Journal-Diagonale
Author

Diagonale

Browsing

Le Centre de restauration municipal de la Ville de Colomiers vient de faire don de 288 kilos de denrées alimentaires à l’antenne columérine du Secours populaire français. En effet, en raison de la fermeture des crèches et des écoles, le volume journalier de repas confectionnés par les équipes municipales est passé de 4500 à 450, nécessitant la réaffectation de produits, afin d’éviter tout gaspillage.

Clémentines, poires, salades, petits suisses, liégeois, purée, escalopes de dinde et flageolets ont été remis au Secours populaire de Colomiers le 6 avril 2021. Les produits ont, pour partie, complété les colis alimentaires distribués aux familles bénéficiaires de l’association et, pour d’autres, ont rejoint les étals de l’épicerie en libre-service de l’association.

En parallèle, les équipes du Centre de restauration municipal ont fait le choix de stopper les commandes auprès des gros fournisseurs pour privilégier celles réalisées auprès de producteurs : cette démarche permet à la fois de soutenir les productions plus modestes, tout en passant des commandes plus en adéquation avec les volumes actuellement nécessaires à la production des repas.

68 000 euros de subvention annuelle

En 2020, le Secours populaire a accompagné 1200 familles sur le territoire de Colomiers et a enregistré une croissance de 30% de la demande. La Ville de Colomiers soutient fortement cette association en lui octroyant une subvention annuelle de 68 000 euros ainsi que 13 800 euros d’aides indirectes. En 2020, un précédent don de denrées alimentaires avait été réalisé durant le premier confinement (notre photo) et 25 000 euros de subvention exceptionnelle supplémentaire avait été octroyés à l’association pour la soutenir face à ses dépenses supplémentaires liées à la crise sanitaire.

Share

Le club Columérin de natation synchronisée était bien représenté le week-end dernier à Sète, lors de la rencontre Nationale Juniors 2021. Etant donné la situation sanitaire, cette compétition s’est déroulée à huis clos. Nos Juniors 1 du CNAHN ont l’honneur de faire partie des listes nationales, et ont eu la chance de continuer à s’entrainer sans interruption. Elles ont su faire leurs preuves durant cette compétition en solos, duos, ballet d’équipe en libre ou technique ainsi qu’avec le ballet combiné.
Le spectacle plein de promesses est le défi à la hauteur de l’enjeu !

En ce qui concerne les deux duos techniques Juliette et Marine se classent 6e, et Chloé́ et Sidonie 9e.
En Equipe technique, le ballet composé de Chloé, Juliette, Marine, Eva, Marylou, Sidonie, Maylis, Carla, Enora et Louna se classe 4e avec un ballet d’une superbe technique.
Quant à nos trois duos libres : Marylou et Énora se classent 6e, Chloé et Juliette se classent 8e, et Marine et Sidonie 9e.
En Solo libre, Lalie Chassaigne se classe 4e et Carla Valero se classe 7e.
Pour l’Equipe libre, composée de Chloé, Juliette, Marine, Sidonie, Enora, Maylis, Carla, Louna et Marylou, elle se classe 4e en réalisant un ballet plein d’énergie.
En Solo technique Juliette se place 8e, Sidonie 11e et Marine 12e.
Pour le Ballet combiné composé de Chloé, Juliette, Marine, Eva, Aliona, Sidonie, Enora, Maylis, Carla, Louna et Marylou, il se classe à la 2e place.

Le club est fier de ces performances, salue et félicite toutes les nageuses pour les quelques jours de compétition vécus à distance et pourtant très intenses. Les nageuses du Centre D’accès à Haut Niveaux ont eu la chance de continuer à vivre leur passion.

Merci à l’ensemble du staff qui a  suivi toutes les nageuses durant toute l’année sportive, notamment à Elodie Piquet Flavigny entraîneur de l’équipe Junior et Maeva Morineau cadre technique fédéral en charge du CNAHN qui les ont accompagnées durant cette rencontre.
Reconnaissance également envers les mairies de Colomiers et de Toulouse pour l’accès aux multiples établissements malgré la crise sanitaire actuelle. Des remerciements aussi pour Christophe Mahieu, Kiné à l’Astragale qui a suivi les filles sur cette compétition et durant l’année sur la préparation physique, la récupération et les quelques blessures et certaines préventives !

