Journal-Diagonale

Proposer des vêtements durables et à la mode en matières recyclées, telle était l’ambition de la famille Rodriguez, à l’origine de la jeune marque tarnaise Wastendsea. Un rêve devenu réalité puisque depuis novembre 2020, des tee-shirts et des sweats fabriqués à partir de plastique recueilli au fond des océans et de coton bio a vu le jour. Une première collection décontractée, qui conjugue style et engagement, réalisée avec pas moins de 1 400 kg de déchets recyclés.

Selon un rapport publié par WWF en 2019, 600 000 tonnes de plastique sont rejetées dans la seule mer Méditerranée par an, dont à peine un tiers est recyclé. Il n’y a donc pas de petits gestes en faveur de l’environnement et acheter des vêtements en matières recyclées en fait partie. Partant de ce constat, la famille Rodriguez a décidé d’agir. Elle a mis à profit la période de confinement pour bâtir un projet d’entreprise familiale qui ferait la part belle au recyclage sans sacrifier le fun : la création de vêtements de qualité en matière recyclée.

“Associer la mode vestimentaire au nettoyage des océans m’a paru une bonne alternative pour sensibiliser les jeunes à cette cause environnementale. En leur proposant une collection stylée et engagée, Wastendsea me permet de mettre à profit mon expérience professionnelle dans la conception de vêtements tendance, tout en offrant un débouché à la matière créée à partir de déchets plastiques marins.” se réjouit Daniel, co-fondateur de Wastendsea.

En effet, cette aventure écologique est avant tout une aventure familiale : Wastendsea , c’est surtout le projet de Céline, Daniel, Morine et Manon Rodriguez. Chacun apporte sa pierre à l’édifice. Daniel, âgé de 44 ans est designer textile depuis 20 ans, il a ainsi toutes les clés en main pour la partie technique. Céline, consultante en finances locales de 43 ans, est le couteau suisse de l’équipe : gestion, logistique, communication… Morine est une lycéenne de 17 ans passionnée par les nouvelles technologies. Elle est en charge du développement de la visibilité sur les réseaux sociaux. Manon quant à elle, artiste dans l’âme, participe à la création des designs du haut de ses 14 ans.

Pour l’heure, les commandes passent uniquement par internet. À terme, ils rêvent de vendre leurs produits dans leurs propres boutiques et dans des concepts-store, aux quatre coins de la France, et au-delà des frontières.

https://wastendsea.com/
Fb :Wastendsea
Insta : @wastendsea

Share

Comments are closed.