Tag

restaurant

Browsing

Pour beaucoup d’entre nous, cette semaine de déconfinement rime avec reprise du travail. Or, l’économie n’est pas encore pleinement en route et il n’est pas si simple de se sustenter pour qui (comme moi) n’aurait pas pensé à prendre son repas de midi. À chaque problème sa solution, Minjat reprend ses casses croûtes du midi avec sa sélection à emporter. Au programme :

Sandwichs et salades Minjat!Confectionnés uniquement avec les produits du magasin !A partir de 3,90€ 

Plats cuisinés Riz sauté façon thaï, Flan d’asperges et parmesan, Sauté de boeuf aux légumes, Tagliatelles au bleu, Polée de légumes au quinoa, saucisse de Toulouse et brocoli…5,90€ le plat
Bocaux consignés et réutilisables (+0,50€)


Desserts gourmandsCompotée de fraises mascarpone et spéculos, tarte au citron, Crème au chocolat, Panna cotta aux fruits rouges, Riz au lait…A partir de 2,25€Bocaux consignés et réutilisables (+0,20€)  Formule sandwich + dessert = 6.5€Formule plat + dessert = 8€  

Fruits offerts avec les formules !

Du choix donc mais toujours de la qualité. Les sandwichs, salades et assaisonnements sont préparés quotidiennement par l’équipe avec des produits issus de producteurs ou d’artisans locaux.  Le pain utilisé pour les sandwichs est fourni par la Maison Beauhaire à Léguevin. Le jambon blanc est fermier et garanti sans nitrite. Les plats cuisinés et desserts gourmands sont préparés par les Jardins de la Clairette à Grenade et Narbonne.

L’ensemble du magasin est ouvert au public (sauf la partie restauration sur place bien entendu) du mardi au samedi de 9h30 à 19h.

Share

Déconfinement amorcé, l’heure n’est pas pour autant à la vie « d’avant ». Ainsi, il faudra encore patienter avant de retrouver nos terrasses et restaurants favoris. Pour autant, nos valeureux restaurateurs ne s’avouent pas vaincus et font preuve d’une remarquable agilité pour réinventer leur métier. Avec L’Aromatic, Estelle et Michel Laffitte illustrent parfaitement cette nouvelle restauration et proposent tout ce qui fait le succès de leur établissement directement chez vous. À emporter ou en livraison, L’Aromatic s’invite à votre table à partir du 12 mai. Deux cartes sont proposées : celle du moment pour le midi et soir mais également celle des tapas et grignotage uniquement le soir. Sur cette dernière, des plateaux de fromage de la Maison Jeannot, leur équivalent charcuterie estampillés noir de bigorre AOP, des champignons farcis, des brochettes de sarsives (porc mariné au soja et au miel)…en bref, cette cuisine créative et franche qui font le succès de cet établissement bien au delà de Pibrac.
Elles sont à retrouver sur www.aromatic-restaurant.com. Bien entendu, les plats seront régulièrement renouvelés afin de vous faire profiter de tout le savoir-faire de L’Aromatic. Pour les commandes, ça se passe par téléphone 05.61.06.71.71 ou bien par mail

l-aromatic@orange.fr Restaurant l’Aromatic
1 Chemin de Beauregard, 31820 Pibrac
Ouvert du mardi au samedi le midi et de mercredi à samedi pour le soir
www.aromatic-restaurant.com
05 61 06 71 71
Fb : @aromaticrestaurant.pibrac

Share

S’il y a bien quelque chose que le confinement nous gâche, c’est le plaisir de la table. Comme ils nous manquent nos restaurants, que ce soit la bénie pause de midi, le cérémonial resto du weekend ou le fabuleux livré à domicile, la crise nous prive de toutes nos belles enseignes.
Tous ? Non. Résistants encore et toujours à l’épidémie, une poignée d’irréductibles restaurateurs continuent leur travail de passion par des moyens comme le drive ou la livraison. Situé dans la charmante commune de Saint Lys, La Compagnie du Burger est de ceux-là.

