Journal-Diagonale

Regroupant les quartiers Val d’Aran, Poitou-Bel Air et Fenassiers, le Grand Val d’Aran fait actuellement l’objet d’un projet de rénovation urbaine. Fruit d’une réflexion co-construite entre les habitants et le pouvoirs publics, le réaménagement de cette zone très proche du cœur de ville a pour ambition de développer de nouveaux atouts: fluidifier le trafic, requalifier les espaces publics et proposer de nouveaux équipements aux habitants en font partie.

Initié en septembre 2017 par le lancement d’une étude d’urbanisme, son calendrier court jusqu’à une livraison prévue pour 2025. À travers ce dossier, nous avons cherché à vous exposer au mieux les enjeux, stratégie et objectifs employés pour mener à bien ce chantier qui changera profondément la face du centre-ville. Nous avons pour cela divisé le sujet selon la méthode temporelle, rappelant ses ambitions, son actualité et son futur. L’acte deux de cette transformation sera la redynamisation du plein centre dont les études sont actuellement en cours.

1 – Quelle vision pour le quartier?

Avec ce projet, la place du Val d’Aran est réaffirmée dans le système d’espaces publics et les lieux de vie columérins. Elle sera ainsi le support de nouvelles fonctions sportives et urbaines avec la création d’aires de jeux et aménagement d’espaces largement plus pensés vers les piétons.

C’est d’ailleurs dans cette optique que la passerelle piétonne sur le boulevard du Général De Gaulle se verra supprimée, remplacée par traversée piétonne sécurisée et qualitative à niveau. En plus de favoriser les déplacements doux, ce changement radical va créer une porosité visuelle mais également d’usages avec la Rue du Centre. De fait, un continuité piétonne sera créée jusqu’à l’avenue des Pyrénées et le quartier Bel Air. Transformation toujours avec de nouveaux bâtiments de logements qui seront construits en lieu et place des logements sociaux démolis. L’objectif est clairement de désenclaver l’ensemble.

2 – Quelles ambitions pour le projet ?

Au delà de ses objectifs propres, la réalisation du Grand Val d’Aran répond à une série de points clef définissant son optique de réalisation.

Une biodiversité amplifiée
Valoriser la diversité des espèces animales et végétales présentes dans le quartier. Outre son volet écologique, cette volonté va de paire avec un cadre de vie de meilleure qualité.

Un confort d’été affirmé
On sait que la minéralisation des espaces de vie conduit à des îlots de chaleur problématiques lors des jours d’été les plus chauds. Intégrer les enjeux liés à cette problématique en tant qu’objectif majeur lors des phases de conception/réalisation est depuis le début du projet une priorité.

Une mobilité alternative
En aménageant et sécurisant les espaces de circulation, l’idée est de rassurer et de fait encourager les pratiques de mobilité alternative, notamment celle du vélo qui est en pleine croissance sur l’ensemble de la ville

Une gestion de l’eau intégrée
Ressource déjà précieuse dont la valeur n’ira qu’en augmentant, la gestion de l’eau est un des piliers de la conception de ce quartier mais et des nouvelles pratiques qu’il engendrera.

Un environnement sain
Prendre en compte dans les réalisations la dimension santé/bien-être au quotidien. L’expérience des confinements ayant replacé ces sujets au centre des préoccupations, le projet du Grand Val d’Aran se fera en considérant pleinement cette question.

Un recyclage prioritaire
Question absolument inévitable à notre époque, le recyclage sera favorisé que ce soit dans le processus de développement du quartier (travaux y compris) ou dans les nouvelles pratiques de ses habitants avec notamment des infrastructures de connecte adaptées.

Sobriété énergétique
Privilégier une conception bio-climatique, des matériaux aux performances supérieures mais également des ressources locales lorsque c’est possible.

3 – Qu’est-ce que la phase d’avant-projet ?

Cette étape consiste en un travail technique de précision des espaces publics qui a été réalisé jusqu’à cet automne 2020.
Cet avant-projet détaille l’ensemble des éléments techniques du projet d’espaces publics, allant du réaménagement des voiries, au dessin précis des espaces publics jusqu’aux matériaux envisagés, aux essences des arbres à privilégier et aux types de mobiliers à mettre en place. Il arrête aussi les éléments de programmation des espaces publics concernés.
Cet ensemble d’observations se traduit sous la forme d’un dossier complet, simplement appelé Avant-Projet (AVP). Il peut se résumer sous la forme du plan technique (ci-joint) qui permet de synthétiser tous les éléments de définition du projet.
Cette phase d’Avant-Projet est suivie d’une phase de travail appelée PRO/DCE permettant d’approfondir certains points techniques. Ce travail technique sera réalisée courant 2021 pour préparer la consultation des entreprises en charge des travaux prévus dès début 2022.

Share

Comments are closed.