Journal-Diagonale

C’est en ce jour de Fête Nationale que nous avons été gracieusement invités à participer à une étape du Tour de France par Logis Hotels et Restaurants (qui n’est autre que l’hébergeur officiel de l’évènement). Et c’était tellement bien.

Voici donc votre humble serviteur presque réveillé sur le parking technique de la caravane du Tour à Muret. Il est 6h40, il fait 14 degrés. Ca pique, mais c’est pas grave. Sur la place, camions et véhicules floqués de sponsors s’animent en douceur mais la taille du site laisse présager une vague bien plus conséquente à venir. Rien d’étonnant lorsque l’on sait que la Caravane du Tour est composée de 150 véhicules en tout genre, représentant 30 marques. Car oui, ce cortège a clairement une visée publicitaire dans le fond, bien qu’elle apporte largement plus que de la visibilité aux marques comme vous le verrez au fil de ce papier.

Faisant quelques pas avec Philippine (la chargée des relations presse), j’en profite pour lui poser quelques questions sur cet évènement. C’est là que je commence à prendre la mesure de ce qui anime vraiment cette Caravane. Elle me confie qu’il s’agit pour elle de sa 12ème édition ce qui à ce niveau là est soit un syndrome de Stockholm, soit de la passion. Au regard de l’ambiance qui monte peu à peu, je commence à comprendre que cet évènement est bien plus qu’un simple travail sur 4 semaines. Des centaines de personnes présentes, aucune ne fait la gueule. Tout n’est que sourire, bonne humeur et camaraderie entre tous les représentants des marques. En effet, il n’est pas question de rivalité ou de concurrence entre eux, tout le monde œuvre dans un but commun : partager sa bonne humeur. En point d’orgue, une chorégraphie géante organisée chaque matin est exécutée dans une ambiance de dingue par tous les participants. A peine celle-ci terminée, c’est la ruée vers le cortège avant le départ.

Moteurs vrombissants et sono à fond, nous voici au croisement entre Les Fous du Volant et Fast And Furious. Désordre apparent pour ordre caché, le démarrage de la Caravane est, à l’inverse de la choré susnommée, totalement millimétré. Chaque groupe de véhicules prend une place précise dans le défilé. Muret centre, on arrive.

L’équipage Logis de France est composé de 3 Mini et d’un Renault Master dont il ne subsiste que les roues et longerons. Modifiés à Tours, ces véhicules ont de la gueule et sont parfaitement pensés pour l’exercice. Ma place est dans le char-Master sur ce qui fut jadis le côté passager. Pilote, speaker et 2 personnes en charge de la distribution des goodies forment l’équipage. À part moi, chacun à son rôle bien précis à bord, donnant à notre monture des airs de PBR au Viêt Nam (et bien sûr que je me prend pour le Capitaine Willard).

Dès les premiers tours de roue et le public rencontré, on se sent envahi de cette énergie positive apportée par chaque spectateur. Avec plus ou moins de professionnalisme, nombreux sont ceux qui viennent pour récupérer les traditionnelles goodies lancées des chars. 47% du public avoue d’ailleurs ne venir que pour voir la Caravane. À ce propos, Logis Hotels distribue des éléments produits à base de PVC recyclé, recyclable, sans phtalates et fabriqués en France. L’exercice du jet d’objets est parfaitement maitrisé par la Team qui distribue avec précision dans un mouvement digne de Cat’s Eyes. Le public adore, nous aussi. Le seul désagrément pour toute personne prenant part au cortège reste l’unique pause pipi prévue sur le trajet, donc doucement sur la Vittel.

De témoin, je deviens vite acteur de cette fête, saluant la foule façon Reine d’Angleterre, alternant les coucou, peace et shaka. Derrière moi, le speaker donne de la voix avec une énergie aussi forte que sincère. Le pilote à la vista prodigieuse me montre les points d’intérêt tout en adaptant sa conduite aux différents passages. L’hôtesse présente sur le véhicule nous précédent danse et s’amuse durant tout le trajet. Quels spectacle.

Sur le bord de la route, c’est également la fête avec un public transgénérationnel venu bien souvent en famille de toute la France (coucou Lili). L’inébranlable drapeau Breton flotte haut, les déguisements et costumes sont légion et les pancartes pleines de messages positifs s’enchainent. Au delà de ce côté carnaval, le Tour met en lumière cette France profonde que l’on adore. Du tracteur arrêté à même le champ, du C15 du Seigneur et de la veste Solognac remplissent un paysage dont on ne pourra jamais se lasser. Qu’il est beau notre Pays.

Arrivés à Saint Lary, il est temps de quitter cette caravane qui nous a ouvert ses portes le temps d’une journée. Merci encore Logis Hotels, même si je garde votre jingle en tête pour quelques jours encore.

NDLA : ayant eu la chance de vivre cette aventure, je tiens à remercier Logis Hotels et Restaurants, plus particulièrement Philippine même si elle ne connais pas bien le nom des quartiers de Toulouse, Paul pour son subtil mélange de sourire/efficacité, Lucie et Mathilde pour leur inépuisable énergie de type dansante, Fabien qui a largement le talent de Max de Fun Radio, Steph et son pilotage de l’extrême, Greg et sa lutte permanente pour nos belles traditions et enfin toutes celles et ceux que j’ai pu croiser ce jour là. Vous êtes incroyaaaaaables! <3

Share

Comments are closed.