Category

Immo

Category

Lorsque l’on souhaite investir dans l’immobilier, l’obtention du financement est l’étape primordiale à anticiper. Cette phase n’est pas sans encombre, c’est un long parcours qui demande une certaine préparation pour y arriver. Ainsi, que faut-il mettre en place pour optimiser ses chances de décrocher son crédit immobilier ? ICC Finance, société de courtage, présente les principales clefs qui vous aideront à mettre toutes les chances de votre côté.

Soignez votre profil d’emprunteur

L’une des premières clefs pour obtenir son crédit immobilier est de faire attention à ses dépenses. La banque juge la cohérence du projet en regardant les habitudes de consommation du futur emprunteur à l’aide de ses trois derniers relevés bancaires mensuels.

Pensez à un apport personnel

Disposer d’un apport personnel lors d’un achat immobilier est conseillé mais toutefois il n’est pas obligatoire. Dans le dossier d’emprunt, l’épargne résiduelle (après projet) dont dispose le client a aussi son importance.

Faites attention à votre capacité d’endettement

L’ensemble des prêts d’un emprunteur ne doit pas dépasser 33% de ses revenus. Cependant il ne faut pas toujours s’arrêter à cette règle : Les banques regardent aussi « le reste à vivre ». « Si une personne gagne 4 000€ mensuels et qu’elle a un crédit immobilier de 1 500€ par mois, son taux d’endettement dépasse ces fameux 33%. Pour autant il lui restera encore 2 500€ pour ses autres dépenses » souligne Hugo Cariat, dirigeant d’ICC Finance. « Le reste à vivre » est donc très important, il doit être compris à minima entre 650€ et 850€ par adulte et entre 200€ et 300€ par enfant à charge. Chaque dossier est différent et c’est la cohérence du projet qui compte le plus pour l’accord du financement.

Entourez-vous de professionnels du secteur

Faire appel à un courtier en crédit immobilier vous aidera à augmenter vos chances d’obtention d’un crédit à un taux intéressant. « Son rôle est de mettre en concurrence des établissements bancaires afin de trouver les conditions de financement les plus intéressantes pour son client. Ce spécialiste de l’immobilier a accès à quasiment toutes les offres du marché bancaire, ce qui lui permet de savoir quelle banque va être intéressée par tel ou tel profil. Chacune d’elles a sa cible de clientèle, le courtier se doit alors de guider son client vers celle qui correspond le mieux à son profil d’emprunteur » rajoute Hugo Cariat.

ICC FINANCE
10 ALLÉE DU ROUSSILLON
31770 COLOMIERS
TÉL. 05 61 40 79 68

Les taux immobiliers sont toujours aussi proches de leurs plus bas niveaux historiques et les conditions d’octroi restent favorables. Le moment est donc idéal pour investir à Colomiers ! Le dernier baromètre des taux nous le montre une nouvelle fois (cf. graphique ci-dessus) : En comparaison avec celui de l’année dernière, à la même époque, nous constatons que le meilleur taux d’emprunt sur 20 ans est passé de 1,22% à 0,80%, soit une baisse de 0,42 point. Une belle diminution en l’espace d’une année seulement ! Investir dans l’immobilier reste un placement intéressant, pour se constituer un patrimoine et en vue de préparer la retraite. Emprunter est donc une bonne idée. Nos courtiers ICC Finance à Colomiers – situés au 10 allée du Roussillon – sont à votre disposition pour tout projet : crédit immobilier, renégociation de crédit immobilier, financement professionnel et assurance emprunteur. N’hésitez pas à les solliciter, ils pourront vous aider à obtenir le meilleur taux !

Share

À 23 ans, Thomas Peyre est à la tête d’une start-up prometteuse. « Trynbuy »
propose aux acquéreurs d’un logement d’y dormir, avant de l’acheter.
« Quand on veut acheter un pull, on peut l’essayer. Pas une maison ».
C’est pour remédier à ce problème que ce jeune entrepreneur a récemment
créé sa propre boîte nommée « Trynbuy » (en anglais « essayer et acheter »).

