Tag

biologique

Parcourir

C’est le printemps ! Avec le retour des beaux jours et du soleil, une envie de prendre soin de nous et de notre maison pointe le bout de son nez. Rencontre avec Justine, en charge du rayon Maison et bien-être de votre Biocoop Le Perget, et Claire, la responsable du magasin, qui nous ont livré leurs conseils et astuces pour un ménage et une salle de bain garantis écoresponsables.

Conseillère en dermo-cosmétique, Justine a débuté sa carrière en pharmacie avant de travailler à Londres dans un grand magasin bio. A son retour en France, c’est tout naturellement qu’elle a rejoint Biocoop, « l’enseigne bio qui m’a semblé la plus sérieuse » se souvient la jeune trentenaire dynamique. Cuisine nettoyée, chambre impeccable…. Le printemps nous donne des envies de grand ménage mais de nombreuses substances contenues dans les produits d’entretien peuvent être nocives pour votre santé et pour l’environnement. « À la place de l’eau de javel qui est très dangereuse, privilégiez le percarbonate de soude. Détachant et désinfectant, il est très utile pour un ménage au naturel facile et pas cher et pour blanchir le linge dès 40°, en l’ajoutant à sa lessive » nous conseille Justine. A ce sujet, une nouveauté qui fait sensation : la lessive en tablette Echoppe, proposée par l’entreprise Bélice, fabricant de cosmétiques bio solides sans emballage plastique.

« Quand on souhaite avoir un impact environnemental le plus faible possible, le packaging est primordial » souligne Justine. Biocoop développe l’éco-emballage sur toute sa gamme de produits, qui s’étoffe régulièrement. Shampoing, gel douche, déodorants, dentifrice sont proposés dans des emballages 100% recyclés, recyclables et rechargeables. « Les clients se rendent vite compte que le rechargeable est très intéressant pour la planète mais aussi pour leur porte-monnaie ! » précise Claire. Côté composition, les produits Biocoop sont fabriqués avec des ingrédients naturels et proposent des senteurs délicates, pour un véritable moment de douceur et de bien-être. « Pensez également à tester les savons et shampoings solides, dont ceux proposés par la marque Louise Emoi et La Ferme du Hitton, au lait d’ânesse ou de chèvre, qui a de formidables propriétés dermatologiques » indique Justine avec enthousiasme.

Votre Biocoop du Perget se refait une beauté ! Peinture, mobilier, … (Re)découvrez fin avril votre magasin avec plus de références en vrac et toujours plus d’espace pour valoriser vos producteurs locaux !

Et parce que « chez Biocoop, on peut faire les courses pour toute la maison ! », passage par le rayon primeur avant de quitter le magasin ! L’une des stars en ce mois d’avril est l’asperge, qui est approvisionnée par les fermes de Capdeville et de Laguillone, situées dans le Tarn-et-Garonne.

C’est aux alentours de Montauban que le Rouge Gorge est né dans une ancienne ferme agricole que Francis Larroque a reprise avec sa femme en 1986 avec la volonté de construire sa propre exploitation en agriculture biologique. Aujourd’hui les 10 à 12 hectares de pommiers, poiriers et de serres de fruits et légumes divers et variés font le bonheur de cet arboriculteur attaché à un savoir-faire traditionnel, et dont le lien qui l’unit au réseau Biocoop remonte aux prémices de son histoire.

« Je n’éprouvais pas d’intérêt ni d’envie d’exercer une arboriculture en agriculture conventionnelle. Mes convictions à vouloir travailler différemment se sont construites sur des valeurs d’éthique, de qualité et d’engagement en faveur d’une confiance entre producteurs et consommateurs ». C’est ce que nous répond Francis lorsqu’on l’interroge sur ses motivations initiales à s’orienter vers le bio, une « évidence » qui l’a emmené à aménager son exploitation avec des tunnels de maraîchage en bio qui ont vus, au commencement, la conversion d’un verger de pruniers de 2 hectares en bio. Soucieux de faire perdurer un travail de qualité, suivant à la lettre les modalités d’un cahier des charges exigeant, Francis a durant les premières années de son activité pris part à des formations auprès de différents réseaux d’arboriculteurs en bio, notamment dans la vallée du Rhône.