Le club espère une reprise d’entrainement dans les prochaines semaines pour permettre à l‘ensemble des nageuses du club de replonger dans le bassin de Colomiers!

USC – Colomiers Natation Synchronisée
Espace Nautique Jean-Vauchère
6 allée de la piscine
31770 Colomiers
www.usc-natsynchro.com

FB : Colomiers Nat’Synchro

Share

Le Conseil municipal tenu ce mercredi 7 avril 2021 a adopté à la majorité de ses membres le budget 2021 de la Ville de Colomiers pour un montant total de 91 334 080 euros. État des lieux, perspectives et défis, voici ce qu’il faut retenir de cette opération.

Photo : Archive Julien Fitte

« Ce budget répond à un triple objectif : à la fois poursuivre la maîtrise des dépenses de fonctionnement, notamment en matière de ressources humaines, tout en garantissant un niveau d’épargne de 4,1 millions d’euros, et en menant des projets d’envergure dans le cadre du Plan pluriannuel d’investissement », souligne Mme Karine Traval-Michelet, Maire de Colomiers et Vice-Présidente de Toulouse Métropole.

Budget de fonctionnement

Les dépenses de fonctionnement de la Ville de Colomiers pour l’année 2021 sont estimées à 63,9 millions d’euros, soit une augmentation de 2,06 %. En parallèle, les recettes de fonctionnement augmentent de 3,61 % en 2021, « bien que ces recettes seront ajustées tout au long de l’année, car ce nouveau mois de confinement qui débute aura un impact indéniable, notamment sur les recettes liées aux services d’accueil de loisirs dans les écoles, de restauration scolaire et de centre de loisirs », ajoute Mme le Maire.

Le volet principal de ce budget est dédié aux charges de personnel, soit 45 millions d’euros.  « Les dépenses de personnel augmentent de manière maîtrisée, de 1,69 % par rapport à l’année dernière. Cette augmentation intègre les évolutions statutaires, les évolutions de carrière et la création de 5 postes au sein de la Police municipale », détaille M. Philippe Briançon, Adjoint à Mme le Maire délégué au Sport et à la vie associative et citoyenne, ainsi qu’aux finances publiques et rapporteur du budget. « Ces dépenses de personnel sont d’autant plus stables si l’on considère l’ensemble des politiques publiques que nous menons : rappelons par exemple que depuis 2014, nous avons ouvert 18 classes au sein de nos écoles publiques et créé 20 postes au sein de la Police municipale », a complété Mme le Maire.

Le budget 2021 fait par ailleurs apparaître que 31 % des dépenses de fonctionnement sont dédiées à l’éducation, aux centres de loisirs et à la petite enfance.

La politique sociale de la Ville de Colomiers représente quant à elle 9% de son budget, la culture plus de 6 % et le sport environ 10%. « Ces budgets intègrent notamment les subventions aux associations, qui s’élèvent à 2,8 millions d’euros cette année, soit un niveau d’accompagnement stable par rapport à l’année précédente », rappelle M. Philippe Briançon.

6% de ce budget est par ailleurs dédié à la sécurité et 8 % à l’environnement urbain, à l’éclairage public et aux espaces publics. Il convient également de souligner que les 29 % restants sont dédiés aux services généraux : fluides, services support, assurances, fonctions mutualisées, finances, systèmes d’information, formation, etc.

« Ce budget est un budget d’engagement et de mobilisation, dans lequel est mis en lumière l’accompagnement de la Ville à tous les âges de la vie des Columérines et les Columérins », a souligné de son côté M. Arnaud Simion, 1er Adjoint à Mme le Maire délégué aux Solidarités humaines, à l’accompagnement à l’emploi, à la santé et aux relations avec le monde combattant.

Plan pluriannuel d’investissement

Ce premier budget du mandat 2020-2026 a permis de rappeler les projections du Plan pluriannuel d’investissement, estimé à 71,16 millions d’euros sur la totalité de la période, dont 14,39 millions d’euros en 2021, année qui intègre les deux-tiers du budget de construction de l’école élémentaire Simone-Veil.

