Grandes vacances ayant rimé avec ces maudits cahiers de vacance lors de votre jeunesse, il est temps de se réconcilier avec le doux crissement du livre cet été. Que vous optiez pour la plage, la montage ou tout simplement votre salon, le livre peut vous suivre partout et ne réclame ni réseau ni batterie pour donner tout ce qu’il possède. Subsiste encore l’épineuse question du choix de l’oeuvre, histoire de ne pas tomber sur un Madame Bovary bis qui pour le coup finirait de vous fâcher avec la lecture*. Nous nous sommes tournés vers Léanne de la librairie La Préface à Colomiers avec une question simple : que faut-il bouquiner cet été?

La soustraction des possibles” de Joseph Incardona

Ayant remporté le 43e prix Relay des voyageurs lecteurs, ce livre ne doit pas vous décourager de par son volume. Traitant d’un duo incongru empêtré dans des affaires de blanchiment d’argent dans les années 80 sous fond de mafia, ce polar très rythmé ne vous laissera pas une seconde de répit tant que vous n’aurez pas atteint sa 4ème de couverture.

La saga des Cazalet, I : Étés anglais”, par Elizabeth Jane Howard

Premier tome d’une saga familiale se déroulant dans les années 30 chez nos amis qui roulent du mauvais côté de la route, cette ré-édition intervient avant la sortie du second volet pour cet automne. Façon Downtown Abbey, il dépeint la façon dont les événements frappent de manière différente lorsque est noble ou domestique à l’aube d’un second conflit mondial.

Petit traité d’écologie sauvage” par Alessandro Pignocchi

Bande dessinée d’une subtilité rare, elle propose de voir l’actualité à travers le regard d’une mésange. Extrêmement drôle et percutante, cette BD est une merveille d’anthropologie décalée divisée en 3 tomes

* (point de vue personnel totalement assumé. Lisez Jack London à la place. Vous ne le regretterez pas)

Share

Write A Comment