« C’est l’achat le plus important d’une vie alors autant être sûr de sa décision », démontre le jeune homme. Passer une ou plusieurs nuits permet de mieux se projeter. Cette idée ingénieuse, Thomas Peyre l’a eue à 19 ans, en passant une soirée chez des amis à Lacrouzette. Le lendemain matin, après y avoir passé la nuit, il petit-déjeune chez eux.

« Il y avait une très belle vue sur Lacrouzette. J’ai dit à mes amis : C’est bon, je vous l’achète ! » De là, la plaisanterie s’est transformée en projet sérieux. Aujourd’hui, « Trynbuy » travaille avec des agences immobilières qui veulent proposer ce service à leurs clients. Concrètement, un potentiel acheteur doit payer 0,05 % du prix du bien immobilier pour passer une nuit dedans avant de se décider. Pour une maison à 300 000 euros, cela représente 150 euros la nuitée. La somme est ensuite répartie entre le vendeur (60 %), l’agence (15 %) et Trynbuy (25 %).

www.trynbuy.fr

Share

Diagonale : Monsieur Romanet, Comment pourriez-vous résumer l’intérêt que présentent les 3 communes que sont Brax, Pibrac et Léguevin pour de futurs acquéreurs ?

Jean-Henri Romanet : Il faut tout d’abord savoir que ce marché s’est toujours bien porté, ce qui peut rassurer l’acheteur dans sa démarche qui se projette aussi dans sa future revente. Ces 3 communes ont un grand attrait, du fait de la proximité de la forêt de Bouconne, véritable poumon vert toulousain, du pôle aéronautique. Pour Pibrac et Brax, la présence de la gare SNCF Toulouse/Auch est un atout indéniable. Et tout cela à seulement 15 km de la place du Capitole.

Diagonale : Avez-vous un profil type de clientèle ?

Il est vrai que notre secteur comporte quelques particularités. Notre clientèle se compose en majorité de cadres supérieurs avec enfants. Ils apprécient particulièrement ces trois villes de l’ouest toulousain, avant tout pour l’environnement et son cadre de vie, mais aussi pour le type de bien que l’on peut trouver sur ce secteur. En effet, la plus grande demande de notre clientèle concerne les villas ou maison de type 4 ou 5 avec jardin, produit que l’on trouve régulièrement sur le marché immobilier.

En ce qui concerne les appartements ils représentent une partie plus réduite de la demande qui se compose plus particulièrement d’investisseurs en vue de louer sous lois de défiscalisation ou pas. La fourchette moyenne pour une villa T4 se situe entre 270.000 et 350.000 € et une villa T5 entre 400.000 et 650.000 € suivant les prestations. Cependant certains biens peuvent dépasser aisément cette fourchette de prix en particulier pour les maison récentes. Pour les appartements dans l’ancien, un T3 se situe entre 140.000 et 180.000 € et un T4 entre 180.000€ et 200.000 € en fonction de l’environnement, des prestations et de la surface. Les tarifs dans le neuf seront rehaussés d’au moins 20%.

Bégué Immobilier
1 rue des Pinsons, 31820 Pibrac
Tél. 05 61 77 00 00
Bégué Immobilier
8 place du Château, 31490 Brax
Tél. 05 61 86 39 39

Share

Il est vrai que l’on entend depuis quelques années que le marché immobilier au niveau national se porte bien et tout particulièrement sur la région toulousaine. Cette analyse s’avère encore plus flagrante sur l’ouest toulousain, de par son attrait économique et en terme de qualité de vie.

Des éléments purement fiscaux, bancaires et dépendant de la politique gouvernementale vont également dans ce sens :

◆ Suppression de la taxe d’habitation pour les 20% des Français qui y sont encore assujettis d’ici 2023.
◆ Projet de révision de la valeur locative cadastrale servant de base de calcul de la taxe foncière
◆ Taux de crédit toujours aussi bas en ce début d’année. 0,40 point de baisse sur les taux en un an !
◆ PTZ maintenu dans les zones B2 et C

La conséquence directe de tous ces voyants qui sont au vert, est un marché immobilier, toujours aussi porteur, qui a encore de beaux jours devant lui, même si certains économistes tirent la sonnette d’alarme et prédisent une crise immobilière dans un avenir proche.