Les principaux postes d’investissement seront :

  • L’éducation, avec 6,3 millions d’euros dédiés à la construction de l’école élémentaire Simone-Veil (3,23 euros avaient été affectés au titre de l’année 2020) et 660 000 euros pour les équipements numériques des écoles en 2021.
  • La rénovation urbaine du Grand Val d’Aran, avec 550 000 euros destinés à de l’acquisition foncière en 2021, pour un budget total de 19,69 millions d’euros de 2020 à 2026 incluant également la construction de la Maison des arts martiaux et de la boxe, de la Maison citoyenne et de la crèche, ainsi que des travaux d’éclairage public et d’équipement du domaine public (espaces verts, fontaines, aires de jeux…) et la restructuration d’un parking.
  • Le développement durable, avec1 million d’euros provisionnés pour la Maison de la transition écologique (2021-2022) et la ville fertile avec 200 000 euros par an de 2021 à 2025, soit un million d’euros sur le mandat également.
  • La sécurité, avecde nouveaux investissements en matière de vidéo-protection à hauteur de 150 000 par an de 2023 à 2026.
  • La culture, avec pour 2021 la subvention d’investissement pour le cinéma le Grand Central de 650 000 euros et la création de la Mémothèque dans le quartier des Fenassiers pour 140 000 euros, ainsi que la création d’un nouveau conservatoire à partir de 2024.
  • De travaux en régie et de travaux d’entretien du patrimoine bâti à hauteur de 2,4 à 2,9 millions d’euros par an, soit un total de 17,66 millions d’euros sur la totalité de la période.
  • L’équipement des services municipaux, le schéma directeur informatique  et des projets structurants en matière de développement numérique pour 1,61 millions d’euros en 2021 et de 1,15 à 1,45 millions d’euros par an pour les années suivantes.

« Il s’agit d’un Plan pluriannuel d’investissement ambitieux, raisonnable et réaliste, a souligné Mme Karine Traval-Michelet, Maire de Colomiers et Vice-Présidente de Toulouse Métropole. L’ensemble de ces investissements permet de garantir une maîtrise des charges de fonctionnement, comme durant le précédent mandat, tout en conservant une capacité de désendettement inférieure à 8 années. »

Share

Responsables des rayons non-alimentaires du Biocoop Purpan, Stéphanie et Caroline nous ont ouvert leurs portes pour nous faire découvrir les nombreuses références beauté/hygiène qu’elles proposent, dans ce magasin très lumineux de 360 m2.

Inauguré en 2004, le magasin Biocoop Purpan est idéalement situé à proximité de la Rocade. « Nous avons donc une clientèle de proximité, mais aussi plus éloignée, composée de Toulousains du centre-ville et de l’ouest-toulousain » souligne Stéphanie, qui travaille dans le magasin depuis une dizaine d’années. « Certaines personnes viennent spécifiquement pour le rayon beauté/hygiène car elles savent qu’elles vont trouver ce dont elles ont besoin, mais également et même surtout, être conseillées » complète Caroline, qui a rejoint l’équipe de 12 collaborateurs en 2015.

Comme dans tous les autres rayons du magasin, l’espace beauté/hygiène fait la part belle aux produits locaux, porteurs d’une démarche environnementale et éthique. Véritables passionnées et expertes du sujet, Stéphanie et Caroline adorent partir à la rencontre des producteurs pour découvrir de nouveaux produits. « Nos clients ont leurs habitudes mais ils apprécient également de sortir des sentiers battus et sont très curieux dès que nous faisons rentrer des nouveautés ! » souligne Caroline. « Ils peuvent trouver dans notre magasin des références que nous sommes les seuls à proposer, dont les marques de maquillage Couleur Caramel et Avril. »

« Nous avons été un des premiers Biocoop à proposer les cosmétiques bio de la Chèvrerie/Savonnerie Sorène, qui a depuis conquis de nombreux magasins ! » se souvient Stéphanie. Les produits d’hygiène solides remportent en effet un franc-succès, notamment ceux de la marque Louise émoi, basée dans le Tarn, qui propose des savons saponifiés à froid et des shampoings solides, élaborés avec des ingrédients totalement naturels et bio. En parallèle de ces produits solides, le magasin dispose également depuis peu d’un très joli meuble pour le vrac, permettant aux clients de se servir en savon liquide, gel douche et shampoing, mais également en lessive, assouplissant, etc.

