épidémie mettra un moment avant de s’éteindre, l’immunité collective n’étant pas pour demain. Cependant, des métiers vont avoir beaucoup de mal à s’adapter à ce fait. Respecter les gestes barrière quand on est comptable ça passe. Quand on est coiffeur, esthéticienne ou dentiste, c’est pas la même affaire. Dans la même veine, quel avenir pour les salles de sport, les boites de nuit ou plus simplement les restaurants ? Pour ma part je n’ai pas de solution à proposer (et n’en ai d’ailleurs aucunement la prétention) mais le défi s’annonce épineux.

Il y aura donc un avant et un après Covid19. Nos comportements et habitudes vont être secoués. Cet impact aura-t-il une influence positive sur notre rapport à la planète, aux autres, à notre façon d’aborder notre existence ? La réponse est dans les mains de chacun.

PS : tu as du retrouver Aline, dis-lui les mots bleus, elle va craquer c’est sur <3

Share
Photo : Julien Hank Fitte

Si vous lisez ces lignes, c’est que vous êtes chez vous (ou du moins à 1km maxi de votre lieu de confinement) depuis une vingtaine de jours (ne me demandez pas combien, j’ai totalement perdu le fil). Vous avez l’impression d’être dans un mauvais remake du pourtant très bon Un Jour Sans Fin. C’est tous les jours le jour de la marmotte, c’est tous les jours dimanche. Faisant ironiquement écho avec l’entrain qui mena nos anciens à la drôle de guerre, l’entrée dans cette période de confinement s’est faite dans une certaine insouciance pour désormais s’avérer bien moins sympathique. Perçus dans un premier temps comme une période de vacances forcées, les jours passés cloîtrés se sont changés en briques s’ajoutant inexorablement dans nos sac à dos, clouant à force certains d’entre nous au sol. Comme on ne laisse pas les copains par terre, je vais tenter par le biais de ce billet d’humeur de vous montrer que tout n’est pas si noir dans la nébuleuse du confinement.

2020 chez soi

Bien qu’il n’y ait pas de période idéale pour vivre une pandémie, celle-ci a au moins l’avantage de se dérouler dans un contexte technologique le plus développé que l’Homme ait pu connaitre. Atouts majeurs dans la lutte contre l’isolement, nos téléphones, réseaux sociaux et globalement tout ce qui retransmet nos paroles permettent de se déplacer sans quitter son siège. Où que puissent être vos amis , ils ne sont jamais qu’à la distance d’un appel téléphonique. Au-delà de la voix, les applications telles que Skype, Facetime, What’s app ou encore Facebook ouvrent la voie à des contacts vidéo entre deux interlocuteurs ou bien plus. Déterminé à une heure précise, le cyber apéro peut alors prendre place. Ne remplaçant certes pas le réel, il est pourtant une belle façon de retrouver ceux qu’on aime. Mieux, si dans votre bande d’amis un commence à devenir lourd avec ses discours fumeux, vous pouvez couper son micro. Vivement que cette invention soit transposée à la vie réelle. Pour ne pas vous mentir, au début on se sent un peu idiot seul devant son écran mais la mayonnaise prend facilement au premier éclat de rire. Voir un ami vous sourire, ça enlève des briques du sac.

Monde Virtuel

Le fabuleux monde des Internets est également bien plus vaste que ce que vous pouvez penser. Notre temps de connexion est habituellement monopolisé par des géants comme Instagram, Leboncoin ou Youtube. Or, le World Wild Web n’a besoin que d’un peu de curiosité pour vous montrer tout son potentiel. À ce petit jeu, Twitch est une vraie mine d’or. Principalement plateforme de diffusion de contenus issus du monde du jeu vidéo, Twitch a également donné une tribune aux créatifs, musiciens et autres cuisiniers. Ainsi, vous pouvez y apprendre tout un tas de choses en vous amusant dans quasiment tous les domaines avec la possibilité d’interagir en direct avec les acteurs de ces spectacles quotidiens.

Local Wolrd Compagny

Toujours dans une optique de verre à moitié plein, on observe un regain d’activité dans les productions et distributions locales. Bien que ce mouvement soit initié depuis quelques temps grâce à des acteurs comme Biocoop, Minjat, ou La Vie Claire, cette cirse renforce la tendance à la logique exacte qui veut qu’on achète vers chez soi et en fonction de ce que les saisons nous offrent. Vu la région agricole et notre culture de la table, gageons que ce processus délicieusement naturel survivra à cette période d’enfermement.

Tous copains

On retrouve ce verre demi plein d’une rafraîchissante solidarité dans le comportement de soutien auprès des courageuses personnes qui continuent à travailler malgré la situation. Dons de matériel, de vivres ou tout simplement applaudissements à 20h au balcon, les Français portent haut la solidarité et la proximité. C’est pas pour rien qu’on est bons au rugby avec des valeurs pareilles. Ce jeu collectif s’exprime également dans les mouvements d’entraide entre particuliers. Ainsi, les groupes de partages de bons plans sur Facebook (Colomiers ma ville j’en parle, Vivre à Plaisance Du Touch, Fonsorbes  Tournefeuille, Saint Lys et alentours pour ne citer qu’eux) tournent à plein régime dans une ambiance de soutien collectif. Une fois toute cette histoire derrière nous, espérons que cette solidarité perdurera.

De l’air

Conséquence directe du confinement, nos déplacements sont à l’arrêt (sans aune nostalgie des embouteillages d’ailleurs). Conséquence de conséquence, la qualité de l’air s’en trouve bonifiée. Cette première mondiale offre une pause à notre planète qui n’avait connu qu’accélération de sa pollution depuis le démarrage de la révolution industrielle. Certes ça ne durera pas mais ça donne à réfléchir…

A fond la forme

SI il y a bien un été où la concurrence sera rude sur la plage, c’est bien celui qui s’annonce quand on regarde le nombre de personnes qui se sont découvert une passion foudroyante pour le sport. Il faut dire que les vidéos de home training ne manquent pas et qu’il est totalement possible de s‘entretenir avec très peu de matériel. Armés d’une chaise et d’un manche à balai, des coachs sportifs font des tours de maître. Plus qu’à les singer. Ne comptez pas sur l’excuse du « j’ai pas le temps », ça ne trompe personne.

Quand est-ce que ça s’arrête ?

Clairement aucune idée. Le président de tous les Français devrait s’exprimer à ce sujet lundi à 20h, s’appuyant à n’en pas douter sur les préconisations d’experts dans le domaine (en espérant que ces derniers ne seront pas ceux qui préconisaient de ne pas porter de masque alors qu’au final c’est une super idée.). Wait and see donc, bien que l’issue d’une prolongation ne fasse aucun doute.  

J’ai conscience de sortir les rames pour rendre le tableau plus coloré qu’il n’y parait mais j’insiste sur le fait qu’il ne tient qu’à vous de surmonter cette épreuve. Bear Grylls vous dirait que c’est votre façon de voir les choses et votre mental qui font la différence (le tout avant de dévorer une carcasse de caribou mais c’est son délire à lui ça). Là où nos valeureux ancêtres ont donné du sang, de la sueur et des larmes, nous devons à notre tour donner patience, solidarité et bon sens.

Croyez-moi bien, nous nous relèverons ! Hourra !

Share