Journal-Diagonale
Tag

locavores

Parcourir

Après quelques jours off bien mérités, l’Association Des Locavores de Colomiers fait son grand retour avec le meilleur de nos régions

Nouvelle saison 2021-2022… Reposés grâce à la période estivale, ils sont affamés en cette rentrée, consommons tous ensemble des produits 100% local! Quelques nouveautés avec leur nouveau producteur, La Martinole, et ses pommes de terre bio de Montagne à faible teneur en sucres. Oyé oyé, Gourmets et Diabétiques !

Les Locavores, qu’est-ce que c’est?
Concevant à juste titre que consommer est plus que remplir son frigo, l’association considère qu’« il n’y a pas que le produit, il y a aussi celui qui le fait ». Je vous invite à vous référer à notre article sur le sujet en cliquant ici .

De plus, cette semaine, les produits de votre Ruche parcourent en moyenne 38 km avant d’arriver dans votre panier ! Dans les circuits traditionnels, ils parcourent souvent plusieurs milliers de kilomètres.

L’ensemble de ce que propose l’association, à savoir 514 produits de 19 producteurs différents, est à retrouver sur le site catalogue en cliquant ici. Pour le retrait, ça se passe le jeudi de 17:00 à 18:30 à la Friendly Auberge au 32 rue Gilet, Colomiers

Share

Aussi anodin qu’il puisse paraître, le fait de faire ses courses s’avère en fait être un pouvoir au moins aussi fort que celui de voter. Au-delà de remplir son panier, il permet de définir un ou des modes de consommation et influence les circuits de production/distribution du monde de l’alimentaire. À l’origine péjoratif, le « je consomme donc je suis » est aujourd’hui synonyme de levier de décision que rien ne peut arrêter pour peu que nous nous y mettions tous. Dans cette logique de « consom-acteur », Diago a rencontré les Locavores de Colomiers, association de défense d’une alimentation locale et plus durable.

C’est Dominique Rochedreux qui est à la tête de cette association qui gère La [Ruche qui dit oui]. Ils en utilisent le site et les moyens de paiement sécurisés car d’une part ces infrastructures sont très bien faites et d’autre part elles représentent un investissement qui serait bien trop lourd pour une asso locale. Le point fort des Locavores et de sa [Ruche qui dit oui] : la rencontre entre consommateurs et producteurs.

Ainsi, lorsqu’on vient retirer son panier (tous les jeudis de 17h à 19h à la Friendly Auberge de Colomiers), on a la chance de pouvoir s’entretenir avec ceux qui font les vraies choses, qui savent vraiment de quoi ils parlent dans la mesure où il s’agit de leur métier et bien souvent de leur passion. Cette subtilité fait une très grande différence car, outre le volet humain, ces échanges vous permettent de mieux saisir les produits et de facto mieux les consommer.

Pour être certain de ce que nous avançons, nous avons dégusté les produits proposés par les Locavores de Colomiers . Œufs de truite, cake citron/pavot ou encore confiture de pétales de roses, le constat est sans appel : tout est irréprochable !

À ce propos, tout ce que vous trouvez chez les Locavores de Colomiers est produit dans un rayon de 200km maximum. Si des produits sont bios, certains sont issus de l’agriculture raisonnée. « Le bio n’est pas une fin en soi, il est en effet plus important à notre avis de privilégier des produits locaux, français et de la région Occitanie ou limitrophe, produits dans les règles de l’art par de petits producteurs passionnés par leur métier et leurs produits. » précise Dominique.

Dans cette optique d’équité, le prix de ce que vous trouverez chez les Locavores de Colomiers sera donc au bénéfice pratiquement exclusif (80%) des producteurs eux-mêmes. Un prix juste qui permet à ces producteurs de vivre dignement. Oui on pourra trouver moins cher ailleurs mais comparons ce qui est comparable. La notion de prix importe certes mais ici elle est transparente. Ce que vous payez, c’est la réalité d’un travail, pas des courtiers, intermédiaires et autres distributeurs… De plus, tous comptes faits, à produits « équivalents » (et je mets bien ça entre guillemets car on parle d’équivalence de type, certainement pas de qualité), l’écart sur le ticket final est réellement faible.

Au regard des qualités et surtout de l’optique durable et humaine que propose les Locavores de Colomiers, il n’y a pas photo… je me suis régalé ! Alors pourquoi pas vous !?

Locavores de Colomiers
Inscription gratuite sur le sitehttps://laruchequiditoui.fr/
Pour en savoir plus :
https://locavorescolomiers.jimdofree.com/
Fb@locavores.colomiers

Share

Association de défense d’une alimentation locale et durable, les Locavores de Colomiers s’engagent depuis 2013 dans une démarche de consommation chargée de sens.