Les soins visage sont également très demandés. « Nous proposons une large gamme, qui nous permet de répondre à toutes les envies, toutes les problématiques de peau et pour tous les âges. Nous avons construit une réelle relation de confiance et de proximité avec les marques sélectionnées telles Sanoleo, spécialisée en dermo cosmétique naturelle, dont le laboratoire se trouve à moins de 5 kilomètres de notre magasin » indique Stéphanie. « L’arrivée du printemps est souvent synonyme d’envie de prendre plus soin de soi et de préparer sa peau aux journées estivales qui approchent. Nous allons d’ailleurs avoir plusieurs nouveautés autour du solaire qui vont rejoindre nos rayons durant les prochaines semaines ».

Pour celles et ceux qui souhaiteraient se lancer dans le « fait maison », Caroline et Stéphanie recommandent une recette pour fabriquer un baume pour le corps, avec un joli effet teint hâlé. « Vous pourrez retrouver dans nos rayons les ingrédients nécessaires, dont certains seront d’ailleurs en promotion tout le mois d’avril ! » précise Caroline.

Share

Fondée en 2013 par Didier Rivière, chimiste et herbaliste, Sanoléo crée, formule et fabrique depuis son laboratoire toulousain des soins dermo cosmétiques naturels et bio. Rencontre avec Carla Monteiro, co-fondatrice de Sanoléo, pour découvrir les coulisses de cette jolie marque, que vous pouvez notamment retrouver au Biocoop Purpan!

La genèse de la marque

« Tout a commencé par un soin peeling visage qui m’a brûlé la peau… Un peu effrayée, j’ai questionné mon chimiste de mari pour comprendre les raisons de cette réaction. Il a cherché et décrypté pour moi les ingrédients listés en latin et en anglais auxquels je ne comprenais pas grand-chose. Nous avons été très surpris de découvrir que nos produits de soins et d’hygiène contenaient en très grande quantité des’ ingrédients potentiellement allergènes, irritants voire toxiques. Comment est-ce possible de trouver des composants cancérigènes ou des perturbateurs endocriniens dans les crèmes, les shampooings et gels douche… que toute la famille utilise plusieurs fois par jour ? Face à ce constat, nous avons décidé d’agir en élaborant des soins naturels que notre fille et nous-mêmes pourrions utiliser au quotidien. C’est ainsi que Sanoléo est née. »

Les 4 valeurs fondatrices de Sanoléo

« Notre marque repose sur 4 piliers : tout d’abord, notre ressource est la nature, rien de plus ! Nous faisons en sorte d’en tirer le meilleur, en privilégiant au maximum les plantes issues de notre biotope local. Deuxièmement, il faut tenir compte du fait que tout ce que propose la nature n’est pas forcément bon pour la peau, ou pour tout le monde ! Après ma mauvaise expérience, nous tenions tout particulièrement à garantir à nos clients l’innocuité de nos soins. Nous pratiquons donc un principe de précaution concernant les ingrédients que nous sélectionnons, avec une attention particulière portée à leur profil toxicologique (perturbateurs endocriniens, cancérigènes et allergènes). Troisième valeur : l’efficacité, qui passe notamment par la spécialisation de nos produits. Nous avons développé des gammes de soins spécifiques répondant aux problèmes rencontrés par les différents types de peaux. Enfin, nous mettons un point d’honneur à proposer des produits agréables à appliquer, car nous considérons qu’un soin cosmétique n’en est pas véritablement un s’il n’apporte pas une touche de plaisir qui éveille les sens. »

Sanoléo propose une gamme d’une trentaine de soins, adaptée à toutes les problématiques de peau et tous les âges. Le Sérum RESIST 55 est le best-seller de la marque. « C’est aussi mon coup de cœur ! » indique Carla. « Un pur concentré de vitamines, d’antioxydants et de beta carotènes qui nourrit, structure en profondeur ma peau sèche et sensible, sujette à la pigmentation. Il la protège des effets délétères des radicaux libres pour préserver ma peau d’un vieillissement cutané prématuré tout en ayant un effet bonne mine toute l’année. »

Sanoléo & Biocoop : une relation privilégiée et stimulante

Sanoléo choisit avec soin chacun de ses partenaires en s’assurant qu’ils partagent ses valeurs tant dans les produits qu’ils proposent que dans les actions qu’ils mènent, en amont et en aval.