Ouvert du jeudi au dimanche de 18h30 à 21h30 pendant cette période de restrictions, le petit restaurant de burger gourmand et gourmet travaille depuis ses débuts avec des produits frais et des producteurs locaux. Pour assurer la continuité de son service, La Compagnie du Burger propose de la vente à emporter mais également de la livraison sur un secteur limité (Saint Lys / Fonsorbes / Saiguede / Fontenilles / Sainte Foy de Peyrolieres).

Concrètement, une fois votre commande passée, vous devez vous attendre à quoi ? Du sérieux, du solide, du qui ne ment pas avec des burgers généreux qui materont les plus solides faims. Un rapide tour dans la galerie photos de leur page facebook (@La Compagnie du Burger) suffira à vous convaincre. Retrouvez chez vous le plaisir du restaurant !

La Compagnie du Burger
5 avenue de la république, 31470 saint Lys
Fb : La Compagnie du Burger
0667500212

Share

Le confinement divise sur de nombreux sujets mais il en est un qui met tout le monde d’accord : les restaurants nous manquent. Ce propos est d’autant plus vrai lorsqu’il est question de nos petites adresses préférées, celles que l’on partage avec ses proches comme on donnerait l’emplacement d’un petit trésor. L’Aromatic fait partie de ces petits bijoux.

À défaut de pouvoir vous faire part d’un re-ouverture prochaine (le gouvernement est encore frileux sur le sujet), nous avons pu contacter Michel Laffitte, chef de l’établissement, afin qu’il nous donne une recette facile à réaliser à la maison. Mission accomplie avec un crumble de courgettes au parmesan, parfait pour une entrée ou en accompagnement d’un poisson.

Photo : Julien Fitte
  • Faire une concassée de tomates avec un peu d’huile d’olive, un oignon, une gousse d’ail, une cuillère à soupe de concentré de tomate, un belle pincée d’herbes de Provence, 500 grammes de tomates bien mures, une pincée de sucre, sel et poivre.
  • Tailler 2/3 belles courgettes en cubes de 5 mm de côté puis les faire sauter à la poêle avec de l’huile d’olive, sel, poivre, en les gardant légèrement croquantes. Ajouter 125 grammes de feta, taillée en petits cubes, mélangée à 3/4 feuilles de menthe hachées.
  • Mélangez du bout des doigts 200 grammes de farine, 125 grammes de parmesan en poudre, 125 grammes de beurre froid et 1 belle pincée de romarin haché, de manière à former un crumble.
  • Dans un plat creux de service allant au four, mettre la concassée de tomates puis les courgettes et finir par le crumble. Cuire à four chaud 180-200° environ 15 minutes.

Voilà, c’est vous le chef ! Bonne dégustation!

Share

Toi, membre de la courageuse équipe des soignants Français et plus particulièrement de Toulouse et ses environs, sache qu’on t’aime fort et que l’on veut te remercier pour tout ce que tu fais pour nous depuis le début de cette crise (et même avant en fait). Outre les jolis applaudissements tous les soirs à 20h à nos fenêtres et balcons, on s’est organisé à Colomiers et alentours afin de t’apporter encore plus de soutien. À vrai dire, tout part du restaurant columérin La Boite à Lunch.

À l’initiative de ses dirigeants, il propose de te livrer gracieusement des repas sur ton lieu de travail. Pour cela, il peut compter sur l’aide de professionnels de l’alimentation comme Biocoop ou encore Minjat qui fournissent avec le sourire des matières premières. Le chef du restaurant les transforme ensuite en plats de compétition qui te seront ensuite livrés à toi et ton équipe directement sur ton lieu de travail.

Mais ce n’est pas tout. Vu qu’on a le temps de cuisiner, tout un tas de particuliers préparent de bonnes choses à la maison et les font passer au restaurant qui te les distribue ensuite. Une fois notre création terminée, soit on fait un crochet par le resto en allant faire nos courses ou tout autre motif légal de déplacement, soit on appelle Johanna Lyobet (c’est elle qui centralise la collecte) pour qu’elle passe prendre nos plats directement chez nous. Elle te livre les midis et soirs comme ça on peut te dire qu’on t’aime deux fois plus. Non ne nous dis pas merci, c’est à nous de te remercier infiniment. Prends soin de toi.