Actuellement, le prix moyen d’achat d’un logement ancien en France en 2019 est de 3367€ /m 2 avec encore une fois la palme d’or pour Paris qui atteint des sommets avec un prix moyen à plus de 10000€ le m 2 . Cependant sur le plan local, les tarifs peuvent être très variables suivant les critères suivants : type de bien, quartier, environnement, ancienneté du bien, proximité des écoles, transports et commerces. La fourchette de prix pour l’ancien ou le neuf est vraiment très importante (de 1800 à 4000 € !) d’où l’intérêt de faire appel à un agent immobilier local.

Attention, vendre son bien immobilier soi-même n’est pas une mince affaire ! Entre l’estimation, la rédaction de l’annonce qui est capitale, les visites à organiser, les diagnostics immobiliers à effectuer, les dossiers à sélectionner…Afin d’éviter de perdre du temps, pensez à confier votre bien à une agence immobilière. Cela vous permettra de vendre sereinement et sans mauvaise surprise. En effet, ce professionnel, souvent décrié à tort, notamment par rapport à ses honoraires s’avère avant tout un bon rempart aux mauvaises embûches et sera le garant qui sécurisera la vente de votre logement en vous apportant de solides garanties. Doté d’une formation spécifique notamment juridique, fiscale, pathologie du bâtiment, assurance, comptabilité …. Ce dernier doit être titulaire de la carte T (carte professionnelle délivrée par la CCI).

En outre, il doit obligatoirement avoir une RCP sans parler d’une garantie financière qui doit obligatoirement être affichée dans ses locaux. L’exercice de sa profession est strictement encadré par la loi HOGUET du 2 janvier 1970 ainsi que de la loi ALUR du 24 mars 2014. Notre agence fera jouer son propre réseau et utilisera son fichier interne afin de proposer en priorité votre logement à des acquéreurs potentiels à la recherche de ce type de bien en particulier. Bien évidemment, nous aurons soigneusement vérifié en amont la solvabilité du potentiel acquéreur évitant ainsi une perte de temps inutile.

Tout bon agent immobilier doit savoir estimer un bien au juste prix car si le prix est cohérent avec le marché le délai moyen de la transaction oscillera entre 60 et 90 jours. Nous utilisons principalement trois méthodes pour estimer un bien :
◆ La méthode par comparaison (ou méthode dite par le marché)
◆ La méthode par capitalisation (ou méthode dite fi nancière)
◆ La méthode du cash-flow (ou méthode d’actualisation des flux de revenus)

Malheureusement nous nous apercevons trop souvent que des biens sont surestimés afin d’attirer le client en lui faisant miroiter un prix de vente attractif alors que le prix n’est pas en adéquation avec la réalité du marché. Cette technique, permet de capter le maximum de clients afin de leur faire signer un mandat de vente qui se soldera par une baisse de prix significative et qui aura pour eff et direct de « griller » le bien sur la toile comme on dit souvent dans le jargon immobilier. Chez SITEA, nous préférons perdre un mandat plutôt que de surestimer un bien car il est de notre devoir et de notre professionnalisme de se battre contre ses pratiques qui décrédibilisent notre profession. Avec SITEA, c’est l’assurance de vendre un bien au bon prix et en exclusivité afin de concentrer tous nos efforts sur la réalisation de la vente en créant de la rareté autour de votre bien synonyme de qualité. Tel un bijou, c’est dans un écrin que votre bien sera proposé au public !

SITEA
12 RUE CHRESTIAS
31770 COLOMIERS
TÉL. 09 72 53 06 92

WWW.SITEA-IMMO.COM

Share

Lorsque l’on souhaite investir dans l’immobilier, l’obtention du financement est l’étape primordiale à anticiper. Cette phase n’est pas sans encombre, c’est un long parcours qui demande une certaine préparation pour y arriver. Ainsi, que faut-il mettre en place pour optimiser ses chances de décrocher son crédit immobilier ? ICC Finance, société de courtage, présente les principales clefs qui vous aideront à mettre toutes les chances de votre côté.

Soignez votre profil d’emprunteur
L’une des premières clefs pour obtenir son crédit immobilier est de faire attention à ses dépenses. La banque juge la cohérence du projet en regardant les habitudes de consommation du futur emprunteur à l’aide de ses trois derniers relevés bancaires mensuels.

