Journal-Diagonale

C’est aux alentours de Montauban que le Rouge Gorge est né dans une ancienne ferme agricole que Francis Larroque a reprise avec sa femme en 1986 avec la volonté de construire sa propre exploitation en agriculture biologique. Aujourd’hui les 10 à 12 hectares de pommiers, poiriers et de serres de fruits et légumes divers et variés font le bonheur de cet arboriculteur attaché à un savoir-faire traditionnel, et dont le lien qui l’unit au réseau Biocoop remonte aux prémices de son histoire.

« Je n’éprouvais pas d’intérêt ni d’envie d’exercer une arboriculture en agriculture conventionnelle. Mes convictions à vouloir travailler différemment se sont construites sur des valeurs d’éthique, de qualité et d’engagement en faveur d’une confiance entre producteurs et consommateurs ». C’est ce que nous répond Francis lorsqu’on l’interroge sur ses motivations initiales à s’orienter vers le bio, une « évidence » qui l’a emmené à aménager son exploitation avec des tunnels de maraîchage en bio qui ont vus, au commencement, la conversion d’un verger de pruniers de 2 hectares en bio. Soucieux de faire perdurer un travail de qualité, suivant à la lettre les modalités d’un cahier des charges exigeant, Francis a durant les premières années de son activité pris part à des formations auprès de différents réseaux d’arboriculteurs en bio, notamment dans la vallée du Rhône.

Le Rouge Gorge fait partie des membres historiques du réseau de producteurs de l’enseigne Biocoop. Pour la petite anecdote, Francis raconte qu’il collaborait déjà avec les anciens commerces bio indépendants avant même qu’ils ne deviennent des magasins Biocoop. Les représentants du réseau prennent d’ailleurs le temps de visiter l’exploitation de Francis et son équipe afin d’en vérifier les moindres étapes du protocole d’agriculture biologique. « Faire partie des producteurs de référence des Biocoop toulousains représente pour nous un immense honneur et une fierté. Nous trouvons tout à fait normal le fait qu’encore aujourd’hui, ils viennent vérifier la manière avec laquelle l’on fait pousser nos arbres. Tout doit être irréprochable pour que les consommateurs soient bien assurés du fait qu’ils achètent des produits naturels, sans engrais chimiques mais organiques », témoigne Francis Larroque. Le sexagénaire veut convaincre les producteurs que le bio est la meilleure alternative qui soit pour travailler en toute simplicité, en laissant la nature (re)prendre ses droits, tout en appréciant une reconnaissance de la qualité de produits « propres » comme il aime les appeler.

Outre les 7 hectares de pommiers ainsi que les 2 hectares de poiriers qui sont ses produits les plus emblématiques, Le Rouge Gorge dispose de kiwis, fraises et cerises ainsi que différents fruits et légumes de saison le reste de l’année. L’équipe de maraîchers a mis en place un magasin directement implanté à la ferme, où la vente de fruits et légumes autres que les pommes et poires est assurée tous les mercredis et vendredis après-midi. Pour soutenir les producteurs locaux, ils proposent également à la vente des légumes provenant d’autres exploitations voisines, représentant 10% de leur étalage. Deux fois par semaine, ce sont plus d’une dizaine de magasins Biocoop qui reçoivent pommes et poires, selon les demandes. Francis se charge personnellement de livrer l’équipe du Biocoop La Ménude, avec qui il entretient de très bonnes relations, et qui d’ailleurs n’hésite pas à effectuer à chaque nouveau passage un retour sur la qualité des produits. Cet attachement au rapport humain et cette sympathie se font ressentir chez Francis, qui prend le temps de répondre à nos questions tout en récoltant sur le terrain les pommes « Pitchounettes » et « Gold Rush », deux variétés phares de l’automne, à retrouver dans votre magasin columérien.

Share

Comments are closed.