Particuliers ou professionnels, si vous souhaitez apporter votre soutien à cette initiative, contactez Johanna Lyobet au 0634753805. Cet acte solidaire est en constante recherche de matières premières alimentaires mais également d’emballages individuels.

Share

Ce mois-ci, “un air de famille” a des relents de western en se posant au Beef Saloon, un restaurant devenu en moins de 10 ans une adresse incontournable de l’ouest toulousain, où nous accueillent les fondateurs Nina et Fabrice Fosset.

Diagonale : Qui de vous deux est à l’origine de ce projet ?
Fabrice : Après avoir suivi une formation dans la restauration et avoir travaillé dans différentes affaires du centre ville de Toulouse, j’ai eu l’opportunité d’investir de ce local en 2010. Mais ce n’est qu’après deux longues années de travaux que j’ai pu ouvrir le Beef Saloon en 2012. Il est vrai que l’aménagement de ce local, une déco que l’on voulait à notre goût et tous les aléas dus aux travaux en ont fait un chantier un peu long mais le résultat était là et nous convenait parfaitement.

Diagonale : Comment s’est déroulé l’ouverture du Beef Saloon ?
Fabrice : Nous avons eu la chance de faire un démarrage en trombe et l’ activité a été soutenue dès les premiers jours. Des ouvertures d’affaires comme on en rêve ! Et après quelques mois, nous avions atteint une vitesse
de croisière qui convient parfaitement à la taille du restaurant. Vu l’affluence au déjeuner, nous proposons régulièrement un deuxième
service. Nous avons pu également développer notre carte du soir les jeudi, vendredi et samedi, qui a un véritable succès auprès de nos clients. Compte tenu de sa localisation, la réussite du Beef Saloon n’était vraiment pas évidente mais nous avons su relever le défi en proposant une qualité de produits et un service qui correspond à la demande locale.

Comment qualifieriez-vous votre cuisine ?
Nous proposons une cuisine traditionnelle avec une connotation américaine. Un “steackhouse à la française” ! Nous n’avons pas la prétention d’un étoilé ou d’un bistronomique mais nous prêtons une grande attention à la qualité de nos produits tout en proposant régulièrement des nouveautés qui restent dans l’esprit du Beef Saloon. La fidélité de notre clientèle est la preuve que nous sommes dans le vrai.

La gestion de vos équipes n’est pas trop tumultueuse comme souvent dans vos métiers ?
Fabrice : Nous avons la chance de travailler avec la même équipe depuis plusieurs années, dont certains comme Claire et Damien en cuisine ou Jessica en salle, qui sont là depuis quasiment l’ouverture du restaurant. Chose assez rare pour le noter et nous en sommes très fiers !

Nina, à quel moment avez-vous rejoint Fabrice ?
Nina : Je n’étais pas du tout issu de ce secteur d’activité puisque je travaillais depuis plus de 15 ans à la mairie de Colomiers avant que je me décide à rejoindre Fabrice, mon mari. C’était un véritable challenge à plusieurs niveaux. Tout d’abord découvrir un nouveau métier et savoir aussi si nous étions capables de travailler ensemble. Après 5 années à se partager les taches, nous pouvons dire que ce challenge est réussi

Quels sont les avantages et inconvénients de travailler ensemble à votre propre compte ?
Nina : Côté avantages tout d’abord, c’est le plaisir de pouvoir développer le projet de Fabrice ensemble. Bien sûr, la compréhension des problèmes liés à la gestion d’un restaurant est rapidement devenue évidente pour moi. Un des avantages est aussi de pouvoir faire concorder nos horaires plus facilement afin de profiter pleinement de nos moments de temps libre. Nous sommes en tout cas très heureux d’avoir pris cette décision.