Pensez à un apport personnel
Disposer d’un apport personnel lors d’un achat immobilier est conseillé mais toutefois il n’est pas obligatoire. Dans le dossier d’emprunt, l’épargne résiduelle (après projet) dont dispose le client a aussi son importance.

Faites attention à votre capacité d’endettement
L’ensemble des prêts d’un emprunteur ne doit pas dépasser 33% de ses revenus. Cependant il ne faut pas toujours s’arrêter à cette règle : Les banques regardent aussi « le reste à vivre ». « Si une personne gagne 4 000€ mensuels et qu’elle a un crédit immobilier de 1 500€ par mois, son taux d’endettement dépasse ces fameux 33%. Pour autant il lui restera encore 2 500€ pour ses autres dépenses » souligne Hugo Cariat, dirigeant d’ICC Finance. « Le reste vivre » est donc très important, il doit être compris à minima entre 650€ et 850€ par adulte et entre 200€ et 300€ par enfant à charge. Chaque dossier est différent et c’est la cohérence du projet qui compte le plus pour l’accord du financement.

Entourez-vous de professionnels du secteur
Faire appel à un courtier en crédit immobilier vous aidera à augmenter vos chances d’obtention d’un crédit à un taux intéressant. « Son rôle est de mettre en concurrence des établissements bancaires afin de trouver les conditions de financement les plus intéressantes pour son client. Ce spécialiste de l’immobilier a accès à quasiment toutes les offres du marché bancaire, ce qui lui permet de savoir quelle banque va être intéressée par tel ou tel profil. Chacune d’elles a sa cible de clientèle, le courtier se doit alors de guider son client vers celle qui correspond le mieux à son profil d’emprunteur » rajoute Hugo Cariat.

ICC Finance Colomiers – Courtier en crédit immobilier
10 Allée du Roussillon, Colomiers
05 61 40 79 68
www.icc-finance.fr

Share

Quelle différence entre un prêt avec ou sans apport personnel ?

L’apport personnel est la somme que vous pouvez investir pour l’achat de votre bien immobilier. Il doit permettre de couvrir différents frais : notaire, dossier, garanties… Selon les banques, l’apport personnel doit représenter entre 10 % et 20 % minimum du montant de l’opération.
Économies, donations, prêts aidés, déblocage anticipé de votre épargne salariale… N’hésitez donc pas à faire feu de tout bois : plus le montant de votre apport personnel sera important, plus vous bénéficierez d’un taux avantageux !

Pas d’apport…Vous aimeriez devenir propriétaire, mais vous n’avez pas d’épargne ?

Rien d’impossible à cela : avec un projet réaliste et un dossier bien construit, vous pouvez aussi acheter sans apport. Mais 3 points doivent retenir toute votre attention :
1 – Votre situation professionnelle sera déterminante au moment de
négocier le prêt. Le banquier ou le courtier va regarder en premier le niveau et la régularité de vos revenus, la sécurité de votre emploi et votre ancienneté. Puis, votre endettement crédit voiture, à la consommation, votre âge et même votre situation personnelle (mariés, personnes à charge, etc.…).
2 – Faites jouer la concurrence ! Les banques aujourd’hui sont plus
enclines à financer des prêts dits à 100 % et même 110 % qui incluent les frais d’agence et de notaire.
3 – Renseignez-vous car certaines aides sont faites pour vous aider à acheter sans apport : aide aux primo-accédants (logement neuf), le prêt à taux zéro (PTZ+) vous permet de bénéficier d’une avance de l’État sans intérêt et sans frais de dossier (attribution basée sur vos ressources) !

La capacité d’emprunt (d’endettement) c’est quoi ?

Qui dit emprunt dit mensualités : donc quelle somme pouvez-vous rembourser tous les mois pour votre prêt immobilier sans vous mettre en péril financièrement ? À titre indicatif, vos mensualités de remboursement, tous crédits confondus (immobilier, véhicules, consommation, etc.…), ne doivent pas dépasser le tiers de vos revenus, soit approximativement 33 %.

Quelle garantie pour votre prêt ?