Le Rouge Gorge fait partie des membres historiques du réseau de producteurs de l’enseigne Biocoop. Pour la petite anecdote, Francis raconte qu’il collaborait déjà avec les anciens commerces bio indépendants avant même qu’ils ne deviennent des magasins Biocoop. Les représentants du réseau prennent d’ailleurs le temps de visiter l’exploitation de Francis et son équipe afin d’en vérifier les moindres étapes du protocole d’agriculture biologique. « Faire partie des producteurs de référence des Biocoop toulousains représente pour nous un immense honneur et une fierté. Nous trouvons tout à fait normal le fait qu’encore aujourd’hui, ils viennent vérifier la manière avec laquelle l’on fait pousser nos arbres. Tout doit être irréprochable pour que les consommateurs soient bien assurés du fait qu’ils achètent des produits naturels, sans engrais chimiques mais organiques », témoigne Francis Larroque. Le sexagénaire veut convaincre les producteurs que le bio est la meilleure alternative qui soit pour travailler en toute simplicité, en laissant la nature (re)prendre ses droits, tout en appréciant une reconnaissance de la qualité de produits « propres » comme il aime les appeler.

Outre les 7 hectares de pommiers ainsi que les 2 hectares de poiriers qui sont ses produits les plus emblématiques, Le Rouge Gorge dispose de kiwis, fraises et cerises ainsi que différents fruits et légumes de saison le reste de l’année. L’équipe de maraîchers a mis en place un magasin directement implanté à la ferme, où la vente de fruits et légumes autres que les pommes et poires est assurée tous les mercredis et vendredis après-midi. Pour soutenir les producteurs locaux, ils proposent également à la vente des légumes provenant d’autres exploitations voisines, représentant 10% de leur étalage. Deux fois par semaine, ce sont plus d’une dizaine de magasins Biocoop qui reçoivent pommes et poires, selon les demandes. Francis se charge personnellement de livrer l’équipe du Biocoop La Ménude, avec qui il entretient de très bonnes relations, et qui d’ailleurs n’hésite pas à effectuer à chaque nouveau passage un retour sur la qualité des produits. Cet attachement au rapport humain et cette sympathie se font ressentir chez Francis, qui prend le temps de répondre à nos questions tout en récoltant sur le terrain les pommes « Pitchounettes » et « Gold Rush », deux variétés phares de l’automne, à retrouver dans votre magasin columérien.

Durant tout le mois de février, dans votre magasin Biocoop La Ramée, les produits d’ici et d’ailleurs sont mis à l’honneur ! Au programme : un voyage culinaire conjuguant des saveurs exotiques et des produits issus du travail des paysans associés de l’enseigne. Pour vous guider, vous pourrez compter sur Carine Damo, une vraie passionnée d’authenticité et d’inventivité !

Biocoop : une formidable aventure humaine

Carine Damo a rejoint l’équipe de La Ramée en 2015. « Je connaissais bien l’enseigne, d’une part, grâce à mes parents, maraîchers bio qui fournissaient quelques Biocoop, mais également en tant que cliente », se souvient en souriant cette jeune femme dynamique. Embauchée à mi-temps comme caissière, elle gravit progressivement les échelons et devient responsable des fruits et légumes puis adjointe d’Alexandre Poher, responsable du magasin et gérant de plusieurs Biocoop de l’ouest toulousain. Tout récemment, elle a appris qu’elle allait lui succéder dans quelques mois en tant que responsable du magasin de La Ramée.

« Depuis mon arrivée, j’ai assisté au développement de l’équipe : nous sommes désormais 14 collaborateurs, à la suite de l’embauche en 2020 de deux personnes en CDI. Cela fait 6 ans que je travaille ici et mon expérience parle d’elle-même : on se plaît chez Biocoop et quand on intègre un magasin, on a envie d’y rester ! Nous avons d’excellentes relations avec les paysans qui nous livrent leurs produits, nos clients sont très fidèles, ils viennent plusieurs fois par semaine, on connaît la plupart par leur prénom, on discute avec eux… C’est très important pour nous d’avoir leurs retours, afin de pouvoir répondre au mieux à leurs attentes. »

S’évader depuis votre cuisine, avec des produits de chez nous !

En 2020, l’animation « Cuisine du Monde » a suscité un tel engouement que cette année, votre magasin Biocoop La Ramée a décidé de prolonger cette expérience en vous proposant de mêler cuisine et produits d’ici et d’ailleurs. « Oui, on peut faire un voyage culinaire tout en utilisant des ressources d’origines lointaines mais désormais acclimatées chez nous ou associées à des produits du terroir, et nous allons vous accompagner dans cette excursion » ! » affirme Carine Damo. « Dans notre magasin de 250 m2, ce sont toujours les fruits et légumes de saison, provenant de nos paysans locaux, qui sont au cœur de notre offre et de nos étals.  Parmi ceux-ci, vous pourrez (re)découvrir des références exotiques telles que l’igname, qui rencontre un franc succès parmi nos clients et que je recommande de préparer en frites. Vous pourrez aussi élaborer un délicieux gratin de quinoa aux légumes d’ici, avec des carottes, du poireau, une pomme de terre. Pour terminer votre repas avec une note sucrée, légère et pleine d’énergie, je vous recommande les kiwis de la famille Lemouzy, basée à Saint-Nicolas-de-la-Grave, dans le Tarn-et-Garonne. Pour les plus gourmands, laissez-vous tenter par le « Riz au lait des maharadjas normands », une réinterprétation du dessert de notre enfance, avec du lait et du beurre issus de nos filières, parfumé ici à la crème de coco, délicatement relevée avec des amandes, des graines de cardamome, des pistaches… Un délice ! »

