Journal-Diagonale
Tag

contrôle technique

Parcourir

Confinement oblige, le passage des véhicules au contrôle technique n’a pu se réaliser lors des deux mois passés. Conscient du problème, l’État a dans un premier temps accordé un sursis jusqu’au 23 juin pour tout conducteur dont la validité du contrôle arrivait à terme après le 16 mars. Or, au regard de la capacité d’accueil des centres, cette décision aurait potentiellement mis 3 millions d’automobilistes dans l’illégalité. Les délais des contrôles qui n’ont pas expiré avant le 12 mars 2020 sont donc désormais prolongés jusqu’au 10 août 2020, c’est-à-dire 1 mois après l’arrêt de l’état d’urgence sanitaire actuellement défini au 10 juillet 2020. Ainsi, les automobilistes dont les contrôles techniques et les contre-visites arrivent à échéance entre le 12 mars et le 10 août 2020, devront les avoir fait réaliser avant le 10 octobre 2020 (minuit), pour ne pas être sanctionnés.

Pour connaître l’état de saturation des centres, nous avons contacté Benjamin Carles, dirigeant du Contrôle technique de La Salvetat Saint Gilles. Il nous confirme que la fréquentation est plus haute que d’habitude mais que des places sont facilement disponibles. Outre la question administrative, il insiste sur le fait que passer le contrôle technique est une question de sécurité et il n’est jamais bon de prendre ce sujet à la légère. C’est d’ailleurs dans cette même optique qu’il a pris toutes les précautions pour garantir l’état sanitaire de son centre (fermeture de la salle d’attente, blouses et gants à usage unique…)

Contrôle Technique La Salvetat St Gilles
7 Avenue Léonard de Vinci, 31880 La Salvetat-Saint-Gilles
05 61 06 44 45
www.controle-technique-lasalvetat.fr

Share
Photo : Julien Hank Fitte

Certes, nos voitures contemporaines sont largement plus fiables, sécuritaires et propres que leurs prédécesseurs. Cependant, elles ne sont pas dispensées de vérifications régulières, notamment du fameux contrôle technique. Obligatoire depuis 1992 et renouvelable tous les deux ans, il a été réformé en mai 2018. Par réformé, entendez une revue complète des défaillances et un renforcement sur les contrôles des émissions polluantes, ce qui a eu différentes conséquences. Outre le nombre de véhicules recalés, il a également été un véritable casse-tête pour les contrôleurs qui se sont retrouvés à devoir appliquer ce nouveau contrôle avec peu d’explications.

Ayant repris le centre Contrôle Technique La Salvetat St Gilles il y a un an, Benjamin Carles n’a pas été confronté à cette difficulté. Il est en effet formé à l’examen actuel et le maîtrise donc parfaitement. Afin de maintenir ses acquis, il suit chaque année une formation et est soumis à un audit afin de respecter les normes nationales. Pas de doute donc, ce centre est très pro ce qui correspond tout à fait à la personnalité du jeune homme. Issu du monde de l’industrie, ce toulousain ne transige pas avec la qualité de son service et effectue les batteries de test avec rigueur mais également sourire et sympathie. Apte à contrôler tous types de véhicules légers (GPL et électrique y compris), il incarne parfaitement l’esprit d’une enseigne locale de par sa disponibilité et son sens du commerce.

C’est sûr, payer un contrôle technique n’est jamais satisfaisant mais dans la mesure où nous n’avons pas le choix, autant le faire chez quelqu’un de sympathique et compétent non ?

Contrôle Technique La Salvetat St Gilles
7 Avenue Léonard de Vinci, 31880 La Salvetat-Saint-Gilles
05 61 06 44 45
www.controle-technique-lasalvetat.fr

Share

Déjà réformé le 20 mai 2018 (lien article), le contrôle technique des véhicules se voit à nouveau modifié depuis le 1er janvier 2019. Explications auprès des experts du centre de contrôle technique Autovision Colomiers.

Cette modification s’inscrit dans un plan de réforme en deux temps, la seconde partie arrivera en juillet 2019 bien que pour le moment elle ne soit pas encore définie. Elle devrait concerner les tolérances à la pollution. Pour la présente, elle consiste principalement en un changement du calcul du régime moteur. Autrefois mesuré sur 3 essais, il se fait désormais sur une fourchette de 3 à 7 essais et à régime plus haut. Le compteur kilométrique du véhicule déjà relevé par les agents des centres seront dorénavant comparés au contrôle suivant, luttant ainsi contre les fraudes au kilométrage qui lèsent les acheteurs. Ce qui change également, c’est le temps de contrôle du fait de ces manœuvres supplémentaires. Comptez désormais environ 40 minutes pour l’examen.

Comme vous l’avez compris, cette nouvelle mouture est somme toute très légère. Quiconque entretient son véhicule convenablement (vidanges, pneus, plaquettes de frein…) ne se verra pas inquiété. Reste la question du seconde volet de la réforme pour laquelle personne n’a d’information pour le moment. Nous ne manquerons pas de vous en donner les clefs au moment venu.

Autovision Contrôle Technique
20 Allée de Catchere, 31770 Colomiers
05 34 36 00 22

Share

Annoncée comme l’apocalypse pour les automobilistes, la nouvelle version du contrôle technique est entrée en application lundi 21 mai. Deux semaines après, nous avons contacté Anaïs Sevrin, responsable commerciale, pour connaître l’impact réel de cette réforme.

La première réalité est que les contrôles sont indéniablement plus longs. Nouvelle procédure oblige, les agents doivent prendre leurs marques ce qui fait passer la durée de l’exercice de 30 à 45 minutes environ. Pas bien méchant comme conséquence. Les centres de contrôle automobile ayant connu un pic d’affluence avant la réforme, l’obtention de rendez vous se fait aisément. Pas de crainte à avoir, il y a de la place pour tout le monde.

La seconde concerne la fameuse défaillance critique, basée sur 129 points et entraînant l’interdiction de rouler pour le véhicule à partir de minuit le jour du contrôle. Il faut savoir que les défauts qui justifient l’immobilisation sont somme toute de graves manquements à la sécurité. Cela va de l’absence totale de feu stop au trou dans le plancher en passant par l’usure extrême des pneus. C’est d’ailleurs pour ce dernier motif qu’un seul véhicule s’est vu frappé de défaillance critique depuis l’application de la réforme dans les 13 centres auto gérés par Anaïs Servin. Les estimations donnent entre 1 et 2% de véhicules qui subiront le même sort. Rappelons dans ce cas que des travaux et une contre visite sont à réaliser dans un délai de deux mois pour pouvoir reprendre la route. Le taux de contre visites classiques (celles n’entraînant pas l’interdiction de circuler) reste identique aux valeurs habituelles.

Ce que l’on peux tirer de ces semaines de recul, c’est que le grand méchant contrôle n’est pas aussi violent que prévu. Les défauts de sécurité immédiate ( le pare choc qui tient avec de la ficelle par exemple) sont facilement identifiables avant de passer l’examen. Un minimum d’entretien suffit à rester loin de la zone de défaillance critique !

Share