Obligatoire, afin de se prémunir contre tout défaut de paiement, la banque exigera une garantie sur le bien que vous voulez acheter. Cette garantie, qui sécurise votre achat, peut prendre différentes formes, dont les plus courantes : l’hypothèque et la caution.
L’hypothèque est la garantie traditionnelle par excellence, elle reste cependant très coûteuse (frais notaires, taxe publicitaire, etc.…) Une hypothèque permettra à la banque qui a financé votre achat de saisir ce même logement en cas de non-remboursement du prêt pour le vendre aux enchères judiciaires et récupérer la somme qu’elle a investie. Attention, certaines banques exigent une hypothèque… Posez la question avant de vous lancer ! La caution… Oubliez tout de suite la caution des parents, du grand-père, de la tantine, etc.…

Ce système est révolu. On parle généralement ici de caution mutuelle. Une société spécialisée, tant pour l’acquisition de biens immobiliers neufs ou anciens, d’un terrain et même la réalisation de travaux, cautionne votre achat. Vous réglez une somme proportionnelle à la hauteur de votre bien, cette dernière contribuant à un fond commun qui sert à régler les éventuels problèmes de remboursement des adhérents en difficulté. Plus simple, sans frais de notaire ou de dossier, une partie de cette caution vous sera même rendue en cas d’absence d’impayés à la fin du crédit ! Renseignez-vous bien. La simulation de prêt immobilier vous permet de préparer au mieux votre projet, mais pour être sûr de votre projet, Empruntis c’est aussi 3 agences près de chez vous. Actuellement, vous pouvez bénéficier de la garantie du meilleur taux. Empruntis s’engage avec vous dans la réalisation de vos projets et vous rembourse la différence si vous trouvez un crédit immobilier moins cher ailleurs !
Gagnez du temps, contactez votre agence la plus proche…

Share

Le Plan Bâtiment Durable plaide pour une meilleure prise en compte des propriétaires bailleurs et des locataires dans la politique publique de rénovation énergétique. Le parc locatif privé compte près de 6,5 millions de logements, dont 3,1 millions sont considérés comme des logements énergivores.

Les locataires du parc privé locatif constituent 45% des ménages exposés à la précarité énergétique. Ils cumulent en conséquence loyer et charges élevées. En faisant ce constat, on se rend compte que la rénovation énergétique du parc locatif privé concerne aussi bien les propriétaires-occupants que les locataires. Parmi les locataires du parc privé habitant un logement énergivore, 65% vivent en appartement. Cette information est essentielle car si les propriétaires sont bien les décideurs des travaux privatifs, c’est l’assemblée générale de la copropriété qui décide des travaux relevant des parties communes.

De leur côté, les propriétaires de ce parc sont plutôt des retraités, cadres et professions supérieures, commerçants, agriculteurs, artisans ou chefs d’entreprises. 64% d’entre eux ne possèdent qu’un seul logement. 64% gèrent directement leur bien. Enfin, 60% du parc locatif privé appartient à des propriétaires qualifiés « d’aisés » et pourtant ils détiennent le plus grand nombre de logements énergivores ! Inutile de préciser que l’effort d’entretien-amélioration est en diminution depuis une dizaine d’années. Pourtant ces logements qui se trouvent plutôt en zones urbaines jouent un rôle important dans les campagnes où le parc locatif social est moins implanté.

Il faut sortir de l’approche classique mettant en miroir un locataire « passif » et un propriétaire à la seule recherche du profit. Les propriétaires bailleurs peuvent développer un rôle sociétal et environnemental, les locataires jouer un rôle dynamique. Tous deux peuvent devenir acteurs de la rénovation énergétique.