« Nous travaillons avec Biocoop Purpan depuis fin 2017, il fait partie des tous premiers magasins de l’enseigne à nous avoir fait confiance et à avoir commercialisé nos produits ! Comme nous, Biocoop est porteur d’engagements forts pour limiter les déchets et favoriser une démarche s’appuyant sur le terroir local, le lien au sol, et surtout les personnalités des femmes et des hommes qui s’expriment derrière les produits. Chaque relation de partenariat est unique et plus ou moins riche. En effet, selon les connaissances, l’engagement dans la relation avec le fournisseur, l’intensité de celle-ci peut varier d’un partenaire à un autre. J’apprécie particulièrement de travailler avec Stéphanie et Caroline, les deux responsables du rayon hygiène/beauté de ce magasin, car, non seulement elles ont un intérêt certain pour le sujet, mais aussi une connaissance précise et élargie des ingrédients et des marques qu’elles ont décidé de sélectionner. Cela nous permet d’avoir un échange approfondi entre professionnels afin d’apporter un conseil pertinent et judicieux à la clientèle, de ne pas se limiter à la simple vente d’un produit, mais d’aller au-delà, sur de l’orientation vers un produit qui va répondre à un besoin. Par ailleurs, nous discutons régulièrement sur les tendances actuelles comme l’intensification de l’usage des outils digitaux pour décrypter les cosmétiques, les préoccupations et questionnements des consommateurs en matière de toxicité des ingrédients, d’appréciation entre les différents labels, le local et le bio, … Nos échanges sont très enrichissants et permettent d’avancer ensemble pour nous améliorer et répondre au mieux aux besoins existants et futurs. C’est un vrai plaisir en ce qui me concerne que d’avoir un partenaire aussi soucieux de ses clients et de ses fournisseurs ! »

Le conseil beauté de Carla : « Anticipez dès à présent l’été ! »

À l’approche de la période estivale, Carla recommande de commencer dès le mois d’avril à préparer la peau aux premiers rayons du soleil. « Pour toutes les carnations, cela vous permettra d’éviter les coups de soleil et surtout, pour les phototypes les plus clairs, des réactions telles que la lucite solaire. Pour ce faire, notre fluide pré-soleil est tout indiqué ! Comme l’ensemble de notre gamme soleil, il est adapté à toute la famille, pour un usage visage et corps. Préparer en amont en stimulant les défenses naturelles de la peau pour se protéger contre les effets délétères des UV ; une étape indispensable pour préserver sur le long terme sa peau ! »

Pour en savoir plus, www.sanoleo.fr

Share

Pas de recette pour la table cette fois mais pour la peau avec ce baume corps à réaliser vous-même

POUR 100 ML

USTENSILES
Une balance
Un bécher
Une spatule

PRÉPARATION 15 MIN

CONSERVATION 3 MOIS à l’abri de la lumière et dans un endroit frais (dans la porte du réfrigérateur)

Ingrédients : 50 g de beurre de karité, 20 g de cire d’abeille, 45 ml d’huile végétale de carotte, 15 ml d’huile végétalede jojoba, 10 gouttes d’huile essentielle de géraniumrosat, 10 gouttes d’huile essentielle de camomille romaine, 16 gouttes de vitamine E

  1. Faire fondre, au bain-marie et à feu doux, le beurre de karité en remuant régulièrement.
  2. Un fois le beurre fondu, le retirer du feu et y ajouter l’huile végétale de carotte et l’huile végétale de jojoba. Mélanger jusqu’à ce que le mélange devienne homogène.
  3. Laisser refroidir le mélange quelques instants.
  4. Ajouter progressivement tout en mélangeant les huiles essentielles et la vitamine E.
  5. Transférer la préparation dans un pot en verre et conserver la crème au réfrigérateur.