Quels sont les prochains événements du Beef Saloon ?
Nina et Fabrice : Nous allons fêter le 25 avril le 8e anniversaire du Beef Saloon ! Alors préparez- vous pour le thème “Soirée déguisée en Super Héros” ! On vous attend en Superman ou… Bidochon ! Chacun son goût…
Au rayon nouveautés, nous allons proposer une nouvelle carte de vins et de cocktails et nous attendons avec impatience l’ouverture de la terrasse dès les premiers beaux jours.

Des projets à venir, peut-être ?
Nina et Fabrice : A aujourd’hui, rien de bien figé mais nous ne nous interdisons pas d’avoir un coup de cœur pour un autre concept, autre part. L’avenir nous le dira…

Share

Se revendiquer restaurant Italien est chose aisée. En être un bon est déjà plus compliqué. Bonne nouvelle, nous en avons trouvé un à Cornebarrieu : Bocca Di Bacco. En lieu et place du feu restaurant « Le Rital », ce tout nouvel établissement est mené par Fabrice Giordano, chef italien aux 37 ans d’expérience en cuisine. L’enseigne prend place Route de Toulouse . Une fois la porte poussée, les visiteurs sont accueillis par une triple cave vitrée dans laquelle trônent fièrement charcuterie, fromages et vins venus de La Botte. Le lieu est à la fois sobre et élégant. Bocca Di Bacco s’affiche donc comme un restaurant agréable qui permet parfaitement de couper avec l’extérieur le temps d’un repas. On doit cette atmosphère à Myriam Giordano, la compagne du chef que vous retrouverez également au service. 68 places en salle se voient complétées par 25 autres en terrasse lors des beaux jours. L’approche culinaire de Fabrice est à la fois très tranchée et rassurante : le chef ne propose que ce qu’il sait parfaitement faire. Point. Pas de bricolages ou d’à peu près. Cette vision manichéenne ne prive pas pour autant la carte de diversité, elle lui accorde juste une remarquable régularité et l’assurance que tout ce qu’elle comporte sera très bon. Même intransigeance sur le plan des ingrédients : tout est frais, rien n’est surgelé.

Cette volonté de cuisine qualitative est pleinement illustrée par les pâtes produites sur place. Armé d’une machine professionnelle, le chef produit fusillis, pennes et autres rigatonis tous les deux jours. Sur place ou à emporter (car oui c’est possible chez Bocca Di bacco), le résultat est tout bonnement incomparable.

Lorsque l’on demande à Fabrice quel style il a voulu donner à son établissement, il le définit « Comme une pièce de théâtre, on vient pour passer un bon moment ».Cette phrase à elle seule témoigne de l’attention qu’il porte à ses hôtes. Plus aucun doute quand il poursuit par « Les clients, ce ne sont pas des numéros ». Ceci explique également les créneaux d’ouverture (du lundi au vendredi le midi et du mardi au vendredi le soir), volontairement restreints pour ne pas sombrer dans un volume synonyme de perte de qualité.

Cuisinier à part entière et non pas simplement assembleur d’ingrédients, Fabrice Giordanno travaille autant avec la main qu’avec le cœur. Sa cuisine est profondément sincère et authentique, conférent à Bocca Di Bacco le titre de très (très très) bon restaurant Italien. Congratulazioni
Bocca Di Bacco
7 Route de Toulouse, 31700 Cornebarrieu
05 34 52 76 48
Fb : @restaurant.boccadibacco

*grand cœur, grande cuisine

Share

Restaurant discret établi à Pibrac, L’Aromatic nous avait déjà fait forte impression lors de nos précédentes visites. En ce mois de février, Michel et Estelle Laffitte ont réitéré ce qui est désormais un rendez-vous annuel : la quinzaine de la truffe. Rencontrant un franc succès, elle court cette année jusqu’au 7 mars.

