Tag

Covid 19 Coronavirus

Parcourir

Disponibles dans les pharmacies depuis lundi, les dispositifs d’autotest de dépistage de la Covid-19 sont arrivés dans notre région. Nous nous en sommes procurés afin d’en évaluer la complexité d’utilisation.

Vendus par boites de 5, ces tests, fonctionnent par prélèvement nasal. Un peu la même idée que ceux de laboratoire à la différence que l’écouvillon ne va pas aussi profondément dans votre nez. Ce détail le différencie du prélèvement nasopharyngé qui, avouons le, n’a rien d’agréable.

Sous la forme d’un kit qui n’est pas sans rappeler un test de grossesse, l’autotest se distingue par différentes phases simples. Une fois les mains bien propres, in convient d’introduire l’écouvillon verticalement dans la narine sur 2 ou 3 cm avant de le faire basculer à l’horizontale et de le pousser un peu jusqu’à sentir une légère résistance. Une fois sur ce point, réalisez un mouvement de rotation pour obtenir un bon prélèvement. Recommencez l’opération avec le même écouvillon dans la seconde narine.

Placez ensuite le prélèvement dans le petit tube fourni avant d’y ajouter une capsule de réactif. Fermez le tout et utilisez le comme compte-gouttes afin de déposer du liquide sur la cassette de lecture. Vous n’avez ensuite plus qu’à attendre entre 10 et 20 minutes avant d’avoir le résultat.

Quel bilan tirer de ces autotest? Avant tout la facilité d’utilisation, la manœuvre étant clairement à la portée de tous. De plus, lors de notre essai, et sachant que notre cobaye est loin d’avoir fait médecine, aucune douleur ou gène n’a été ressentie. Pas de craintes à avoir donc, l’autotest ne fait pas mal. Évidement, pratiquer cet autotest ne dispense pas du port du masque ni du respect des gestes barrière. Il permet cependant d’être une nouvelle arme dans le combat contre le virus.