Utilisation:appliquer une noisette de crème sur différentes parties du corps et masser jusqu’à pénétration.

Règles de base pour le Do It Yourself (ou DIY)

Stérilisertout ce qui est en contact avec les produits : faire bouillir 10 min ou utiliser un cuit-vapeur. Désinfecter le plan de travail.

Le port d’un masque est recommandé lors de la préparation.

Employer les huiles essentielles avec modération et précaution, demander conseil
à un médecin. Usage déconseillé aux femmes enceintes ou allaitantes et aux enfants de moins de 3 ans.

Étiqueterles produits réalisés (nom, date de fabrication et d’utilisation optimum). Testerla préparation au préalable dans le creux du coude.

Share

Tandis que le rayon fitness affiche un « sold out » sur de nombreux produits, on ne peut que constater le boom du sport à domicile. Sédentarisés comme jamais, les familles, couples, et célibataires veulent se dépenser. Par le biais d’applications – ère connectée oblige- ou de manière autonome, toutes les formes de sport s’invitent dans nos salons. Encouragés par les « Coups de pouce » ou autre « Reprises vélo » de l’Etat, de plus en plus de citoyens se mettent aux deux roues : le temps d’une brève escapade « Boulot-maison », d’une plus ressourçante sortie dominicale, ou d’une folle course sur place entre le canapé et la table à manger sur son vélo d’appartement.

Pour ceux qui sont plus branchés tapis de sol et altères, « Decathlon » Colomiers propose des coachings en ligne pour des séances gratuites et assistées, des pilates au cross-training, en passant par la course à pied et le yoga. « Nous souhaitons encadrer l’expérience sportive de A à Z. Du conseil pour l’achat de matériel, à l’accompagnement via les applis », explique Zoé Cuillerat, responsable communication de « Decathlon » à Colomiers.

Chacun en aura pour sa sueur, avec différents objectifs et des niveaux qui vont crescendo en difficulté. Mais l’enseigne met un point d’honneur à faire perdurer le contact humain : « Toutes nos équipes sont très impliquées, et notre travail consiste aussi à guider le sportif, l’informer, et le conseiller. C’est souvent un échange bilatéral qui s’opère car nos vendeurs adorent parler sport et échanger », développe Zoé Cuillerat.

Voici donc le temps des abonnements et des engagements fébriles en salle de sport momentanément révolu. Alors pour toutes les bourses et tous les niveaux de motivation, « Decathlon » s’engage à offrir à chacun la possibilité de pratiquer, et d’avoir son moment à soi.

On ne perd donc pas son objectif de vue, on pousse sa table basse le temps d’installer un tapis de sol, on charge son smartphone, et on commence la séance !

« Decathlon »
78 Chemin du Loudet, 31770 Colomiers

Share

Etre bien chez soi passe aussi par des intérieurs qui sentent bon l’espace et le grand air. La véranda, véritable extension de la maison, donne une bouffée d’oxygène à votre habitat. Isolée thermiquement et phoniquement, elle assure un véritable confort et une fonctionnalité réelle à cette nouvelle pièce qui prend vie. Les amateurs de design l’apprécieront pour ses lignes épurées et modernes. « Notre véranda à toiture plate est le best-seller de la gamme. En plus de son esthétisme, elle apporte un confort au quotidien, et donnera une plus-value à votre bien », explique Sandrine Ginet, directrice de chez « Czernik » à Colomiers.

Petit plus : son squelette en aluminium ultra facile d’entretien, décliné dans une large gamme de coloris. Même si le 7016 gris anthracite a encore de beaux jours devant lui, et continue de séduire par sa sobriété, le noir reprend du terrain en conférant modernité et design à tous les intérieurs.

Pour les beaux jours, les pergolas demeurent les stars du moment. A lames orientables, fixes, ou à panneau plein, elles permettent de profiter de l’extérieur en toute saison, et selon le mode de vie de chacun. Désormais l’intérieur et l’extérieur sont à notre image, et la frontière entre les deux espaces se rétrécit. Pour jouir davantage de la lumière, la pergola joue aussi la transparence avec la structure « espace clarté » : une toiture vitrée qui permet une diffusion de la luminosité dans la pièce attenante.