Riz au lait des maharadjas normands

Pour 4 personnes • Préparation : 10 min Cuisson : 60 min

Ingrédients : 120 g de riz thaï, 50 cl de lait demi-écrémé Biocoop, 30 cl de crème de coco, 70 g de sucre de canne, 40 g d’amandes effilées, 4 graines de cardamome, 45 g de pistaches non salées,2 pommes, 30 g de beurre salé Biocoop.

1. Porter à ébullition le riz, le lait, la crème de coco et les graines de cardamome puis faire cuire à petit bouillon jusqu’à ce que le riz soit très cuit.

2. Ajouter 50 g de sucre, les amandes effilées, les pistaches décortiquées et écrasées et faire cuire encore quelques minutes en remuant régulièrement. Verser la préparation dans des verrines et conserver au frais.

3. Au moment de servir, éplucher et couper les pommes en fines lamelles et les faire revenir avec le beurre salé et 20 g de sucre pendant quelques minutes jusqu’à ce que les fruits soient fondants.

C’est lors d’un roadtrip en Nouvelle-Zélande que les toulousains Jérémy et Faustine ont découvert un système novateur pour la vie de tous les jours : le film alimentaire lavable en tissu. Il s’agit d’une innovation qui, grâce à une combinaison d’ingrédients, vous permet de remplacer le film plastique et l’aluminium. À savoir que ces derniers comme la totalité des produits à usages uniques participent activement au fléau écologique qui impacte notre planète et notre environnement. Tous les ans, chaque français produit en moyenne 400 kg de déchets, dont une bonne partie n’est pas recyclée, car le processus coûte cher. Avec le film alimentaire lavable en tissu vous pouvez préserver la planète tout en continuant à envelopper hermétiquement récipients, sandwichs, fruits, légumes coupés et autres aliments.

Jérémy et Faustine

La bonne recette ce couple l’a trouvé après plusieurs tentatives infructueuses dans leur cuisine à suivre des tutos. Finalement, c’est grâce à une combinaison de surplus de cire d’abeilles d’apiculteurs d’Occitanie, de résine d’arbres et d’huile d’olive biologique produite en France que la magie opère. Le tout est incorporé à du coton biologique certifié GOTS (la plus grande certification pour ce type de produits qui tient en compte le processus de production la traçabilité des matières premières, le respect de l’Environnement, la santé du consommateur et les critères sociaux). C’est à force d’en faire pour leurs amis qu’Abeillons est né en vous proposant 3 tailles de film alimentaire en tissu changeant régulièrement de motifs selon les arrivages et à la légère odeur de miel. Des sachets de conservations de 3 tailles sont également disponibles sur le site pour les produits en vrac. Ces derniers gardent au sec vos aliments type riz, pâtes, etc. et au frais vos salades, tomates cerises…

Comment ça marche ?
La chaleur de vos mains sur le tissu le rend malléable, vous pourrez alors le moduler comme bon vous semble afin qu’il prenne la forme souhaitée (rond, carré, enveloppe…) et épouse parfaitement ce que vous souhaitez envelopper. Rien de plus simple n’est-ce pas ?

L’entretien ?
Pour garder votre tissu le plus longtemps possible, soit entre 6 mois et 1 an pour un usage régulier, vous devez le laver à la main. Pour ne pas perdre trop vite la cire, l’eau froide est conseillée avec du savon de Marseille ou du liquide écologique peu abrasif. Si vraiment une tâche ne part pas, un coup d’éponge douce et ni vu ni connu. On évite absolument tout contact avec du chaud !

Où retrouver Abeillons ?
Ces derniers sont en vente sur leur site internet abeillons.fr pour la France et l’international. Ils ne sont pas encore en vente dans un magasin physique, car limités par la cire d’abeilles qui est choisie en locale sur les surplus pour ne pas trop impacter la biodiversité. Bon plan pour nous, Faustine et Jérémy livrent à vélo dans le centre de Toulouse. Vous n’avez qu’à convenir avec eux d’un point de rendez-vous sur les horaires de livraison et à les retrouver lors de votre shopping du samedi. Une manière d’échanger avec ces toulousains passionnés qui font tout artisanalement.

Abeillons
contact@abeillons.fr
www.abeillons.fr
Facebook : @abeillons