Le principe est simple : une partie de la carte du restaurant est créée pour pouvoir recevoir une option truffe. Selon votre amour de cet or noir, allant d’un peu, beaucoup, passionnément jusqu’à la folie, vous pouvez opter pour un ajout de Tuber Melanosporum dans votre assiette. Servie pour 1€ le gramme (soit à prix coûtant), cette façon de faire permet de découvrir ce champignon légendaire sans se ruiner. Encore faut-il que le plat soit digne de le recevoir. Autant vous dire qu ‘avec 30 années de cuisine, Michel est l’homme de la situation.

En entrée, mon convive s’arrête sur un petit chou farci au foie gras tandis que j’opte pour l’espuma de polenta et œuf parfait. Je peux donc vous en parler. À vrai dire je pourrais même en parler des heures tellement cette assiette m’a renversé. Imaginez le goût rond d’une polenta mais remplacez sa texture par celle d’un velouté très aérien. L’œuf parfait n’usurpe pas son qualificatif et se marie à merveille avec la truffe. On sent bien que ce plat a été pensé pour sublimer cette dernière, elle n’est pas un simple ajout sur une création toute faite et ça change tout.

Au tour du plat. Suprême de pintade rôti, mijoté de légumes de saison légèrement fumés pour mon consort, Noix de Saint Jacques à la plancha, risotto, butternut et châtaignes pour moi. Les deux option truffe, bien évidement. Et c’est reparti pour le festival. Michel compose ses plats comme Debussy a composé Clair de Lune : en légèreté, en équilibre, en douceur. Avec tout son savoir-faire, il nous dirige exactement où il a choisi de nous emmener, à savoir à la découverte d’une cuisine délicate, douce et humble. Malgré les proportions généreuses, aucun d’entre nous n’a la sensation d’avoir abusé une fois l’arabica terminé. Nous en commandons même pour un second tant nous cherchons à prolonger au maximum cet instant de magie.

Chef, merci chef.

Restaurant l’Aromatic
1 Chemin de Beauregard, 31820 Pibrac
Ouvert du mardi au samedi le midi et de mercredi à samedi pour le soir
www.aromatic-restaurant.com
05 61 06 71 71
Fb : @aromaticrestaurant.pibrac

Share

Si vous n’avez pas encore essayé le restaurant / crêperie gastronomique Crep’Chignon, vous avez alors la chance de pouvoir vous émerveiller devant le travail qui peut être accompli à partir d’une simple crêpe ou galette. Bien que la fameuse « complète » ne manque pas d’efficacité, elle est cependant à la traîne lorsqu’il s’agit d’être originale.

Maître restaurateur, Guillaume Villain dirige l’établissement cornebarrien avec une quête permanente d’originalité portée par une créativité hors pair. Il assure donc des repas inédits, notamment pour les grandes occasions.Il prévoit ainsi pour la Saint-Valentin un menu Vertige de l’Amour. Accompagnant un cocktail maison, différentes  mises en bouche surprises et tagliatelles de sarrasin ouvriront le bal. « La Couette » et « L’Escoffion » seront ensuite à choisir avant de se délecter de délices sucrés et autres surprises à partager. Pour finir, une Love’tombola comblera toutes les dames à l’issue de votre dîner d’amoureux. Vous êtes donc assuré de faire la différence ce soir là en comblant votre moitié d’un repas au moins aussi unique qu’elle/lui.
Les places seront cependant limitées pour cette soirée on ne peux plus spéciale, pensez donc à réserver assez en amont pour vous assurer d’épater votre convive.

Au rayon des nouveautés:
Comme je vous le disais, Crep’Chignon déborde de créativité. Dans l’assiette, elle s’exprime avec les désormais célèbres Catogan et autres Anglaise. Pour ceux qui s’y sont déjà essayés, d’autres créations entrent en scène en ce début d’année comme les crêpes sucrées La KitKat, l’After Eight ou la M&M’S. Au niveau du restaurant, l’espace extérieur contrecarre le froid avec l’ouverture d’un jardin d’hiver. Sous une tenture quelque part entre la toile de cirque et la tente berbère, des parasols chauffants réchauffent les tonneaux blancs faisant office de table de cérémonie. À la fois intimiste et assez grande pour recevoir du monde, cette nouvelle pièce du restaurant rend floue la frontière entre l’intérieur et l’extérieur, d’autant plus qu’il est possible d’y déguster des planches de tapas, mais également l’intégralité de la carte de l’établissement.