100% Local

Manger local est un acte citoyen qui revêt 3 enjeux : manger de meilleurs produits, limiter les temps de transport et donc augmenter leur qualité, réduire les dépenses énergétiques, puis soutenir les producteurs locaux et donc l’emploi dans notre proximité. De plus, nos paysages de France ne seraient pas ce qu’ils sont sans nos agriculteurs, nos éleveurs, nos maraîchers…il convient donc de les préserver à travers nos actes de consommation quotidiens.

Circuits courts

Les petits producteurs n’ont très souvent pas accès à la grande distribution ou ne trouvent pas leur compte de par les prix qui leurs sont imposés ce qui ne leur permettent pas de vivre de leur travail. Le but des Locavores de Colomiers est ainsi de promouvoir les circuits courts, appelés aussi circuits directs, afin que les producteurs soient mieux rémunérés de par ce contact sans intermédiaires avec les consommateurs.

Social et environemental

Le bio c’est bien mais pas suffisant. Il est en effet tout aussi voire plus important de privilégier des produits locaux de la région Midi-Pyrénées ou limitrophe. Donner du travail à nos voisins au lieu de s’adresser à des producteurs situés de l’autre côté de la planète est un acte de bon sens. De plus , outre ce geste de solidarité avec nos concitoyens, l’impact d’une consommation locale en termes d’émission notamment liées aux transports s’en trouve d’autant plus réduite.

Une solidarité exemplaire

Impliqué dans son action d’accompagnement de familles dans le besoin, le Secours Populaire a reçu ce jeudi 4 juin un chèque de 1000€ de la part des Locavores de Colomiers. « L’augmentation des commandes de produits régionaux dans notre [Ruche qui dit oui] durant la période de confinement aura été une surprise heureuse et inattendue » explique Isabelle Borgognone, Présidente de l’association des locavores de Colomiers. Elle poursuite « Ce nouveau comportement collectif de consommation plus responsable nous permet désormais de proposer une distribution de produits locaux toutes les semaines à Colomiers. Notre équipe, qui a beaucoup donné de son temps et de son énergie durant cette période pour nourrir ses « abeilles » (clients), a décidé dans un esprit de coopération et d’entraide de soutenir avec une partie de ses recettes une action de solidarité qui a du sens. Notre consommation doit avoir du sens pour notre santé, notre environnement et notre société. » Cette initiative fait chaud au cœur, chapeau bas!

Fb@locavores.colomiers

Share

Au moment où les débats autour du glyphosate et de la tomate hors sol font rage, les Français se tournent de plus en plus vers le BIO, et délaissent peu à peu les cultures dites conventionnelles. Et tandis que le consommateur est de plus en plus renseigné, les enseignes Bio se multiplient et les modes de productions alternatifs – comme les AMAP et les Ruches – se développent. A l’ère du « mieux manger », les slogans des hard discounters ne prônent pas tant les prix bas, que des produits sains et équitables. Se fournir en direct du producteur a le vent en poupe, et certains noms barbares comme « permaculture » commencent à rentrer dans le vocabulaire des consommateurs. Désormais, le combat face aux problèmes climatiques et sanitaires se passe dans l’assiette et chacun lutte armé de sa fourchette. Un panier à salade dans lequel il est parfois difficile de faire son choix. État des lieux des bonnes adresses près de chez vous.

 

 

 

 

 

 

© Hélène Ressayres

Fini les tomates toute l’année ou les fruits de la passion par avion ! Avec ce mode de consommation, on se nourrit désormais au rythme des saisons, et les aliments qui composent nos repas ont une origine géographique située à moins de 160km de nos assiettes. Une communauté née en 2005 aux Etats-Unis, en réponse aux ravages de la junkfood, et qui tend à se développer de plus en plus dans l’hexagone. Une volonté de diminuer l’empreinte carbone de son mode de consommation, d’encourager l’économie locale, et pourquoi pas, redonner un peu de bon sens commun à nos us et coutumes alimentaires. Et chaque crise phytosanitaire, chaque affaire douteuse de l’industrie agroalimentaire, incitent de plus en plus de Français à se tourner vers des réseaux alternatifs et privilégier les circuits courts. AMAP, Ruches, marchés, vente directe chez le producteur, ou cueillette à la ferme… l’éventail d’offres, porté par les réseaux sociaux et internet, s’élargit et devient chaque jour plus accessible. A tel point que la grande distribution s’y met, et que la tendance bobo devient peu à peu le B.A.B.A. D’après une étude menée par la Région en 2018, 92% des habitants d’Occitanie seraient prêts à privilégier des aliments produits au niveau local. Et les entreprises du secteur suivent aussi le mouvement. C’est notamment le cas de la start-up « Hoope », qui fabrique sa propre pâte à tartiner made in Toulouse. Une tendance en plein essor qui rappelle les richesses de notre terroir, et rend acteur d’un lendemain plus responsable.

 

Article rédigé par Hélène Ressayres

 

Share