Journal-Diagonale
Tag

Mama Shelter

Parcourir

En lecteurs fidèles et assidus que vous êtes, vous avez certainement constaté notre passion pour les restaurants. Se sustenter est devenu un mode de vie chez Diagonale (nous songeons même à nous rebaptiser Diagronale) qui nous a permis de découvrir de nouveaux restaurants fraîchement ouverts au cours de l’année 2018. Petit récapitulatif de ces lieux dont certains sont déjà devenus des classiques.

Crep’Chignon
Enseigne existant depuis plusieurs années, ce restaurant a changé d’adresse pour le 15 Rue de la Poste à Cornebarrieu, en lieu et place d’une ancienne quincaillerie.
Créatif, soigné dans l’assiette et doté d’un cadre magnifique, il ne vous décevra pas.

Les Oies Sauvages
C’est au calme de l’Allée de la Fontaine de Colomiers (numéro 14 pour être précis) que se niche ce restaurant traditionnel qui sait revisiter le classique sans le dénaturer.  Une des jolies surprises de cette année.

Minjat!
A la fois magasin en circuit court et restaurant, Minjat est rapidement devenu un incontournable de la zone du Perget ( 2/4 Avenue André-Marie Ampère à Colomiers). En constante progression, la cuisine y est élégante et fine. Réservez obligatoirement, les places y sont chères…Le Théatro
Restaurant attenant à la salle de spectacle l’Onyx,  Thomas et Jean-Laurent ont choisi d’ouvrir un espace dont on ne ressort pas sur sa faim. Plats maîtrisés et service rapide, on parie que vous allez aimer…

Ô Sel Fou
Remplaçant le Vaquero à coté du VandB Colomiers, Ô Sel Fou arrive avec des objectifs de conquête! Il compte pour cela sur une cuisine abordable préparée par une équipe assidue et passionnée. A peine ouvert qu’on a déjà l’impression qu’il est là depuis des années tellement il est efficace.


L’ Aromatic
Sain et rafraîchissant, l’Aromatic (1 Chemin de Beauregard à Pibrac) s’évertue à proposer ce que les autres ne font pas. Bouillonnant d’idée et de créations, c’est ici qu’il faut vous rendre si vous cherchez la nouveauté visuelle et gustative.

Chez Fanfan
La cuisine de chez nous, c’est ici! Au 35 bis Route de Toulouse à Cornebarrieu, vous pouvez commander l’un des meilleurs cassoulets que nous ayons pu goûter. Rien que pour ça ce restaurant vaut le détour!

Mosto Buffet
Most signifie « plus » en anglais. Mosto tire son nom de cette racine en vous en proposant « toujours plus ». Buffet de fusion food, c’est-à-dire le meilleur de chaque type de cuisine du monde,  la devanture noir et or du 9 Rue Isaac Newton à Plaisance-Du-Touch est immanquable.

Mama Shelter
Toutes les grandes villes ont un Mama Shelter : Toulouse se devait d’avoir le sien. La renommée mondiale de la marque n’est plus à faire mais attention, hors de question de s’imposer comme un rouleau compresseur. Travaillant avec des artisans locaux comme fournisseurs, ce havre de paix au 54 Boulevard Lazare Carnot est incontournable. Tout simplement.

Frites Factory Airlines
Le décor de ce restaurant est tout simplement une carlingue d’avion! Service haut en couleurs et ambiance pétillante, manger la bas est aussi bon qu’amusant.  174 Route de Bayonne, notez le ou mieux, allez y!

Share

La célèbre chaîne hôtelière Française à ouvert ses portes le 31 octobre en lieu et place du feu Cinéma des Nouveautés, boulevard Carnot. Ce restaurant avec un hôtel au dessus rejoint la liste des Mama Shelter présents à Paris, Los Angeles ou encore Prague.

Mama Shelter signifie littéralement « abri mère », c’est-à-dire le lieu premier de sécurité et de réconfort que chaque Être humain a forcément connu. Ce concept de bien être et de protection profonde dicte chacun des choix de conception et de fonctionnement de l’établissement.  Au dessus de la discrète enseigne en néon, un immense drapeau blanc, signe international de paix, habille la façade. Il n’y a aucune place pour les conflits en ces lieux : on s’y sent bien, chez soi, que l’on soit client ou employé. C’est d’ailleurs avec un sourire sincère que chaque membre du personnel nous salue. Commande prise, nous nous attardons sur le décor dans lequel on ne trouve aucune publicité ou marque. Des écrans diffusant un épisode de Woody Woodpecker, la voix de Bill Withers et le confortable canapé finissent définitivement par nous couper de l’extérieur. La quiétude de l’établissement nous enveloppe comme un ours en peluche géant nous ferrait un câlin. Même ambiance lorsque l’on découvre le cinéma de 42 place au sous sol ou l’une des 120 chambres de l’hôtel.

Coté restaurant, la carte est élaborée avec la complicité de Guy Savoy. Difficile de faire mieux. Volontairement ni tapas ni de cassoulet au menu car « il y a déjà assez de restaurants qui font ça au centre ville » nous confie Philippe Gawron, manager général. La cuisine est simple, locale et réalisée en collaboration avec des artisans locaux comme le boulanger du coin ou encore le charcutier du marché Victor Hugo. Les livraisons quotidiennes assurent une fraîcheur irréprochable. Pour les beaux jours, un roof-top de 140 places sera opérationnel en mars. En attendant, vous disposez déjà d’une terrasse avec un terrain de pétanque et de basket.

Une Djette résidente assure la programmation tandis que les brunch dominicaux se dérouleront au son live d’artistes jazz ou funk. Des DJ invités se produiront également lors de soirées.

Dans chaque élément du Mama Shelter, on sent un souci du détail et une volonté de se démarquer avec une certaine forme d’élégance. Le baby foot n’est pas un classique 2 contre 2 mais un 6 contre 6, les informations du jour sont rédigées à même le miroir de l’ascenseur à la manière d’un mémo et l’huile d’olive présente sur les tables provient d’une oliveraie appartenant à un certain Mick Jagger…Un boutique à l’entrée permet de ramener un petit morceau de cet abri chez soi.

Définitivement, Mama Shelter n’usurpe pas son nom. Feutré sans être plan-plan, cosy mais pas ringard, familier sans devenir invasif, l’établissement permet de laisser ses soucis à l’extérieur pour passer un moment serein, coupé du monde.

Share