Ouvert 7j/7 toute l’année et riche de 500 places de parking devant les jardins, Crep’ Chignon ne connaît de porte close que les lundis soirs et dimanches soirs au cours de la saison hivernale. En dehors de ça, Guillaume et son équipe vous accueillent en couple, entre amis ou en groupe avec sourire et bonne humeur garantis, en attendant le retour des beaux jours et la reprise des afterwork tapas/bière/pétanque dans le jardin….

CrêpChignon
15 rue de la poste, Cornebarrieu
Tél. 05 34 52 11 69
www.crepchignon.com
Fb : @CrepChignon

Share

Voila bientôt deux ans que Michel Laffitte et Estelle tiennent la barre du restaurant l’Aromatic à Pibrac. Connu des chanceux, à découvrir pour les curieux, cet établissement est la dernière évolution de Michel, son chef cuisinier, après plus de 30 ans à officier dans le domaine. Londres à ses débuts, Toulouse pendant une quinzaine d’années, il tire de ces expériences dans de grands établissements une approche de la cuisine basée sur la simplicité et le travail irréprochable. Amoureux des bons produits, il transmet sa passion au travers d’une carte évolutive et créative qui a su faire mouche à chacune de nos visites. C’était d’ailleurs le but de Michel et Estelle à l’ouverture de ce restaurant : se faire plaisir et faire plaisir. Revenu des très (trop) intenses établissement en lice pour l’obtention d’étoiles, Michel veut faire SA cuisine, forte de son inspiration, sa technique et sa volonté inépuisable de faire sourire ses convives. Bien qu’il y réussisse au quotidien, il n’en reste pas là pour autant et propose quelque chose d’inédit dans notre région.

Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie

Au tout début du mois de février, l’Aromatic va pour la seconde année consécutive consacrer une quinzaine à la découverte de la truffe d’hiver. Tuber Melanosporum est en effet souvent citée en exemple (à raison) comme expérience culinaire exceptionnelle mais son prix en restaurant la renvoie au rang de fantasme. Pour permettre au plus grand nombre d’accéder à cet or noir, Michel propose le champignon à prix coûtant, soit 1€ le gramme. Au regard de la puissance de la truffe, il n’est pas nécessaire d’en abuser pour ressentir tout son parfum. Par le biais du très habile concept du un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, vous pouvez respectivement vous offrir 5 grammes,10,20 ou autant que vous voulez en fonction de votre envie. L’ensemble de la carte sera étudiée pour pouvoir être idéalement accompagnée de truffe. Le choix de cette période n’est pas innocent. En effet, pré-fêtes le coût du champignon est plus élevée du fait de la forte demande. De plus, la truffe développe généralement plus de saveurs au mois de février car elle se trouve alors en pleine maturation.
Pour se fournir, l’Aromatic travaille cette année encore avec la maison Henras à Cahors, spécialisée dans le domaine depuis 1820.

Nous avons beau le tourner dans tous les sens, nous ne voyons aucun défaut à cette initiative. À la fois rafraîchissante et généreuse, elle ouvre la voie à la découverte d’une légende gastronomique sans gréver vos finances. Lors de la précédente édition, c’est le midi qu’elle a rencontré le plus de succès, confirmant que les personnes qui se rendent à l’Aromatic ne viennent pas juste s’alimenter mais bien manger avec un grand M.

Restaurant l’Aromatic
1 Chemin de Beauregard, 31820 Pibrac
Ouvert du mardi au samedi le midi et de mercredi à samedi pour le soir
www.aromatic-restaurant.com
05 61 06 71 71
Fb : @aromaticrestaurant.pibrac

Share