Et pour ceux qui recherchent toujours plus de confort, notez que « Czernik » fait aussi de la rénovation de menuiserie. Une entreprise familiale qui met son savoir-faire à la disposition de votre intérieur et de vos envies.

« Czernik »,
Le Perget, 8 Avenue André-Marie Ampère,
31770 Colomiers

Share

Un retour à la peinture unie déjà présent depuis ces dernières années, qui se confirme encore cette saison. Exit les peintures à effet, on revient à la couleur pleine et harmonieuse pour habiller nos murs. Les teintes se veulent douces, et le taupe, le caramel, et les camaïeux en tout genre maquillent les intérieurs de cosy et de tendresse. Pour des pants plus poétiques encore, les panoramiques redonnent vie aux espaces. Loin des motifs de nos salons 60’s et 70’s, l’heure est aux trompe-l’œil, aux motifs végétaux, animaliers, aux paysages chauds et aux feuillages.

Un attrait pour le naturel que l’on retrouve aussi dans les revêtements de sol, qui privilégient les matériaux bruts. Le parquet aspect chêne, grisé ou naturel, prend le pas sur le teck et le merbeau qui ne se font plus. Les amateurs de béton et carreau de ciment pourront aussi se

tourner vers le PVC et le stratifié, qui imitent ces matériaux à la perfection. Mais attention à bien privilégier des produits plus écologiques et propres, sans composants organiques volatiles de préférence. « Nos vendeurs sont très formés sur la technicité, et sauront conseiller le particulier en ce qui concerne la nocivité des produits », développe Jérôme Amalric, directeur général de « Comptoir De L’Ours » à Colomiers. La tendance est au végétal en matière de peinture. On se tournera par exemple vers la gamme « Veia », composée d’huile de soja de synthèse et de charges minérales biosourcées à 95%, moins toxique pour l’applicateur. « Nous encourageons aussi les gens à aller vers des vernis nouvelles générations à base d’huiles végétales », explique Jérôme Amalric.

Une prise de conscience collective qui pousse peu à peu le consommateur à se faire plaisir de façon plus écologique. Une invitation, dans ce temps où le tourisme est au ralenti, à voyager autrement et de façon plus durable.

« Comptoir De L’Ours »
3 Avenue Edouard Serres
31770 Colomiers

Share

Prendre soin de soi et de son intérieur passe par un nouveau mode de consommation. Aujourd’hui plus que jamais la tendance du « Do It Yourself » a toute sa place. On veut désormais savoir ce que l’on mange, quitte à y passer un peu plus de temps. C’est alors le grand retour de la yaourtière, et de la machine à pain. Sur cette vague de fond de consommation responsable, et tandis que le télétravail s’installe dans nos foyers, « Boulanger » propose aussi de la recharge de cartouches d’imprimantes via un bar à encres, compatible avec la quasi-totalité des cartouches de grandes marques.  

La domotique vient aussi servir cette cause, avec les ampoules connectées permettant de varier l’intensité de la lumière, ou encore le système d’« auto-dose » et les notifications de fin de cycle pour les lave-linges. Toute une tendance portée par les assistants vocaux type Google, Siri, ou Alexa, qui ne cesse de faciliter le quotidien et une meilleure utilisation des ressources pour nos intérieurs. 

Dans ce sens, le marché du reconditionné en magasin et sur « Boulanger 2ndlife », permet de consommer autrement. Des produits à qui l’on offre une seconde vie, et garantis de 6 à 24 mois.  

Et parce que l’hygiène de son intérieur n’a jamais fait autant parler d’elle, l’enseigne fait la part belle aux purificateurs d’air, et observe une belle progression des ventes sur les aspirateurs robots laveurs. Enfin, pour parfaire son bien-être et faire rimer chez-soi avec bien-être, les appareils d’électrostimulation pour la détente, et la boîte à sommeil « Morphée », sont nos meilleurs alliés.

« Boulanger », Zac Du Perget, Rue Marie Curie, 31770 Colomiers

Share