Prendre en compte la spécificité du parc locatif en copropriété

Un des principaux objectifs est celui de mobiliser les propriétaires bailleurs selon leur profil : les « éligibles Anah », les « intermédiaires » ou les « aisés ». L’autre priorité concerne des mesures spécifiques à prendre pour les copropriétés. Dans la mesure où les copropriétés accueillent 65% des logements locatifs privés, des mesures spécifiques doivent être prises. Notamment pour promouvoir les aides directes aux syndicats et élargir l’éligibilité des copropriétés aux aides de l’Anah. Ainsi, les syndicats de copropriété deviendraient éligibles aux aides de l’Anah dès que leur consommation énergétique dépasse 330 kWhEP/m2/an. Par ailleurs, les subventions collectives doivent être développées compte tenu de leur efficacité puisque les bailleurs en bénéficient comme les propriétaires-occupants. Concernant les copropriétés, l’Eco-PTZ est difficilement mobilisable car il ne couvre pas l’ensemble des travaux. Mais avec la loi de finances 2019, l’Eco-PTZ a évolué en supprimant la condition de bouquet de travaux et l’éligibilité des logements de plus de 2 ans. En ce qui concerne les certificats d’économie d’énergie devenus la première source de financement de la rénovation énergétique, il serait temps d’adapter ce mode de financement aux besoins et contraintes des copropriétés en matière de prise de décision pour des travaux.

  • Adapter et amplifier les programmes de sensibilisation et de formation à la rénovation énergétique pour les syndics de copropriétés.
  • Rendre les copropriétés éligibles aux aides de l’Anah dès que leur consommation énergétique dépasse 330 Kwh.EP par m2 et par an
  • Promouvoir les aides directes de l’Anah aux syndicats de copropriétaires
  • Cristalliser le montant du CITE le jour du vote des travaux en Assemblée Générale de copropriété (à condition que les travaux soient réalisés dans les 2 ans)
  • Promouvoir l’Eco-PTZ collectif, y compris pour les syndics bénévoles.
Share

A la mi-septembre la tendance se confirme : les taux immobiliers sont en baisse, désormais à des niveaux incroyablement bas. Ces baisses concernent les taux mini, réservés aux meilleurs profils, mais aussi les taux moyens, soit ceux du marché. Pour les
emprunteurs, la période est donc extrêmement propice à la concrétisation d’un projet immobilier !

Notre porte-parole, Ulrich Maurel, analyse : « Dans toutes les régions, que l’on regarde du côté des taux moyens ou que l’on se tourne vers les taux mini, même constat : des baisses sur la majorité des durées, même si les plus importantes se concentrent sur les taux mini. Les meilleurs profils peuvent même espérer d’excellentes conditions, des décotes supplémentaires étant
toujours possibles ». Les taux bas, une aubaine pour les acquéreurs, dans le même temps confronté à la hausse des prix de l’immobilier. Le m² parisien se négocie aujourd’hui à plus de 10 000€, et les hausses sont aussi palpables dans de grandes villes comme Lyon, Toulouse, Strasbourg ou Nantes.

Les taux vont-ils continuer à soutenir les investissements ?
« Même s’il est toujours difficile de se prononcer sur l’avenir des taux, rien n’indique leur remontée pour le moment. Certes on constate une hausse des OAT, mais celles-ci demeurent en territoire négatif à -0.17%. De plus Mario Draghi, président de la Banque Centrale Européenne, annonce une nouvelle baisse du taux directeur (à -0,50% à présent), incitant les banques à prêter plus qu’à placer ». Dans ce contexte, les emprunteurs devront trouver la banque qui leur proposera les meilleures conditions et le taux le plus favorable à la réalisation de leur projet.
D’où l’importance de s’appuyer sur l’expertise d’un courtier !

Empruntis l’agence
21 bis, rue d’Auch
31770 Colomiers
Port. : 06 62 45 70 61
Fixe : 05 34 50 11 00

Share

Découvrez les maisons du programme Villas Rosa 3, 4 et 5 pièces situées à l’entrée du village de Brax. Chaque villa dispose d’un agréable jardin, d’un garage et de stationnements.
A l’orée de la forêt de Bouconne, à quelques pas des écoles, commerces de proximité, associations sportives et culturelles, faites le choix de la qualité de vie ! Depuis la gare de Brax-Léguevin située à 350 mètres des villas, l’accès aux sites aéronautiques de Colomiers et la connexion avec le métro de Toulouse-Les Arènes se fait en un rien de temps. Et en 2025, la troisième ligne du métro sera accessible en moins de 15 minutes ! Vous souhaitez devenir propriétaire ou investir ? C’est le moment de profiter du meilleur choix et de l’expertise de Saint-Agne Immobilier, acteur toulousain reconnu aujourd’hui pour la qualité de ses réalisations innovantes et éco-responsables.

Plus d’informations sur: www.saint-agne.com !

Share

Il n’y a rien de tel que de faire appel à un agent immobilier pour la réalisation d’une transaction immobilière. Indépendant ou travaillant en agence, ce sont des professionnels qui aident non seulement dans la recherche du placement idéal en fonction de votre budget et de vos envies, mais aussi dans la conduite des différentes étapes de l’investissement.
Fin connaisseur du marché, en effet, le courtier immobilier travaille de concert avec les notaires et les diagnostiqueurs immobiliers. Ce qui vous fera économiser du temps dans la réalisation des différentes demandes et étapes de l’achat immobilier.
Mais il reste un inconvénient de taille dans les prestations d’un agent immobilier. Notamment, cous devriez payer une certaine commission en échange de son intervention. Kézako ? Quelles sont les choses prises en charge dans ces frais ? Comment les comparer ? Retour sur les bons à savoir sur la commission d’un agent immobilier.

HONORAIRE D’AGENCE
Frais d’agence ou honoraires d’agence ou commission d’agents immobiliers
La commission d’agent immobilier est aussi appelée honoraire d’agence. Il s’agit d’un pourcentage demandé par les prestataires
en échange de leur accompagnement dans les différentes étapes de la transaction. Elle varie d’un prestataire à un autre et en fonction de l’importance de l’achat ou de la vente immobilière.

Quand est-il dû ?
Il convient de noter que la commission des agents immobiliers n’est due qu’à la livraison du bien. En moyenne, en France, une transaction immobilière peut prendre entre 3 à 6 mois en fonction des systèmes de financement. En tous les cas, aucune avance ne peut être exigée par les agents immobiliers afin de garantir une qualité de service irréprochable.

Qui en a la charge ?
Selon le type de contrat, la commission d’agent immobilier peut être à la charge du vendeur ou de l’acheteur, ou encore des deux. Mais en règle générale, c’est le premier cas qui s’applique.

Comment sont fixés les frais d’agence ?
Chaque agence ou courtier immobilier applique leur propre taux. En effet, les frais sont calculés sur un pourcentage du prix total du bien. Ils s’affichent en moyenne entre 3 à 10 % du prix net vendeur. Mais ils peuvent également être sujets à négociation.

Quelles sont les choses prises en charge dans ces frais ?
Ces frais d’agence prennent en charge plusieurs choses et non seulement la rémunération des courtiers immobiliers. Ils servent notamment à couvrir les frais de publicité du bien, frais de diagnostic immobilier, etc. Les droits de visite, qui sont à la charge des acheteurs, ainsi que les frais de notaires, ne sont pas pris en compte dans les commissions d’agent immobilier.

HONORAIRE D’AGENCE : À CHAQUE PRESTATAIRE SA COMMISSION
Les honoraires d’agence en fonction de chaque type de prestataire. Les bases ne se valent pas d’un agent immobilier à un autre.

Les mandataires immobiliers
Le mandataire immobilier, par exemple, qui est de plus en plus plébiscité ces dernières années grâce à ses prestations personnalisées, demandera entre 3 à 5 % du prix de vente totale du bien.

Les notaires
Les frais de notaires ont connu une légère hausse dans certaines régions de France et s’affichent actuellement à 8 % pour les biens neufs et 9 % pour les anciens bâtis. Les frais de notaires prennent en charge les droits d’enregistrement et de publication de la vente en plus de leurs émoluments.

Les agents immobiliers classiques
Les agents immobiliers classiques demanderont entre 5 à 8 % du prix affiché. Tout dépend de votre bien immobilier à vendre. Un appartement coûtera moins cher qu’une résidence de luxe. Un bien en bord de mer sera sujet à de plus importants frais d’agence qu’un immeuble en centre-ville. En outre, un indépendant peut être plus simple à négocier qu’un prestataire en agence.

Qu’en est-il des agences immobilières en ligne sans commission ?
Il y a également une petite tendance d’agence immobilière en ligne sans commission actuellement. Très prisée par les vendeurs, c’est un moyen modique et simple de proposer son bien à la vente. Vous profiterez ainsi d’un vaste réseau, jusqu’à toucher des investisseurs potentiels à l’étranger, sans avoir à perdre 10 % de vos bénéfices au profit d’un professionnel.

Share